Skip to navigation – Site map
Lectures

Alain MONS (2013), Les lieux du sensible. Villes, hommes, images

Paris, CNRS Éditions
Sonia Laloyaux
Bibliographical reference

Alain MONS (2013), Les lieux du sensible. Villes, hommes, images, Paris, CNRS Éditions

Full text

1Dans son essai, l’auteur étudie l’environnement urbain en mettant l’accent sur le « sensible » éclairant nos environnements, nos milieux de vie. Alain Mons veut « rendre compte, de façon spéculative et sensible à la fois, de l’épaisseur, de l’étendue et de la turbulence des environnements perceptifs avec lesquels nous faisons, avec lesquels nous vivons dans une coprésence » (p. 9). Il interroge les urbanités et leurs perceptions, les représentations et les ambiances « entre le théorique et le descriptif, entre le spéculatif et la poétique, entre le littéraire, l’anthropologique, l’historique, le philosophique, l’artistique […] » (p. 10).

2Quatre parties permettent de plonger dans la réflexion de cet auteur et de saisir ses idées. Un premier point étudie les « Villes, images et irruptions ». La ville est parsemée d’images publicitaires, médiatiques, signalétiques, politiques, artistiques, et la nudité du corps y est de plus en plus souvent affichée, en particulier par le biais de la publicité. L’image est aujourd’hui omniprésente. La ville devient un espace d’errance, où le regard se « jette », une expérience des limites et des formes marquée par la pulvérisation de territoires repoussés aux confins. La ville est aussi le terrain de jeu de l’image, du cinéma et même de la lumière. En effet, la lumière électrique, par des « processus scintillants de la transmodernité » (p. 49), est un média à part entière qui enveloppe les objets de notre environnement immédiat. Pour l’auteur, il s’agit,

[…] avec la lumière urbaine, d’une conquête de la transparence sur l’obscurité (philosophie des lumières), d’un recouvrement de l’invisible par le visible, mais aussi d’un éblouissement esthétique qui bouleverse la perception ordinaire de la ville, d’un transport éclatant de l’espace qui fascine le citadin flâneur dans ses déambulations (p. 43-44).

3Depuis les années 1970, ce média sculpte la ville et surtout certains de ses lieux : port de Saint-Nazaire, Opéra de Lyon, Grand Stade à Saint-Denis…, leur redonnant une identité visuelle et permettant de découvrir certains sites ; alors que la photographie redonne une importance à la ville des confins, celle des « zones urbaines autres, étranges, étrangères, parfois abandonnées » (p. 57).

4Dans « Lieux, mouvements et suspens », l’auteur explique qu’un endroit peut renvoyer à autre chose que lui-même, à d’autres lieux, à des souvenirs…, un lieu peut marquer, affecter par son charme, l’inattendu qui s’en dégage. Dans cette deuxième partie, les perceptions et les imaginaires jouent également un rôle important dans l’étude de la ville. Ainsi, Mons va jusqu’à analyser l’appartement, ce refuge privé qui est un milieu in-territorialisé se juxtaposant à une déterritorialisation de la ville et alternant avec elle ; même si « des lézardes de toutes natures : matérielles, subjectives, médiatiques » (p. 88) le fissurent.

5La troisième partie de l’ouvrage, « Corps, sensations et interstices », est une analyse de la place des corps et, plus particulièrement, des visages qui « se croisent, se frôlent, se sentent, de manière transversale » et qui « disposent leurs interstices […] dans les transports en commun, aux “heures de pointe” : métro, bus, tramways… » (p. 125). La ville vit par ses corps, par ses paysages et par ses bruits qui sont engendrés.

6Enfin, « Images, trous et troubles » est entre autres une réflexion liée à la géographie affective, vu que « lorsque nous traversons certains lieux, certaines atmosphères spatiales, des images affluent dans notre imagination » (p. 205), cela dans la dispersion et l’explosion d’une institutionnalisation du réel et du temps. C’est donc ici la question de la mémoire qui domine, une mémoire qui participe à la perception de la ville, des lieux.

7Mons utilise dans l’ensemble de cet ouvrage l’art comme outil de cette étude des lieux urbains : photographie, publicité, danse contemporaine, cinéma, musique, etc., permettent de démontrer certaines perceptions et d’illustrer les imaginaires de la ville. Par exemple dans le film In the Mood for Love de Wong Kar-wai (2000), la ville est contaminée par le secret d’un amour « évident mais impossible à déclarer, à faire » (p. 111) : l’insaisissable imprègne les milieux dans le flottement sémantique.

8Ce livre, très original par son approche, ne peut qu’avoir un public très varié : étudiants, enseignants, personnes intéressées par la géographie et la sociologie urbaines ou tout simplement par les études sur l’imaginaire et les représentations. Néanmoins, il est très ardu pour les non-spécialistes et gagnerait à être illustré par quelques-unes des très nombreuses œuvres citées tout au long de la démonstration. Il y manque certainement une conclusion et un index. Cependant, il ne faut pas s’arrêter à ces quelques éléments manquants, d’autant plus que l’on peut le lire comme un recueil d’articles.

Top of page

References

Electronic reference

Sonia Laloyaux, « Alain MONS (2013), Les lieux du sensible. Villes, hommes, images », Communication [Online], vol. 34/1 | 2016, Online since 07 June 2016, connection on 24 April 2017. URL : http://communication.revues.org/6962

Top of page

About the author

Sonia Laloyaux

Sonia Laloyaux est doctorante en géographie et membre du Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et Société (TVES), Lille 1. Courriel : laloyauxsonia59@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org