Navigation – Plan du site
Lectures

Josianne MILLETTE (2013), De la rue au fil de presse. Grèves étudiantes et relations publiques

Québec, Presses de l’Université Laval
Marie Dany Vinguédassalom
Référence(s) :

Josianne MILLETTE (2013), De la rue au fil de presse. Grèves étudiantes et relations publiques, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Josianne Millette cherche à répondre à la question suivante :
comment penser l’apparent paradoxe d’un mode de participation qui se présente comme une ouverture démocratique, mais qui en réalité restreindrait les possibilités de participation pour des groupes ne disposant pas des ressources nécessaires pour s’imposer dans les débats publics ou dont les discours ne cadrent pas avec les standards établis de la communication médiatique (chapitre 1.4, « Dilemme des relations publiques », p. 28) ?

2Dans son premier chapitre, l’auteure décrit le contexte spatial dans lequel évoluent les mouvements de grève étudiants québécois. Ceux-ci mènent « la bataille de l’opinion publique » dans un espace public médiatisé et marqué par les relations publiques et des pratiques journalistiques nouvelles. Ils mènent également la bataille en fonction des relations d’interdépendance avec les médias de masse : les mouvements sociaux militants, les politiques, l’opinion publique échangent avec les journalistes. C’est dans ces contextes que les groupes de contestation adaptent leurs discours et leurs pratiques de communication.

3Une tentative de définition des relations publiques, après un aperçu d’auteurs qui se sont penchés sur la question, est faite au chapitre 1.3, « Société de communication (ou d’information), démocratie et relations publiques » : « […] un ensemble de techniques et de “manières de faire”, une industrie et un champ de recherche en communication appliquée » (p. 23). Elles sont donc définies ici par leur objectif ; elles sont un outil technique à maîtriser, par leur objectif, but instrumental en servant d’outil technique à maîtriser.

4L’auteure, après avoir présenté la théorie critique se situant dans la continuité de la philosophie sociale, dénonce l’aspect « psychologisant » du concept de reconnaissance que donne le modèle critique d’Axel Honneth et Olivier Voirol (2006) et met en avant celui de Nancy Fraser (2004, 2001) qui le définit comme un enjeu de justice sociale (chapitre 2.2) et non comme « une condition nécessaire de l’autoréalisation humaine » (p. 38). Deux visions de la « reconnaissance » s’opposent donc : les visions psychologique et normative. Dans les deux cas, l’espace public devient un espace de « conflit permanent », et s’approprier les relations publiques passe par les luttes pour la visibilité et la reconnaissance (chapitre 2.1).

5Millette traite donc du printemps érable ou des grèves du carré rouge (symbole porté en appui à la grève visible sur la première de couverture, troisième chapitre) sous l’angle des tensions mises au jour par la pression à « bien communiquer » et l’utilisation de la stratégie des relations publiques, puis les rapporte au modèle bidimensionnel (dimension matérielle et morale) de la justice sociale de Fraser (2004, 2001) qui a un double objectif : redistribuer des ressources et rechercher la légitimité ainsi que la reconnaissance auprès des médias, de l’opinion publique et du pouvoir politique. Des exemples de reconnaissance et de légitimité sont donnés dans le sixième chapitre, « Mépris et injustice : deux faces d’une même lutte ».

6La recherche critique et empirique en sociologie des médias (McCurdy, 2012) montre les réactions économiques, politiques, institutionnelles et culturelles qui alimentent diverses tendances conduisant à la méfiance et à l’injustice : cristallisation du choix des événements couverts, restriction des cadres d’interprétation et conception d’une couverture marquée par la politique et un sensationnalisme axé sur les manifestants et la violence. L’auteure attire notre attention sur l’inégalité de pouvoir et de moyens entre les médias, les politiques et les mouvements sociaux dans la lutte pour le contrôle des représentations.

7Aussi des tensions, ambivalences et paradoxes (cinquième chapitre) surviennent-ils avec les relations publiques au cours des mouvements de grève du carré rouge :

[Tension] entre une logique centrée sur des objectifs et des stratégies d’action politique (perturbation) et logique de relations publiques (surtout relations de presse) centrée sur le contrôle des représentations et la recherche d’appuis dans l’opinion publique [stratégies liées à l’opinion publique : difficulté de gérer les retombées négatives dans l’opinion publique], tensions entourant le problème de la médiatisation du mouvement et des stratégies à mettre en œuvre sur ce plan [discours de méfiance, de frustration, de colère même, envers les médias de masse — déformation de la réalité], acteurs sensibles aux biais médiatiques et à la difficulté de valoriser leur point de vue, tensions quant aux notions d’image et d’opinion publique, centre de tensions [dû à] l’intégration des dimensions politiques et médiatiques de la lutte [démission de comités médias des organisations nationales étudiantes — fédérations étudiantes FECQ et FEUQ, association ASSÉ], tension autour des biais sexistes des logiques médiatiques [adaptation de la présidente de la FEUQ] (p. 108-115).


8La négociation des tensions, qui s’inscrit dans des configurations de pouvoir, participe à la trajectoire des mobilisations. La mobilisation est l’axe central des stratégies d’action politique.
Celles-ci montrent que l’ancien dilemme des relations publiques (adapter les discours — voir Todd Gitlin, 1980 : quatrième chapitre) est toujours actuel pour les groupes d’opposition « qui cherchent à être reconnus comme des participants légitimes des réactions démocratiques » (p. 133). Une analyse de la couverture médiatique des mouvements militants de 2005 et de 2012 permet à Millette de retenir cinq cadres d’interprétation : la dynamique de personnalisation du conflit, la réaction du contre-mouvement, la « grève » de 2005, le « boycottage » de 2012, la violence et l’intimidation (quatrième chapitre, « Communiquer pour gagner »).

9Par là même, les groupes de contestation utilisent les relations publiques pour faire contre- pouvoir, régler le problème d’inégalité d’accès aux médias. En ce sens, les relations publiques font partie du développement démocratique des sociétés et leur démocratisation semble une avancée normative.

10Nous sommes face à une démonstration où la communication, la transmission linéaire d’information qui domine ne prend pas en compte les échanges. C’est une idéologie de la relation qui ne s’occupe pas de la participation sociale et politique. La définition des relations publiques est influencée par ce modèle. La non-résolution de la légitimation des positionnements et de la non-reconnaissance des identités est due aux règles du « modèle implicite de la relation externe » qui permet paradoxalement les revendications. Du coup, grâce à ces contradictions dynamisantes, Millette est parvenue à faire ressortir bon nombre de tensions, de tendances, de logiques, de règles du jeu, mais ces logiques mériteraient d’être davantage explicitées, notamment les logiques du « jeu » médiatique.

Haut de page

Bibliographie

FRASER, Nancy (2001), « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement », Hermès, 31 : 125-157.

FRASER, Nancy (2004), « Justice sociale, redistribution et reconnaissance », Revue du MAUSS, 23 : 152-154.

HONNETH, Axel, et Olivier VOIROL (2006), « La théorie critique de l’École de Francfort et la théorie de la reconnaissance » dans Axel HONNETH, La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, édition établie par Olivier VOIROL, Paris, La Découverte, p. 151-180.

GITLIN, Todd (1980), The Whole World is Watching. Mass Media and the Making and Unmaking of the New Left, Berkeley, University of California Press.

MCCURDY, Patrick (2012), « Social movements, protest and mainstream media », Sociology Compass, 6(3) : 244-255.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Dany Vinguédassalom, « Josianne MILLETTE (2013), De la rue au fil de presse. Grèves étudiantes et relations publiques », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6959

Haut de page

Auteur

Marie Dany Vinguédassalom

Marie Dany Vinguédassalom est membre du Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales – Cercle d’étude et de recherche en information et communication (LERASS-CERIC), Université Paul-Valéry – Montpellier 3. Courriel : dany.vingue@icloud.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org