Navigation – Plan du site
Lectures

Claire PELTIER (dir.) (2014), La médiatisation de la formation et de l’apprentissage. Mélanges offerts à Daniel Peraya

Louvain-la-Neuve, De Boeck
Anne-Hélène Le Cornec Ubertini
Référence(s) :

Claire PELTIER (dir.) (2014), La médiatisation de la formation et de l’apprentissage. Mélanges offerts à Daniel Peraya, Louvain-la-Neuve, De Boeck

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Claire Peltier est un hommage aux travaux de Daniel Peraya, à la croisée des chemins entre les sciences de l’éducation, la psychologie, la linguistique et les sciences de l’information et de la communication. Peraya, docteur en communication, est spécialiste des technologies éducatives et notamment de l’enseignement à distance ; il est professeur à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation de l’Université de Genève. Pour son départ à la retraite, 17 collègues — Jean-Paul Bronckart, Claire Peltier, Jean-Pierre Meunier, Alain Jaillet, Geneviève Jacquinot-Delaunay, Bernadette Charlier, Christian Depover, Geneviève Lameul, Mireille Brétrancourt, Pierre Mœglin, Jean-François Cerisier, Philippe Bonfils, Didier Paquelin, Pierre-Jean Loiret, Alain Jaillet, François Larose, Vincent Grenon — ont souhaité soit entamer une nouvelle réflexion avec lui, soit en poursuivre une et proposer de nouvelles pistes de recherche. À cette occasion, le lecteur mesure l’étendue du champ disciplinaire abordé et il n’est pas étonnant que le maître mot de ce livre soit « complexité ». Chaque chapitre (il y en a 13) y fait référence. Comment tenir ensemble tant de facteurs intervenant dans les processus de formation et d’apprentissage, en donnant à chacun le poids relatif qui lui revient malgré la diversité des interlocuteurs, des médias utilisés et la singularité des contextes ?

2Dans la préface, Jean-Paul Bronckart retient essentiellement de Peraya son travail de conceptualisation scientifique des dispositifs de formation médiatisée. Souvent source de confusion, pas seulement pour les profanes, les termes médias ou medium, médiatisation et médiation sont clairement définis, du moins provisoirement. Les travaux de Peraya suscitent autant la considération de ses pairs que l’envie d’aller plus loin ou de changer de cap grâce aux bases solides qu’il a proposées. Peraya a en effet permis de s’appuyer sur des concepts communs suffisamment robustes pour s’ouvrir à de nouvelles perspectives heuristiques. Bronckart voit dans les dispositifs de formation médiatisée « un lieu privilégié pour analyser leurs effets respectifs [sémiose verbale et sémiose iconique] sur la suite du développement psychologique » (p. 19). Il s’agit de dépasser l’impasse dans laquelle Jean Piaget (1966) et Lev Vygotsky (1978), les deux grands spécialistes du développement de l’enfant, se sont trouvés pour décrire et comprendre finement le mécanisme du passage d’un stade du développement à un autre, rien de moins.

3C’est cette dynamique créée par Peraya que nous souhaitons souligner ici, cette énergie à la fois brouillonne, polémique, dynamique et toujours positive, dédiée in fine aux étudiants qui utilisent de plus en plus ces techniques de formation et d’apprentissage à distance. À la succession rapide des innovations répond cette activité de recherche bouillonnante, tournée délibérément vers l’action. « L’important n’est pas de comprendre, mais de pouvoir agir sur la réalité, de la transformer », explique Peraya (p. 39) à Claire Peltier qui l’interroge sur son parcours et permet ainsi d’en déterminer les points forts. Peltier a pris soin de donner vie à l’ouvrage, grâce à cet entretien notamment, et d’en faciliter la lecture en proposant un résumé de chaque chapitre dans la partie introductive.

4Bien que ce livre cible principalement la formation et l’apprentissage à distance, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication y trouveront des problématiques plus générales qui concernent tous les terrains de recherche. La définition du concept de dispositif est de ce point de vue centrale. Pour Peraya, le terme dispositif a remplacé progressivement celui de système dans les années 1970 et s’est imposé à la fois dans des domaines scientifiques très divers et dans le langage courant, se débarrassant ainsi d’un cadre de référence particulier, contrairement au système (p. 44). Toutefois, le changement de terme n’a pas suffi à effacer les questions de fond qui refont inévitablement surface. Quels sont la place et le rôle des acteurs dans le dispositif ? « La définition a évolué notamment au fil de nos discussions et de nos confrontations : elle a pris en compte un apprenant, ou plus généralement « un sujet qui est loin d’être passif et d’être “joué” par le dispositive » (Peraya, 2010 : 31) (p. 276).

5Une discussion sur l’opportunité de l’abandon du terme système aurait été fructueuse, selon nous, d’autant plus que le concept persiste en sciences de l’information et de la communication et poursuit son évolution, d’une vision structuraliste et déterministe vers une approche intégrant de plus en plus fortement le jeu des acteurs et leur histoire.

6Les lecteurs seront, à n’en pas douter, attentifs à la contribution de Pierre Mœglin (p. 169-179) qui choisit de souligner non pas les points de convergence avec Peraya, même s’ils sont les plus nombreux, mais un point de divergence. Ce faisant, Mœglin s’inscrit dans ce débat que Peraya a souhaité permanent, un souci parfaitement illustré par cet ouvrage qui s’émancipe des convenances d’« hommages » (cf. titre du livre) plus classiques. Mœglin regrette que Peraya ne tienne pas compte de « ce qu’il y a d’industriel dans les outils et médias éducatifs » (p. 169), car la dimension industrielle de la médiation instrumentale a une incidence, selon lui, sur les pratiques, les représentations, les offres d’usage. « [P]ourquoi donc, après avoir si régulièrement, continûment et opportunément élargi sa perspective à tant d’aspects de la médiation […], psychologiques, sociologiques, technologiques, cognitifs, Daniel Peraya ne procéderait-il pas à un élargissement de plus ? » (p. 177). Mais le rouleau compresseur industriel ne risquerait-il pas de faire à nouveau la part belle au déterminisme du dispositif ? La controverse invite le lecteur à apporter sa contribution au débat : chassez le déterminisme, le structuralisme, la main invisible (Adam Smith, 1776), ils reviennent sans cesse au galop ou « à pas de loup », et le passage d’une appellation à une autre, du système au dispositif, n’y change rien.

7Enfin, chacun trouvera une ou des réponses à ses inquiétudes, s’il en a, et à ses interrogations sur son avenir et sur celui de sa profession d’enseignant, face au développement des programmes de formation à distance nationaux et internationaux dont les MOOC (massive open online course) sont une composante. Il ne s’agit pas pour les auteurs d’aider les enseignants à freiner leur supposée résistance au changement mais de montrer, grâce à des études de terrain, qu’une exploitation à visée simplement néolibérale des formations et apprentissages à distance serait vouée à l’échec. Cette part belle laissée à la pratique, aux étudiants, donne une vitalité communicative à l’ensemble de ce livre-hommage.

Haut de page

Bibliographie

PERAYA, Daniel (2010), « Médias et technologies dans l’apprentissage : apports et conflits », dans Bernadette CHARLIER et France HENRI, Apprendre avec les technologies, Paris, Presses universitaires de France, p. 23-32.

PIAGET, Jean et Inhelder BÄRBEL (1966), La psychologie de l’enfant, Paris, Presses universitaires de France.

SMITH, Adam (1776), Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, W. Strahan & T. Cadell.

VYGOTSKY, Lev (1978), Mind in Society. The Development of Higher Psychological Processes, Cambridge (MA), Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini, « Claire PELTIER (dir.) (2014), La médiatisation de la formation et de l’apprentissage. Mélanges offerts à Daniel Peraya », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://communication.revues.org/6973

Haut de page

Auteur

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Sophia Antipolis, et membre du Laboratoire de recherche Information Milieux Médias Médiations (I3M). Courriel : annehelene.ubertini@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org