Navigation – Plan du site
Lectures

Raymond HUDON et Christian POIRIER (2011), La politique, jeux et enjeux, action en société, action publique et pratiques démocratiques

Québec, Presses de l’Université de Laval
Louis Moreau de Bellaing
Référence(s) :

Raymond HUDON et Christian POIRIER (2011), La politique, jeux et enjeux, action en société, action publique et pratiques démocratiques, Québec, Presses de l’Université de Laval

Texte intégral

1La perception de la politique par ceux et celles qui l’exercent ou la subissent est, le plus souvent, dévalorisée. Le cynisme de certains hommes politiques (plus que de femmes) est généralisé par l’opinion publique et tend à faire de l’espace public celui de la compromission, sinon de la corruption avérée.

2Mais ce n’est nullement cette perception de la politique dans l’opinion publique que Raymond Hudon et Christian Poirier veulent analyser. Bien plus leur importe la politique en tant que telle, sa place dans la société par rapport à l’action sociale et politique (au sens du politique) et à celle de la politique. Leur livre est au demeurant remarquable d’abord par son courage — les auteurs ne cachent pas leur opposition à ce qu’on appelle aujourd’hui le néolibéralisme —, mais aussi par sa volonté de demeurer dans le raisonnable, ce que nous appelons le légitime approximatif. Il apporte incontestablement aux étudiants et étudiantes, aux chercheurs et chercheuses, aux citoyens et citoyennes un point de vue argumenté en sciences humaines et sociales, et notamment en sociologie et en sciences politiques, sur la manière dont agissent non seulement les politiques, mais aussi les individus et les groupes sociaux dans leurs classes, notamment dans leurs groupes d’intérêts, ainsi que les tenants des partis politiques par rapport à la politique (la fonction politique des syndicats n’est pas évoquée). Refusant à la fois d’être un manuel de rappel des grandes institutions politiques (Assemblée, Sénat, Cour suprême, etc.) et un simple essai à tendance journalistique, les auteurs s’efforcent, comme ils le disent eux-mêmes, d’aboutir, au moyen de textes contradictoires et de toute provenance géographique — on y côtoie aussi bien Marcel Gauchet , celui de La Condition politique (2005) que Jürgen Habermas (Écrits politiques, 1999) ou des auteurs beaucoup moins connus en France —, à des conclusions provisoires, les leurs, sur les différents thèmes abordés. Dire qu’ils parlent peu du politique, encore moins de la légitimation et de la légitimité sociales et politiques, se bornant, comme il est d’usage, aux légitimités politique (au sens de la politique), juridique et idéologique, n’est pas une objection. Après tout, ce n’est pas leur sujet ; celui-ci, ils l’ont bien précisé dans le titre et les sous-titres de l’ouvrage. Ce que nous voudrions montrer, c’est précisément que leur livre mène le lecteur et la lectrice, dans les prolongements et les perspectives qu’il ouvre, vers une analyse du politique par rapport à la politique.

3En 3 parties et 12 chapitres, les auteurs parviennent à présenter dialectiquement les jeux et enjeux de la politique dans l’action sociale, dans l’action publique et dans les pratiques démocratiques. Dans la première partie — « La politique et l’action politique » —, les auteurs abordent successivement le problème de la politique, et des dynamiques politiques, ainsi que ceux du pouvoir, de l’organisation et de l’institutionnalisation. Dans la deuxième partie — « Forces politiques et structuration de l’action politique » —, les auteurs ciblent l’un après l’autre les mouvements sociaux, les classes sociales, les groupes d’intérêts, les élites, les partis politiques, l’État et les forces politiques. Enfin, dans une troisième partie — « Renouvellement du champ et des pratiques politiques » —, Hudon et Poirier s’efforcent de montrer comment les politiques se sont technocratisées, comment elles se sont médiatisées sur le plan de l’information. Ils essaient de montrer la tentation plus que la réalité de la mondialisation du système et ce qu’ils appellent la judiciarisation de la gouverne (sans doute pour éviter le terme peu clair de gouvernance).

4Dès l’introduction est précisée la position globale prise dans l’ouvrage : d’abord un préjugé favorable à l’égard de l’activité politique prévalente dans sa poursuite de l’idéal démocratique ; ensuite la prise en compte de la légitimité démocratique qui se manifeste notamment par les revendications et les doléances des citoyens. Elle comporte des exigences pour les représentants de ces citoyens (députés, sénateurs). Ces exigences, les citoyens ont le pouvoir de les juger et de les sanctionner, quand elles ne sont pas suffisamment remplies. On ne peut que « déplorer » les « déceptions et frustrations mêmes justifiées », conduisant à un désintérêt à l’égard de l’action politique, dans la mesure où la politique est l’« affaire de tous ».

5À notre avis, dans la conclusion de leur premier chapitre — « La politique et les dynamiques politiques » —, les auteurs ne font pas suffisamment la distinction entre la politique et le politique (ce que fait Gauchet pourtant cité). Le politique serait l’organisation de la cité et la politique, la mise en œuvre et en action de ce politique organisateur. On ne peut en douter. Mais il faut peut-être rappeler que 1) en ce qui a trait à la politique, le droit et les droits s’écrivent et obligent, alors que dans le politique, ils se disent implicitement et explicitement et inspirent des pratiques obligatoires ; 2) le social, l’économique, le politique donnent à la politique et que la politique donne au social, à l’économique et au politique ; 3) l’autonomisation et l’autonomie de l’économique et de l’économie par rapport au politique et à la politique sont un leurre ; et 4) le politique ne se voit pas, mais c’est pourtant lui, dit Gauchet, qui porte le monde, mais que le monde prétend se passer de lui. C’est ce qu’il appelle également « l’éclipse du politique ». (2005 : 40). C’est par l’affirmation des nations (et non, à notre avis, des États) que le politique a rendu possible l’émancipation (toute relative) de la société civile et des individus. L’une des fonctions de la politique est, comme le pensent les auteurs et comme nous le pensons aussi, de réduire les conflits et de civiliser les rapports sociaux. Mais elle n’est pas que cela. Elle est la scène que les citoyens se donnent pour se voir et se savoir. Ils produisent pour elle et elle produit pour eux. Le chef et la société qui, dans la société dite primitive, refusent l’échange entre eux ne sont pas différents de l’homme politique et de la société moderne qui le refusent aussi. Quand le chef transgresse par trop ce refus de l’échange, quand la société le pense et le pratique par trop vis-à-vis de la politique, c’est la corruption de l’ensemble quel qu’il soit qui apparaît.

6Dans le deuxième chapitre — « Pouvoir, organisation, institutionnalisation » —, les auteurs repensent l’idée du conflit apparaissant dès le politique et le social, conflit à réguler par la politique. L’institutionnalisation, disent-ils, se prolonge dans la constitutionnalisation. Oui et non pourrait-on dire. La Constitution et la constitutionnalisation reflètent en grande partie les contenus de l’institutionnalisation, autrement dit les solutions provisoires données aux conflits sociaux et politiques. Mais elles font plus. Ce sont elles qui donnent autorité aux institutions et au pouvoir politiques, c’est-à-dire notamment à l’exécutif : chef de l’État, personnel gouvernemental, etc. Ce sont elles aussi qui donnent autorité au législatif, dans un contrôle de la loi qui doit être en conformité avec le droit, mais aussi avec les droits et, à notre avis, avec l’ensemble du politique approximativement légitime. Les auteurs disent que les luttes des citoyens sont progressivement transformées, dans un système de domination (on pense à Max Weber, 1971) qu’ils remettent en question. Dans une certaine mesure, s’ils ne veulent pas disparaître, les citoyens sont bien obligés de s’intégrer à ce système de domination. Dans le combat, ils réalisent plus ou moins leurs intérêts en acceptant un certain nombre de contraintes. La négociation, le compromis seraient le mode d’action de la politique, ce dont nous convenons. Mais dire que « la politique se conçoit comme l’activité sociale basée sur les rapports de différence et de divergence entre les citoyens » (p. 95) nous paraît la rapporter quelque peu au social et au politique, alors qu’elle en est toujours distincte. Mais nous rejoignons les auteurs quand ils disent que leur perspective est celle de l’institutionnalisation des acteurs politiques (y compris les citoyens) et des conflits nés des relations de pouvoir, au sens de pouvoir de contrainte, contestées.

7Notre plein accord va à la manière dont les auteurs conçoivent les mouvements sociaux par rapport au politique et à la politique. À reprendre ce qu’ils en disent à la fin du troisième chapitre de l’ouvrage, nous ne pouvons qu’approuver l’idée que 1) les mouvements sociaux se trouvent à la frontière du système politique (au sens de la politique) et en marge de sa vocation à l’institutionnalisation du conflit et des citoyens producteurs du conflit ; 2) ils représentent la force politique majeure, au sens du politique et de la politique, alimentant tout à la fois la perpétuation du système politique et sa remise en question (on est là au cœur même de la légitimation, dans la possibilité même de poursuivre la démocratie et de mettre en question la tentation de la détruire et celle de se détruire elle-même quand elle se prétend démocratie et ne l’est déjà plus, abordant le commencement de la dictature, du totalitarisme, du populisme) ; et 3) les mouvements sociaux sont ambivalents et à la limite ambigus, travaillés par leurs propres difficultés : diversité des groupes, instabilité organisationnelle, tendances oligarchiques, conciliation du court terme et du long terme, action nationale et internationale, rejet de l’institutionnalisation et souci de l’efficacité de l’action, définition d’une stratégie commune, élaboration d’une lecture homogène du monde. Quant au caractère impersonnel ou abstrait d’un adversaire comme le néolibéralisme, autrement dit le capitalisme et sa globalisation, son effet sur les mouvements sociaux nous semble différent de celui relevant des difficultés qu’ils rencontrent. Bien souvent, il bloque ces mouvements, les absorbe, les fait disparaître.

8Dans le quatrième chapitre sur les classes sociales, les auteurs n’abordent pas réellement le rapport entre les classes sociales et la politique non plus que celui entre celles-ci et le capitalisme (dit néolibéralisme). Ils reprennent à juste titre l’idée de Louis Chauvel (2010) notant que l’effondrement de l’identité collective des classes et la disparition des inégalités objectives sont deux dimensions « sinon indépendantes l’une de l’autre, au moins non liées d’une façon mécanique » (p. 171). À juste titre aussi, on peut admettre avec les auteurs et Chauvel que la théorie de la fin des classes sociales résulterait de la soi-disant linéarité de l’histoire sociale. « Parce que, écrit Chauvel, une tendance a été vraie au cours des Trente Glorieuses, beaucoup croient qu’elle doit se prolonger encore trente ans après, au même rythme » (2010 : 171). Il est difficile, selon les auteurs, de parvenir à une conception des classes sociales qui permettrait de mieux comprendre les évolutions passées et présentes des sociétés. Raymond Aron (1967) pense que les classes sociales sont réellement indéterminées. Il a cru, rappelons-le, que la classe ouvrière allait peu à peu disparaître, argumentant que la plus-value était incontournable, mais que la hausse de la croissance (on était en 1967) fusionnait peu à peu classe ouvrière et classe moyenne. En France, sa prédiction ne s’est pas réalisée : de 20 à 30 % des travailleurs sont ouvriers, la plupart ouvriers spécialisés. La vie matérielle des ouvriers professionnels (ouvriers qualifiés) s’est améliorée, mais sans qu’ils rejoignent, en tant que catégorie de classe, ceux du bas de la classe moyenne (petits employés, paysans pauvres, etc.).

9Si nous sommes d’accord avec les auteurs dans leur idée de ne pas fétichiser les classes sociales et la hiérarchie des classes, il nous semble que, par rapport au politique et à la politique, n’est pas posé le problème de l’excès de domination du haut de la classe moyenne et de la bourgeoisie sur le bas de la classe moyenne, sur la classe ouvrière et surtout sur des populations qui se trouvent de plus en plus rejetées de tout ordre de classe : celle, très pauvre, de régions rurales dans le monde, celle des bidonvilles et des logements sociaux un peu partout, celle des sans-abri (230 000 en France, 28 000 à Paris). Le problème d’une assignation forcée par excès illégitime de domination économique, sociale, culturelle, politique aux deux sens du terme n’est pas posé. S’il l’était, y apparaîtrait mieux la toute-puissance des catégories de classes de la bourgeoisie (foncière, administrative, d’affaires, d’entreprises familiales, managériales et financières), cela dans tous les pays du monde. Ces catégories sociales de la bourgeoisie, surmontées aujourd’hui par une caste financiarisée, sans grande attache classiale, sauf précisément à ce qu’on appelle jusqu’à maintenant la bourgeoisie (mafias, nomenklaturas, etc.), ont compromis la politique, tout comme celle-ci s’est compromise avec elles, que ce soit en Russie, en Chine, aux États-Unis, en France, etc. Mais reconnaissons que les auteurs parlent de jeux et d’enjeux politiques au sens de la politique, de l’action sociale et de l’action politique. Ce que nous venons de dire ne fait pas réellement partie de leur objet de recherche. Nous posons seulement des interrogations sur ce point, en essayant de ne pas sombrer dans les dénonciations habituelles et les remakes marxistes-léninistes. Ajoutons pour notre part que, mesurées en excès légitimes de domination sociale et politique, nous pensons que des hiérarchies de classes et de catégories de classes, et bien sûr des catégories sociales, se maintiendraient par la volonté et le désir des individus et des groupes, à condition que ces hiérarchies soient à la fois mouvantes et spécifiques. La division du social est, selon nous, inhérente à la vie humaine en société.

10Le cinquième chapitre porte sur les groupes d’intérêts. D’abord, notons notre accord avec la nécessité légitimante et légitime des groupes d’intérêts. Il est difficile de voir en eux d’emblée un programme à visées antidémocratiques. L’énumération de leurs actions (assurer la représentation d’intérêts et de points de vue, stimuler la participation des citoyens en les mobilisant, favoriser l’éducation-socialisation et l’enrichissement politique de leurs membres et sympathisants, etc.) suffit à justifier leur existence. Mais les auteurs, toujours courageux, ne cachent pas que l’inégalité des intérêts et des forces entre les groupes engendre elle-même, au moins partiellement, un exercice variable de l’influence auprès des autorités publiques. On ne saurait mieux dire, sauf à ajouter que l’inégalité entre les groupes d’intérêts est, trop souvent, à la fois sociale et économique. Ce sont bien sûr les degrés de cette inégalité entre eux qui peuvent les rendre illégitimants et illégitimes tant dans le social et le politique que dans la politique.

11Du sixième chapitre sur les élites nous retenons, en accord avec les auteurs, deux éléments principaux. D’abord que les élites, notamment politiques, sont nécessaires au bon fonctionnement de nos sociétés. Des décisions doivent être prises. La politique est notamment une activité qui opère « une régulation des conflits issus de la divergence des intérêts » (p. 246) Ensuite que la démocratie participative, autrement dit la participation des citoyens à l’élaboration des décisions, peut être considérée comme complémentaire et non antithétique de la démocratie représentative. « Il ne s’agit pas de réfléchir exclusivement selon une dichotomie démocratie contre élites, mais bien selon une perspective démocratie et élites » (p. 246)

12Cela dit, le problème est celui de la définition de l’élite. À noter que les auteurs ne parlent pas de l’élite, mais des élites. La signification de la division masse/élites demeure, dans l’histoire humaine, très variable. Comment comparer, dans une société à mythes et à ancêtres, la division entre guerriers-chasseurs constituant une élite par rapport aux femmes cueilleuses, et celle, à Rome, de patriciens-chevaliers constituant une élite par rapport à la plèbe ? Les auteurs évoquent à juste titre Athènes, ses magistrats et son archonte élus ; ceux-ci constituaient indubitablement une élite par rapport aux 8 000 citoyens qui se rassemblaient régulièrement sur l’agora et aux 20 000 citoyens de la cité et de son territoire. Dans nos sociétés démocratiques actuelles — à notre avis oligarchiques —, une définition approximativement légitime de l’élite et des élites est celle qui repose sur un choix des citoyens. Les auteurs souhaitent des « aménagements concrets » (p. 246) permettant une implication accrue des citoyens/citoyennes et des diverses forces politiques donnant lieu à une participation citoyenne élargie et revitalisée. Leur souhait est le nôtre en ce qui concerne les élites politiques au sens de la politique. Une démocratie directe à la base est possible (du type caucus en plus institutionnalisés) qui donnerait plus de sens et de signification à ce qu’expriment les citoyens. Expression et opinion citoyennes prises en compte et reconnues pourraient influencer le législatif, autrement dit la représentation nationale, et par là même l’exécutif (chef d’État et gouvernement, dit aussi gouverne). Sans doute le judiciaire au sens large (Conseil d’État, Conseil constitutionnel, Cour des comptes en France, etc.) y trouverait aussi un regain démocratique de signification et de sens.

13Mais le problème des élites et de l’élite n’est pas tant là que dans la manière dont se font les élites et l’élite réelles, y compris dans les sociétés démocratiques. On ne peut oublier qu’elles se forgent à coup d’idéologie individualiste, aptitudinaire, méritocratique, autrement dit, comme l’ont montré Pierre Bourdieu (1964) et Noëlle Bisseret (1974), dans la croyance que certains individus et pas d’autres possèdent des aptitudes, des dons innés à connaître, à savoir. Ce sont ceux-là, celles-là parfois, qui se regroupent en élites, portant leurs diplômes ou leur excellence comme un blason, dit Bourdieu. En France au moins, l’analyse sociologique (Bourdieu, Bisseret) a bien montré que ce naturalisme aptitudinaire ne reposait sur rien (voir Reuchlin [1977] et autres psychologues). Autrement dit, une telle idéologie bafoue le pouvoir, la volonté et le désir réels d’individus et de groupes s’inscrivant, un peu partout, non seulement dans un système de classes et de catégories de classes à hiérarchie quasiment fixe, mais aussi dans un système économique lié à ce système de classes. Au long des générations, elle favorise les uns et défavorise les autres. Pour le dire plus simplement, si l’on naît ou si l’on est introduit très jeune dans le haut d’une classe moyenne ou dans une bourgeoisie, on a plus de chance, si l’on en a envie, de faire partie de l’élite et des élites que si l’on naît ou si l’on est introduit très jeune dans le bas d’une classe moyenne, dans une classe ouvrière ou, en dessous, chez les chômeurs permanents, ou, pire encore, chez les sans-abri. En France, des bourses octroyées à des étudiants et à des étudiantes tentent de remédier à ces inégalités sociales et politiques au sens du politique, sans parvenir encore à modifier réellement la quasi-fixité hiérarchique, autrement dit à augmenter notablement la mobilité sociale.

14Certes, il faut être nuancé sur ce problème, car rien ne dit qu’un ouvrier qui a de bonnes conditions de travail et qui est bien payé, un actuel sans-abri à l’abri et ayant suffisamment de quoi vivre ou un petit employé au statut et au salaire améliorés ne voudrait pas rester employé, ouvrier ou « surnuméraire ». Car il serait sans doute plus assuré de sa citoyenneté participative. Ceux et celles qui voudraient, désireraient « grimper » et qui le pourraient constitueraient alors peut-être des élites ayant une tout autre signification et un tout autre sens sociaux et politiques que l’élite et les élites actuelles. Il ne s’agirait plus d’une inégalité forcée, ni non plus de la construction d’une société idéale, mais tout au plus d’une égalité approximative et d’une société approximativement un peu plus légitime.

15En conclusion du septième chapitre portant sur les partis politiques, les auteurs écrivent :

Dans la pratique politique concrète, les partis contribuent, de façon significative, au processus décisionnel, et ce même si leurs opérations sont perçues de façon plutôt négative. Ils sont une composante importante des sociétés démocratiques, en encourageant, bien qu’imparfaitement, la discussion concernant les choix collectifs (p. 279).

16A contrario, ajouterons-nous, l’absence de partis politiques, par exemple en France sous le régime de Vichy, ou la constitution d’un parti unique dans les dictatures et les totalitarismes montrent l’importance du maintien des partis politiques dans une société démocratique. Que la participation aux partis politiques comme aux syndicats soit un peu partout en diminution ne signifie nullement leur inutilité ni même leur inefficacité démocratique. Cette diminution tient beaucoup plus, à notre avis, 1) à une hiérarchie de classes peu visible mais imposée d’en haut par une catégorie de la classe moyenne et par la bourgeoisie ; 2) à la fabrication par cooptation d’élites politiques sans que les citoyens concernés, partisans ou non, aient leur mot à dire ; 3) à l’autosuffisance d’experts, y compris en politique, se refusant à écouter et à comprendre ce qui ne relève pas directement et techniquement de leur expertise ; 4) à l’idéologie naturaliste des aptitudes et des capacités naturelles dans les partis politiques et dans les sociétés entraînant la représentation toute faite, dans le haut de la classe moyenne et dans la bourgeoisie, d’une inaptitude, incapacité, ignorance, d’un mauvais vouloir, voire d’un « faux jetonnisme » du citoyen et de la citoyenne lambda (petit employé, petite employée, ouvrier, ouvrière ou autre).

17Les partis politiques ont pour mission de parvenir à détenir, un temps, le pouvoir politique, c’est-à-dire à gouverner, à être à la gouverne (et non à la gouvernance). Mais ils auraient aussi à devenir des « outils pédagogiques ». Ils se donneraient la tâche d’instruire, d’informer, sans langue de bois, sur le plan pragmatiste, concret, théorique au sens de théorisation, pas seulement sur le plan de la doxa (première approche du phénomène), encore moins sur le plan idéologique (l’idéologie étant toujours mystifiante), les citoyens partisans et citoyennes partisanes, les sympathisants et sympathisantes ainsi que tous ceux et toutes celles qui désirent apprendre sur la politique et sur la distinction entre le politique et la politique.

18Le huitième chapitre s’intitule fort opportunément « L’État et les forces politiques ». Nous laissons de côté le faux problème du dépérissement de l’État. Si l’État disparaît, la politique et le politique disparaissent aussi, et c’est la société qui risque de disparaître. L’État, l’idée même d’État est récente, datant tout au plus du XVIe siècle européen. Sur ce point, nous ne suivons ni Marcel Gauchet ni Pierre Clastres (2011). Le politique, la politique, le social, le culturel, le commercial apparaissent comme des réalités symbolisées dès le néolithique et sans doute avant dans les quelques sociétés mésolithiques (15 000 ans avant notre ère), sinon au paléolithique supérieur dans les sociétés nomades de chasseurs-cueilleuses. De telles composantes font ces sociétés et elles en sont constitutives. Elles apparaissent aussi dans les despotismes (dès le néolithique), les empires, les tyrannies, les royautés, les dictatures, les totalitarismes. L’économique et l’économie sont tardifs (XVIe siècle européen), mais le commercial comme réalité symbolisée est aussi ancien que le social, le politique et la politique. Il y avait déjà des marchands au néolithique. L’État est un produit de la modernité. Il apparaît, contrairement à ce que pensait Michel Foucault (2004) qui l’appliquait à des royautés féodales, avec l’idée de souveraineté conceptualisée par Jean Bodin (2003) au XVIe siècle. Dans des monarchies de l’Ancien Régime qui remplaçaient le bien commun par l’intérêt général, la souveraineté signifiait qu’il n’y avait personne au-dessus du monarque sauf Dieu. L’État démocratique est bien, comme le disent les auteurs, « un ensemble de pratiques, d’institutions et de structures qui incluent une construction identitaire » (p. 302), supposant donc l’autre, les autres États. Gauchet, note l’importance de sa fonction ; elle contribue à le maintenir ; il porte la possibilité de la médiatisation, de la libéralisation, de maintien, de l’accroissement des droits des individus et de l’élargissement du pouvoir des sociétés civiles. Longtemps, les philosophes politiques et ceux du droit (Kelsen [1997] en particulier ou Schmitt et Baume [2003] et Gauchet lui-même) en ont fait un pivot central des sociétés, soit positif (l’État providence, entrepreneur, investisseur, redistributeur), soit négatif (la démocratie contre l’État). Pour notre part, il est avant tout le législatif et l’exécutif dans la politique qui comporte d’autres éléments, notamment, le judiciaire et, plus largement, le droit écrit. Mais Gauchet montre bien sa fonction à l’externe qui grandit actuellement en importance.

19Au neuvième chapitre — « La technocratisation des politiques » —, les auteurs notent que la technique et la science ne sont pas « bonnes » ou « mauvaises » en soi. Le terme technocratisation est, à notre avis, d’emblée négatif et dévalorisant. Le technocrate croit plus ou moins en la toute-puissance de la technique, de la technologie, de la science. Il est scientiste et non scientifique. Les termes technicisation, technologisation ou scientisation (?) nous paraîtraient préférables.

20Les auteurs contestent la seule « pédagogie de l’acceptabilité », autrement dit le fait d’élaborer seulement des dispositifs d’accès aux débats. Ils ajoutent qu’il faut prendre en compte les rapports de pouvoir entre le monde de la recherche, l’État et les autres acteurs (sans doute institutionnels, voire ceux de la société civile). Mais de quel pouvoir s’agit-il ? Pouvoir (de), pouvoir (sur), excès légitime de pouvoir (de), excès illégitime de pouvoir (sur) ? L’imbrication entre explication issue de la connaissance et interprétation ne répond pas à la question de la validité (vérité) des connaissances ni à celle d’une interprétation ; nécessairement subjective, elle n’en est pas moins porteuse, en sciences humaines, non seulement de vérités d’intuition, de sentiment et d’expérience, mais aussi de vérité provisoire au sens scientifique telle que l’a définie Gaston Bachelard (1971).

21Les auteurs rappellent qu’en tout état de cause, 1) une véritable délibération nécessite que les citoyens puissent peser réellement sur les décisions et générer des options nouvelles ; 2) un cadre politique ne peut se concevoir sans des dynamiques démocratiques centrées sur la délibération et le compromis ; 3) la technologie et la science, s’accolant à ce cadre politique, supposent des réalisations concrètes par des acteurs inscrits dans des rapports de force concrets. Le troisième point pose problème. Les inventions, les découvertes, les créations ne sont pas le résultat de rapports de force entre acteurs, même si un certain degré de force physique peut y intervenir, mais elles résultent surtout de rapports sociaux et politiques entre groupes et entre individus dans des groupes. Ce qui renvoie à l’illégitimant et à l’illégitime la technocratie, l’instrumentalisation forcée et le management à finalité strictement économique.

22La médiatisation de la politique et de l’information (dixième chapitre) constitue un ensemble où « les médias représentent un paramètre incontournable » (p. 374) avec lequel les forces politiques et les dirigeants politiques doivent composer. Médias et informations exigent que plusieurs points de vue s’expriment et que les conditions d’un véritable débat soient réunies. Ils peuvent contribuer à l’enrichissement de la sphère publique et de l’espace politique. La liberté de la presse constitue un atout dans la poursuite de la stabilité politique. Les médias ne sont pas un moyen qui, à lui seul, peut sauver la démocratie. Mais ils sont une chance pour elle, tout comme le sont les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Ils font « contre-poids aux tendances à la concentration et à la convergence de même qu’au danger lié, d’une part, à la fragmentation menaçant l’espace public, et, d’autre part, à une conception individualiste du citoyen » (p. 374).

23Sans vouloir nous associer à toutes les critiques faites aux médias et à l’information, en général, il nous semble que les conclusions des auteurs font un peu trop abstraction de leurs excès délégitimants, lorsque ceux-ci en viennent, comme c’est le cas en France, à édulcorer les nouvelles en les réduisant à une liste, à magnifier des événements lorsqu’ils sont propres à faire un scoop (match, météo, transports), à provoquer l’interlocuteur ou l’interlocutrice lors d’un débat, à minimiser le légitime par rapport à l’illégitime, pour nous en tenir à ces quelques défauts des médias français. Cela n’invalide pas les propos des auteurs. Tout au plus rappellerons-nous, mais là encore il s’agit de la France, que la liberté de la presse n’est un atout dans la poursuite de la stabilité politique que si l’on n’en abuse pas. L’idée que la liberté de la presse est un droit absolu ne veut pas dire qu’elle autorise à tout dire, à tout écrire, à tout dessiner. Les tribunaux condamnent régulièrement des journaux pour diffamations, injures, etc. Au-delà du pénal, la légitimation et la légitimité de la médiatisation reposent non seulement sur une exigence de vérité, d’exactitude et de limites dans le spectaculaire, même s’il se veut distrayant, mais aussi sur la conviction individuelle et collective, aussi bien du côté des communicants que de ceux qui les lisent, les regardent ou les écoutent, qu’une certaine « ligne rouge » ne peut être franchie. D’une part, parce que ce franchissement peut contrevenir aux repères communs universels que nous nous donnons depuis toujours : sacré (aujourd’hui dans les sociétés démocratiques, civiles et civiques), permis/défendu, etc., et, d’autre part, parce qu’il expose inutilement à des représailles qui prennent la forme de vengeances. Ces vengeances sont souvent disproportionnées par rapport à l’attaque et, en tant que telles, illégitimes et illégales. Mais elles peuvent laisser un doute sur la légitimation et la légitimité approximatives de l’attaque. C’est ce qu’on peut appeler la zone grise de la légitimation et de la légitimité sociales et politiques et du système politique au sens de la politique.

24Le titre du onzième chapitre — « La mondialisation du système » — ne nous dit pas s’il s’agit du système politique, au sens de la politique, de l’État-nation, ou de celui constitué actuellement par les relations entre États-nations, ou, plus largement, du système socio-politique international s’articulant plus ou moins à ces États-nations. Si l’on retient l’idée d’« une colonisation du monde vécu » (p. 418), on s’éloigne de l’idée de mondialisation. Déjà depuis cinq siècles, celle-ci a permis la rencontre de plusieurs mondes vécus qui ne se connaissaient pas entre eux. Fort justement, à notre avis, les auteurs montrent que « les forces politiques sont appelées à gérer et à renégocier les relations avec le monde externe et leurs rapports à l’intérieur des frontières nationales » (p. 479). Or, les forces politiques ne peuvent gérer et renégocier leurs relations avec le monde extérieur que si l’État, c’est-à-dire, en l’occurrence l’exécutif, prend en charge dans chaque nation ce rapport externe avec le monde. Il va de soi qu’il ne peut le faire qu’avec l’appui du législatif et du judiciaire. Les nations participent aujourd’hui à ce qui s’ébauche comme jurisprudence internationale, c’est-à-dire une législation peu à peu et continûment des différentes cours internationales. On peut espérer qu’elles auront un jour une fonction d’autorités mondiales donnant signification et sens aux autorités nationales. L’expression « États-nations » est donc appropriée, mais elle a le défaut d’effacer un peu la nation (non nationaliste) derrière l’État. Cela vient de la confusion entre politique nationale et État national venue de la philosophie politique. La tendance à l’Un dans les sociétés n’est pas nécessairement une tendance étatique. Nous l’avons dit, le réel État est récent, alors que le réel politique, social, etc., est incontournable, quelles que soient les sociétés.

25« La mondialisation est une construction discursive et symbolique et, de ce fait, elle n’est ni inéluctable ni unilatérale » (p. 418). On peut penser en effet que des nations et des États sont plus ou moins mondialisateurs ou mondialisables les uns que les autres. Mais il nous semble qu’un certain degré de mondialisation est, à plus ou moins longue échéance, inéluctable pour les nations et les États. Enfin, il serait dangereux de confondre la globalisation, qui s’applique plus précisément à des systèmes politiques négatifs s’imposant à des États-nations, avec la mondialisation, qui laisse à la nation et à son exécutif, l’État la liberté d’agir.

26Le chapitre final, le douzième — « La judiciarisation de la gouverne » —, commence par une liste à la Jacques Prévert des abus de judiciarisation aux États-Unis qui ne manque pas d’humour. La judiciarisation, disent les auteurs, incite à reprendre l’ensemble des processus démocratiques de représentation des citoyens. Une société démocratique suppose, comme le dit Gauchet (2006) et comme le disait déjà Claude Lefort (1986), une articulation du juridique, du social-historique et du politique. De la même manière, ces deux auteurs, à qui l’on peut ajouter Alain Caillé et Jean-Pierre Le Goff (1996), rappellent, beaucoup plus que les auteurs de l’ouvrage, la nécessité du politique, celle d’échapper à son refoulement, à sa dénégation actuelle (« l’oubli du politique », dit Caillé) et celle de le reconnaître dans son rôle constituant.

27La conclusion des auteurs est aussi la nôtre. Nous la reprenons dans ses principaux points, en ajoutant ici et là notre « grain de sel ». En aucun cas, répétons-le, ce grain de sel ajouté ne peut, dans tout notre propos sur l’ouvrage, faire office d’objections. Lorsque nous disons par exemple que les auteurs ont tendance à rapprocher un peu trop la politique du politique, il ne s’agit pas d’une critique, mais plutôt d’une tentative d’ouverture que nous proposons à partir de ce qu’ils disent. C’est parce que on aura agi que, demain, la politique sera différente. Le tout est de savoir comment agir. Les auteurs répondent en quelque sorte à cette question du comment. « Une démocratie saine, riche, diversifiée tient à un respect profond des logiques politiques [telles que] acceptation de la diversité et du pluralisme, reconnaissance des différences, négociation politique des désaccords et édification d’un monde commun » (p. 466). Nous y ajoutons la prise de conscience d’un « oubli » actuel du politique distinct, mais non séparé de la politique. Le monde dépend du politique et cela d’autant plus, dit Gauchet (2006), que la politique, avec son pouvoir de commandement, peut tendre à s’amenuiser. Actuellement, la démocratie moderne demeure oligarchique, comme elle le fut en d’autres temps mais d’une manière différente. Y prévalait un sacré qui n’est plus le nôtre. L’oligarchie nous apparaît, dans la démocratie moderne, comme un vieux reste de ce sacré antérieur qui, s’il persiste fort légitimement, n’est plus, en société moderne, le sacré prévalent. Quand les auteurs disent que la politique ne se fait pas sur le mode d’oppositions simples (bon/mauvais, etc.), ils récusent fort pertinemment l’intrusion du sacré religieux dans la politique, même si des choix sont nécessaires, par exemple entre la gauche et la droite, à condition que les termes soient suffisamment définis.

28Dire que les forces politiques évolueront est valable si cette évolution n’est pas pensée comme continue. Ces forces politiques sont indéterminées et, disent les auteurs, sujettes à de nombreuses transformations. Cela implique autant de discontinuités que de continuités.

29Le livre est riche, dense. Nous en retenons, pour ne pas faire plus long, principalement les conclusions. Mais la démarche dialectique des auteurs serait à suivre pas à pas, dans tout l’ouvrage. Elle fait surgir leurs interprétations, mais aussi les nôtres. Un beau livre plein de jeunesse et de promesses pour les étudiants et étudiantes ainsi que pour les futurs chercheurs et chercheuses.

Haut de page

Bibliographie

ARON, Raymond (1967), Les désillusions du progrès, Paris, Calmann-Lévy.

BACHELARD, Gaston (1971), La formation de l’esprit scientifique, Paris, Vrin.

BISSERET, Noëlle (1974), Les inégaux ou la sélection universitaire, Paris, Presses universitaires de France.

BODIN, Jean (2003), Les six livres de la République, Paris, Le Livre de poche.

BOURDIEU, Pierre (1964), Les héritiers, Paris, Minuit.

CAILLÉ Alain et Jean-Pierre LE GOFF (1997), Le tournant de décembre, Paris, La Découverte.

CHAUVEL, Louis (2010), Le destin des générations, Paris, Presses universitaires de France.

CLASTRES, Pierre (2011/1974), La société contre l’État, Paris, Minuit.

FOUCAULT, Michel (2004), Naissance de la biopolitique, Paris, Gallimard.

GAUCHET, Marcel (2006), La condition politique, Paris, Gallimard.

HABERMAS, Jürgens (1999), Écrits politiques, Paris, Flammarion, Coll. « Champs ».

KELSEN, Hans (1997/1921), Théorie générale du droit et de l’État, Paris, LGQI.

LEFORT, Claude (1986), Essais sur le politique, Paris, Seuil.

MOREAU DE BELLAING, Louis (2013), Genèse de la politique. Légitimation VI, Paris, L’Harmattan.

REUCHLIN, Maurice (1977), Psychologie, Paris, Presses universitaires de France.

SCHMITT, Carl et Sandrine BAUME (2003), La valeur de l’État et la signification de l’individu, Genève, Droz.

WEBER, Max (1971), Économie et société, Paris, Plon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Moreau de Bellaing, « Raymond HUDON et Christian POIRIER (2011), La politique, jeux et enjeux, action en société, action publique et pratiques démocratiques », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 29 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6912

Haut de page

Auteur

Louis Moreau de Bellaing

Louis Moreau de Bellaing est ancien professeur des Universités, en sociologie, Université de Caen. Courriel : l.moreaudebellaing@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org