Navigation – Plan du site
Lectures

Heloiza MATOS (2009), Capital social e comunicacão: interfaces e articulacões

São Paulo, Summus
Laurianne St-Onge
Référence(s) :

Heloiza MATOS (2009), Capital social e comunicacão: interfaces e articulacões, São Paulo, Summus.

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Heloiza Matos propose d’explorer les liens existants entre la communication et le capital social, et ce, en élargissant l’étude de la communication au-delà de la question médiatique pour explorer des pistes de recherche plus prometteuses sur le plan social et politique plus particulièrement. En ancrant la définition du capital social dans l’acte communicationnel, Matos réussit, tout au long de son argumentaire soutenu par de nombreuses références, à enrichir les réflexions théoriques portant sur les articulations entre le processus communicationnel et la construction du capital social.

2Dans le premier chapitre, l’auteure établit les bases de son analyse en définissant le concept de capital social, ses origines ainsi que ses usages contemporains. Amorçant son analyse par les écrits d’Alexis de Tocqueville pour finir avec des auteurs contemporains comme Pierre Bourdieu, elle définit le capital social comme un processus communicationnel d’intercompréhension et de coopération où des acteurs en réseaux échangent de l’information et établissent un véritable dialogue dans le but d’atteindre des objectifs communs. L’auteur-clé à la base de cette définition est Robert Putnam, qui sera la référence centrale de Matos pour parcourir les différents thèmes de son analyse. Essentiellement, l’auteure cherche à échapper à une vision dite fonctionnelle de la communication pour explorer plus en profondeur les dynamiques qui créent et influencent la pratique communicationnelle au sein des sociétés démocratiques.

3Pour établir des liens entre le capital social et la participation citoyenne en politique, l’auteure bâtit au deuxième chapitre son argumentaire à l’aide du concept de l’opinion publique. Rendue possible grâce à un espace public qui encourage les débats argumentaires et la diffusion des enjeux, l’opinion publique témoigne du fil communicationnel liant les citoyens aux élus politiques. Malgré la possibilité d’influences journalistiques subjectives, l’opinion publique s’ancre dans les conversations civiques qui consolident les liens de solidarité et d’appartenance. Lorsqu’elles sont orientées vers une compréhension mutuelle, ces conversations contribuent d’autant plus à un renforcement des capacités critiques, communicationnelles et politiques des acteurs, construisant ainsi un espace public fort, capable d’engager les citoyens dans les débats publics, d’établir un climat de coopération et de solidarité entre eux, ce qui favorise la participation politique et le capital social.

4Pour faire suite à l’importance de la qualité de l’espace public et des interactions y prenant place, Matos saute au troisième chapitre à la communication politique, définie comme des processus communicationnels en lien avec la légitimation et le maintien des pouvoirs économique, politique et social d’une communauté. Souvent perçue comme une simple circulation d’information entre les acteurs concernés dans un contexte où les forces sociales sont majoritairement ignorées, la communication politique se divise entre différentes conceptions. Matos note à cet effet que la conception à privilégier pour solidifier le capital social est celle de la démocratie délibérative. En effet, cette conception de la démocratie, selon laquelle les décisions politiques sont le résultat d’un processus argumentaire entre citoyens, posséderait la capacité d’augmenter la participation citoyenne, puisqu’elle légitime l’espace public en encourageant la tenue de différents débats collectifs. Matos croit que ce genre d’approche politique a le potentiel de créer une véritable communication publique, décrite non simplement comme des communications gouvernementales, mais bien comme une vision générale des communications entre l’État, la société et les médias, qui reflète aussi l’opinion publique. Cette vision considère donc les relations entre l’État et la société civile comme des interactions basées sur un dialogue ouvert ainsi qu’un désir de coopération visant le bien commun, renforçant par le fait même les différents réseaux sociaux à l’œuvre.

5Au quatrième chapitre, Matos aborde inévitablement les réseaux sociaux à l’ère des technologies de l’information. Alors que l’auteure ne prétend aucunement approfondir les recherches déjà parues sur les liens entre les nouvelles technologies de l’information et les comportements sociaux, elle explore principalement, en lien avec le capital social, des recherches qui ont voulu vérifier si Internet pouvait être responsable ou non d’une socialisation accrue, découlant d’un sentiment solidaire envers l’engagement civique et d’une confiance générale amplifiée en la société de la part des usagers. Matos note tout de même les difficultés méthodologiques et empiriques à lier de manière convaincante Internet et le capital social, notre connaissance des habitudes comportementales découlant des nouvelles technologies étant encore sommaire et les modèles conceptuels couramment utilisés pour étudier celles-ci devant être approfondis. Il n’en demeure pas moins que ces technologies possèdent un rôle à jouer dans la construction du capital social, notamment à travers la construction d’un nouvel espace public ouvert à toutes et à tous, formant de nouveaux canaux communicationnels et de nouvelles sources d’engagement civique.

6Bien entendu, les retombées du capital social ne sont pas uniquement bénéfiques. Matos réserve donc le cinquième chapitre aux répercussions négatives que peuvent engendrer les liens à l’origine de la formation du capital social. Afin d’expliquer la dérive du capital social dans certains cas, elle souligne que le type de confiance dont il est question est primordial, tout comme l’est la manière dont celui-ci est construit. Parmi les facteurs d’importance relativement à la confiance se trouve la manière dont un État agit envers ses constituants et applique le processus décisionnel des politiques. Par exemple, des relations hiérarchiques et discriminatoires peuvent mener à l’exclusion de certains groupes qui, par la suite, se rallieront entre eux, créant leur propre communauté vivant selon ses codes. Matos note finalement que des initiatives peuvent contrer les effets négatifs du capital social pour encourager et renforcer ses effets positifs à l’aide de l’implantation de projets élaborés à l’échelle locale en accord avec la population.

7Pour conclure, soulignons que l’ouvrage de Matos pose des bases théoriques solides pour l’étude du capital social d’un point de vue communicationnel et propose diverses pistes de réflexion et de recherche intéressantes. Ponctué d’exemples plus concrets, la plupart issus de la réalité brésilienne, l’argumentaire de Matos s’articule autour d’un riche dialogue entre plusieurs auteurs issus de différents horizons, n’hésitant aucunement à cerner les forces et les faiblesses des théories mentionnées. Le tout est accompagné d’une bibliographie riche et commentée d’une grande qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurianne St-Onge, « Heloiza MATOS (2009), Capital social e comunicacão: interfaces e articulacões », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 06 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6945

Haut de page

Auteur

Laurianne St-Onge

Laurianne St-Onge est membre étudiante du Groupe d’Études et de Recherches Axées sur la Communication Internationale et Interculturelle (GERACII) et candidate à la maîtrise en communication internationale et interculturelle, Université du Québec à Montréal. Courriel : laurianne.st@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org