Navigation – Plan du site
Lectures

Adrienne TRIER-BIENIEK (dir.) (2015), Fan Girls and the Media. Creating Characters, Consuming Culture

New York, Rowman and Littlefield
Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin
Référence(s) :

Adrienne TRIER-BIENIEK (dir.) (2015), Fan Girls and the Media. Creating Characters, Consuming Culture, New York, Rowman and Littlefield

Texte intégral

1La rencontre des disciplines des fan studies (ou du moins des reception studies) et des gender studies est depuis peu travaillée en France (Bourdaa, 2015 ; Lignon, 2015) et depuis longtemps analysée dans les pays anglo-saxons, en prenant différents objets et terrains d’études comme les jeux vidéo (Jenkins, 2000), les séries télévisées (Stein, 2014) ou bien l’activité de cosplay.

2Dans cette tradition, l’ouvrage dirigé par Adrienne Trier-Bieniek décortique les liens entre les études de fans et les études sur le genre en prenant appui sur plusieurs terrains, par exemple les séries télévisées, le cinéma, les publicités ou encore les jeux vidéo, pour dresser un panorama non exhaustif des pratiques de réception des fans. Plus encore, ce livre met en lumière les tensions entre les différentes sous-cultures qui coexistent à l’intérieur même des communautés de fans. L’ouvrage contient huit chapitres qui permettent de mieux comprendre la relation entre les champs thématiques des fans et du genre, ainsi que de revenir sur les enjeux sur le plan économique, social, culturel, voire politique, qui les traversent.

3Loin de la définition positive de Jenkins dans son analyse empirique des fans de Star Trek qui envisage les fans comme « des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent et des spectateurs qui participent » (2008 : 212), l’approche envisagée par certains auteurs met plutôt l’accent sur le fait que les fans reproduisent des hiérarchies et des clivages à l’intérieur de leur communauté. Ce sont ces hiérarchies et ces clivages qui seront mis en exergue dans plusieurs chapitres, notamment à partir des notions d’authenticité, de sexisme, de patriarcat ou de stéréotypes de genre. D’un autre côté, certains chapitres mettent l’accent sur l’appropriation des nouvelles technologies par les communautés de fans et le phénomène d’empowerment qui accompagne ces nouvelles monstrations.

Authenticité et fans opposés aux anti-fans

4Dans leur analyse des forums du film Star Trek: Into Darkness, Sarah M. Corse et Jaime Hartless soulignent les frontières implicites et explicites entre les « vrais fans », ceux qui connaissent le film selon leurs dires, et les « spectateurs classiques », donnant ainsi aux fans un statut de gardiens de la communauté. Cette hiérarchie fait écho, comme le soulignent les auteurs, à un schéma binaire entre les fans masculins de science-fiction, qui seraient les fans authentiques, et les fans féminines, qui seraient de fausses fans. Leur étude prouve que « les fans masculins envisagent les cultures fans de science-fiction comme des espaces masculinistes. Le fait de dresser des frontières symboliques et sociales contre les fans femmes les qualifie de fait comme des fans inauthentiques » (p. 13). Ici, la qualification de « fausse fan » s’interprète comme une disqualification, une délégitimation hiérarchisante. De même, le chapitre sur la réception de la blague sur le viol par Wanda Sykes, comique féministe, montre de fortes dissensions et tensions dans les communautés de fans. Des fans viennent alors s’opposer à des anti-fans (Gray, 2009), ce qui crée deux catégories bien distinctes dans la communauté. En analysant les commentaires sur YouTube, l’auteure constate que les femmes « remercient Sykes de parler haut et fort et d’une façon comique de la culture du viol » (p. 59), car elle leur procure ainsi un palliatif et un sentiment d’empowerment. Les commentaires masculins sont considérés par l’auteure comme plus violents : ils critiquent directement Sykes et dénigrent les femmes. Ce faisant, ils appuient les contours d’une réaction que l’auteure renvoie à la misogynie.

Question de représentations

5La question des représentations est également abordée dans trois chapitres en particulier. Lara Stache analyse la façon dont les personnages de femmes vengeresses dans les films à succès (Black Widow dans The Avengers ou Kiddo dans Kill Bill 1 et 2) ou les séries télévisées (Xena Warrior Princess ou Buffy the Vampire Slayer) sont créés par des scénaristes et showrunners hommes et la manière dont ces personnages sont reçus par les publics et les fans. Ainsi, les femmes louent l’indépendance et la force de ces personnages, représentant une sorte d’idéal à atteindre, alors que les hommes n’y voient aucune menace ni aucune intention particulière. Natasha Howard cherche à comprendre comment « la franchise des Real Housewives, et en particulier The Real Housewives of Atlanta, redéfinit le rôle des femmes en tant que femmes au foyer tout en jouant sur les stéréotypes féminins » (p. 102), alors même que la téléréalité pose des questions sur les représentations de genre et les stéréotypes raciaux. Il s’avère que même si certains stéréotypes sont mis en avant (diva, bavardages…), les personnages sont décrits comme des businesswomen remportant du succès, ce qui offre ainsi un équilibre du point de vue de la représentation. « Alors même que The Real Housewives réussit à redéfinir l’image traditionnelle des rôles joués par les femmes, en particulier pour celles qui sont des femmes/mères, les éléments de stéréotypes sont toujours présents » (p. 111). Dans la même veine, Gigi McNamara étudie la façon dont l’actrice Sarah Jessica Parker se met en scène dans les publicités pour son parfum pour créer une figure postféministe. D’ordinaire, les images véhiculées dans les publicités « reflètent un regard masculin et renforcent les images masculines liées à la sexualité et au désir » (p. 46). Cependant, les publicités transmédiatiques mises en scène par Parker ne sont qu’un leurre, mettant en avant le fait qu’« aucune libération ni aucun empowerment ne vient de l’acte de consommer » (p. 53).

Activités de fans, appropriation des nouvelles technologies et empowerment

6Les fans voient dans les nouvelles technologies un moyen de s’organiser et de se rassembler en communautés de pratiques dans lesquelles ils vont échanger, partager, faire circuler des contenus et produire des créations et du sens. Tout un mouvement des fan studies analyse ce phénomène (Ross, 2008 ; Baym, 2000 ; Booth, 2010) pour mettre en avant l’apport des nouvelles technologies dans les pratiques culturelles et de réception des fans.

7La fan fiction, terrain d’analyse de Penelope Eate, fait partie de ces activités et est pensée comme « des histoires écrites par les fans basées sur une intrigue et des personnages soit à partir d’un seul texte médiatique soit à partir de plusieurs sources » (p. 23). Dans ce chapitre consacré aux pratiques des fans de la saga Twilight, les fan fictions permettent aux fans de réparer et de réécrire les erreurs genrées, en particulier la passivité des personnages féminins, notamment Bella, et l’autorité des personnages masculins. Ces fans montrent « une capacité à s’engager activement dans la réception de l’œuvre de Meyer en écrivant des textes qui à la fois s’approprient et résistent aux relations genrées rétrogrades présentes dans la saga » (p. 36) pour proposer par exemple des personnages féminins autonomes et émancipés. Les « gameuses », quant à elles, utilisent les réseaux sociaux et les forums dans le but de se créer un espace alternatif pour développer leurs propres communautés dans un environnement plutôt sexiste où elles doivent imposer leur « pratique légitime », comme le montre Kishonna L. Gray dans son chapitre sur les jeux vidéo et les pratiques numériques. Elles se créent des espaces de discussion en ligne et des médias sociaux pour ignorer le harcèlement sexuel et se distancier d’une féminité trop prégnante dans les jeux vidéo. Ces stratégies participatives et cette culture de la participation leur permettent d’avoir une visibilité et de prendre des positions dans la communauté des joueurs de jeux vidéo. Dans cette interrogation autour de ce que fait le genre aux pratiques et aux représentations des fans et, respectivement, de ce que font les fans des normes de genre, on ne pourra que rappeler la pertinence du concept de technologie de genre de Teresa de Lauretis (2007) dans ces lectures du genre s’effritant en même temps qu’il se solidifie par ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

BAYM, Nancy K. (1999), Tune In, Log On. Soaps, Fandoms and On-Line Community, Thousand Oaks (CA), Sage Publications.

BOOTH, Paul (2010), Digial Fandom. New Media Studies, New York, Peter Lang.

BOURDAA, Mélanie (2015), « Les fans studies en question : perspectives et enjeux », Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication. [En ligne]. https://rfsic.revues.org/1644. Page consultée le 21 avril 2016.

DE LAURETIS, Teresa (2007), Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute.

GRAY, Jonathan (2010), Show Sold Separately: Promos, Spoilers and Other Media Paratexts, New York, NYU Press.

JENKINS, Henry (2000), From Barbie to Mortal Kombat: Gender and Computer Games, Cambridge (MA), MIT Press.

JENKINS, Henry (2008), « La filk et la construction sociale de la communauté des fans de science-fiction » dans Hervé GLÉVAREC, Éric MAIGRET et Éric MACÉ, Cultural Studies. Anthologie, Paris, Armand Colin, p. 212-222.

LIGNON, Fanny (2015), Genre et jeux vidéo, Toulouse, Presses Universitaires du Midi.

ROSS, Sharon Marie (2008), Beyond the Box, Television and the Internet, Toronto, Wiley-Blackwell Publishing.

STEIN, Louisa Ellen (2015), Millennial Fandom: Television Audiences in the Transmedia Age, Iowa City, University of Iowa Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mélanie Bourdaa et Arnaud Alessandrin, « Adrienne TRIER-BIENIEK (dir.) (2015), Fan Girls and the Media. Creating Characters, Consuming Culture », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://communication.revues.org/6990

Haut de page

Auteurs

Mélanie Bourdaa

Mélanie Bourdaa est Maître de conférence en Sciences de l’Information et de la Communication et membre du Laboratoire de recherche en Médiation, Information, Communication et Art (MICA), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : melaniebourdaa@yahoo.fr

Arnaud Alessandrin

Arnaud Alessandrin est sociologue, chercheur associé au Centre Emile Durkheim, Université de Bordeaux. Courriel : arnaud.alessandrin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org