Navigation – Plan du site
Lectures

Tian GONG (2015), Les médias chinois en Europe. Communautés ethniques, migrations et politique

Paris, Éditions Panthéon-Assas, Coll. « Thèses »
Angeliki Monnier
Référence(s) :

Tian GONG (2015), Les médias chinois en Europe. Communautés ethniques, migrations et politique, Paris, Éditions Panthéon-Assas, Coll. « Thèses »

Texte intégral

1Si l’histoire de l’émigration chinoise remonte au VIIe siècle, la vraie vague migratoire de ce peuple ne commence qu’à la fin des années 1970. Aujourd’hui, la question des processus, des médias et des médiations, qui forgent et entretiennent les liens identitaires entre ces populations migrantes, dispersées dans le monde, s’avère centrale. Dans son ouvrage, issu d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université Panthéon-Assas en 2014, Tian Gong se donne pour objectif d’éclairer la relation des émigrés chinois avec les médias chinois en Europe. Sa démarche se déploie en trois temps.

2La première partie de l’ouvrage revient sur l’histoire de l’émigration chinoise, qui connaît une forte croissance depuis 1975, en raison de la fin de la Révolution culturelle, mais aussi de la dissolution de l’URSS quelques années plus tard, ainsi que des conflits qui touchent d’autres pays du continent asiatique (par exemple le Cambodge). Si « avant 1840, l’émigration était interdite par la Dynastie des Qing » (p. 51), la loi de 1985 portant sur la gestion des sorties et des entrées des civils chinois « garantit désormais le droit à l’émigration » (p. 39), tandis que « la migration pour études devient un nouveau moyen pour sortir de Chine » (p. 40). L’auteure consacre plusieurs pages à l’évolution des politiques du gouvernement chinois à l’égard de ses ressortissants, appelés « Chinois d’outre-mer », auxquels celui-ci porte un intérêt grandissant, à la fois pour des raisons politiques, culturelles et économiques :

La plupart des Chinois qui ont quitté le pays pendant les vingt ans suivant la réforme et l’ouverture avaient pour objectif de gagner leur vie. Ils avaient en effet un niveau de vie relativement bas dans leur pays natal. Cependant, l’essor économique de la Chine a fait naître beaucoup de millionnaires. L’argent n’est plus la question centrale dans la vie des Chinois. Ils recherchent un meilleur environnement pour vivre ou une meilleure éducation pour leurs enfants. […] La communauté chinoise en Europe d’aujourd’hui est beaucoup plus grande et complexe qu’auparavant (p. 41-42).

3La deuxième partie de l’ouvrage présente d’abord l’histoire des médias chinois en Europe, dont l’évolution est liée, au-delà du lien avec la situation chinoise, au contexte politico-économique et médiatique des pays d’accueil (apparition d’Internet, équipement en antennes paraboliques, etc.). Gong entreprend par la suite une analyse de contenu de trois quotidiens qui apparaissent en France. Elle montre que selon les spécificités éditoriales et les instances politico-médiatiques qui sous-tendent la production de ces supports (Parti communiste chinois, compagnie médiatique de Hong Kong, etc.), les sujets que ceux-ci traitent oscillent entre trois pôles : l’actualité chinoise, l’actualité française, la vie pratique des immigrés (apprentissage des langues, recherche d’emploi, etc.). Comme l’auteure le souligne — de manière, nous semble-t-il, très juste, et à l’instar de ce qui est valable pour tout média dit « ethnique » —, « les médias chinois d’outre-mer possèdent une position à la fois marginale et complexe » (p. 176), tiraillés entre impératifs du marché, difficultés techniques, contraintes politiques et positionnements culturels parfois incompatibles. L’attachement au pays d’origine s’avère pourtant une constante qui donne à ces médias leur principale « raison d’être » : les informations qui concernent la Chine y occupent une place croissante, au service du soft power que depuis quelques années ce pays essaie, selon l’auteure, d’instaurer dans le monde (p. 167).

4La troisième partie de l’ouvrage tend à confirmer ces thèses. Gong engage une étude de terrain en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Belgique — pays où les médias chinois ont une longue histoire —, mais aussi en Italie, en Espagne et au Portugal — pays où ils ne se sont développés que pendant les dernières années. Quelques belles pages dessinent ici les portraits des quartiers chinois les plus connus (à Londres ou à Paris par exemple) et mettent en lumière les divergences d’une ville à l’autre (par exemple pas de « quartier chinois » proprement dit à Berlin). Au sein de ces territoires discrets ou multicolores, en direct ou par courriel, Gong interroge 931 personnes sur leurs usages médiatiques, leurs pratiques et leurs représentations. Si l’auteure constate un décalage entre les attentes des immigrés, elle montre aussi que la réception des médias varie selon une multitude de facteurs : âge, niveau de langue, contexte culturel, durée du séjour dans le pays d’accueil, catégorie socioprofessionnelle, etc. Pour peaufiner ses résultats, Gong inclut dans sa démarche une série d’entretiens avec des professionnels des médias chinois qui abordent divers sujets : la situation actuelle de ces supports, leurs relations avec la Chine mais aussi avec les pays d’accueil, leur place dans le marché, leurs défis et difficultés (comment réussir à alimenter un site Web de façon continue ? comment évoluer face au vieillissement des migrants de la première génération ? etc.). Sans gommer la complexité de leurs fonctions, l’auteure arrive à la conclusion que le développement des réseaux médiatiques chinois correspond principalement à « une expansion et [à une] accumulation capitaliste chinoises » (p. 243) qui, surtout dans le cas des médias gratuits, promeuvent davantage les intérêts des annonceurs que ceux des lecteurs.

5L’ouvrage de Gong est remarquable pour l’ampleur de l’enquête qu’il propose. Et comme toute démarche de cette envergure, il n’est pas parfait. À force d’insister sur l’étude de terrain, l’auteure néglige ou aborde de manière succincte certaines interrogations théoriques principales. La question de la définition de l’identité ethnoculturelle soulève ainsi des questions. Que signifie le fait qu’« aujourd’hui, il y a des migrants chinois partout dans le monde […] provenant [aussi] des pays asiatiques, européens, américains, africains ou bien encore océaniens » (p. 17) ? En outre, malgré l’existence d’un chapitre consacré aux études sur les audiences (p. 181-189), les nuances sémantiques entre usage, réception, consommation, représentation, etc., ne sont pas suffisamment mises en lumière. Enfin, le lecteur non avisé se sent parfois perdu devant les spécificités des supports médiatiques examinés et la richesse de l’histoire chinoise. En même temps, au-delà de ses faiblesses, l’ouvrage a au moins un grand mérite. Il met en lumière la complexité du fait migratoire et des médias dits « ethniques », au-delà de toute généralisation abusive au service des nombreuses théories qui circulent sur le rapport des populations migrantes avec les médias (migrant connecté, migrant cosmopolite, nationalismes à distance, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angeliki Monnier, « Tian GONG (2015), Les médias chinois en Europe. Communautés ethniques, migrations et politique », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6895

Haut de page

Auteur

Angeliki Monnier

Angeliki Monnier est membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM), Université de Haute-Alsace. Courriel : angeliki.monnier@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org