Navigation – Plan du site
Lectures

Christine LETEINTURIER et Cégolène FRISQUE (2015), Les espaces professionnels des journalistes, des corpus quantitatifs aux analyses qualitatives

Paris, Éditions Panthéon-Assas, Coll. « Colloques »
Pauline Amiel
Référence(s) :

Christine LETEINTURIER et Cégolène FRISQUE (2015), Les espaces professionnels des journalistes, des corpus quantitatifs aux analyses qualitatives, Paris, Éditions Panthéon-Assas, Coll. « Colloques »

Texte intégral

  • 1 Ces articles sont issus des journées d’étude du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire (...)

1Face au constat de la multiplicité des pratiques et des profils des journalistes, quelles voies peuvent suivre les chercheurs pour mieux saisir les contours et les aspérités d’un champ d’études si polymorphe ? Les auteurs réunis sous la direction de Christine Leteinturier et de Cégolène Frisque ont choisi de s’intéresser aux corpus quantitatifs pour proposer une approche sociodémographique classique de ces questions. À partir de questionnaires, de l’étude quantitative de documents administratifs ou encore grâce à des analyses de données au long cours, les huit articles1 balayent la composition des espaces professionnels des journalistes, en France et, pour une part, en Belgique. Pour mieux saisir les enjeux de certains facteurs de transformation de cet objet de recherche, la notion d’espaces professionnels permet de cadrer à la fois la position des journalistes au sein des entreprises, durant leur carrière, et la perception des disparités et des positions précaires constitutives de ces espaces.

2Organisé en trois parties, de façon plutôt classique, l’ouvrage propose également une approche réflexive sur les enjeux communs liés à la construction des données, des corpus de recherche, et à leur exploitation. La réflexion permet d’appréhender les questions des statuts et des formes d’emploi du journalisme, selon trois niveaux (macro, meso et micro). C’est par rapport à ces deux aspects — la réflexivité méthodologique et l’appréhension de l’analyse au niveau macro — que l’ouvrage enrichit particulièrement la réflexion de son lecteur. Finalement, l’analyse de l’hétérogénéité de ces espaces professionnels apporte un éclairage particulièrement intéressant.

Risques méthodologiques et rigueur réflexive

3Les nombreuses réserves et la prudence méthodologique appliquée par les auteurs permettent au lecteur de garder en tête la portée relative des résultats publiés. En particulier, l’assimilation du groupe professionnel des journalistes aux seuls journalistes détenteurs de la carte de presse ne cesse de poser question tout au long de l’ouvrage.

4Ainsi, dès le premier chapitre, le lecteur comprend les enjeux d’un tel recueil : rassembler une multitude de recherches complémentaires, mais souvent basées sur les mêmes données et ressources, et proposer une photographie non exhaustive à un moment défini d’une activité en perpétuel mouvement. Manon Libert analyse ce phénomène en évoquant son corpus de recherche sur les journalistes belges : « L’enquête quantitative a produit une “photographie” de la structuration du groupe en un temps précis et déshistorisé. […] S’arrêter à cette photographie masque la complexité des évolutions et brouille la possibilité d’analyser ces données en contexte » (p. 49).

5Dans le second chapitre de la première partie, consacrée à l’entreprise et à ses rédactions, la question des sources, des biais issus de l’utilisation de certains corpus, mais aussi celle des méthodes d’analyse sont centrales. Faisant preuve de grandes précautions, les auteurs, et notamment Frisque dans son chapitre, assurent que la « réflexion méthodologique sur les sources statistiques sur les journalistes, leur construction, leurs usages, leurs apports et leurs limites, et surtout la confrontation des données qu’elles nous fournissent, amène à redessiner en profondeur l’espace professionnel du journalisme et ses marges » (p. 134).

Des analyses quantitatives aux interstices de la « constellation hétérogène »

6La deuxième partie du recueil décrit les modes d’organisation des rédactions et les formes d’emploi des journalistes. Multiplication des zones d’ombre, de la précarité et difficultés déontologiques… Le constat des auteurs montre les mouvements permanents au sein de ces espaces professionnels. En constatant la dilution des marges et tout en prenant conscience des limites de la recherche face aux autres activités d’une partie des journalistes, Olivier Plimis réaffirme la pertinence d’une construction de catégories au cœur des statistiques institutionnelles pour créer une comparaison et des hypothèses fructueuses. À partir de cette catégorisation, le lecteur prend la mesure de manière plus systématique de la multiplication des modalités de l’exercice du journaliste.

7Afin de compléter ce tableau, la dernière partie de l’ouvrage amène le lecteur au niveau micro des carrières des journalistes. En exploitant des matériaux dans une démarche longue, en recueillant les données de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels (CCIJP) depuis 1990, Leteinturier propose de percevoir ces espaces professionnels comme « une constellation hétérogène » (p. 192). Faisant le constat de l’augmentation du nombre d’interruptions plus ou moins longues et fréquentes dans les fichiers de la CCIJP, elle propose une représentation du groupe des journalistes français en un noyau consistant cerné de trois anneaux selon la discontinuité de l’activité. Ainsi, c’est en permettant de mieux cerner l’importance de cette discontinuité dans l’activité du groupe que l’ouvrage apporte sa part de compréhension heuristique aux phénomènes d’éclatement en cours. Pourtant, l’aveu du manque de connaissances et de données sur ces interstices constitutifs laisse entrevoir de nombreuses perspectives de recherche. Que ce soit par la comparaison avec les données administratives sur le statut d’intermittent du spectacle ou avec l’étude systématique de profils de journalistes sur le réseau socioprofessionnel LinkedIn, l’ouvrage complète ce panorama des espaces professionnels des journalistes avec des études originales et enrichissantes. Il évoque alors de nouvelles possibilités pour observer cette activité polymorphe sous de nouveaux aspects, en sortant de l’étude pourtant nécessaire des mêmes données administratives.

Haut de page

Notes

1 Ces articles sont issus des journées d’étude du Centre d’analyse et de recherche interdisciplinaire sur les médias (CARISM), du projet de l’Agence nationale pour la recherche « Acteurs et marchés : l’environnement de la production journalistique — le cas des médias d’information générale et politique — 1990-2010 » (ANR AMMEJ) et du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE) du 15 janvier et du 13 décembre 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Amiel, « Christine LETEINTURIER et Cégolène FRISQUE (2015), Les espaces professionnels des journalistes, des corpus quantitatifs aux analyses qualitatives », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6930

Haut de page

Auteur

Pauline Amiel

Pauline Amiel est doctorante au Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS), Université Toulouse III Paul Sabatier. Courriel : p-amiel@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org