Navigation – Plan du site
Lectures

Valérie LÉPINE, Christelle MILLET-FOURRIER et Fabienne MARTIN-JUCHAT (dir.) (2014), Acteurs de la communication des entreprises et organisations : pratiques et perspectives

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble
Jean-Simon Demers et Luc Bonneville
Référence(s) :

Valérie LÉPINE, Christelle MILLET-FOURRIER et Fabienne MARTIN-JUCHAT (2014), Acteurs de la communication des entreprises et organisations : pratiques et perspectives, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Valérie Lépine, Christelle Millet-Fourrier et Fabienne Martin-Juchat dresse un portrait, somme toute partiel, de l’art de la communication pour en tirer des éléments de réflexion pouvant mener à des analyses plus poussées. Au fil des textes des collaborateurs, on trouve une ligne directrice qui se résume de la façon suivante : il existe une prédominance des logiques dites marketing dans les activités communicationnelles des organisations contemporaines.

2Destinée aux professionnels de la communication comme aux chercheurs du domaine, la réflexion globale qui se dégage de l’ouvrage trouve son origine dans une problématique sur laquelle travaillent de nombreux chercheurs en communication depuis plusieurs années. Celle-ci porte, notamment, sur les tensions auxquelles font face les communicants sur le terrain.

3C’est à partir de l’idée d’une crise du sens du travail et de l’entreprise que les auteurs de l’ouvrage, divisé en quatre parties, développent leurs différentes réflexions. Il s’en dégage une riche discussion sur la métamorphose de la fonction de communication dans les différentes organisations. Pour aborder le problème, les auteurs ont recours à des méthodes de recherche empirique variées. De l’entretien à l’observation en situation, on retrouve des analyses de cas et des analyses de pages Web d’universités parisiennes. L’ouvrage fait preuve d’une originalité certaine en confrontant les points de vue des professionnels et des chercheurs dans l’espoir de donner naissance à des pistes pouvant éventuellement déboucher sur la reformulation de certains paradigmes.

4La concurrence est le concept moteur fondamental de la logique qui prévaut dans les organisations contemporaines, comme on le mentionne dans l’ouvrage. C’est elle qui dicte la stratégie de communication des entreprises, privées ou publiques. C’est aussi elle qui façonne le métier de communicant en tant que tel. Même les institutions à vocation scientifique ou pédagogique se prêtent aujourd’hui à ce jeu, d’après les auteurs. Ce phénomène s’est concrétisé à travers une hybridation des pratiques dont l’évolution n’a pas encore atteint le stade critique où un nouveau paradigme en vient à naître. Les pratiques communicationnelles normalement associées aux domaines privés et publics se trouvent donc « mélangées », ce qui place les communicants dans une impasse d’où ils cherchent à extraire un sens.

5L’un des exemples proposés de cet imbroglio est l’apparition du terme glocalisation, reconnu plus souvent sous l’idiome globalisation. Les communicants sont appelés à redonner au produit une image locale, laquelle est porteuse d’un nombre de valeurs particulières. Néanmoins, ils sont aussi contraints au besoin de commercialiser le produit à la plus grande échelle possible avec un maximum d’efficacité. Le communicant est coincé entre les logiques commerciales du marketing et le besoin de véhiculer les valeurs locales du produit auprès d’un public cible difficile à cerner.

6C’est ce type de problème que les auteurs ont tendance à considérer comme une différence d’idéologie de communication. On y retrouve le résultat des oppositions entre les acquis des gestionnaires et ceux des communicants au cours de leurs formations respectives. Cette opposition crée une tension au sein des structures entrepreneuriales et organisationnelles. Cela se vérifie non seulement en ce qui concerne les outputs produits par l’organisation, mais aussi en ce qui concerne son fonctionnement interne. L’organisation peut promouvoir des valeurs de respect, de diversité ou d’autonomie, la situation de base demeure la même : les communicants sont en quête d’une reconnaissance dont l’obtention dépend de la performance, laquelle doit pouvoir être concrètement mesurée.

7Malgré toutes les avancées faites par les chercheurs afin de mieux comprendre l’environnement organisationnel, les approches fonctionnalistes de la communication et de l’organisation sont toujours dominantes dans le monde professionnel. Le communicant demeure pris au piège d’un cadre dont les barrières ont été franchies depuis longtemps, sans être en mesure d’en sortir, sous peine de perdre son utilité.

8L’état de l’art dressé dans l’ouvrage de Lépine, Millet-Fournier et Martin-Juchat aboutit à deux constats opposés. D’abord, la communication est cantonnée au rôle d’otage devant s’instrumentaliser au service des pratiques managériales, mais sans oublier les idéaux stratégiques de la profession. Cependant, elle est aussi la source de la médiation, de l’intégration et de l’appropriation de la marque par l’employé et le public. Suivant ce deuxième constat, la communication doit inévitablement en venir à se managérialiser, c’est-à-dire à dépasser la dichotomie interne/externe dans le but de produire une image qui soit unique et sensée autant pour les acteurs internes qu’externes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Simon Demers et Luc Bonneville, « Valérie LÉPINE, Christelle MILLET-FOURRIER et Fabienne MARTIN-JUCHAT (dir.) (2014), Acteurs de la communication des entreprises et organisations : pratiques et perspectives », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6926

Haut de page

Auteurs

Jean-Simon Demers

Jean-Simon Demers est étudiant de premier cycle au Département de communication, Université d’Ottawa. Courriel : jdeme089@uottawa.ca

Articles du même auteur

Luc Bonneville

Luc Bonneville est professeur au Département de communication, Université d’Ottawa. Courriel : luc.bonneville@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org