Skip to navigation – Site map
Lectures

Vincent MEYER et Nozha SMATI (dir.) (2014), « Maghreb et territoires en communication »

Revue tunisienne de communication, no 62, janvier-juin
Gérald Arboit
Bibliographical reference

Vincent MEYER et Nozha SMATI (dir.) (2014), « Maghreb et territoires en communication », Revue tunisienne de communication, no 62, janvier-juin

Full text

1Ce numéro spécial de la Revue tunisienne de communication est le résultat d’une collaboration entre l’Institut de presse et des sciences de l’information, l’Institut supérieur de gestion, tous deux de l’Université de la Manouba, et du laboratoire de recherche Information, milieux, médias, médiations (I3M) des Universités de Nice et Toulon, avec le soutien de la Société française des sciences de l’information et de la communication. Les deux directeurs de cette édition illustrent bien cet universalisme universitaire, Vincent Meyer venant de Nice et Nozha Smati de Lille. Comme la thématique retenue d’ailleurs. Toutefois, la sémantique est dans ce cas trompeuse. Compte tenu du contexte de production et de la qualité des auteurs, il eût été intéressant d’avoir un éclairage sur le « printemps arabe » de 2012. Or, ce terme n’arrive que très tardivement (p. 185) et isolément. En fait, par « territoires en communication », il faut entendre « techniques […] de markéting territorial […] dans des plans de lutte ou programmes de développement » (p. 9) et à un moment, parce que les constats portent sur le Maghreb, où elles sont « encore balbutiantes ».

2Il s’agit donc d’un état des lieux de pratiques, non réellement communicationnelles comme il est d’usage de l’entendre, mais plutôt de valorisation touristique. Les paysages deviennent « supports de communication » caractérisés par « leurs spécificités surtout patrimoniales » (p. 9). Les qualités des 13 auteurs contribuant réellement au dossier sont d’ailleurs éclairantes. Si 3 sont bien compétents en information-communication, les 11 autres le sont plutôt en techniques de développement environnemental (géographie, économie rurale, management du développement, architecture et même sociologie). Dans cette appréhension touristique, les « formes communicationnelles » deviennent « la transmission d’information liée à la coprésence dans des groupes restreints » (p. 17), voire une « dynamique professionnelle » (p. 51) ou des « stratégies » (p. 48, 83, 113) « inhérente[s] à la communication publique et territoriale », « un support essentiel dans la politique de développement touristique des territoires » (p. 131, 147). Quand ce n’est pas simplement un « artefact méthodologique » (p. 10) pour évoquer la différenciation de territoires pensés dans leur singularité. La polysémie du mot communication est ici bien illustrée, mais il n’est pas sûr que la science de l’information en sorte renforcée !

3Le développement de la thématique générale s’oriente autour de deux sections, où seuls Fatima Zahra Oufara et Mohamed Ait Hamza cherchent à interroger « la communication touristique » (p. 131), mais ils ne le font pas en chercheurs en information-communication puisqu’ils sont sociologues. Néanmoins, ils présentent les différentes formes de communication publique et territoriale et leur rôle en matière de promotion et de développement touristique selon une approche sémiologique. La première section, forte de cinq articles, entend quant à elle présenter les « ressources à valoriser ». Mohammed Jaouad, Amor Tbib et Zeined Mtimit exposent les conséquences du développement touristique dans ces « zones arides, fragiles et menacées » (p. 11), dans un contexte de concurrence et de multiplicité des acteurs (touristes, voyagistes, hôteliers), qui éloignent les « amateurs et petits entrepreneurs » (p. 27). Dans une forme de solution aux questions du premier article, Ouafa Barakat et Abdelaziz Bendou proposent le « diagnostic territorial participatif », « démarche préludant la dynamique de développement local autour de finalité et d’enjeux stratégiques » (p. 48). Derrière la dialectique se cache un outil de décision et d’« amélioration des conditions d’accessibilité aux services sociaux » (p. 45). Mounir Jarraya et Mohamed Hellal cherchent eux à « rendre les individus conscients des problèmes environnementaux » (p. 51) pour freiner la dégradation des espaces. Pour sa part, Karima Boudedja propose une « approche territoriale » différente, sous la forme de « projets de proximité de développement rural intégrés » (p. 68), consistant en une valorisation des ressources locales (humaines) et des relations sociales. Balkis Mzioudet Faillon, docteure en information-communication, propose de « moderniser l’image de l’espace agropastoral » (p. 90) pour « persuader la population locale » (p. 91) et permettre « l’implantation d’associations soucieuses des problèmes pastoraux, socio-économiques et de biodiversité » (p. 91).

4Si la première section se montre sévère envers les développements touristiques menés par les autorités tunisiennes, marocaines et algériennes avant 2011, la seconde, composée de quatre articles, entend se pencher sur les « mises en tourisme ». Autrement dit, elle cherche des moyens de remplacement au tourisme de masse, par une meilleure gouvernance impliquant les « citoyens » (p. 11). Hayat Zerouali pose ainsi la question de l’approche patrimoniale, à l’aune de sa transmission. « Aussi bien matéri[el] qu’immatéri[el], […] historique et mémoire locale » (p. 99), le patrimoine suscite au Maghreb comme ailleurs la mobilisation d’acteurs locaux. L’idéal serait qu’il permette à la mémoire et aux patrimoines locaux « de s’inscrire dans des dispositifs de qualification institutionnelle et territoriale » (p. 110). Soumia Mahdid-Kherbouche et Abdelkader Djedid envisagent un « tourisme culturel durable » (p. 113), qui cache mal une volonté de détourner une part de ce tourisme balnéaire qualifié de « nocif » (p. 113) vers des villes historiques, si nombreuses de la Tunisie au Maroc. Cette notion entend faire reposer le tourisme sur un équilibre entre l’activité économique, la cohésion sociale et la préservation des ressources culturelles. Aissa Merah, maître de conférences en information-communication, introduit elle la question des ressources écologiques. « La vulgarisation et la publicisation de l’information écologique par les médias ont permis aux acteurs publics et associatifs de construire des représentations sur les risques menaçant l’écosystème et la biodiversité » (p. 148).

5Cette modernité des interrogations sur le Sud d’acteurs formés au Nord, ou raisonnant en fonction de postulats établis au Nord, permet aux coordonnateurs de ce dossier de constater que « les territoires étudiés au Maghreb ne bénéficient pas encore d’une communication adaptée pour soutenir les différentes actions de valorisation » (p. 13). Pourtant, à aucun moment, le contexte d’écriture n’a été influencé par le contexte général. Une crise endémique, tant économique, politique que civique, frappe le Maghreb. Elle est à la fois antérieure au « printemps arabe » et son résultat. Le meilleur exemple est la baisse générale de la rente touristique, amplifiée au besoin par la crise économique dans laquelle est engluée l’Europe. Il en ressort un ressentiment sur la rive maghrébine de la Méditerranée, qui est palpable par endroits dans ces communications. Ainsi lorsqu’on lit que « c’est bien l’OTAN et l’UE qui tirent l’essentiel des rentes touristiques de la planète » (p. 27) ! Cette phrase illustrait bien la problématique générale du dossier, si l’orientation résolument géographique (au sens disciplinaire) ne l’avait emporté.

6Cette tentation est d’autant plus évidente que l’article de Mohammed Amine El Mahfoudi, Aawatif Hayar et Serge Miranda porte justement sur la question du customer relationship management, c’est-à-dire qu’il explique comment la technologie peut influer sur « les événements politiques et sociaux », et donc générer un « processus de mutation sociale et politique » (p. 185). Toute chose que tenait justement à démontrer le dossier. Or, cet article est coincé entre deux « notes de recherche » qui en sont totalement déconnectées. La première, d’Olaf Kühne, Antje Schönwald et Annette Spellerberg, revient sur la notion de Heimat dans l’espace Sarre-Lorraine-Luxembourg, au travers des identités et des stéréotypes transfrontaliers. La troisième est signée d’Hafida Boulekbache et mobilise la notion de trace que l’architecture porte en elle au point de se transformer en « archi-écriture » (p. 198). Il est vrai que Marc Bloch parlait des « vestiges du passé » comme de « témoignages non écrits ».

Top of page

References

Electronic reference

Gérald Arboit, « Vincent MEYER et Nozha SMATI (dir.) (2014), « Maghreb et territoires en communication » », Communication [Online], vol. 34/1 | 2016, Online since 07 June 2016, connection on 24 June 2017. URL : http://communication.revues.org/6957

Top of page

About the author

Gérald Arboit

Gérald Arboit est directeur de recherche, Centre français de recherche sur le renseignement, Paris. Courriel : arboit@cf2r.org

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org