Navigation – Plan du site
Lectures

Laura MATTOON D’AMORE (dir.) (2014), Smart Chicks on Screen. Representing Women’s Intellect in Film and Television

Lanham (Maryland), Rowan & Littlefield
Isabelle Roblin
Référence(s) :

Laura MATTOON D’AMORE (dir.) (2014), Smart Chicks on Screen. Representing Women’s Intellect in Film and Television, Lanham (Maryland), Rowan & Littlefield

Texte intégral

1L’ouvrage se compose d’une courte introduction par la rédactrice, d’un index et de 13 articles présentés dans un ordre plus ou moins chronologique (des débuts de la guerre froide au début du XXIe siècle). La plupart des articles sont consacrés à des séries télévisées étatsuniennes (Grey’s Anatomy, Mad Men, Elementary, The Big Bang Theory, Scandal) et quelques-uns à des films comme Born Yesterday de George Cukor (1950), avec Judy Holliday ; Some Like it Hot de Billy Wilder (1959), avec Marilyn Monroe ; Contact de Robert Zemeckis (1997), avec Jodie Foster, ou à des genres cinématographiques comme les films de science-fiction de série B des années 1950 ou les films noirs des années 1940. Ils examinent l’évolution (ou la non-évolution) de la manière dont les intellectuelles (souvent des scientifiques) sont représentées au grand et au petit écran ainsi que l’interaction entre leur aspect physique, leur sexualité et leurs capacités intellectuelles dans un monde régi par les apparences.

2Comme souvent dans ce genre de collection, il y a de nombreuses répétitions d’un article à l’autre. Les auteurs reviennent à plusieurs reprises sur l’histoire du féminisme étatsunien pour mettre en contexte la série ou le film étudié, avec de fréquentes références aux différentes phases du mouvement féministe aux États-Unis : la première vague des années 1920, qui aboutit entre autres à l’obtention du droit de vote pour les femmes, la période de régression (parfois appelée « protoféminisme »), en partie liée au baby-boom qui suivit la Deuxième Guerre mondiale (mais aussi liée à la guerre froide et au maccarthysme, comme le premier article le souligne), la deuxième vague des années 1960, qui permit de reconnaître l’avortement comme un droit constitutionnel (Roe vs Wade en 1973), avec pour référence obligée la parution de l’essai de Betty Friedan The Feminine Mystique en 1963, puis le « postféminisme » des années 1980. On peut remarquer parfois une certaine naïveté chez certains auteurs (et chez la rédactrice), qui semblent s’étonner qu’à compétences égales les femmes sont encore aujourd’hui souvent moins payées ou moins promues que les hommes, ou que pour la majorité des Étatsuniens la place « naturelle » des femmes est à la maison, à s’occuper des enfants, et que ce sont les hommes qui doivent tout aussi « naturellement » assurer le bien-être matériel de leur famille. La façon dont les films et les séries reflètent ou confortent, ou au contraire infirment, ces faits de société est le sujet principal de ces articles.

  • 1 Il me semble intéressant de noter que la traduction française de Born yesterday est Comment l’espri (...)
  • 2 L’année précédente, elle avait obtenu l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Bi (...)

3Les deux premiers articles proposent une analyse du trope de la « blonde idiote » mais sexy (dumb blonde). Dans le premier, « Not just Born Yesterday1: Judy Holliday, the red scare, and the (miss)-use of Hollywood’s dumb blonde image », Stephen Duncan explique comment l’actrice Judy Holliday, convoquée par l’équivalent sénatorial du tristement célèbre House Un-American Activities Committee (HUAC) en 1952 pour répondre de ses idées progressistes de gauche, utilisa très astucieusement l’image de la « blonde idiote » sexy du film qui l’avait rendue célèbre2 pour sauver sa carrière sans compromettre ses amis, mais au prix d’un renoncement cinématographique à ses convictions féministes.

4Marilyn Monroe, l’actrice qui est probablement l’archétype même de la « blonde idiote », est le sujet du deuxième article : « The fuzzy end of the lollypop: Protofeminism and collective subjectivity in Some Like it Hot », proposé par Melissa Meade. L’auteure tente de démontrer que contrairement à ce qu’une analyse superficielle pourrait laisser croire, ce film de la fin des années 1950 non seulement interroge la notion même de genre (au sens de gender), mais encore annonce les changements profonds dans la représentation de l’intellect féminin portés par la seconde vague du féminisme américain.

5Dans le troisième article, « Brainy broads: Images of women’s intellect in film noir » des années 1940, Sheri Chinen Biesen s’attache à démontrer que dans ce genre cinématographique très particulier, les rôles féminins étaient le plus souvent réduits aux stéréotypes simplistes de la « femme fatale » ou de la rédemptrice, en proie à de graves problèmes psychologiques et émotionnels. Elle montre également que les capacités intellectuelles des femmes sont systématiquement dénigrées par les hommes qui les entourent, qui les considèrent comme objets de leur désir. Même quand le personnage interprété est celui d’une scientifique ou d’une psychanalyste, comme Constance Petersen (Ingrid Bergman) dans Spellbound (Alfred Hitchcock, 1945, La maison du docteur Edwards en français), les films noirs étatsuniens de l’après-Deuxième Guerre mondiale semblent remettre en cause la représentation des femmes en tant qu’êtres rationnels aux multiples talents, pour les reléguer en fin de compte dans la sphère domestique.

6Les articles 4 et 5, « Troubling binaries: Women scientists in 1950s B-movies » (Linda Levitt) et « “The high priestess of the desert”: Female intellect and subjectivity in Contact » (Allison Whitney), analysent la représentation des femmes de science dans des films de différentes époques : les années 1950 et la fin des années 1990 pour Contact, réalisé par Robert Zemeckis en 1997, avec Jodie Foster dans le rôle de Ellie Arroway. Dans les deux cas, les films offrent à des personnages féminins la possibilité d’explorer des professions jusqu’alors (et très probablement encore maintenant), dans la réalité comme à l’écran, très largement réservées aux hommes (paléontologue, entomologue, biologiste ou, dans Contact, chercheure pour le programme de recherche Search for Extra-Terrestrial Intelligence - SETI) et d’être prises au sérieux en tant que scientifiques et en tant que femmes, notamment par leurs collègues masculins. Ces aspects positifs sont cependant contrebalancés dans les films des années 1950 par la présence de stéréotypes dévalorisants (celui de la damoiselle en détresse secourue in extremis par le héros), alors que selon Allison Whitney, le film Contact, tout en soulignant les difficultés rencontrées par Ellie sur le plan tant professionnel qu’émotionnel, défie les conventions romantiques et valorise la crédibilité intellectuelle du personnage.

7Les articles 6 à 12 sont essentiellement consacrés à la manière dont les femmes sont associées à des professions traditionnellement masculines dans des séries télévisuelles étatsuniennes récentes, même si dans le cas de « Mad Men’s Peggy Olson: A prefeminist champion in a postfeminist TV landscape » (article 6, de Stefania Marghitu), l’action se déroule dans les années 1960 à New York dans une agence publicitaire fictive de Madison Avenue. Selon l’historienne Stephanie Coontz, cette série, diffusée entre 2007 et 2015 sur la chaîne spécialisée étatsunienne AMC, est en fait la plus féministe, car elle réussit à valoriser les aptitudes professionnelles de ses personnages féminins (en particulier Peggy Olson, interprétée par Elisabeth Moss), qui doivent faire face au sexisme ambiant et même au machisme, sans pour autant en faire des héroïnes féministes contemporaines.

8Dans « A deeper cut: Enlightened sexism and Grey’s Anatomy » (article 7), Mikaela Feroli analyse l’évolution des principales héroïnes (Meredith Grey, Miranda Bailey, Cristina Yang, des internes qui au fil des saisons deviendront titulaires) de la série télévisée médicale diffusée depuis sur le réseau ABC qui se déroule dans un hôpital universitaire fictif. Elle se penche plus particulièrement sur leurs rapports souvent conflictuels avec leurs collègues masculins. Sont notamment abordés dans cette série les questions du désir (ou non) de maternité et de l’avortement ainsi que le refus souvent douloureux de ces personnages féminins de se conformer aux attentes et aux codes de la société.

9Les articles 8 et 9, « “There is no genius”: Dr. Joan Watson and the rewriting of gender and intelligence on CBS’s Elementary » (Helen Kang et Natasha Patterson) et « Stories worth telling: How Kerry Washington balances brains, beauty, and power in Hollywood » (Anna J. Reese), traitent également de femmes qui doivent faire face au sexisme ambiant dans la société étatsunienne, mais ici, les héroïnes appartiennent à une minorité ethnique. Joan Watson, avatar contemporain américain du Dr John Watson du Sherlock Holmes d’Arthur Conan Doyle, est d’origine asiatique dans Elementary, série télévisée diffusée depuis 2012 sur le réseau CBS, et Olivia Pope, l’experte en relations publiques de la série Scandal, diffusée depuis 2012 sur le réseau ABC, est afro-américaine. Dans Elementary, Joan Watson, ancienne chirurgienne reconvertie en « compagnon de sobriété » (sobriety counselor), va au fil des épisodes s’imposer auprès de Sherlock Holmes, avec qui elle entretient une amitié toute platonique, et également auprès du New York Police Department (NYPD) comme une partenaire à part entière. Paradoxalement, alors que la misogynie est clairement dénoncée dans la série, la question du racisme n’y est pas abordée. L’iconographie coloniale traditionnelle y est toutefois inversée : en effet, ce n’est pas Watson, la femme de couleur, qui représente un danger pour Holmes, mais la femme blanche, Irene Adler, alias Moriarty. Dans Scandal, le personnage d’Olivia Pope (interprétée par Kerry Washington, dont l’activisme politique dans la vie réelle est souligné), réputée pour sa gestion particulièrement efficace de crises souvent politiques, présente une héroïne noire à la fois physiquement séduisante et intelligente. Le succès de la série, ainsi que l’omniprésence de femmes en situation de pouvoir dans les fictions étatsuniennes contemporaines (contrairement d’ailleurs à ce qui se passe dans la réalité) sont liés au nombre croissant de femmes productrices et scénaristes noires. Pourtant, Olivia Pope n’échappe pas entièrement aux stéréotypes télévisuels sur les Afro-Américaines. Elle est en effet souvent représentée à la fois comme une tentatrice et comme une mammy moderne, la confidente/mère pour les membres de son équipe, qui résout les problèmes des autres. Les auteures de ces deux articles sont cependant résolument optimistes et, selon elles, les séries qu’elles analysent sont globalement positives et permettent de faire évoluer les mentalités des téléspectateurs.

10Dans « Postfeminism, sexuality, and the question of millenial identity on HBO’s Girls » (article 10), Margaret Tally analyse le rapport à la sexualité d’un groupe d’amies new-yorkaises d’une vingtaine d’années de la génération Y, aussi appelées « milléniales » (jeunes femmes nées autour de l’an 2000), dans la série Girls (2010), en réaction aux avancées de la deuxième vague de féminisme de la génération de leurs mères. Intelligentes et physiquement attirantes, elles sont décomplexées quand il s’agit de prendre l’initiative de rapports sexuels hors mariage ou de changer de partenaire, mais éprouvent les plus grandes difficultés à exprimer leurs désirs personnels et se contentent souvent d’un rôle passif, voire humiliant (surtout le personnage principal d’Hannah, interprété par Lena Dunham) pour satisfaire les fantasmes et les désirs des hommes. Une curiosité de cet article : l’auteure a compté non seulement le nombre de scènes à caractère sexuel dans les deux premières saisons (29), mais aussi celui d’orgasmes par personnage, pour montrer que dans cette série les personnages masculins jouissent en moyenne trois fois plus que les personnages féminins…

  • 3 J’ai choisi de traduire nerd par geek, ce terme étant maintenant largement utilisé en français.

11« I can’t believe I fell for Muppet Man! Female nerds and the order of discourse », de Raewyn Campbell (article 11), est consacré à l’évolution de la représentation des geeks3 au petit écran. Le titre fait allusion au « trope du Muppet Man » : afin d’accéder aux personnes et aux endroits qui sont leur sont habituellement interdits, les Muppets, marionnettes d’animaux divers plus ou moins monstrueux, se déguisent en être humain en s’empilant les uns sur les autres, s’affublant d’un long manteau et d’un chapeau, et en mettant des lunettes de soleil et une fausse moustache. Ce déguisement est nécessaire pour que les Muppets, qui représentent les marginaux, puissent intégrer un groupe dominant. Pour expliquer ce phénomène, l’auteure utilise les catégories d’analyse du discours mises au point par Michel Foucault. De même, les geeks féminines doivent adopter les caractéristiques des mâles de l’espèce pour être acceptées. Précédemment, les geeks étaient en général représentés comme des binoclards boutonneux totalement asociaux et souvent à la limite de l’autisme. Ils sont cependant passés en peu de temps de la marginalisation sociale à une grande visibilité culturelle. Quant aux geeks féminines, comme Annie dans Community, une sitcom diffusée de 2009 à 2014 sur NBC, qui suit le quotidien d’un groupe d’étudiants d’un community college dans une ville fictive du Colorado, ou même Hermione Granger dans les Harry Potter, elles ont en revanche tendance à être infantilisées et souvent reléguées à un rôle secondaire, où elles soutiennent fidèlement les personnages masculins. Elles éprouvent de grandes difficultés à être reconnues elles-mêmes en tant que geeks. Cependant, on constate également une évolution certaine du rôle des geeks féminines. L’exemple de Temperance Brennan, dite Bones, dans la série éponyme, diffusée depuis 2005 sur le réseau Fox, est à cet égard révélateur : cette experte en anthropologie judiciaire, extrêmement intelligente mais intimidante et socialement inapte, est néanmoins l’héroïne de la série et est admirée par ses collègues. L’article se termine par l’évocation d’une « vraie » geek, Felicia Day, qui a créé en 2007 la série en ligne The Guild, puis en 2012 sur YouTube Geek and Sundry, où elle redéfinit le champ et la signification de la « geekitude/geek attitude » grâce à la participation du public.

12La geekitude est également le sujet de l’article d’Amanda Stone (article 12), « Brains, beauty, and feminist television: The women of The Big Bang Theory », une sitcom diffusée depuis 2007 sur le réseau CBS, qui suit la vie fictive de deux geeks scientifiques au California Institute of Technology (Caltech) et de leurs amis. Les personnages font progressivement face à de jeunes femmes tout aussi geeks qu’eux, Bernadette et Amy, qui ont elles aussi embrassé une carrière scientifique (phénomène rare à la télévision et dans la réalité), à l’exception de Penny, la serveuse très sociable qui a une grande expérience sexuelle, sans avoir de culture scientifique au début de la série, mais qui est prête à apprendre. L’évolution des rapports que ces personnages vont entretenir entre eux est le sujet des différentes saisons. Selon l’auteure, cette série est un bon exemple de la manière dont l’intelligence féminine est représentée dans la culture populaire grâce à la diversité intellectuelle et émotionnelle des femmes qu’elle met en scène. De plus, les personnages féminins de la série, qui luttent contre les préjugés selon lesquels les sciences et technologie sont un domaine masculin, et qu’intellect et sexualité s’excluent mutuellement, déstabilisent l’image de la femme « normale » représentée dans la plupart des séries étatsuniennes. La série, qui rend la geekitude chic (geek chic), a selon l’auteure une influence bénéfique sur les téléspectateurs.

13Enfin, Rachel Bernstein, dans « Too smart for their own good? Images of young Jewish women in television and film » (article 13), retrace l’évolution de la représentation des hommes et des femmes de confession juive à l’écran depuis le début des années 2000. Le trope des années 1960 de la « princesse juive américaine » (Jewish American Princess ou JAP), qui représentaient ces jeunes femmes comme des filles à papa gâtées et matérialistes, dont le but était d’épouser un riche juif, qu’elles manipulaient tout en étant financièrement complètement dépendantes de leur mari, n’est en effet plus valide aujourd’hui, où domine à l’écran l’image culturelle de jeunes juives diplômées, qui travaillent et sont célibataires, ce qui reflète la réalité sociologique. Ces jeunes femmes tendent à être stigmatisées et accusées dans les médias de sacrifier les relations personnelles (en particulier le mariage, de plus en plus retardé, et les enfants, conçus tardivement et de moins en moins nombreux). L’article donne de nombreux exemples de films et de séries (en particulier Glee, une série télévisée musicale diffusée entre 2009 et 2015 sur le réseau Fox) où elles réussissent brillamment dans leur vie professionnelle (souvent artistique), mais échouent lamentablement dans leurs relations amoureuses, hétéro ou homosexuelles, alors que les jeunes juifs sont épargnés. L’influence de Woody Allen se fait sentir sur la manière dont, paradoxalement, ces jeunes femmes sont représentées : névrosées, qui échouent sur le plan sexuel mais très intelligentes et pourvues d’un tempérament artistique. L’évolution de l’image des hommes est à l’exact opposé de celle des femmes : à l’écran, les jeunes juifs ont une vie sociale bien remplie, réussissent médiocrement dans leur vie professionnelle et ont souvent une partenaire non juive. Ils sont bien acceptés par la société étatsunienne à cause de leur médiocrité ou grâce à elle et ne sont pas perçus comme dangereux, même s’ils sont représentés comme des obsédés sexuels : ce sont les nouveaux schlemiels.

  • 4 Elle a souvent évoqué ce souvenir d’enfance : « Well, when I was nine years old, Star Trek came on, (...)

14Pris individuellement, ces articles sont pour la plupart intéressants. Ils analysent tous des personnages féminins remarquables qui, chacun à leur façon, luttent contre les stéréotypes sur les femmes au grand comme au petit écran, où l’aspect physique prime souvent sur les capacités intellectuelles. On peut cependant regretter la fragmentation du propos, dispersé entre des cas d’espèce et des situations particulières que l’on pourrait multiplier quasiment à l’infini en considérant d’autres séries et d’autres films. On peut aussi s’interroger sur les choix des séries analysées. Quelques absences sont étonnantes, par exemple la série Ugly Betty, diffusée sur ABC entre 2006 et 2010, qui aurait sans doute (ne serait-ce que par son titre) apporté un autre éclairage sur la question, ou même plus loin en arrière Star Trek: The Original Series (1966-1969), qui n’est même pas mentionné mais qui, comme Whoopi Goldberg elle-même l’a plusieurs fois fait remarquer4, a bouleversé la manière dont les femmes, noires de surcroît, étaient représentées à l’écran, grâce au personnage du lieutenant Uhura (interprétée par Nichelle Nichols), scientifique de haut niveau chargée des communications à bord du vaisseau intergalactique Enterprise.

Haut de page

Notes

1 Il me semble intéressant de noter que la traduction française de Born yesterday est Comment l’esprit vient aux femmes

2 L’année précédente, elle avait obtenu l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Billy Dawn, une ancienne danseuse de cabaret très sexy mais particulièrement stupide qui se révèle en fin de compte bien plus intelligente et moins docile que son fiancé, un millionnaire véreux, ne s’y attendait.

3 J’ai choisi de traduire nerd par geek, ce terme étant maintenant largement utilisé en français.

4 Elle a souvent évoqué ce souvenir d’enfance : « Well, when I was nine years old, Star Trek came on, I looked at it and I went screaming through the house, Come here, mum, everybody, come quick, come quick, there’s a black lady on television and she ain’t no maid!” I knew right then and there I could be anything I wanted to be ». [En ligne]. http://femfreq.tumblr.com/post/58107029257/t-funster-well-when-i-was-nine-years-old. Page consultée le 21 mars 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Roblin, « Laura MATTOON D’AMORE (dir.) (2014), Smart Chicks on Screen. Representing Women’s Intellect in Film and Television », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/6943

Haut de page

Auteur

Isabelle Roblin

Isabelle Roblin est Maître de Conférences en anglais, Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (HLLI), Université du Littoral-Côte d’Opale. Courriel : Isabelle.Roblin@univ-littoral.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org