Navigation – Plan du site
Lectures

Alain RABATEL, Michèle MONTE et Maria das Graças SOARES RODRIGUES (dir.) (2015), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn

Limoges, Lambert-Lucas
Léonore Cabin
Référence(s) :

Alain RABATEL, Michèle MONTE et Maria das Graças SOARES RODRIGUES (dir.) (2015), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn, Limoges, Lambert-Lucas

Texte intégral

1Affranchies du domaine de l’irrationnel, les émotions suscitent actuellement un regain d’intérêt chez les chercheurs en sciences de la communication. Appréhendées sous l’angle de leur fonction discursive, qu’elles constituent des ressources de l’argumentation ou son objet propre, les émotions sémiotisées offriraient en effet une assise au « vivre ensemble » et « engage[raient] à l’action », notamment politique (Laurence Kaufmann et Fabienne Malbois, p. 26 ; Alain Rabatel, p. 152). C’est dans cette perspective que l’ouvrage collectif codirigé par Alain Rabatel, Michèle Monte et Maria das Graças Soares Rodrigues s’inscrit, avec cela de particulier qu’il interroge la dimension publique des émotions par le biais de leur inscription médiatique. Revenant sur la célèbre affaire du Sofitel — soit l’arrestation du directeur du Fonds monétaire international (FMI) et candidat à la présidentielle française, Dominique Strauss-Kahn (DSK), en mai 2011 à New York, pour agression sexuelle sur la personne de Nafissatou Diallo —, l’ouvrage s’attache à décrire et à analyser la place et le rôle des émotions dites, montrées et étayées publiquement dans la mise en intelligibilité de l’événement, au sein d’espaces médiatiques et nationaux distincts.

2Pourquoi cette affaire ? Dans la mesure où elles exposent et problématisent la transgression de valeurs morales partagées, les controverses médiatiques peuvent être considérées comme des moments d’« épreuve » collective qui privilégient « l’expression publique des émotions » (Kaufmann et Malbois, p. 100). L’affaire, contrairement au scandale, pointe le dissensus public dont une accusation fait l’objet : si elle attribue effectivement des places de coupable et de victime, leur distribution fait débat. Des points de vue divergents émergent et donnent lieu à l’expression d’un éventail d’émotions qui varient selon la perspective défendue. C’est le cas de l’affaire du Sofitel qui suscite bon nombre d’émotions et offre aux médias l’occasion de thématiser de véritables enjeux publics.

3À la question « Comment les médias parlent des émotions ? » s’ajoute ainsi une autre interrogation : « Que font les médias lorsqu’ils parlent des émotions ? » L’ouvrage, constitué de 3 axes et 16 contributions, tente de répondre à ces questions en examinant la façon dont les médias se saisissent d’émotions sémiotisées, et en interrogeant les conséquences de ce « ressaisissement » dans l’espace public. Intitulée « Émotions et identités sociales », la première partie de l’ouvrage étudie la façon dont les identités publique et privée de DSK et de Nafissatou Diallo sont reconfigurées dans les discours médiatiques ; le lexique, les topiques et les récits émotionnels déployés par ces discours participent à ériger un cas singulier en un cas emblématique, et invitent le destinataire à adopter une posture appropriée à l’émotion suggérée. Une deuxième partie offre des analyses détaillées des « manifestations sémio-linguistiques des émotions ». En cherchant des traces dans la langue, la prosodie ou encore le dessin, ces travaux explicitent le « fonctionnement linguistique » des émotions publiques dans le discours, et son rôle dans l’argumentation et la construction de topiques émotionnelles. Une dernière partie, « Approches multiculturelles des émotions », s’intéresse à la réindexation de l’affaire dans différents espaces nationaux, l’événement et les émotions qu’il suscite devenant un moyen de déployer la spécificité d’autres contextes culturels et politiques.

4Si l’ensemble des contributions s’accorde sur la dimension argumentative des émotions, elles n’attribuent pas toutes les mêmes buts aux médias qui usent de ces émotions. Deux visées peuvent être rapidement esquissées : d’une part, une finalité marchande et aliénante où les médias tendraient à « spectaculariser » pour attirer et orienter pour manipuler et, d’autre part, une finalité politique où le discours médiatique servirait de ressort à l’action. Si ces deux visées ne s’excluent pas nécessairement, c’est certainement dans l’analyse du dessein politique des médias que réside la force de cet ouvrage, puisqu’il souligne leur capacité à interpeller et à constituer des collectifs.

5Deux types de contributions intimement liées vont dans ce sens. Les premières portent sur les communautés émotionnelles susceptibles d’émerger grâce à la « partageabilité » des émotions suggérées par le discours médiatique. Parmi elles, citons la contribution de Ida Hekmat qui, en analysant un dossier spécial de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, éclaire la façon dont celui-ci ressaisit implicitement le comportement et l’identité de DSK par la topique de l’hybris — soit la « démesure de l’individu qui a voulu s’extraire de sa condition humaine, subordonnée à l’ordre social raisonnable » (p. 64), et la chute qui l’accompagne —, suscitant par là l’indignation. Cet effet est renforcé par l’« éthos du locuteur » journalistique, « exhibé comme surplombant par sa position de maîtrise référentielle, linguistique et discursive et par sa domination morale » (p. 69), imposant définitivement au lecteur la posture de l’indigné.

6Quant à elle, Barbara Villez s’intéresse aux émotions produites et transmises par la performance et le corps des acteurs ainsi que par la musique, aux téléspectateurs d’une fiction télévisuelle étatsunienne inspirée de l’affaire du Sofitel. L’expérience de ces émotions serait tout à la fois individuelle, puisque ressentie en première personne, et collective, car consciemment partagée avec d’autres téléspectateurs. Renvoyant à des expériences qui peuvent effectivement exister et qui constituent des problèmes sociétaux, ces émotions offriraient une assise au jugement et une prise à l’action.

7La contribution de Laurence Kaufmann et Fabienne Malbois, qui prend pour objet la controverse accompagnant la sortie du livre sur DSK Belle et bête de la chercheuse et juriste Marcela Iacub, expose ce que les auteurs nomment « l’arc affectif de l’indignation ». Précisant que toute énonciation d’émotion publique est soumise au jugement du spectateur et répond à un critère de crédibilité et de légitimité, elles montrent comment les émotions, ici liées à l’indignation, peuvent être ressaisies par « un arc affectif pragmatiquement et sémiotiquement organisé, qui va des émotions indexées sur le corps […] à des émotions plus abstraites et aisément universalisables, telle l’indignation » (p. 102). Selon la place occupée sur l’arc et les émotions énoncées, le discours ne servirait pas les mêmes fins argumentatives et ne dessinerait pas les mêmes communautés. Alors que l’énonciation du dégoût produirait une communauté sensible des « écœurés », l’indignation générerait une communauté réfléchie et potentiellement politique des « ébranlés ».

8À ces premières contributions s’ajoutent celle de Alain Rabatel, qui analyse la façon dont les émotions activées par un manifeste féministe et sa pétition incitent le lecteur à l’action, et celle de Isabelle Desailly, qui thématise l’oscillation entre indignation et rire dans le dessin de presse.

9Le second type de contributions rend compte des enjeux sous-tendant la réindexation de l’affaire dans des contextes politiques et culturels différents de celui d’origine. Réinscrivant l’affaire dans un autre espace national, les médias invitent leurs destinataires à penser des problèmes et enjeux publics locaux qu’ils participent à éclairer. Nieves Ibeas Vuelta, Antonio Gaspar Galán et Beatriz Abillá Arnáiz exposent ainsi les émotions suscitées par l’affaire dans la presse espagnole alors que le pays se trouve en pleine campagne électorale. Celle-ci va être un moyen pour les journaux d’interroger la crédibilité et les compétences des politiciens en lice pour la présidentielle espagnole. Les auteurs montrent comment des journaux de centre droit/gauche distinguent affaire judiciaire et conséquences politiques, et désamorcent l’indignation potentielle de leurs lecteurs en usant d’un argumentaire dénué d’émotions et en se focalisant sur le contexte français. Les journaux de droite analysés réindexent quant à eux l’affaire sur le contexte électoral espagnol. Ils suggèrent à leurs lecteurs différentes émotions, dont l’indignation, pour condamner les agissements de DSK, et plus généralement l’idéologie attribuée à la gauche.

10Rosalice Pinto et Maria Aldina Marques montrent quant à elles comment les presses portugaise et brésilienne se saisissent différemment de l’affaire afin de souligner des problématiques liées à leur contexte politique respectif. Entre la figure d’un DSK « ami du Portugal » qui connaît la situation financière difficile du pays, et celle d’un homme de pouvoir sans limites dont on réprimande les actes, la presse portugaise vacille (p. 287). Certains journaux brésiliens plaident quant à eux pour le lien entre crime et pouvoir, renvoyant à la corruption des élus locaux.

11Pointant le potentiel des médias à configurer de nouveaux collectifs, l’ensemble de ces contributions invite à penser la communication médiatique comme une activité qui organise en même temps qu’elle ouvre des possibles. Celle-ci propose des catégories d’identification, impose des places, suggère des actions. Il s’agirait maintenant d’interroger le potentiel politique des collectifs susceptibles d’émerger et d’examiner s’ils parviennent à exister au-delà des émotions suscitées par un épisode télévisé ou la lecture d’un dossier de presse et à agir en dehors de la seule scène médiatique. L’ouvrage appelle donc à étudier la réappropriation effective des émotions suggérées par les médias, telle l’indignation, en actions politiques concrètes de la part des citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonore Cabin, « Alain RABATEL, Michèle MONTE et Maria das Graças SOARES RODRIGUES (dir.) (2015), Comment les médias parlent des émotions. L’affaire Nafissatou Diallo contre Dominique Strauss-Kahn », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 23 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6975

Haut de page

Auteur

Léonore Cabin

Léonore Cabin est membre du laboratoire Théorie sociale, Enquête critique, Médiations, Action publique (THEMA), Institut des sciences sociales, Université de Lausanne. Courriel : leonore.cabin@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org