Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-François RICHARD (2013), Journaliste d’agence de presse. L’information 24 heures sur 24

Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Les outils du journaliste »
Anne-Hélène Le Cornec Ubertini
Référence(s) :

Jean-François RICHARD (2013), Journaliste d’agence de presse. L’information 24 heures sur 24, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, Coll. « Les outils du journaliste »

Texte intégral

1Dans son avant-propos, Jean-François Richard, journaliste à l’Agence France-Presse depuis 1974, explique le choix de parler de son métier, le journalisme d’agence de presse, par l’arrivée de la Toile : « Aujourd’hui la donne a changé avec la multiplication des sources d’information, et le rôle des agences consiste à apporter aussi une expertise, grâce à leur savoir-faire, afin de certifier la véracité de ce qui circule désormais sur la Toile ». Cette proposition nous laisse imaginer que, sous un aspect technique, l’armature de l’ouvrage repose sur les fondamentaux de la liberté de la presse et de la liberté d’expression. Sans véracité de l’information et sans circulation de l’information, la démocratie est impossible.

2Le livre est divisé en trois grandes parties. La première propose une définition de ce qu’est une agence de presse. Nées dans les années 1850, les agences de presse servent de source d’information à des médias mais pas seulement, elles aident à conforter les intérêts stratégiques d’acteurs institutionnels publics et privés et d’acteurs économiques. Il existe des agences de presse spécialisées et des agences généralistes se partageant des surfaces du globe ou des sujets plus ou moins étendus, trois agences seulement couvrant une information généraliste pour l’ensemble de la planète, Associated Press, Reuters et l’Agence France-Presse. Les agences françaises bénéficient depuis une ordonnance de 1945 d’avantages financiers, en raison du rôle qu’elles sont censées jouer dans le système démocratique et des obligations qui en découlent. Un manquement à ces obligations n’est donc pas une simple entorse à la morale ou à une image de marque. Les citoyens sont en droit d’exiger une information de qualité.

3Pour mieux nous faire comprendre l’évolution des agences de presse, l’auteur rappelle avec humour que la réception de l’information n’a pas toujours été instantanée. Il ne s’agit pas d’approfondir cette période qui court de Marathon à aujourd’hui en passant par le pigeon voyageur et le télégraphe, mais simplement de faire prendre conscience du contexte général dans lequel s’inscrit l’apprenti journaliste. Ce manuel lui est en effet destiné et dès le troisième chapitre, le lecteur est invité à réaliser des exercices. Malgré un prisme qui semble étroit et très spécialisé, cet ouvrage conviendrait à tous les étudiants en sciences de l’information et de la communication et en sciences politiques. Richard insiste sur la nécessité de citer ses sources et de les multiplier pour vérifier les informations et tenter de distinguer l’information de la propagande. Vœu pieux sans doute si l’on en juge par le glissement sémantique de la véracité de l’information à son honnêteté (p. 26). La pression de la concurrence en est la cause et finalement, « […] on peut tout publier à condition de bien préciser la fiabilité des sources et de mettre rapidement les faits en perspective » (p. 27). Tout en se voulant indépendants et se revendiquant comme tels, les agences de presse et leurs journalistes privilégient l’information qui a le plus de chance de séduire leurs clients. De la première partie, le lecteur retient essentiellement l’importance du travail collectif. Si, à bien des égards, le journaliste fait penser au chercheur, l’agencier (le journaliste d’agence de presse) n’est qu’un maillon d’une longue chaîne, son statut d’auteur se fond dans un ensemble qui prépare, fournit la logistique, relit, corrige, remplace, refuse, ajoute, formate, etc.

4La deuxième partie s’intitule « Caractéristiques de la dépêche d’agence : le temps réel » (p. 43). Nous repartons des principes fondateurs : « L’ensemble des agences internationales appuient leur politique d’information sur trois valeurs fondamentales qui sont la vérité, l’impartialité et le pluralisme » (p. 45). Les faits, tous les faits. Les avis des parties en cause, de toutes les parties. Pas question de donner une opinion ou de formuler un jugement, la diversité des clients impose la neutralité. L’agencier retrouve un peu de sa qualité d’auteur : il est le seul à pouvoir déterminer la nature de sa source. Richard fait ce travail fort utile de connexion entre les règles d’écriture comme la précision, la concision ou la hiérarchie des informations, et leur prolongement légal, rappelant ainsi la particularité du métier de journaliste et sa place sur l’échiquier démocratique. La neutralité ne permet pas par exemple de se dédouaner de sa responsabilité derrière une citation. Une citation diffamatoire incrimine le journaliste qui la diffuse.

5Dans la troisième partie, l’auteur concentre son propos sur la rédaction de l’information. Ici, la technique l’emporte. Il y a une partie dédiée exclusivement aux journalistes en formation, à la relation client, au langage et au ton à adopter à l’antenne télévisée, mais les conseils de rédaction peuvent être utiles à tous les étudiants selon les travaux qu’ils doivent effectuer. Chacun tirera avantage d’une aide à l’écriture synthétique qui convient non seulement à la dépêche de presse, mais aussi au format des articles sur Internet.

6Pour conclure, Richard rappelle ses propos liminaires sur l’incontournable évolution des agences de presse faisant face à l’arrivée sur la Toile des réseaux sociaux. La règle est celle des chercheurs : publier ou disparaître. Toutefois, l’auteur termine sur une note optimiste : « L’espoir est cependant là, car le nouveau paysage médiatique pose le problème d’appréciation de la qualité de l’information » (p. 121). Il s’agit bien là de la nécessité d’un retour à la qualité perdue dans l’urgence de la publication en temps réel : le travail de terrain et la vérification sans faille des faits. Richard rappelle dans son livre le préjudice causé par de fausses nouvelles retentissantes comme celles de Timisoara, après la chute de Ceausescu en Roumanie, ou de la première guerre du Golfe, insuffisamment vérifiées, qui ont gravement entaché la réputation des agences de presse internationales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini, « Jean-François RICHARD (2013), Journaliste d’agence de presse. L’information 24 heures sur 24 », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://communication.revues.org/6980

Haut de page

Auteur

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l’Université de Nice Sophia Antipolis, et membre du Laboratoire de recherche Information Milieux Médias Médiations (I3M). Courriel : annehelene.ubertini@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org