Navigation – Plan du site
Lectures

Ratiba HADJ-MOUSSA (2015), La télévision par satellite au Maghreb et ses publics. Espaces de résistance, espaces critiques

Grenoble, Presse universitaire de Grenoble
Larbi Chouikha
Référence(s) :

Ratiba HADJ-MOUSSA (2015), La télévision par satellite au Maghreb et ses publics. Espaces de résistance, espaces critiques, Grenoble, Presse universitaire de Grenoble

Texte intégral

1Les ouvrages universitaires qui scrutent les publics des médias au Maghreb et observent leurs manières de faire dans la réception télévisée ne sont pas légion. L’ouvrage de Ratiba Hadj-Moussa vient combler cette lacune. Il enrichit la réflexion sur une thématique peu ou prou explorée au Maghreb et constitue une référence bibliographique utile pour les rares enseignants universitaires du Maghreb qui donnent des cours sur la réception des publics.

2S’inspirant de la théorie de la réception et des cultural studies et se basant sur la démarche ethnologique (David Morley, Greg Philo, les études féministes…), l’auteure observe « les actions et les paroles » des personnes interviewées. Son choix pour la démarche qualitative s’explique par son souci de comprendre comment les publics du Maghreb ont réagi au contact des premières chaînes satellitaires de télévision et comment ils justifiaient leurs choix. Partant de l’observation que les télévisions satellitaires étrangères, essentiellement, et les télévisions nationales, accessoirement, constituent pour les publics du Maghreb « leur premier et principal média dans la région », elle s’interroge ensuite pour savoir « quel type de société une telle posture produit-elle et quelles relations ces publics développent-ils avec leurs sociétés et leurs États ? » (p. 41).

3Sans prétendre à la représentativité ni à l’exhaustivité, son échantillon et sa méthode de travail sont largement exposés dans les pages 42 et suivantes : 

J’ai rencontré et interviewé 223 personnes, dont 121 femmes et 102 hommes : 92 en Algérie, dont18 au milieu des années 1990, 59 au Maroc et 72 en Tunisie. Les deux tiers des participants étaient des « jeunes » d’entre 16 et 35 ans. Les entrevues duraient entre 1h 30 et 2h 30 sauf quelques exceptions (6) de 45 minutes. J’en ai réalisé quatre en focus groups : trois en Algérie durant la guerre civile avec des participants de 17 à 26 ans et une avec des adultes résidant dans un quartier populaire de Rabat. (p. 43).

4Des observations in situ dans des familles en Tunisie et au Maroc ont permis à l’auteure de regarder la télévision en compagnie des membres et des amis présents, et d’assister « à des discussions qui étaient souvent au cœur de mon sujet » (p. 44). De plus, elle a tenu un journal de terrain dans lequel étaient consignées ses remarques et ses observations sur les lieux, sur les personnes interviewées ou rencontrées, sur « les rebondissements, les inattendus, les discussions, les impressions et les découragements » (p. 44). Son statut de chercheuse femme lui a donné « la chance de passer d’une maison à l’autre sans difficulté » (p. 45). Même dans ce cas d’espèce, il s’agissait d’abord d’établir des liens de confiance avec les personnes interviewées dans la mesure où c’est une part de leur intimité qu’elles vont en quelque sorte dévoiler. Pour ce faire, Hadj-Moussa a eu recours à la méthode snowball (la boule de neige) :

Parce que cette méthode était basée sur des relations d’interconnaissance, j’en appréhendais les limites puisqu’elle favorise certains contacts plutôt que d’autres (Colonna 2004, 2006), mais la multiplication des participants a au moins partiellement permis d’amenuiser les fermetures possibles et j’ai pu rencontrer des personnes de milieux sociaux très différents (p. 42).

5Son ouvrage se subdivise en cinq chapitres, en plus de la conclusion et d’une bibliographie bien fournie. Le chapitre premier pose les jalons de son travail de recherche où sont exposés les objectifs de sa recherche, les écueils rencontrés, ainsi que la problématique, le cadre théorique, la démarche méthodologique qui y sont explicités et corroborés. Le deuxième chapitre problématise « la question du public de télévision en lieu au sens donné au politique ». Dans ce chapitre, l’auteure convoque « la politicité des actions quotidiennes » et s’attelle à établir « l’importance des relations horizontales dans la définition même du vivre-ensemble dans le contexte des sociétés autoritaires maghrébines » (p. 48).

6Cette notion de politicité « du phénomène de la sphère publique », qui est « partie prenante dans l’acte de regarder la télévision et d’interagir avec elle », est empruntée « des travaux sur les pauvres des mégapoles des pays du Sud (Bayat, Chatteriee, Singerman) » (p. 54).

Elle est ce qui se révèle dans les petits actes ou les microprocessus quotidiens dont elle constitue l’actualisation et le devenir, que celui-ci soit porté par des individus ou par des collectifs ou les deux à la fois. Dans ce travail, elle comprend les mots et les actions des individus dans la vie ordinaire (p. 74-75).

7Le troisième chapitre porte sur la relation des sphères publiques et privées et la problématisation des liens entre les deux. Dans cette perspective, l’auteure souligne que

la maison et le quartier sont non seulement des espaces de médiation mais aussi des lieux où se construit la sphère publique ; cette construction s’élabore en rapport non seulement avec le sens historique et contingent de la citadinité et de l’urbanité, mais aussi avec les ruptures et les continuités inscrites dans l’espace de la maison et du contenu conféré à la famille, laquelle représente la troisième dimension de médiation (p. 50).

8Le quatrième chapitre se focalise sur la question centrale des identifications et des identités dans la relation aux chaînes satellitaires arabes en rapport à différents espaces-temps tels que le mois de ramadan, des évènements qui touchent la région comme la guerre du Golfe (mars 2003), mais aussi la mondialisation. Et dans cette région du Maghreb, « les affiliations et les identifications sont multiples et complexes et confirment l’insistance des théories de l’identité sur la diversité de leur attache » (p. 50). En effet, au Maghreb où la télévision par satellite prédomine, en même temps que « les modalités de reconnaissance de l’arabité », l’auteure affirme, en référence à Jamil Dakhlia, que « la télévision par satellite produit en particulier une sorte “d’islamité” active, syncrétique et fondée sur les images » (p. 51).

  • 1 La notion même de Maghreb est polysémique et sa constitution comme un ensemble géopolitique, voire (...)

9Le cinquième chapitre, qui suscite tout notre intérêt au regard de la richesse des thèmes abordés et de l’abondance des observations personnelles de l’auteure, complète et développe les raisons de l’attrait des Maghrébins pour la télévision par satellite. Il recèle une analyse critique intéressante sur les « espaces médiatiques maghrébins » et, par ricochet, sur les régimes politiques des pays du Maghreb et sur les chaînes satellitaires dans leur ensemble. Dans cet ordre d’idées, afin d’approfondir et d’enrichir la réflexion entamée par Hadj-Moussa, nous nous demandons cependant si les régimes politiques des pays du Maghreb sont tous façonnés dans le même moule étatique. Et dans ce sillage, les « espaces médiatiques maghrébins » mais aussi les publics maghrébins incarnent-ils une entité homogène et parfaite dans laquelle les singularités, les particularismes et les spécificités de toutes sortes se sont subitement dilués ? Ce questionnement alimente souvent les débats d’ordre méthodologique que soulèvent les enquêtes sur la réception des publics des télévisions dès lors qu’on cherche à observer ces publics dans un ensemble géographique, politique, historique, culturel, etc., aussi vaste et contrasté que celui du « Maghreb »1.

10En conclusion, l’auteure souligne que la télévision par satellite au Maghreb « a permis aux publics maghrébins de créer des espaces de critiques inédits et de se positionner comme un contre-public dans la sphère publique dominante » (p. 241). D’autant plus que les évolutions de la télévision satellitaire au Maghreb depuis les années 1990 ont connu un tournant avec les évènements du 11 septembre 2001, « au cours desquels l’Internet et le téléphone mobile apparaissent en force et avec lesquels il faut désormais composer » (p. 241). À partir de cette date, les chaînes satellitaires arabes tendent à supplanter les chaînes occidentales. Et, dans « ce passage de l’Occident européen au Moyen-Orient, des formes de relations inédites à l’arabité et à l’islam ont émergé » (p. 242).

11Le constat auquel l’auteure aboutit est éclairant :

L’arrivée des télévisions satellitaires arabes, des télévisions religieuses en particulier, a produit une sorte de glissement de frontière rendant plus perméables les islams nationaux maghrébins, si je puis dire, à des références à la fois universalisantes, ce qui est le propre de l’islam, et extrêmement localisées (p. 243).

12Et sur cette lancée, un autre constat s’impose : à l’ère du numérique et de la généralisation des technologies de communication, médias et technologies de la communication et de l’information confondus jouent des frontières qui séparent les médias « traditionnels » des « nouveaux » médias et, par conséquent, nous incitent à réfléchir sur les modalités de collecte, d’observation, d’interprétation des données recueillies se rapportant aux études des publics. Et de surcroît, cette notion encore indéfinie ou sous-analysée de « publics maghrébins » mérite-t-elle d’abord d’être déconstruite, afin de nous interroger ensuite sur sa pertinence, sur les différents « jeux d’échelle » à travers lesquels elle peut être observée, et probablement aussi, pour chercher de nouvelles perspectives méthodologiques et épistémologiques dans la manière de l’appréhender ?

13Mis à part ces remarques et observations, l’ouvrage et les travaux de Ratiba Hadj-Moussa constituent des références utiles pour tous ceux qui cherchent à se documenter et à approfondir la question de la réception de la télévision par satellite par les publics du Maghreb.

Haut de page

Notes

1 La notion même de Maghreb est polysémique et sa constitution comme un ensemble géopolitique, voire historique et culturel prête souvent à équivoque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larbi Chouikha, « Ratiba HADJ-MOUSSA (2015), La télévision par satellite au Maghreb et ses publics. Espaces de résistance, espaces critiques », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6903

Haut de page

Auteur

Larbi Chouikha

Larbi Chouikha est professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information, Université de la Manouba, Tunis. Courriel : larbichouikha@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org