Navigation – Plan du site
Lectures

Inka SALOVAARA-MORING (dir.) (2009), Manufacturing Europe. Spaces of Democracy, Diversity and Communication

Göteborg, Nordicom
Gérald Arboit
Référence(s) :

Inka SALOVAARA-MORING (dir.) (2009), Manufacturing Europe. Spaces of Democracy, Diversity and Communication, Göteborg, Nordicom

Texte intégral

1La communication dans l’Union européenne et le rôle des communicants européens sont un marronnier des études de sciences politiques et d’information-communication, voire d’histoire. L’ouvrage dirigé par Inka Salovaara-Moring, bien que dédié aux « espaces de démocratie, de diversité et de communication », n’échappe pas à la loi du genre. Il est ainsi la synthèse d’un programme de recherche de l’Académie de Finlande, entre 2005 et 2007, intitulé « The European Public Sphere(s) : United or Dividing ? ». En 3 parties, 13 chapitres tentent de dégager les « dimensions théoriques de la sphère publique européenne », de présenter les « médias, le journalisme » et le « multiculturalisme ».

2La dernière partie est certainement la plus originale des trois. Elle se fonde sur une solide réflexion initiale, de Charles Husband et Tom Moring (p. 131-152), autour de la notion de multiculturalisme et de sa relation complexe avec la communication. Les auteurs essayent de voir comment cette notion interagit avec l’existence même d’une sphère publique en Europe. Leur point de vue, plutôt pessimiste, est que l’Union européenne doit cesser de s’en remettre sempiternellement à sa pratique routinière de la subsidiarité pour offrir aux diversités culturelles composant sa population des droits et une liberté de communication. Leur mot d’ordre est donc d’établir un système de droits polyethniques (p. 148).

3L’image de l’« autre » dans les médias est d’une appréhension autrement délicate, notamment lorsque, comme Epp Lauke et Valeria Jakobson (p. 211-227), l’on aborde la frontière orientale de l’Union européenne. Parlant des minorités russophones d’Estonie, Lauke et Jacobson montrent comment l’ancienne Europe de l’Est n’est pas totalement sortie de la guerre froide en matière de traditions culturelles. Elle se sépare même de la « vieille Europe » pour ce qui est des minorités linguistiques et de leur place dans l’espace public. Cette différence de compréhension du multiculturalisme au sein de l’Union européenne n’est pas plus approfondie, contrairement à l’idée que la promotion des particularités culturelles devait s’imposer à la recherche d’une cohésion sociale, qui est reprise par les quatre autres articles de cette section. Gawan Titley (p. 153-169) estime que « vivre en diversité multiculturelle et sociale peut être une commune fabrique de la ville urbaine en Europe occidentale, mais cause de résurgentes anxiétés concernant la cohérence politique et le caractère ethno-racial des États-nations » (p. 153).

4Le multiculturalisme est devenu un enjeu des débats autour de l’identité et des valeurs européennes, au point de miner toute cohésion sociale en encourageant la croissance de « communautés parallèles », alors que ce sont ces discours diviseurs qui marquent le triomphe des particularismes de tous bords. Titley invite à poser un regard critique sur la médiatisation du multiculturalisme. Miyase Christensen (p. 171-188) poursuit cette réflexion en présentant les enjeux de l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne, sujet d’un débat récurrent des médias et des classes politiques européennes depuis un demi-siècle. L’auteur se concentre sur des questions de liberté d’expression, de pluralisme des médias et de tolérance envers les diversités en Turquie. Christensen rappelle la nécessité médiatique de contextualiser les informations en provenance d’espaces culturels différents. Yonca Ermutlu (p. 189-209) poursuit la réflexion à partir de l’appréhension narrative de la Turquie. Elle inverse le questionnement par rapport à l’article précédent, offrant une vue sur les minorités turques et le regard minoritaire des médias turcs sur l’Union européenne. Elle montre notamment comment l’Union européenne a pu imposer l’usage de langues minoritaires dans les médias turcs et comment la perspective d’une intégration à l’Union européenne permet aux minorités, notamment kurdes, de trouver un accès aux médias. Cette évolution est pareillement notable, selon Camilla Haavisto (p. 229-252), pour la Finlande, qui a rejoint l’Union européenne en 1995. Cependant, Haavisto montre que l’existence d’un espace communicationnel accessible également à toutes les communautés, majoritaires comme minoritaires, ne garantit pas pour autant un espace public unique. Au contraire, les médias continuent à fabriquer des représentations stéréotypées des minorités ethniques, notamment en illustrant les discriminations à l’embauche de ces « minorités visibles » dans les médias. En outre, les autorités nationales et celles de l’Union européenne n’encouragent guère les initiatives médiatiques minoritaires ou simplement multiculturelles.

5Ces entraves ne font que refléter les tensions inhérentes à un espace public européen, reposant sur les alternatives cohésion/unité et pluralisme/diversité. Hannu Nieminen (p. 19-34) estime que cet espace ressemble avant tout à une adjonction des différents espaces publics nationaux. Chaque espace public national repose sur des fondements culturels et historiques différents des autres. Dans ces conditions, un espace public européen serait conçu comme une rencontre entre l’histoire européenne, la géographie de l’Union européenne et les systèmes de gouvernance politique. Par contre, Hans-Jorg Trenz (p. 35-52) voit plutôt dans cet espace public européen une tension entre ses éléments normatif et descriptif. D’où la tendance des études universitaires à rechercher des processus de légitimation ou de délégitimation, plutôt qu’à s’atteler à résoudre cette tension. Pour Trenz, « la nature incomplète de la sphère publique européenne est corrélée par la nature incomplète de l’Union européenne politique et son aspiration à une finalité mythique du projet d’intégration » (p. 49). En se penchant sur la question du pluralisme, Karl Karppinen (p. 53-66) livre la contribution la plus intéressante. Ordinairement, le pluralisme plaide pour une rencontre de groupes ethniques, religieux ou culturels distincts. Dans le cadre de la construction européenne, l’espace public qui en découle doit s’accommoder de deux objectifs contradictoires, celui de la communauté/unité, d’une part, et celui du pluralisme/diversité, d’autre part. Les théories du pluralisme radical ont reproché aux modèles normatifs de la démocratie délibérative et de la sphère publique leur ignorance de la lutte implicite entre les différences de valeur et la force du consensus. « Les barrières à la construction d’un espace public européen ne concernent pas uniquement la culture, les langues ou les identités, mais aussi les problèmes institutionnels, comme la technocratique prise de décision, et un manque d’alternatives politiques ou des structures politiques d’opposition » (p. 65).

6Le dernier article de cette première section est signé de Philip Schlesinger (p. 67-78). Il explore le cosmopolitisme de certains théoriciens, comme les philosophes Ulrich Beck et Jürgen Habermas. Leur vision de l’espace public européen est induite par un cosmopolitisme fondé sur les lois internationales, l’état de droit, le respect de l’environnement, du sécularisme, etc. Ce à quoi Schlesinger leur oppose le transnationalisme des institutions de l’Union européenne, mais aussi des espaces politiques et culturels qui en découlent, ainsi que les flux transfrontaliers de communication. Malgré tout, il existe toujours des espaces privés fortement clivés à l’échelle nationale. Finalement, l’Union européenne reste un champ de tension inextricablement lié à ses réalités institutionnelles.

7Malgré tout, la seconde partie entend focaliser son propos sur les pratiques médiatiques, c’est-à-dire sur la dimension culturelle qui, du point de vue des théoriciens de la première partie, est pourtant marginale pour expliquer la formation ou non d’un espace public européen. Tuomo Mörä (p. 81-96) se penche à son tour sur le seul espace public européen constitué, à savoir les correspondants de presse européens à Bruxelles. Et Mörä de pointer leur responsabilité dans l’avènement d’un espace civique puisqu’ils interagissent avec les institutions européennes, les citoyens et leurs médias. Et de conclure classiquement que, la sphère publique européenne idéale nécessitant des discussions sur la politique paneuropéenne et la promotion d’une participation citoyenne, les médias tendent à favoriser une personnalisation des sujets, un point de vue national et des débats entre élites (p. 94).

8Salovaara-Moring (p. 97-116) propose, elle, de voir comment les nouveaux membres de l’Union européenne est-européens et postcommunistes s’accommodent de cet ordre journalistique. La reconstruction des espaces publics nationaux de ces pays, au lendemain de la guerre froide, s’est organisée sous la forme d’une « transition » entre une organisation socialiste et une autre fondée sur la libre entreprise. Elle se caractérisait par un « processus d’oubli ». D’une subtile manière, celui-ci s’apparente au processus d’apprentissage habermasien qui développe un nouvel ensemble de pratiques pour comprendre ce qu’est la sphère publique et comment elle devrait fonctionner. Il en résulte des sociétés où le travail journalistique est soumis à différentes limitations imposées par les marchés, les politiques, comme en Europe occidentale et ailleurs en fait, mais aussi avec l’héritage historique.

9Claes H. de Vreesse et Hajo G. Boomgaarden (p. 117-128) estiment quant à eux que l’espace public européen doit être recherché dans les espaces publics nationaux qui sont censés le fonder. En effet, selon le point de vue de Schlesinger repris ici, c’est à ces niveaux que devraient être discutées et débattues les questions transnationales et européennes. C’est d’ailleurs sur ce plan que se déroulent, depuis 1979, les élections parlementaires européennes, promues principaux moments d’intégration européenne. Pour de Vreesse et Boomgaarden, l’émergence d’un espace public européen ne peut être séparée de l’influence médiatique sur les opinions publiques. Autrement dit, un tel espace public ne peut exister que si le principe des débats nationaux européanisés se diffuse enfin.

10Cette contribution en langue anglaise aux études sur l’espace public européen n’est pas originale en soi. Elle apporte néanmoins un corpus référentiel en langue anglaise, mais surtout en allemand, en néerlandais, en turc, en finlandais et en norvégien. L’analyse des bibliographies accompagnant chaque article démontre toutefois la limite de cet exercice, puisque seul le travail d’Olivier Baisnée, et encore dans une version anglaise de 2007, figure comme référence française. On ne trouve pas le classique de Dominique Marchetti (2004) ni le bilingue de Robert Frank et Hartmut Kaelble (2010). Tant qu’à être anglophone, il conviendrait peut-être que l’espace public de la recherche soit aussi européanisé…

Haut de page

Bibliographie

MARCHETTI, Dominique (dir.) (2004), En quête d’Europe. Médias européens et médiatisation de l’Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

FRANK, Robert et Hartmut KAELBLE (dir.) (2010), Building a European Public Sphere/Un espace public européen en construction 1950 à nos jours, Bruxelles, Peter Lang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Arboit, « Inka SALOVAARA-MORING (dir.) (2009), Manufacturing Europe. Spaces of Democracy, Diversity and Communication », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://communication.revues.org/6985

Haut de page

Auteur

Gérald Arboit

Gérald Arboit est directeur de recherche, Centre français de recherche sur le renseignement, Paris. Courriel : arboit@cf2r.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org