Navigation – Plan du site
Lectures

Richard MÈMETEAU (2014), Pop culture, réflexions sur l’industrie du rêve et l’invention des identités

Paris, Zones
Chloé Monin
Référence(s) :

Richard MÈMETEAU (2014), Pop culture, réflexions sur l’industrie du rêve et l’invention des identités, Paris, Zones

Texte intégral

  • 1 Les conférences internationales « A long way to the top » et « Heavy metal et sciences sociales » o (...)

1Les cultural studies anglo-saxonnes et, plus largement, les courants disciplinaires prenant pour objet d’étude les industries culturelles ne sont plus un phénomène nouveau dans l’univers de la recherche. Elles sont néanmoins particulièrement vivantes. La culture geek et sa récente légitimation retiennent ainsi l’attention de plusieurs chercheurs, comme en témoignent les ouvrages récents de David Peyrron (2014) et Mathieu Tricot (2011). Les popular music studies, nouveau courant des cultural studies, connaissent quant à elles un développement important à l’image des conférences organisées récemment en Europe, notamment en France et aux Pays-Bas fin 20141. La récente série d’ouvrages publiés en 2014 sur ce thème en témoigne également (Auslander, 2015 ; Boucher, David et Prévost, 2014).

2Comment Pop culture, réflexion sur les industries du rêve et l’invention des identités prend-il alors sa place dans ce paysage scientifique particulièrement dynamique ?

La culture populaire comme fiction

3L’auteur se place dans la continuité des études sur la culture de masse, culture populaire ou média-culture. Il étudie en effet celle-ci en tant que génératrice de mythes (voir les travaux d’Edgar Morin sur la culture de masse et le star system, 1957) et fédératrice d’identités collectives (Macé, 2005). Néanmoins, le livre de Richard Mèmeteau n’est pas une redite et présente un intérêt scientifique tant sur la forme que sur le fond. Philosophe de formation, Mèmeteau étudie la pop culture à partir de ses représentations. Il envisage cette culture sous l’angle qui lui semble le plus large possible, puisque les productions issues de la musique pop, des bandes dessinées, des émissions de téléréalité, des blockbusters du cinéma et des jeux vidéo sont ainsi analysées. Quel point commun à ces secteurs d’activité culturelle serait en mesure de rassembler ceux-ci et ainsi de définir un champ commun qui serait celui de la pop culture ? Selon Mèmeteau, c’est celui de la fiction, tant celle du travestissement (qu’il soit transgenre ou transidentitaire) que celle de l’invention narrative, qui est retenu. Par ce choix, il couvre ainsi tout autant le phénomène des personnages de scène dans la musique pop que la construction diégétique et narrative dans le cinéma, le jeu vidéo ou la bande dessinée. C’est donc par le biais de l’analyse du récit (celui des personnages médiatiques dans les cultures camp, gai et trans, celui du monomythe dans le cinéma étatsunien) que Mèmeteau envisage de définir la pop culture. Et ce sont les modèles théoriques qu’il propose afin de distinguer et d’analyser les mythes propres à la pop culture, autour desquels de nouvelles communautés et identités collectives se construisent. Mèmeteau rejoint ici Morin dans sa conception de la culture populaire comme nouveau vivier mythique et des artistes la composant comme nouveau panthéon.

Le fan comme nouveau producteur culturel et nouvel acteur de la recherche

4Analyser les récits, les mythes et les nouveaux dieux, c’est bien, me direz-vous. Mais qu’en est-il de la notion d’identité, qui apparaît dans le sous-titre de l’ouvrage ? Tout comme Éric Macé (2005), Mèmeteau envisage la pop culture comme génératrice et fédératrice d’identités collectives qui se cristallisent à travers les communautés de fans et leurs productions. À l’instar de Patrice Flichy (2010), Mèmeteau note l’importance du fan en tant qu’admirateur, spectateur, consommateur, mais aussi comme producteur et émetteur de biens culturels. En effet, depuis un certain temps et de façon plus prononcée avec le numérique et le développement du Web 2.0, le fan produit et crée, au moyen du fanzine, du fan art ou de la fan fiction, productions dont Mèmeteau analyse également les ressorts narratifs dans son ouvrage. Pour lui, c’est par ce biais productif que le fan s’avère être le moteur de développement des différents courants de la pop culture. Il évoque ainsi l’exemple des fandoms dans le domaine de la science-fiction qui ont largement contribué au dynamisme du comics et de la littérature fantastique, et rappelle que, avant d’être l’un des auteurs les plus vénérés de la science-fiction américaine, Isaac Azimov était d’abord un fan de science-fiction publiant dans un fanzine. « L’avantage de ce modèle est qu’il permet de s’assurer dès le début d’un public captif qui assure la survie du genre » (p. 212).

5Mais là où son travail constitue réellement une nouveauté, c’est dans le fait de considérer le fan non seulement comme un auteur artistique et culturel, mais aussi comme un auteur d’un discours scientifique sur son objet d’adoration. Il s’agit là d’une posture scientifique dont Mèmeteau se réclame. Les academic fans ou aca-fans, des « fans ayant intégré la recherche universitaire » (p. 213) comme les définit l’auteur, prennent ainsi le contre-pied d’une tradition fortement légitimée dans la recherche en sciences sociales, qui prône l’objectivité et une forte prise de distance à l’égard de son objet d’étude. Cela présuppose de ne pas faire partie du public de l’objet culturel étudié, une position tout à fait contraire à celle de l’aca-fan et à celle de l’auteur.

6Il s’agit là d’une posture novatrice, et pour le moins intéressante. Cette posture nouvelle, Mèmeteau l’exprime dans son écriture même, truffée de références à la culture populaire et de métaphores geek. C’est là un choix stylistique audacieux qui a pour principal et important défaut d’entacher parfois la compréhension du discours scientifique de l’auteur. Avoir une telle connaissance de la science-fiction n’est en effet pas donné à tout le monde !

7Pop culture n’en reste pas moins un ouvrage d’un grand intérêt pour qui s’intéresse à la culture populaire.

Haut de page

Bibliographie

AUSLANDER, Philip (2015), Glam rock. La subversion des genres, traduit de l’anglais par Alexandre BRUNET et Christophe JAQUET, Paris, La Découverte, Coll. « Culture sonore ».

BOUCHER, François-Emmanuël, Sylvain DAVID et Maxime PRÉVOST (2014), L’invention de la rock star. Les Rolling Stones dans l’imaginaire social, Québec, Presses de l’Université Laval.

FLICHY, Patrice (2010), Le sacre de l’amateur, sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil/République des idées.

MACÉ, Éric (2005), « Mouvements et contre-mouvements culturels dans la sphère publique et les médiacultures » dans Éric MAIGRET et Éric MACÉ (dir.), Penser les médiacultures, nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde, Paris, Armand Colin.

MORIN, Edgar (1957), Les stars, Paris, Seuil.

MORIN, Edgar (1975), L’esprit du temps, Paris, Grasset.

PEYRON, David (2014), Culture geek, Limoges, Éditions FYP.

TRICOT, Mathieu (2011), Philosophie des jeux vidéos, Paris, Zones.

Haut de page

Notes

1 Les conférences internationales « A long way to the top » et « Heavy metal et sciences sociales » organisées par l’IASPM à l’Université Erasmus de Rotterdam et à l’Université d’Angers fin 2014 notamment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Monin, « Richard MÈMETEAU (2014), Pop culture, réflexions sur l’industrie du rêve et l’invention des identités », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6949

Haut de page

Auteur

Chloé Monin

Chloé Monin est membre du Laboratoire Équipe de recherche de Lyon en sciences de l’Information et de la COmmunication (ELICO), Université Lyon 2. Courriel : c.monin@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org