Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre HUARD (2016), La parodie dans la bande dessinée franco-belge. Critique ou esthétisme ?

édition posthume par Raymond CORRIVEAU, Jason LUCKERHOFF et Claude MARTIN, Québec, Presses de l’Université du Québec
Paul Bleton
Référence(s) :

Pierre HUARD (2016), La parodie dans la bande dessinée franco-belge. Critique ou esthétisme ?, édition posthume par Raymond CORRIVEAU, Jason LUCKERHOFF et Claude MARTIN, Québec, Presses de l’Université du Québec

Texte intégral

  • 1 Les actes sont parus depuis sous le même titre, en 1997.

1L’expérience est singulière : reprendre sinon le processus interrompu par le brusque décès de Pierre Huard, du moins, en relisant sa thèse à neuf ans de distance, réentendre sa voix, se rebrancher sur ce qui avait été le travail structurant de ses dernières années. En fait, avant d’avoir été sollicité par ses codirecteurs comme membre de son jury doctoral, j’avais rencontré Pierre pour la première fois 10 ans auparavant, à l’occasion du colloque Les hauts et les bas de l’imaginaire western, coorganisé avec Richard Saint-Germain1. Il y abordait déjà la question de la démarche parodique dans la bande dessinée western franco-belge. On voit la constance de Pierre.

2Son érudition dans ce domaine lui faisait repérer une inadéquation criante et paradoxale entre le manque d’une étude d’ensemble sur la parodie dans la bande dessinée franco-belge et l’importance de cette démarche parodique dans l’histoire de cette tradition. Manque aggravé par le flou entourant le terme de parodie, voire son ambiguïté puisqu’il renvoie à des concepts différents. Telles étaient les intuitions de base de sa recherche. En prenant à bras-le-corps la question, en étudiant à fond un échantillon de bandes dessinées parodiques franco-belges, il voulait à la fois donner un soubassement théorique à cette problématique et permettre de saisir en quoi elle avait fortement structuré l’évolution historique du média : parodies de genres très productifs en littérature populaire et, plus généralement, dans la fiction médiatique puis, une fois accumulé un patrimoine bédéistique familier à la fois aux auteurs et à leur lectorat, parodies de bandes dessinées des générations précédentes. Voilà de quoi intéresser des lecteurs curieux de ces questions.

  • 2 À partir de la p. 84.

3Les connaisseurs de la bande dessinée de cette époque ne seront sans doute pas surpris de choix qui cherchaient à être représentatifs. En revanche, pour ceux qui voudraient la découvrir, le corpus présenté2 offre une excellente sélection de départ. Ceux que théories et méthodologies dans les études bédéistiques intéressent trouveront matière à réflexion dans la présentation des théories, dans la grille d’analyse donnée en annexe, voire, entre les deux, dans le rappel des trois registres proposés par Catherine Saouter (1998) — Huard leur offre l’occasion de constater la pertinence analytique des notions de plasticité, de narration et d’iconicité. Tous seront sensibles à la richesse des fiches du chapitre 3 présentant en détail l’observation d’une dizaine de bandes dessinées et aux efforts du chapitre suivant pour définir et classer les pratiques parodistes.

  • 3 Même si l’opinion des « acteurs sociaux » comme élément justificatif déterminant de cet échantillon (...)
  • 4 Sans parler de l’effet malheureux de notes infrapaginales pléthoriques, de très inégales représenta (...)

4Sans négliger d’être attentive à l’économie de la bande dessinée ou à la diversité des discours contribuant à l’institutionnaliser, à en consacrer des créateurs, à lui insuffler une légitimité culturelle, sa réflexion n’en a pas moins pour substrat une analyse détaillée des bandes dessinées de l’échantillon. La question de la parodie y est en priorité affaire formelle. Au fur et à mesure de la lecture, on sent bien à la fois la fascination et la méfiance de l’auteur à l’égard des totalités. À la tentation encyclopédique, difficilement évitable lorsqu’on travaille sur d’importants corpus, il échappe en extrayant ce substantiel échantillon3. Il résout moins bien la tentation cartésienne du dénombrement ; dans l’élaboration des fiches pour chacune des bandes dessinées, il convoque pas moins de 16 champs à observer à des fins de comparaison4. D’autant que non seulement la démarche génère l’inévitable déchet d’éléments non retenus dans les différentes théories passées en revue mais que, surtout, elle tend (au nom de la rigueur méthodologique ?) à évacuer les singularités sur une voie de garage alors même qu’elles font saillie, interrogent les présupposés de la démarche.

5Un exemple ? Certes, les bandes dessinées de Morris sont à l’évidence des parodies de western ; toutefois, à travers le filtre de la grille, elles semblent se réduire à ça. Comment dès lors concilier cette réduction avec l’insistance des témoignages (les siens propres et ceux de tiers) visant à souligner combien son information sur l’Ouest était impeccable ? Ces bandes dessinées démontrent en marchant que parodie et connaissance de l’histoire de l’Ouest sont conciliables. Tel serait un effet pervers de cet utile usage de grilles : en contraignant à concentrer l’analyse sur leur application, il peut en l’occurrence faire négliger cette question pourtant massive de la relation de la bande dessinée parodique à la réalité historique documentée, sans la rendre impertinente pour autant, et faire négliger cette autre question, plus retorse, du statut de cette « information » sur l’Ouest, déjà largement réinterprétée par la convergence de la construction américaine du mythe et de la fascination européenne pour ce mythe. Parodie, certes, mais de quoi exactement ? Simplement érudite si cette question de l’encyclopédie ne concerne que l’auteur (secondaire en regard de l’objectif descriptiviste des pratiques parodistes), elle s’avère plus déterminante peut-être lorsqu’elle concerne le lectorat. Alors même que la démarche tend à privilégier Gérard Genette (1982) plutôt que Thierry Groensteen (1985) sur la question des types d’hypertexte, elle l’abandonne sur celle de la parodie de genre. Abandon qui lui fait traiter l’hypotexte comme un intertexte faiblard, une sorte de réservoir de clichés de genre (style danse de guerre des Peaux-Rouges, signaux de fumée, etc.). Est-ce suffisant, alors que le corpus lui-même soufflait à l’étude de souligner le large empan de l’hypotexte, le possible déploiement en accordéon de l’encyclopédie du lecteur ? D’une part, ce lecteur est une composante obligée du genre parodique qui impose une lecture binoculaire de deux textes en même temps, parodiant et parodié, l’un réel et l’autre virtuel. D’autre part, c’est en fonction de ses connaissances que le lecteur réel entendra la partie parodique en train de se jouer devant ses yeux ; entre connaissances minimales reconnaissant des clichés de genre en contexte rigolo et connaissances minimales reconnaissant la relecture ironique, voire sceptique, des mythes de l’Ouest par Morris, en passant par un réservoir d’histoires, d’images ou d’œuvres spécifiques.

6Mais n’est-ce pas chipoter ? En fait, à la lecture de La parodie dans la bande dessinée franco-belge, chacun non seulement trouvera la stimulante curiosité qui animait Huard, mais aussi se sentira interpellé à maintenir allumées, aiguisées, ses interrogations, quitte à les compléter, les bousculer, les contredire — heureuse manière de maintenir le dialogue vivant, par-delà sa disparition.

Haut de page

Bibliographie

BLETON, Paul et Richard SAINT-GERMAIN (dir.) (1997), Les hauts et les bas de l’imaginaire western, Montréal, Triptyque.

GENETTE, Gérard (1982), Palimpseste, Paris, Seuil.

GROENSTEEN, Thierry (1985), La bande dessinée depuis 1975, Toulouse, MA.

SAOUTER, Catherine (2004/1998), Le langage visuel, Montréal, XYZ.

Haut de page

Notes

1 Les actes sont parus depuis sous le même titre, en 1997.

2 À partir de la p. 84.

3 Même si l’opinion des « acteurs sociaux » comme élément justificatif déterminant de cet échantillon constitue un bien long détour.

4 Sans parler de l’effet malheureux de notes infrapaginales pléthoriques, de très inégales représentations de chacun des 16 champs et d’oublis criants — ainsi, pourquoi ne pas rappeler dans le « champ philosophique » le texte de Michel Serres sur Les bijoux de la Castafiore, paru dans son Hermès II ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bleton, « Pierre HUARD (2016), La parodie dans la bande dessinée franco-belge. Critique ou esthétisme ?  », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6909

Haut de page

Auteur

Paul Bleton

Paul Bleton est professeur à la TÉLUQ, Université du Québec. Courriel : Paul.bleton@teluq.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org