Navigation – Plan du site
Lectures

Rémy LE CHAMPION et Benoît DANARD (2014), Les programmes audiovisuels

nouvelle édition, Paris, La Découverte
Julien Péquignot
Référence(s) :

Rémy LE CHAMPION et Benoît DANARD (2014), Les programmes audiovisuels, nouvelle édition, Paris, La Découverte

Texte intégral

1L’écriture d’un manuel est réputée être un exercice difficile. Principalement destiné aux étudiants, ce type d’ouvrage doit permettre également à des chercheurs de s’y référer, soit comme vade-mecum, soit comme première entrée dans un nouveau champ d’investigation. Si l’on en attend un panorama du sujet ainsi qu’un état des connaissances sur celui-ci, il est de rigueur que se dessine néanmoins une perspective critique. Cette nouvelle édition des Programmes audiovisuels ne remplit qu’en partie ce cahier des charges.

2On pourra tout de suite poser la question des termes : audiovisuel, dans l’ouvrage, renvoie avant tout à télévisuel, si bien qu’on ne comprend pas pourquoi ce dernier terme n’a pas été retenu, alors que le premier pourrait faire penser à un élargissement systématique à Internet, aux fournisseurs d’accès et de réseaux, pourquoi pas aux festivals, aux collectivités, etc. Cela étant dit, il est incontestable que la lecture de l’ouvrage donne accès à un grand nombre d’informations sur les contenus télévisuels, de leur conception à leur diffusion. Les termes-clés, les institutions, les métiers, les grands aspects économiques et juridiques, les principaux acteurs du champ sont substantiellement documentés par l’ouvrage, qui remplit là sa mission première : fournir un premier bagage de connaissances sur le sujet. Si le lecteur peut parfois avoir la sensation de faire face à une avalanche de chiffres, de nombreux tableaux récapitulatifs et schémas explicatifs permettent ressaisissement et synthèse, constituant autant d’outils aisément employables. C’est un point fort du livre. En revanche, il est regrettable qu’en majorité ces chiffres datent au plus tard de 2010, alors que cette nouvelle édition est parue en 2014, surtout lorsque l’on sait les bouleversements qu’a pu connaître la filière dans la période récente (explosion d’Internet, second écran, vidéo à la demande, télévision de rattrapage, etc.). De même, ces chiffres et données sont trop souvent posés de manière brute. Les sources sont en général imprécises (« CNC », « Médiamétrie », etc.), parfois absentes (ainsi du profil des télénautes présentés comme « plutôt jeunes » et « CSP- » en termes socioprofessionnels sans autre précision, p. 47), ne permettant pas la vérification plus avant, à moins de refaire le travail de dépouillement de tous les rapports ayant servi à l’écriture du manuel. L’exploitation des données fournies reste à un degré purement informatif : les auteurs ne proposent que très peu ou pas de comparaisons, qu’elles soient diachroniques, géographiques (par exemple avec l’international — excepté dans le dernier chapitre dédié au commerce international des programmes, p. 106-118), dialogiques ou établies par secteurs d’activité. Par exemple, dans la sous-partie « Le développement des fonds régionaux » (p. 17-18), le point de vue demeure national et la question de l’éventuelle disparité entre régions n’est même pas abordée.

3Dans un registre similaire, particulièrement dans le cadre d’un manuel, format qui se doit d’être consultable facilement, l’index fait cruellement défaut. Pour retrouver des données certes, mais aussi et surtout pour faciliter la lecture des néophytes : une fois définis, les COSIP, TSA, TST, SOFICA, IFCIC et autres FICAM sont — fort naturellement — abondamment mobilisés. Mieux vaut s’être fait un pense-bête, car il est compliqué de retrouver l’explication de ces sigles en cas d’oubli.

4Enfin, on peut reprocher à l’ouvrage, sur un plan plus structurel, son absence de perspective critique alors qu’il aboutit par moments à des assertions surprenantes et très discutables. Par exemple : « Les téléspectateurs désirent avant tout se divertir », présenté comme une « donnée » (p. 55), « le succès des chaînes s’expliquent [sic] par la pertinence des programmes et de leur programmation » (p. 38), ou encore « comme toute entreprise, les chaînes de télévision sont à l’écoute de leurs clients afin de répondre à leurs besoins » (p. 50). De même, dans les chapitres dédiés aux programmes de stock (p. 72-86) et de flux (p. 87-105), toute une typologie des programmes est proposée, parfois des sous-typologies (par exemple « typologie des jeux », p. 94) sans aucune interrogation métadiscursive : d’où les auteurs tirent-ils ces « genres » ? De propriétés intrinsèques aux contenus, de catégories indigènes mobilisées par les créateurs, les producteurs, les financeurs, les diffuseurs, les critiques, les téléspectateurs, les chercheurs ? Cela est d’autant plus dommage et dommageable que lorsque les auteurs posent la question, comme sur la télé-réalité avec le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (p. 95-96), force est de constater que ce problème de définition — et des critères de définition — est crucial, tant pour les acteurs du champ que pour l’étudiant ou le chercheur.

5En conclusion, si l’ouvrage remplit en partie son rôle informatif, il ne permet pas complètement de se saisir de ces informations. La tendance des auteurs à réemployer des formules d’écriture au long de l’ouvrage, donnant à l’ensemble une dimension formellement répétitive, est sans doute un autre symptôme d’une même cause : une tendance à coller à l’exercice du manuel scolaire sans chercher ni à s’en émanciper, ni à en exploiter toutes les possibilités, ce qui donne un résultat en demi-teinte une fois la lecture achevée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Péquignot, « Rémy LE CHAMPION et Benoît DANARD (2014), Les programmes audiovisuels », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6923

Haut de page

Auteur

Julien Péquignot

Julien Péquignot est membre du Laboratoire Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours (ELLIADD) Pôle CCM, Université de Franche-Comté. Courriel : Julien.pequignot@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org