Navigation – Plan du site
Lectures

Kirsten KOZOLANKA (dir.) (2014), Publicity and the Canadian State. Critical Communications Perspectives

Toronto, University of Toronto Press
Vindicien V. Kajabika
Référence(s) :

Kirsten KOZOLANKA (dir.) (2014), Publicity and the Canadian State. Critical Communications Perspectives, Toronto, University of Toronto Press

Texte intégral

1Ayant été l’un des membres fondateurs du Collegium international éthique, scientifique et politique, une association qui souhaitait apporter des réponses intelligentes et appropriées qu’attendent les peuples du monde face aux nouveaux défis de notre temps, après avoir été à l’automne 1944 membre des Jeunesses hitlériennes où il fut envoyé à la ligne Siegfried comme auxiliaire de front, Jürgen Habermas (1981 : 88) fonde sa démarche sur la distinction d’Emmanuel Kant entre la morale et l’éthique, séparant les principes de détermination du vouloir, et entre le matériel et le formel, et qui considère que la publicité est l’exigence revendiquée d’un usage critique et public de la raison.

2Cette exigence s’inscrit dans le plus large cadre de la démocratie délibérative. Pour Habermas (1981, 1988, 1991), une décision n’est légitime que si la discussion qui y mène l’est également. En cela, la démocratie délibérative peut être définie en opposition au modèle « décisionniste » ou autoritariste, avancé notamment et principalement par Jean-Jacques Rousseau (1762), qui postulait que la source de la décision suffit à en garantir la légitimité.

3Presque toutes les contributions regroupées dans l’ouvrage dirigé par Kirsten Kozolanka, semble-t-il, surfent entre ces deux paradigmes.

4Le débat public qui constitue la traduction de cette démocratie délibérative est donc un principe de légitimité relayé par l’espace public, en lequel Kant voyait un nouveau principe normatif. La publicité — Offentlichkeit, en allemand — devient alors une source de légitimation allant à l’encontre du despotisme. Et Habermas (1988) de confirmer que ce principe de publicité est ce qui donne à l’espace public un véritable pouvoir critique, entendu comme un « pouvoir d’assignement permanent ».

5Ainsi l’espace public permet-il une revitalisation de l’État de droit par la délibération constante et publique des individus (Habermas, 1962). Cette représentation ne semble pas avoir échappé à Kathleen A. Cross, Robert A. Hackett et Steve Anderson dans leur chapitre intitulé « Publicity state or democratic media? Strategies for change », dans lequel ils mettent en relief l’activisme médiatique au Canada.

6En outre, le principe de publicité apparaît comme celui de contrôle que le public bourgeois a opposé au pouvoir gouvernant pour mettre un terme à la pratique du secret et au manque de transparence, propres au régime totalitaire et absolutiste. Créateur d’une nouvelle sphère publique, ce principe circonscrit, à partir du XVIIIe siècle, un nouvel espace politique où tente de s’effectuer une médiation entre la société et l’État, sous la forme d’une « opinion publique » visant à transformer la nature de la domination. C’est avec ce même regard averti et partial que Richard Nimijean décrypte les marques politiques canadiennes dans sa contribution intitulée « Domestic brand politics and the modern publicity State ».

7Le modèle libéral de la sphère publique, outre le fait qu’il repose sur la répression de l’opinion publique plébéienne, se révèle inadéquat pour rendre compte de l’espace politique des démocraties de masse, régies par un État social. Au terme d’un processus complexe d’interprétation des domaines public et privé, on assiste à une sorte de manipulation de la publicité par des groupes d’intérêts et à une re-féodalisation de la sphère publique.

8Au sein de l’État social, la sphère publique politique est caractérisée par un singulier désamorçage de ses fonctions critiques. C’est comme si la publicité d’aujourd’hui se contentait d’accumuler les comportements dictés par un assentiment passif. Au départ principe de la critique, la publicité a été subvertie en principe d’intégration. À l’ère de la publicité manipulée, ce n’est plus l’opinion qui est le moteur de la sphère publique, mais un consensus fabriqué prêt à l’acclamation, un consensus dicté en quelque sorte par les intérêts divergents, d’après les contributions de Myriam Smith (« The role of social movements and interest groups »), Leslie Regan Shade et Tamara Shepherd (« Tracing and traking privacy discourses: The audience as commodity ») et Herbert Pimlot (« Reality check: The counterpublicity of alternative media »).

9En 1990, lorsque Habermas propose une triple vision — remise en question de la totalité, appréciation modifiée de la capacité critique du public et nouvelle interrogation quant à la possibilité d’un espace public —, il était loin de penser qu’une conception discursive de la démocratie le conduirait à envisager un dédoublement de l’espace public, tel que le pouvoir communicationnel puisse influencer le pouvoir administratif et s’opposer à la manipulation par les médias (1981, 1991, 1999).

10L’ouvrage de Kozolanka essaie de redessiner cette archéologie habermassienne calquée pour/sur le modèle démocratique du Canada. Dans cet ouvrage, qui peut apparaître comme un opus de science politique aussi bien que de science de l’information et de la communication, des perspectives critiques ont été menées par plus de 14 contributeurs, hormis l’introduction de la coordinatrice « Communicating for hegemony: The making of the publicity State in Canada ».

11Interviennent tour à tour des développements et réflexions sur le journalisme, l’industrie médiatique et la démocratie à l’ère du numérique, l’intérêt communicationnel et la responsabilité publique du gouvernement du Canada, au point de donner l’impression d’un manque de pertinence de certains choix par rapport au thème de recherche. Pourtant, en l’analysant minutieusement, on s’aperçoit que l’intérêt de cette publication se traduit justement par la variété de contributions traversées par un même fil conducteur, à savoir la publicité. Pour s’en rendre compte, comment ne pas évoquer cette contribution de Kirsten Kozolanka avec Ken Rubin « Managing information: too much publicity, not enough public disclosure » ?

12Dans leur contribution, ces deux auteurs tombent d’accord sur le constat selon lequel sous un gouvernement légitime, lorsque la gestion de la chose publique est ponctuée par une considérable quantité de dépenses publicitaires qui ont une faible incidence sur les intérêts électoraux du parti au pouvoir, cette situation ne peut être viable pour aucun gouvernement transparent et ouvert. Accéder à l’information est devenu si institutionnalisé et politisé, si peu utilisé et accumulé, disent-ils à la suite du constat de Xinyin Chen et Kenneth Rubin (2011), que ce gouvernement est incapable de fonctionner proprement sans autant de restrictions et d’exceptions.

Haut de page

Bibliographie

CHEN, Xinyin et Kenneth H. RUBIN (2011), Socioemotional Development in Cultural Context, New York, Guilford.

HABERMAS, Jürgen (1988), L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

HABERMAS, Jürgen (1988), Le discours philosophique de la modernité, Paris, Éditions du Cerf.

HABERMAS, Jürgen (1981), Profils philosophiques et politiques, Paris, Éditions du Cerf.

HABERMAS, Jürgen (1981), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Éditions du Cerf.

HABERMAS, Jürgen (1991), De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion.

HABERMAS, Jürgen (1999), Écrits politiques : culture, droit, histoire, Paris, Flammarion.

KANT, Emmanuel (1793), Recherche sur l’évidence des principes de la théologie et de la morale, cité par Michel FICHANT, Revue philosophique de Louvain, 64(84) : 655-656.

ROUSSEAU, Jean-Jacques (1762), Du contrat social ou Principes du droit politique, Genève, Archives de la Société Jean-Jacques Rousseau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vindicien V. Kajabika, « Kirsten KOZOLANKA (dir.) (2014), Publicity and the Canadian State. Critical Communications Perspectives », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 29 août 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6918

Haut de page

Auteur

Vindicien V. Kajabika

Vindicien V. Kajabika est chargé de cours à l’Université Paris 10 Paris Ouest et à l’Université de Technologie de Compiègne (Sorbonne universités) et chercheur au Centre d'Études sur les Images et les Sons Médiatiques (CEISME) EA 1484 - Communication, Information, Médias (CIM), Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Courriel : vuninga@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org