Navigation – Plan du site
Lectures

Frédéric LAMBERT (2013), Je sais bien mais quand-même. Essai pour une sémiotique des images et de la croyance

Paris, Éditions Non Standard, Coll. « SIC (Recherches en sciences de l’information et de la communication) »
Ioanna Vovou
Référence(s) :

Frédéric LAMBERT (2013), Je sais bien mais quand-même. Essai pour une sémiotique des images et de la croyance, Paris, Éditions Non Standard, Coll. « SIC (Recherches en sciences de l’information et de la communication) »

Texte intégral

1L’essai de Frédéric Lambert entreprend la tâche difficile d’élucider les entrelacs entre récit et vérité, éparpillés dans notre quotidien, en particulier dans les récits médiatiques. Dès le départ et en s’appuyant sur la thèse de la psychanalyse freudienne, l’auteur fournit la clé de l’état de croyance aux récits de la vérité et du monde réel qui fait que nous feignons oublier qu’il s’agit, justement, de récits ; cette clé n’est autre que le « déni du langage » qui nous permet de « savoir tout en gardant notre ignorance, d’écouter sans entendre, de voir sans regarder » (p. 20). Selon l’auteur, à l’aide de cette opération, le monde est plié « à nos exigences dans le registre de nos mots et de nos images, de nos récits » (p. 22).

2Après une approche historique succincte de la croyance se référant à la mantique, au totémisme, au fétichisme, en passant par le mythe sous l’éclairage que fournissent les travaux de Roland Barthes (1979, 1980) mais surtout ceux de Paul Veyne (1983), l’auteur se concentre sur les croyances contemporaines qui se tissent, essentiellement, par le biais des médiacultures et des « industries de faire croire ». En effet, dans les pages de l’ouvrage de Lambert, la façon dont les récits qui modèlent nos croyances oscillent entre formes fictionnelles et formes factuelles est explicitée ; cela devient clair dans l’analyse sémiologique de plusieurs exemples tirés des récits médiatiques où « l’éducation des regards » opérée est scrutée au microscope par l’auteur.

3Cela dit, Lambert va bien au-delà d’une démonstration des mécanismes des récits médiatiques et de celui du déni du langage qui nous permettent de « croire à moitié » et de s’arrêter juste avant de franchir le seuil de la prise de responsabilité du discours énoncé et de celui entendu/lu/vu. L’auteur ne cesse de nous rappeler que lorsque nous parlons d’une sémiotique des images, c’est, en réalité, une sémiotique de croire que nous essayons d’appliquer aux messages médiatiques pour appréhender le monde. En effet, le sémioticien des images ne peut que s’ouvrir au monde et ses croyances — au contre-pied d’un récit (et c’est le cas de le dire) qui raconte l’histoire du sémioticien ensorcelé par le « texte » médiatique et dans celui-ci. L’auteur le souligne bien : l’image serait un prétexte, un pré-texte, un praetextus dirions-nous, devant le texte, appelant à un contexte qui reste à être inventé, tissé, un contexte à analyser, à examiner et auquel on croira, peut-être à moitié, sachant bien mais quand-même.

4Dans les pages de cet ouvrage, ce qui devient évident est la nécessité d’un projet d’éducation aux médias qui saurait plutôt accompagner la perpétuelle création et la circulation des langages médiatiques et beaucoup moins faire le tri entre langages acceptables ou non, de qualité ou vulgaires. Ce projet ne saurait se bâtir sans la sémiotique des images qui représente un pilier fondamental pour comprendre le discours médiatique et les croyances qui se voient générées. En somme, il ne s’agit pas de combattre le déni du langage mais, bien au contraire, de prendre entièrement conscience de son existence ; cette acceptation du déni de langage permet, paradoxalement selon Lambert, une part de liberté à nos croyances et, par ce biais, une participation plus active à la création du monde dans lequel nous vivons.

5Le mot de la fin est réservé au concept original et rafraîchissant de la collection des Éditions Non Standard. Ce qui est noté dans ce format d’ouvrage est l’alliance entre rigueur scientifique et absence de normalisation intensive dans les écrits des chercheurs ; une telle pratique est, à mon sens, très bienvenue, permettant à la pensée scientifique de s’épanouir et se déployer devant les lecteurs, initiés et moins initiés.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES, Roland (1979), Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Points Seuil.

BARTHES, Roland (1980), Leçon, Paris, Seuil.

VEYNE, Paul (1983), Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ?, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioanna Vovou, « Frédéric LAMBERT (2013), Je sais bien mais quand-même. Essai pour une sémiotique des images et de la croyance », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6920

Haut de page

Auteur

Ioanna Vovou

Ioanna Vovou est professeure assistante au Département de communication, des médias et de la culture, Université Panteion des sciences sociales et politiques, et membre du Centre d’Études sur les Images et les Sons Médiatiques (CEISME, EA CIM), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Courriel : ioannav@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org