Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre PAGÉ (2012), Claude Ryan. Un éditorialiste dans le débat social

Montréal, Fides
Jacques Rivet
Référence(s) :

Pierre PAGÉ (2012), Claude Ryan. Un éditorialiste dans le débat social, Montréal, Fides

Texte intégral

1Un ouvrage de 350 pages remarquablement bien documenté sur les éditoriaux de Claude Ryan regroupés sous cinq thèmes majeurs : tel est le travail qu’a réalisé le chercheur en histoire des médias Pierre Pagé en rédigeant ce « Ryan essentiel ». Après une introduction qui présente les grandes étapes de la carrière de Ryan avant qu’il exerce sa fonction de journaliste-éditorialiste de 1962 à 1978, au journal montréalais Le Devoir, l’auteur aborde brièvement le thème du rôle et de l’influence de l’éditorial dans la société. À son avis, « [...] la pratique de l’éditorial dans laquelle s’engageait Ryan, selon la forte tradition du Devoir, n’est pas la production d’un simple exposé d’une opinion personnelle sur les évènements et sur les acteurs publics de la vie collective » (p. 30-31). Il rappelle que l’éditorial affiche la position de l’entreprise et que ce genre journalistique majeur formule une interprétation visant à influencer le cours des évènements. Et de conclure que « l’intérêt public peut être démontré au lecteur par un éditorial alors que la surface des évènements ne le laissait pas paraître » (p. 33).

2La production journalistique de Ryan est colossale, précise Pagé : « 3 200 éditoriaux, blocs-notes et autres analyses totalisant environ 7 200 pages » (p. 38). Pagé s’y concentre depuis l’entrée en journalisme de l’éditorialiste en 1962. Constamment, il tient compte du contexte social qui justifie l’intervention de Ryan dans le débat public ainsi que de la complexité de son long parcours journalistique, lequel lui pose des difficultés de compréhension. Et il se donne une ligne de conduite qu’il respectera tout au long du livre : il ne faut pas que son regard d’historien soit « empêché par l’intransigeance et l’emportement » (p. 45) dont Ryan a fait montre sur les questions de politique constitutionnelle.

Le silence sur l’inexpérience journalistique de Ryan

3Ryan rédige son premier éditorial le 5 juin 1962. Presque deux ans plus tard, il publie son premier éditorial en tant que directeur du journal Le Devoir. Pagé fait ressortir les activités et les responsabilités du militant catholique avant son entrée en journalisme. Cependant, il passe sous silence le fait que ce dernier n’a aucune expérience journalistique, surtout comme reporter, au moment de son arrivée au Devoir. À ce sujet, ses propos sont quelque peu équivoques comme l’attestent ceux-ci : « Ryan rendait compte des évènements tels qu’ils venaient sur la table du journal quotidien » (p. 54). Du point de vue journalistique, le reporter rend compte des évènements ; l’éditorialiste les commente et les évalue. Autre exemple assez probant d’une certaine confusion entre le rôle classique du reporter et celui de l’éditorialiste : « Au milieu des années 60, Claude Ryan a couvert méthodiquement le déroulement du concile Vatican II » (p. 353).

4Affirmer qu’il a « couvert méthodiquement le déroulement du concile » ou qu’il « rendait compte des évènements tels qu’ils venaient sur la table du journal » (on ne sait trop qui pouvait bien les y placer!), c’est lui attribuer les traits professionnels du reporter. Il serait d’ailleurs intéressant de suggérer à toute étudiante ou à tout étudiant qui voudrait cerner le concept de couverture journalistique de comparer celle effectuée durant le concile Vatican II par Ryan avec celle réalisée par Henri Fesquet (Le Monde), celui-ci étant pertinemment référencé dans le livre. Pourtant, ces imprécisions professionnelles n’enlèvent rien à la grande qualité documentaire de l’ouvrage. Avant tout parce que l’objectif principal de l’auteur est de saisir la pensée journalistique, politique, théologique et sociale de Ryan à travers ses multiples éditoriaux. Et sur ce plan, il montre que les analyses de ce dernier sont très éclairantes, particulièrement celles à propos du concile Vatican II.

Les innovations rédactionnelles du directeur Ryan

  • 1 Le journaliste Jean-V Dufresne avait obtenu une promotion en accédant au Conseil de la rédaction. U (...)

5L’ouvrage aborde la conception du journalisme de Ryan au deuxième chapitre. Pagé explique que ce dernier exprime ses idées sur la responsabilité sociale du journalisme lors de divers évènements comme le conflit entre Gérard Pelletier et La Presse en 19651, la fondation de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) en 1969 et la déclaration « tonitruante » du premier ministre canadien Pierre E. Trudeau contre Radio-Canada cette même année. Il s’attarde particulièrement à commenter la conférence qu’a donnée Ryan en 1968 : « Après quelques années d’exercice professionnel, Ryan acceptait [...] de donner une conférence à des spécialistes d’action sociale où il exprimait, à titre de journaliste, les idées principales d’une conception du journalisme professionnel tel qu’il le voyait lorsqu’il est exercé par un chrétien » (p. 66).

6Ces idées ne diffèrent en rien de celles qu’on rencontre dans tout bon manuel sur l’éthique du journalisme, comme le prouve l’extrait suivant présenté par l’auteur : « Le respect des faits, le respect des genres, le souci de la précision et de l’exactitude, la clarté et la vigueur de l’expression, la liberté vis-à-vis des puissances établies, le sens de l’inédit, le souci de l’efficacité et de la rapidité, l’aptitude à la discussion honnête et virile... » (p. 68).

7En rédigeant son livre, Pagé n’a pas pour but de découvrir la conception que Ryan se fait du journalisme à travers le traitement et la mise en valeur de l’information journalistique dont il est, à titre de directeur de la publication, l’ultime responsable. Mais il se permet, à l’occasion, d’en souligner quelques originalités comme à la note de référence 49 de la page 98 du deuxième chapitre. La ministre Judy LaMarsh, secrétaire d’État responsable de Radio-Canada devant le Parlement canadien, avait parlé à l’automne de 1967 de « la direction pourrie de Radio Canada ». Vérification faite dans l’exemplaire même du journal, Ryan publie un éditorial sur cinq colonnes dans une page de huit colonnes intitulé : « Radio-Canada et le service de “l’unité nationale” ». À la suite de sa signature en bas de texte, il ajoute une note rédactionnelle inhabituelle sous la forme de post-scriptum qui s’adresse manifestement aux dirigeants de Radio-Canada. Pagé la reproduit à ladite note 49, dont l’introduction se lit comme suit : « Il est significatif de noter que Ryan — fait très rare — ajoute un postscriptum à son éditorial pour refuser de déplacer le débat » (p. 98).

8La crise de l’Action catholique au Canada en 1966 permet à Pagé de prouver l’implication dynamique de Ryan, certes, en tant qu’éditorialiste, mais aussi comme l’un des acteurs d’une controverse dont il connaît d’une manière approfondie tous les aspects autant internes qu’externes. Après 40 ans, il constate la justesse de la pensée de Ryan dans un article d’analyse publié le 25 octobre 1966 en bas de page sur six des huit colonnes de la page éditoriale. L’analyse s’intitule « La crise de l’Action catholique » et débute comme suit : « Le fond du débat, c’est, en somme, l’orientation nouvelle qu’il faudra imprimer à l’Action catholique et à l’apostolat laïque au cours des années à venir » (p. 413). Et l’auteur de conclure que « c’était une vision prospective que le temps a largement confirmée pour le Québec » (p. 413). Ce qui lui échappe, cependant, vérification faite, c’est la mise en valeur de cette analyse à la une du journal ce 25 octobre dans une note de référence libellée « À la page 4, les commentaires de Claude Ryan », apposée au titre du reportage signé par Jean Francœur en bas de page : « L’épiscopat canadien sursoit à sa décision de réorganiser les structures de l’A. catholique. » En fait, Ryan s’implique dans la nouvelle en devenant l’un des acteurs de l’évènement.

9Le 13 décembre 1967, rapporte l’auteur, Ryan rédige un troisième article d’analyse sous le titre « Bilan d’un épiscopat fructueux. Les 17 années du cardinal Léger à Montréal » dans la rubrique « Des idées, des évènements et des hommes ». Concernant cette rubrique, il est nécessaire de rappeler, pour s’inscrire dans la démarche de l’auteur qui traite rigoureusement de la conception que se fait Ryan du journalisme, que c’est ce dernier qui l’a créée discrètement le 28 janvier 1965 en page 5 du journal. Le 4 février 1965, elle prend toute son ampleur : la « Lettre de New York » de Louis Wiznitzer accompagne une analyse du journaliste Maurice Giroux sur « La comptabilité nationale du Québec » et une opinion « Contre la peine de mort » de Phillip Michaels, membre de la Société canadienne pour l’abolition de la peine de mort. Elle évoluera depuis cette date jusqu’à nos jours en donnant de plus en plus la parole à des experts extérieurs au journal de toutes les disciplines scientifiques, universitaires et professionnelles. À l’origine, la rubrique rassemblait des textes de correspondants étrangers avec des articles d’opinions d’experts ou d’opinions journalistiques ainsi que des documents officiels intégraux. Ryan ne se privera pas pour l’utiliser comme lieu de diffusion de ses analyses, particulièrement sur les questions religieuses, sujet qui relevait manifestement de sa compétence socioreligieuse comme dans le cas précédemment mentionné.

10Sur le plan des innovations rédactionnelles, soulignons d’abord que l’auteur présente un extrait d’« un très long éditorial qui ressemble à un manifeste [du] fédéralisme [de Ryan] » (p. 49), le 23 septembre 1967, dans lequel le directeur du Devoir proclame que le fédéralisme est « la voie préférentielle de la liberté et de la collaboration ». Et il explique : « Cette “option” du directeur du Devoir qui devenait ainsi la doctrine officielle du journal, fut contestée, un mois plus tard, de façon forte et lucide par l’éditorialiste Jean-Marc Léger. [Ce dernier] perdit son statut d’éditorialiste » (p. 49). Puis, dans la note 6 du chapitre 14 à propos d’« un débat public sur l’enseignement de la théologie », Pagé précise : « Dans ce dossier comme dans plusieurs autres, on doit garder en tête que Claude Ryan était directeur du Devoir en plus d’être éditorialiste, et que les décisions éditoriales visaient à faire place dans ses pages à une pluralité d’interventions pour que se tienne un débat dans la société » (p. 431). Précisons que Ryan a aussi été rédacteur en chef lors du décès d’André Laurendeau en 1968 jusqu’à la nomination de Michel Roy, le 20 janvier 1976.

11Le congédiement de Jean-Marc Léger est manifestement un comportement autoritaire de Ryan concernant la fonction d’éditorialiste que souligne l’auteur. Cependant, il aurait pu atténuer cette perception qui s’en dégage à l’évidence en mentionnant que celui-ci l’a modifié à la faveur des élections québécoises du 29 octobre 1973. Le samedi 27 octobre 1973, en page 4, il rédige un troisième éditorial principal sur « Le choix du 29 octobre – 3. Le prochain parlement » dans lequel il prend position pour la réélection du gouvernement de Robert Bourassa. Mais deux autres éditorialistes donnent leur avis en l’accompagnant dans la page : Jean-Caude Leclerc publie « Pour une Opposition solide le 29 octobre » et Laurent Laplante, « Pourquoi le Parti québécois ». Et Ryan conclut l’éditorial principal comme suit : « Au Devoir, en tout cas, nous avons tenté de [nous définir] en préservant la prérogative essentielle de la direction du journal, mais sans empêcher pour autant ceux dont on est habitué à lire les opinions dans le journal de faire valoir des raisons qui peuvent justifier un choix différent » (page 4).

Une imprécision heuristique

12Pagé décrit parfois les modalités du traitement d’information des articles qu’il analyse comme doit le faire un historien des médias, sachant qu’il cerne alors les actes rédactionnels ou professionnels posés par le rédacteur qui en est l’auteur. Habituellement, le rédacteur d’un article de presse n’est pas celui qui le met en valeur dans son journal. Cette responsabilité appartient à un autre journaliste qui est, en fait, le premier lecteur de l’article à valoriser. Dans le cas de Ryan, il est à la fois journaliste, éditorialiste, rédacteur en chef et directeur du Devoir. Et aucune modalité de traitement d’information n’échappe à son contrôle dans le journal, soit par son intervention directe, soit par celle de fidèles collaborateurs, notamment par un grand maître en mise en valeur de l’information de presse : le journaliste Jean Francœur.

13Il n’est donc pas étonnant que l’historien Pagé, en traitant de « la méthode d’information de Ryan » dans la section « Un éditorialiste animateur d’un débat social dans l’institution » (p. 437) du cinquième chapitre, laisse entendre que le directeur du Devoir ait mis en page des textes rédigés ou reproduits dans deux pages d’analyse, les 20 et 21 janvier 1976. Relisons l’analyse de l’auteur :

Le premier texte (20 janvier 1976 [sic]) est particulièrement représentatif de « la méthode d’information de Ryan ». En une pleine page où l’on trouve les photos de Mgr Grégoire et du recteur Lacoste, Ryan présente un texte pour expliquer l’origine du conflit et les positions des professeurs. Dans un bloc central, il donne de larges extraits de la déclaration de l’archevêque de Montréal. Dans un autre bloc, il présente la position des dirigeants de la Faculté, « coincés dans un dilemme intenable ». Dans une conclusion, Ryan explique que d’autres universités ont trouvé la façon de nuancer l’application des règles romaines, notamment à Québec, à Sherbrooke, aux États-Unis, en Ontario (p. 437).

14Or, ces textes n’ont pas paru le 20 janvier 1976, mais bien le 21 janvier en page 5 sous la rubrique « Des idées, des évènements, des hommes ». Ils font partie de la deuxième page publiée par le journal sur le sujet. Les surtitre et titre sont les suivants : « Les prêtres laïcisés et l’avenir de la Faculté de théologie – 2 – Entre Mgr Grégoire et les professeurs, des divergences qui remettent en cause le double statut de la Faculté ».

  • 2 L’auteur le fait plusieurs fois tout au long de son ouvrage.

15En effet, le 20 janvier 1976, Le Devoir présente une série de textes dans la même rubrique sous les surtitre et titre suivants : « Les prêtres laïcisés et l’avenir de la Faculté de théologie – 1 – Comment l’application des normes romaines a mis le feu aux poudres ». Un bloc préambule décrit le contexte événementiel qui justifie l’analyse de Ryan. Celle-ci est accompagnée d’une reproduction intégrale des « Normes romaines ». La méprise sans doute involontaire de l’auteur, une fois la vérification faite dans les exemplaires des journaux, permet de découvrir la méthode d’information journalistique très rigoureuse de Ryan et donne l’occasion de la mettre en relief2 : il décrit d’abord le contexte historique et le fondement de la controverse (le 20 janvier) avant d’expliquer et de commenter les positions des parties en présence (le 21 janvier). Notons au passage que Ryan signe également l’éditorial du journal ces deux jours consécutifs. Et le 20 janvier 1976, c’est le dernier jour de son mandat de rédacteur en chef de la publication, le journaliste Michel Roy prenant la relève.

Un éditorialiste suivi à la trace

16La troisième partie de l’ouvrage est spécialement révélatrice de la pensée de Ryan et de sa façon de pratiquer le journalisme. « Quatre dossiers majeurs pour animer les débats de société » en sont l’objet : l’éducation, la politique linguistique, la crise d’octobre et les conflits de travail. Selon l’expression populaire connue, Ryan publie « à tour de bras ». L’auteur se soucie d’indiquer l’ampleur quantitative de sa pratique éditoriale dans le titre des chapitres. Pagé s’y prend de diverses manières pour mettre en valeur le travail de Ryan. En ce qui concerne les sujets traités par l’éditorialiste, il renvoie souvent à l’expérience passée de ce dernier pour attester de la justesse de ses interventions. En éducation : « Claude Ryan, par sa formation en travail social, était depuis longtemps familier avec la problématique sociale de l’éducation » (note 2, p. 225) ; « Dès son arrivée au Devoir, en 1962, alors que la commission Parent était en marche et commençait ses audiences, Ryan a voulu porter attention, selon sa formation en travail social, au processus de consultation publique... » (p. 228). En religion : « C’est dans une pleine connaissance de cette société québécoise que Ryan voyait son mandat d’éditorialiste » (p. 356) concernant les « signes de renouveau dans l’Église du Québec » (note 6, p. 356). En théologie : « Sa compétence en théologie repose sur une décennie de lectures spécialisées, sur des contacts nationaux et internationaux auprès de spécialistes de la théologie... » (p. 357).

17Pagé insiste sur le fait que Ryan reconnaît régulièrement l’aspect fondamental des choses et des situations :

« Rendez à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu ». Cette distinction fondamentale entre l’ordre temporel et l’ordre spirituel est fortement remise à l’avant-plan par Ryan (p. 220).

Ryan cite un élément fondamental de l’intervention des évêques qui se situent comme des citoyens responsables face à l’ensemble de la société et spécialement face aux citoyens qui ont des convictions différentes de celles des catholiques (p. 232).

18Selon lui, Ryan a l’habitude de faire la synthèse d’une question après avoir suivi le déroulement des évènements : « Après des mois supplémentaires de consultation, le bill 60 s’acheminait vers une présentation nouvelle à l’Assemblée nationale et Ryan tenait à faire le point une dernière fois avant la fin de ce long parcours, après avoir scruté attentivement le rôle du Conseil supérieur de l’éducation » (p. 237).

  • 3 Le 27 juin 1968, à Saint-Léonard, la commission scolaire adopte une résolution imposant l'école fra (...)

19La critique de l’auteur à l’égard de l’éditorialiste n’est pas fréquente. Mais elle se manifeste à propos de deux de ses comportements. D’abord, le désaccord entre ce dernier et les chefs de file de Saint-Léonard concernant la question linguistique3 pousse Pagé à s’étonner de l’argumentation que l’éditorialiste développe :

Ce qui est étonnant dans son argumentation, c’est qu’au lieu de s’appuyer sur les discussions qui ont lieu à l’Assemblée nationale, il se réfère [...] au rapport Laurendeau-Dunton en version préliminaire. [...] Cette référence aux principes d’Ottawa dans un dossier d’éducation relevant des provinces laisse perplexe... (p. 268)

20Puis, les dispositions du projet de loi 1 ou projet de loi 101 proposées par le ministre Camille Laurin dans le gouvernement péquiste en 1977 l’amènent à déplorer l’attitude de Ryan dans ce dossier : « Pour un homme rationnel qui ne connaît le dossier que depuis 24 heures, Ryan se laisse visiblement emporter par la passion et par le goût du débat avec quelqu’un que le journaliste voit désormais comme un adversaire, comme ce sera officiellement le cas huit mois plus tard » (p. 280). Peut-être aurait-il fallu ajouter que le comportement de l’éditorialiste n’était pas exempt d’arrière-pensée dans la perspective de la carrière politique qu’il allait entreprendre en 1978.

Une suggestion laissée lettre morte

21Le congédiement de Gérard Pelletier par La Presse le 30 mars 1965 est rapporté à la une du Devoir le lendemain. L’auteur explique la position de Ryan en se référant à son éditorial du 31 mars 1965 intitulé « Un jour sombre pour le journalisme ». Ce qu’il faut cependant savoir, c’est que ce texte n’occupe pas la place habituelle de l’éditorial dans le journal. Il apparaît à la une dans la huitième colonne descendant sur les trois quarts de la page et dont le début est situé au niveau même du logo du journal, soit le nom « Le Devoir ». Ce texte est juxtaposé à une photo de Pelletier quittant La Presse, lequel coiffe la déclaration qu’il a faite, la veille, devant les journalistes en annonçant son congédiement. Pagé aurait pu, en raison des modalités de ce traitement journalistique de la nouvelle et de l’éditorial, affirmer sans réticence que Ryan avait plongé tête première dans les péripéties de l’événement, comme son comportement le démontrera par la suite alors qu’il accueillera le rédacteur en chef congédié comme chroniqueur au Devoir.

22De plus, cet éditorial contient une suggestion fort originale soulignée par Pagé : « Il est urgent que [les] fonctions [de direction dans un journal] soient encadrées dans un statut juridique précis qui prémunisse leurs titulaires contre l’arbitraire des propriétaires » (p. 75). L’auteur aborde à nouveau ce sujet en commentant la « vaste réflexion » qu’a faite Ryan, le 2 novembre 1965, devant la Chambre de commerce de Montréal sur les entreprises de presse :

Mais il suggère surtout de définir un statut juridique plus précis pour le directeur de la rédaction, et d’engager le titulaire par un contrat précis qui donne aux administrateurs des garanties minimales quant à l’orientation à suivre mais aussi une protection réelle contre les interférences des propriétaires dans les décisions d’ordre rédactionnel (p. 84).

  • 4 M. Pierre Karl Péladeau est l’ancien président de Quebecor qu’il quitte le 13 mars 2013. Élu député (...)

23Le 10 octobre 2014, Le Devoir publiait mon article intitulé « PKP pourrait faire œuvre utile – Le député de Saint-Jérôme devrait signer, tout de suite, un contrat d’indépendance journalistique » à la suite de son engagement public de faire « une déclaration solennelle » de ne pas intervenir auprès des directions rédactionnelles de ses médias4. Le 6 janvier 2015, je récidivais dans un second article en précisant ma pensée à ce sujet en me référant au rôle du public editor du New York Times (« Quelques résolutions suggérées à PKP pour la nouvelle année », Le Devoir, 6 janvier 2015). Si, au moment de la rédaction de ces textes, j’avais déjà lu l’ouvrage de Pagé, ce qui n’était pas le cas, j’aurais dû attribuer l’origine de l’idée à Ryan. J’aurais cependant été aidé dans cette reconnaissance si, comme le mentionne l’auteur (p. 486-487), Ryan, alors ministre de l’Éducation, avait réitéré sa suggestion lors de sa conférence inaugurale, en 1984, du colloque « Droit et journalisme : nature et limites de la liberté de presse », conférence intitulée « Les multiples facettes du problème » (p. 15-33) et publiée dans l’ouvrage d’Alain Prujiner et Florian Sauvageau (1986). Mais il n’en fut rien. Sa suggestion est même restée lettre morte durant son mandat de directeur du Devoir, ce qui aurait pu être mentionné par l’auteur.

La méthode analytique de Pagé

24L’ouvrage de Pagé est remarquablement documenté, précis et analytique. Quelle en est la méthode ? L’auteur étudie un texte éditorial en repérant d’abord son objectif journalistique, politique ou social. Puis, la prose de Ryan est décomposée dans ses éléments essentiels : Pagé met en évidence ses constats, ses nuances, ses jugements et même ses sanctions (plus rarement), toujours en tenant compte du contexte historique qui les motive. Et ce qu’il y a de particulier à l’occasion, c’est la mise en évidence de ses états psychologiques comme de ses états d’âme ; cela atteste d’une certaine connaissance intime du personnage. En voici un exemple :

Dans son deuxième éditorial publié au lendemain de ce qui a été rapidement désigné le « week-end rouge », Ryan cherchait à apprécier les responsabilités des uns et des autres. La grève venait de conduire à des incendies en série. [...] Ryan y voit la marque « d’un cynisme révoltant » qui montre à l’évidence une perte majeure de sens social et moral chez ceux qui ont commis de tels actes. Il s’indigne devant « cette violation du droit élémentaire des gens à la protection de leur toit ». D’autant plus que l’éditorialiste, selon sa façon de faire qui lui était coutumière, était allé sur place rencontrer les citoyens chassés de leur logis et qu’il avait constaté le dommage « démesuré par rapport à l’objectif que poursuivaient les grévistes » (p. 334).

  • 5 Selon les dispositions du testament d’Henri Bourassa, fondateur du Devoir le 10 janvier 1910.

25Sur le plan du traitement de l’information de presse, Pagé met parfois en évidence la stratégie rédactionnelle de Ryan. Et il a affaire à un « turbo-journaliste ». Rappelons-le : il est à la fois journaliste, rédacteur en chef, directeur-propriétaire5 de la publication. Pour un historien et chercheur des médias, le personnage est à la fois extrêmement intéressant et très complexe à étudier, particulièrement en raison de ses triples fonctions. Car on peut dire que, compte tenu de son type contrôlant de gestion managériale, tous les actes rédactionnels ou professionnels posés dans Le Devoir durant son mandat lui appartiennent et sont de sa responsabilité, qu’il les ait commis directement ou par l’intermédiaire de collaborateurs particulièrement fidèles à sa politique journalistique. Le livre de Pagé fait bien ressortir la complexité et la richesse de la pensée éditoriale de Ryan sur le plan journalistique, politique, théologique et social. Selon le mot d’un de ses successeurs, Bernard Descôteaux, le produit de son « magistère » (p. 31) a été rigoureusement exploré. L’ouvrage donne de plus de nombreuses pistes pour poursuivre des recherches sur les actes rédactionnels ou professionnels qu’il a posés ou que Le Devoir a posés sous sa supervision afin de mieux découvrir l’essence et les facettes d’un journalisme d’interprétation et d’opinion inédit. En cela, l’ouvrage de Pagé s’avère un « Ryan essentiel » à la réflexion sur le journalisme québécois.

Haut de page

Bibliographie

PRUJINER, Alain et Florian SAUVAGEAU (1986), Qu’est-ce que la liberté de presse ?, Montréal, Boréal.

Haut de page

Notes

1 Le journaliste Jean-V Dufresne avait obtenu une promotion en accédant au Conseil de la rédaction. Une grève des typographes est déclenchée le 3 juin 1964. Les journalistes publient La Presse Libre dont l’un des principaux animateurs est Dufresne. Au retour, ce dernier n’obtient pas sa promotion ; le Conseil d’administration bloquant sa nomination. Gérard Pelletier proteste auprès de ce dernier. Le 31 mars, en manchette de Une, Le Devoir titre :« La Presse congédie Pelletier / Quatre de ses collaborateurs abandonnent leur poste – Champoux assure l’intérim ».

2 L’auteur le fait plusieurs fois tout au long de son ouvrage.

3 Le 27 juin 1968, à Saint-Léonard, la commission scolaire adopte une résolution imposant l'école française aux nouveaux élèves de l'élémentaire pour la rentrée. La décision vise en fait l'abolition des classes élémentaires bilingues créées en 1963 pour accueillir les nouveaux immigrants. La décision des commissaires fait prendre une telle ampleur au conflit qu'elle oblige bientôt le gouvernement à légiférer. Ce sera la loi 63, décriée, du gouvernement unioniste de Jean-Jacques Bertrand. (Source : Archives de Radio-Canada).

4 M. Pierre Karl Péladeau est l’ancien président de Quebecor qu’il quitte le 13 mars 2013. Élu député du Parti québécois le 7 avril 2014 dans la circonscription de Saint-Jérôme, il en devient le chef le 25 mai 2015. Leader de l’Opposition officielle à L’Assemblée nationale du Québec, il est toujours l’actionnaire de contrôle de Quebecor.

5 Selon les dispositions du testament d’Henri Bourassa, fondateur du Devoir le 10 janvier 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rivet, « Pierre PAGÉ (2012), Claude Ryan. Un éditorialiste dans le débat social », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6970

Haut de page

Auteur

Jacques Rivet

Jacques Rivet est professeur au Département d’information et de communication, Université Laval. Courriel : Jacques.Rivet@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org