Navigation – Plan du site
Lectures

Thomas HELLER, Romain HUËT et Bénédicte VIDAILLET (dir.) (2013), Communication & organisation : perspectives critiques

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Coll. « Capitalismes – éthique – institutions »
Anaïs Djouad
Référence(s) :

Thomas HELLER, Romain HUËT et Bénédicte VIDAILLET (dir.) (2013), Communication & organisation : perspectives critiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, Coll. « Capitalismes – éthique – institutions »

Texte intégral

1L’ouvrage recense plus de 35 articles traitant principalement de l’organisation professionnelle, du management ainsi que des stratégies organisationnelles et communicationnelles dans le monde professionnel. Des auteurs comme Andrea Catellani, Jean-Luc Moriceau ou encore Bernard Floris sont présents. Résultats d’études, publications de colloque, articles de revue, nous faisons face à une recension exemplaire qui permet aux trois directeurs de l’ouvrage, Thomas Heller, Romain Huët et Bénédicte Vidaillet, de mettre en question la légitimité de ce qu’est la théorie critique : quelle place pour la critique aujourd’hui en sciences humaines et sociales quand il s’agit d’étudier le terrain des organisations professionnelles, de l’entreprise, de la société au travail ?

2Cette mise en dialogue de chercheurs par l’intermédiaire de leurs articles permet de mieux comprendre les problématiques les plus ardentes qui empêcheraient l’établissement d’un cœur méthodologique commun, du moins l’instauration de fondements permettant une théorie critique qui ne soit pas dénaturée de son sens. Comment structurer un champ de recherche qui a la nécessité aujourd’hui, en raison des sujets et objets qui matérialisent sa recherche, de puiser dans des disciplines et des sphères de savoir de plus en plus difficiles à délimiter entre elles ? La critique des organisations, enjeu majeur des sciences humaines, se trouverait aujourd’hui dans l’incapacité de se donner les moyens de se connaître, de se reconnaître, au sein même de la communauté scientifique.

3Entre dérive journalistique, celle du chercheur pressé de produire presque en temps réel du « savoir » et risque d’institutionnalisation de la critique (carrière, dépendance financière…), cette pratique théorique nécessaire, précieuse, courrait le risque de devenir une « prescription », proposant des cadres normatifs avant même d’analyser en toute liberté les cadres et normes actuels. Si l’on suit ce fil rouge de l’ouvrage, la critique des organisations par exemple a progressivement dérivé vers une production de savoir purement constructiviste et fonctionnaliste permettant in fine de renforcer encore plus la structure des organisations existantes. C’est donc légitimer le système en place, sans le remettre en question, que de fonder une critique qui ontologiquement place ses frontières au-dessus de fondations telles que le capitalisme, la culture, le langage, la division sociale du travail au regard du contexte actuel. Et c’est donc empêcher toute possibilité de réalité d’existence pour la théorie critique. Par exemple, la critique du capitalisme qui nécessiterait une mise à jour est balayée, ce qui empêche de considérer pleinement les logiques d’évolution de l’organisation du travail. Elle ne s’entêterait qu’à répondre en partie seulement à un besoin analytique.

4Dans cette recension, à partir des présentations de résultats d’études, certains auteurs rendent compte des alternatives méthodologiques qu’ils ont mises en place. Et des difficultés inhérentes à ces prises de risque du point de vue de la reconnaissance. Ces alternatives renforcent l’idée de la nécessité d’une rupture méthodologique franche dans l’élaboration des savoirs.

5Ce risque de n’être plus que prescriptif, voire moraliste, et d’aliéner ainsi les possibilités d’une science utile à son temps et à ses citoyens appelle aujourd’hui à cet état des lieux des savoirs et leur fonction. Quelle critique du capitalisme aujourd’hui ? Quel regard historique ? Comment la théorie critique s’organise-t-elle et dans quelle perspective d’actions politiques et citoyennes ? Ce sont là, il semblerait, les trois points essentiels qui font ressurgir une question plus latente, qui « colle à la peau » de la sociologie : à quoi sert-elle si elle ne se préoccupe pas avant tout d’être entendue et discutée dans toutes les strates de la société qu’elle observe ? C’était l’une des questions majeures de l’école fondatrice de la théorie critique, l’école de Francfort, de Karl Marx et de Friedrich Engels, il y a déjà plus de deux siècles.

6Pour conclure sur la question de la méthode, il semblerait que celle défendue par les responsables de l’ouvrage se dessine progressivement au fil de la lecture : un dialogue permanent entre micro-critique, permise par l’étude de terrains concrets, et une méta-critique, qui cherche encore à se connaître et à se reconnaître dans le foisonnement de productions scientifiques de tous ordres. On pourrait arguer que peu importe les volontés de leurs auteurs, le « jeu » de la posture critique doit pouvoir se nourrir de toute connaissance établie comme telle, parce qu’il s’agit d’appliquer un principe de réversibilité sur l’énoncé lui-même, puisqu’il s’agit d’explorer tout ce qui peut constituer un point de départ à des fondations nouvelles. Enfin, le terrain de la science est tout aussi instable que les scientifiques tentent d’y inscrire un immuable, nécessaire. On ne peut accorder la même valeur aux constellations qui constituent un système entier, mais chacune d’entre elles permet l’existence de celui-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Djouad, « Thomas HELLER, Romain HUËT et Bénédicte VIDAILLET (dir.) (2013), Communication & organisation : perspectives critiques », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6905

Haut de page

Auteur

Anaïs Djouad

Anaïs Djouad est doctorante en sciences humaines et sociales, École des Hautes Études en Sciences Sociales et Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, Centre Edgar Morin. Courriel : anais.djouad@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org