Navigation – Plan du site
Lectures

Fred TURNER (2013), Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence

Paris, C & F Éditions
Akila Nedjar-Guerre
Référence(s) :

Fred TURNER (2013), Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence, Paris, C & F Éditions

Texte intégral

1Le livre de Fred Turner est incontournable pour quiconque s’intéresse à l’histoire d’Internet sous l’influence des courants culturels, scientifiques et politiques. Son ouvrage, dont l’idée principale porte sur l’évolution progressive des technologies d’information de la contre-culture américaine des années 1960 à la cyberculture actuelle, est très bien documenté puisqu’il fait référence tant aux expériences des protagonistes concernés et aux relations qui se créent entre eux qu’au contexte politique et idéologique des dernières décennies. Dans cet ouvrage, Turner met en lien un certain nombre de figures-clés des théories de l’information (Norbert Wiener, Gregory Bateson, Marshal McLuhan…) ; bon nombre de lecteurs découvriront les connexions possibles entre ces auteurs autour des théories des systèmes, théories qui seront le fil conducteur tout au long du livre.

  • 1 Le Whole Earth Catalog est un catalogue américain de contre-culture publié par Stewart Brand entre (...)

2À travers le parcours de Steward Brand, personnage principal, l’auteur livre l’aventure d’un « passeur » d’idées influencé successivement par les milieux artistiques, culturels et scientifiques. En huit chapitres, son livre montre, depuis les glissements politiques de la métaphore numérique jusqu’au triomphe du mode réseau, en passant par l’incontournable Whole Earth Catalog1, l’interaction entre les courants des nouveaux communalistes représentés au départ par ce qu’il nomme les proto-hippies, les artistes et les mystiques implantés principalement dans la baie de San Francisco et les représentants de la nouvelle économie, dont les précurseurs se trouvent parmi les scientifiques du Radiation Laboratory du Massachusetts Institute of Technology pendant la Seconde Guerre mondiale.

3Dans son premier chapitre, Turner montre les prémices des relations entre les scientifiques du Radiation Laboratory, dans le cadre du complexe militaro-industriel-universitaire développé pendant la Seconde Guerre mondiale, et les courants de la contre-culture qui se forment en opposition au système américain entré dans la guerre froide. Ces courants portés par des idéologies politiques incarnées par la « nouvelle gauche » et celui des hippies se sont intéressés aux théories de l’information représentées entre autres par la cybernétique de Norbert Wiener dont les méthodes de travail flexibles, collaboratives et sans gestion hiérarchique des scientifiques étaient reconnues.

4C’est dans le deuxième chapitre que la notion d’écosystème prend forme dans l’esprit de Brand, qui apparaît comme le « passeur » entre les concepts artistiques tirés de la peinture, du théâtre et de la littérature, mais aussi de biologistes dont les travaux sur les systèmes écologiques entrent en résonance avec ceux des systèmes de communication développés entre autres par McLuhan. L’auteur décrit avec une grande précision l’influence de ces contacts qui prennent corps tant dans le mode de vie de Brand baignant dans le milieu des néo-communalistes « retournés à la terre », fuyant le système capitaliste américain et sous l’effet d’un psychotrope hallucinogène, le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD), que dans la création du Whole Earth Catalog qui est l’œuvre de sa vie.

5Ce catalogue, auquel le troisième chapitre est entièrement consacré, est le résultat de l’ensemble de ces influences et qui correspond à un rassemblement d’outils informationnels destinés tant au réseau des hippies qu’à celui des scientifiques. Pour Brand, le « Whole Earth Catalog était à la fois un système global à part entière et un outil permettant à ses lecteurs d’améliorer les systèmes globaux qu’étaient leur propre vie et le monde dans lequel ils vivaient » (p. 146).

6Importaient à Brand aussi bien la théorie des systèmes que la possibilité d’améliorer la propre existence de ceux qui s’investissaient dans ces réseaux. L’idée de modéliser une nouvelle façon collaborative de vivre et de travailler ensemble dans un environnement tant technologique que tribal était chère à Brand.

7Du quatrième au huitième chapitre, nous assistons progressivement à l’échec des communautés hippies dont Brand a su tirer la rhétorique universaliste qui expliquera le passage à la communauté virtuelle. La possibilité de relier plusieurs groupes entre eux éloignés géographiquement leur permettant de collaborer était la raison première expliquant le passage au numérique du catalogue. De même, l’idéologie du hacker, en concordance avec celle de la contre-culture, a amené Brand à créer des liens plus forts avec l’industrie informatique et à produire le Software Catalog ainsi que le CoEvolution Quarterly, s’unissant en 1985 pour devenir la Whole Earth Review2.

8Dans les années 1990, l’évolution de la pensée néo-communaliste, qui s’est fondue dans le développement des réseaux, fut par ailleurs le tremplin idéologique des cadres dirigeants en quête d’une main-d’œuvre externalisée et d’un système autorégulé, sans l’aide de l’État.

9L’auteur montre clairement, avec des exemples concrets à l’appui, le glissement de la nouvelle économie vers la droite de l’échiquier politique.

10Si le livre de Turner peut paraître parfois difficile à lire par la richesse des faits et des références et par certaines digressions chronologiques dans les deux derniers chapitres, il reste toutefois un ouvrage essentiel reposant sur des bases solides de l’histoire des réseaux sur Internet.

Haut de page

Notes

1 Le Whole Earth Catalog est un catalogue américain de contre-culture publié par Stewart Brand entre 1968 et 1972. Les catalogs proposaient à la vente toutes sortes de produits utiles à un style de vie créatif et autosuffisant. [En ligne]. https://fr.wikipedia.org/wiki/Whole_Earth_Catalog. Page consultée le 7 octobre 2015.

2 [En ligne]. http://www.wholeearth.com/index.php. Page consultée le 7 octobre 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akila Nedjar-Guerre, « Fred TURNER (2013), Aux sources de l’utopie numérique. De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/6994

Haut de page

Auteur

Akila Nedjar-Guerre

Akila Nedjar-Guerre est Maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Université de Cergy-Pontoise. Courriel : anedjarg@u-cergy.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org