Navigation – Plan du site
Lectures

Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2014), Genre et politique dans la presse en France et au Canada

Québec, Presses de l’Université du Québec
Catherine Lemarier-Saulnier
Référence(s) :

Anne-Marie GINGRAS (2014), Genre et politique dans la presse en France et au Canada, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

1En se basant sur la prémisse que les femmes sont de plus en plus nombreuses en politique, mais que leur médiatisation continue de se faire suivant des stéréotypes sexuels, l’ouvrage collectif dirigé par Anne-Marie Gingras propose une critique des rapports entre les politiciennes et les sphères masculines que sont le monde politique et celui des médias de masse. Pour ce faire, la responsable du collectif a choisi de construire l’ouvrage en deux parties. La première présente des études de cas où des politiciennes ont vécu un traitement médiatique différent sur la base de leur sexe ou de leur genre, et ce, en France et au Canada. La seconde partie contient trois chapitres qui étudient les enjeux sous-tendant la présence de rapports de domination issus du processus du genre dans l’univers politique.

2Les deux premières études de cas proposent une critique de la médiatisation de plusieurs acteurs politiques français. À partir de l’exemple de la médiatisation de Ségolène Royal, de François Hollande, de Nicolas Sarkozy, de Jean-Marie et Marine Le Pen, le premier chapitre montre que l’analyse de la symbolique du « président » permet de mettre en lumière le genre, ici défini comme les rapports de pouvoir construits entre les sexes. Bien que la méthodologie exacte ne soit pas précisée, Frédérique Matonti et Sandrine Lévèque concluent que la symbolique du pouvoir français continue d’être articulée autour des normes suivantes : « […] masculin, hétérosexuel, blanc et bourgeois » (p. 20). Elles proposent ensuite une série d’hypothèses pouvant expliquer ce constat, mais d’autres études empiriques seraient, selon nous, nécessaires pour arriver à une explication plus convaincante. La seconde étude propose une analyse de contenu narrative de quatre femmes qui ont été ministres de la Justice en France, où Isabelle Garcin-Marrou rassemble ses observations sous la forme de portraits. Ainsi, elle a observé que Rachida Dati était décrite comme une fille d’ouvrier marocain, qu’Élisabeth Guigou était associée à la pugnacité et à la douceur, que Michèle Alliot-Marie était dépeinte comme masculine et « one of the boys » et, finalement, que Christiane Taubira était décrite comme une passionnée venant de la Guyane. Garcin-Marrou conclut que la médiatisation des parlementaires s’articule encore autour des rapports de domination traditionnels : de classe, de race et de genre. Ces marqueurs identitaires servent toujours, selon l’auteure, de stigmates dans le monde politique. En somme, les deux études françaises concluent à la force de la symbolique genrée dans le monde politique.

3Les trois études suivantes mettent en lumière la médiatisation de cinq chefs ou aspirants-chefs de partis politiques canadiens. D’abord, Gingras propose d’observer la présence des marqueurs identitaires dans la médiatisation de Pauline Marois et d’André Boisclair, qui étaient au moment de l’étude les deux principaux candidats dans la course à la direction du Parti québécois en 2005. Parmi les conclusions, l’auteure constate que le genre féminin et la classe sociale de Mme Marois sont au cœur de sa médiatisation alors que pour M. Boisclair, il est davantage question de son homosexualité et de sa consommation de cocaïne (souvent liée à son jeune âge). Le genre serait alors présenté de manière différente, avec des effets plus ou moins positifs selon les acteurs étudiés. L’étude suivante traite de la médiatisation de la droite albertaine et des deux chefs de parti féminins lors de l’élection en 2012 : Alison Redford du Parti conservateur albertain et Danielle Smith du Parti Wildrose. Frédéric Boily soutient que les deux femmes ont joué « la carte de la rupture » (p. 86) avec leurs prédécesseurs, ce qui leur a permis d’utiliser les stéréotypes du genre à leur avantage. Par contre, et même si la méthode utilisée par Boily n’est pas décrite dans le texte, il avance que si plusieurs femmes s’affrontent en campagne électorale, il y a neutralisation des effets du genre pour les politiciennes. La dernière étude de cas décrit la médiatisation de la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, dans deux événements distincts : la course à la chefferie menant au couronnement de Mme Clark et l’élection provinciale de 2013. Ève Robidoux-Descary et Frédéric Boily concluent que le genre n’a pas été mentionné outre mesure pendant cette campagne et qu’il a été davantage question des enjeux — issue frame (p. 112) — et de la course — game frame (p. 114). À la lumière de ces études, le genre est parfois vu comme un avantage pour les femmes politiciennes canadiennes, alors que cela ne semble pas être le cas en France.

4À l’aide de l’analyse du discours, les auteures des trois chapitres de la seconde partie étudient le rôle du genre dans la construction des représentations de trois enjeux liés à la politique : le débat autour de la parité en France, les femmes kamikazes et la distinction entre les sphères publique et privée dans le cas de l’affaire Dominique Strauss-Kahn (DSK). En ce qui a trait à la parité, Virginie Julliard oppose deux discours entourant le genre : celui des différentialistes (p. 137) et celui des universalistes (p. 137). Le premier institutionnalise les différences sexuées et le second les rejette « au nom de la commune identité » (p. 138) de tous les humains. Ainsi, cette notion de qualités dite féminines mise en avant dans l’argumentaire des différentialistes vient faire écho au chapitre portant sur la médiatisation des femmes kamikazes. Dans ce chapitre, Aurélie Campana conclut que les cadrages mobilisés pour décrire ces femmes sont liés à la victimisation, à la vengeance et à l’infantilisation. Ces tentatives d’explication des comportements radicaux s’appuient sur la prémisse socialement acceptée voulant que les femmes ne puissent pas avoir les mêmes motivations que les hommes, notamment en raison de la maternité. Le dernier chapitre de l’ouvrage lie le questionnement des sphères publique et privée à la notion de genre et à son ancrage culturel, notamment à partir d’une étude comparative entre la presse française et la presse étatsunienne. Elle permet de définir les différents schémas de rejet des comportements sexuels de l’homme politique. Sarah Jacob-Wagner précise que les crimes sexuels commis par des politiciens sont des faits publics, malgré leur nature privée.

5En somme, ce collectif constitue un assemblage de textes offrant des réflexions aussi riches que diverses. Par contre, pour le lecteur néophyte en matière de théories du genre, la lecture peut être ardue en raison des écarts de définition de cette notion d’un chapitre à l’autre. Une légère mise en contexte des traditions de recherche et une définition globale du genre dans l’introduction pourraient facilement corriger cette lacune.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Lemarier-Saulnier, « Anne-Marie GINGRAS (dir.) (2014), Genre et politique dans la presse en France et au Canada », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6893

Haut de page

Auteur

Catherine Lemarier-Saulnier

Catherine Lemarier-Saulnier est doctorante en communication publique, membre du Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique et du Groupe de recherche en communication politique, Université Laval. Courriel : catherine.lemarier-saulnier.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org