Navigation – Plan du site
Lectures

Cecilia VON FEILITZEN et Johanna STENESEN (dir.) (2014), Young People, Media and Health. Risks and Rights

Göteborg, Université de Göteborg, Nordicom
Lucie Delias
Référence(s) :

Cecilia VON FEILITZEN et Johanna STENESEN (dir.) (2014), Young People, Media and Health. Risks and Rights, Göteborg, Université de Göteborg, Nordicom

Texte intégral

1Établir un état des lieux de la recherche internationale concernant l’incidence des pratiques médiatiques des jeunes sur leur santé et leur bien-être : tel est l’objectif des 14 contributions qui composent l’ouvrage collectif dirigé par Cecilia Von Feilitzen et Johanna Stenesen. Les auteurs de cette édition 2014 du Yearbook de l’International Clearinghouse on Children, Youth and Media, supervisé par le réseau Nordicom, affichent une double démarche. D’une part, il s’agit de s’interroger sur un sujet largement investi dans le débat public, les répercussions des médias sur l’équilibre des jeunes étant régulièrement dénoncées par divers acteurs. D’autre part, en sus de l’analyse, il s’agit de proposer des solutions pratiques et adaptées aux éventuels problèmes induits par les pratiques médiatiques juvéniles.

2La santé, ici, est abordée sous un angle multidimensionnel : elle n’est pas seulement comprise au sens physique et médical, mais elle intègre aussi les conditions psychologiques de l’enfant et son environnement familial, social et géographique. Ainsi, les enjeux du lien entre santé et médias varient fortement en fonction des populations concernées — c’est pour cette raison que l’ouvrage se divise en deux parties complémentaires.

3La première partie, qui réunit le plus grand nombre de contributions, s’intéresse principalement aux pays du Nord. L’enjeu majeur y est la surconsommation des médias et leur omniprésence dans la vie sociale, et l’on s’y inquiète de l’« influence » négative des contenus médiatiques jugés nocifs pour les enfants et les adolescents, en particulier le harcèlement en ligne, la pornographie et les représentations de la violence. Afin de désamorcer les « paniques morales » qui se développent depuis plusieurs années autour de ces sujets, les auteurs proposent de s’interroger sur la continuité entre le online et le offline (Leslie Haddon et Sonia Livingstone) : ces phénomènes sont-ils vraiment nouveaux, et les pratiques numériques ne sont-elles pas le prolongement de ce que les jeunes vivent « dans la vie réelle » ? Dans le même ordre d’idées, certains articles rappellent qu’une pratique médiatique ne peut être analysée que comme un élément parmi d’autres dans la socialisation de l’enfant, et proposent de prendre en compte la multiplicité des facteurs de risque liés aux dispositions psychologiques de l’enfant et au contexte social dans lequel il évolue (Cecilia Von Feilitzen, Ingrid Paus-Hasebrink et Jasmin Kulterer). Ces réflexions sont prolongées par une série d’articles, écrits en partie par des pédiatres, qui se penchent plus particulièrement sur les troubles physiques induits par la surexposition aux écrans : troubles du sommeil, de la mémoire et de la concentration, sédentarité et obésité (American Academy of Pediatrics, Markus Dworak, Alfred Wiater). Concernant cette dernière pathologie, les stratégies de marketing des industries alimentaires, et notamment les publicités ciblant les enfants, sont fermement mises en cause (Susan Linn).

4La seconde partie, plus homogène, se concentre sur les pays du Sud. La problématique est ici inverse, puisqu’elle concerne le manque d’accès à l’information et le sous-équipement en matière de médias chez des jeunes pour qui la pauvreté et la violence font souvent partie du quotidien. Les auteurs proposent une série d’études de cas portant sur des initiatives locales qui utilisent les leviers de la communication et des médias : leur but est de donner non seulement un espace d’expression aux jeunes pour parler de sujets intimes (notamment la santé sexuelle) ou des difficultés de la vie quotidienne, mais aussi les moyens de régler eux-mêmes leurs problèmes et de proposer leurs propres solutions. Ces expériences peuvent être soit des initiatives gouvernementales et de grandes ONG utilisant les canaux des médias de masse, comme au Népal (Arvind Singhal) ou en Afrique du Sud (Susan Goldstein), soit des micro-structures à l’échelle d’un quartier ou d’une école, proposant aux jeunes d’animer une émission de radio (Johanna Stenersen), de créer des documentaires, de monter des projets photographiques (Rafael Obregon et Angela Rojes Martin) ou de participer à des ateliers de réflexion (Bu Wei). Ces études de cas se présentent comme autant d’exemples réussis de l’utilisation des médias comme outil d’empowerment pour les enfants et les adolescents.

5Au-delà de l’intérêt indéniable de cette approche internationale et de la variété des points de vue proposés, les contributions s’inscrivent dans deux cadres théoriques différents dont la rencontre s’avère riche. Le centre qui édite l’ouvrage étant en partie financé par l’Unesco et par le gouvernement suédois, les articles se placent explicitement dans une perspective de recherche institutionnelle visant à informer les politiques publiques, comme le rappelle l’annexe présentant les différents indicateurs statistiques relatifs à la situation des enfants dans le monde. L’approche est donc résolument prescriptive, et les auteurs préconisent souvent un travail sur la littératie informationnelle et médiatique des jeunes.

6Malgré cet aspect, les approches théoriques critiques ne sont pas pour autant abandonnées. La plupart des auteurs appellent à une conception post-structuraliste de l’enfance, afin de se départir d’une vision de l’enfant assimilé uniquement à une personne vulnérable à protéger, que l’on retrouve encore dans des recherches et programmes de développement. Au contraire, dans la tradition des cultural studies, les jeunes ne sont pas considérés comme une population homogène ayant les mêmes caractéristiques et les mêmes besoins : elles et ils disposent d’une capacité d’action propre et d’une conscience critique des contenus médiatiques. En outre, les auteurs qui appliquent une approche intersectionnelle sont nombreux, et certains rappellent à raison l’importance d’une analyse genrée des phénomènes étudiés, le genre étant trop souvent ignoré dans les recherches sur la petite enfance (Rafael Obregon, Angela Rojes Martinez, Jeanne Prinsloo).

7En définitive, bien que l’on puisse parfois regretter l’aspect un peu répétitif des recherches exposées et l’effet « catalogue » de ce recueil, Young People, Media and Health n’en demeure pas moins un outil de réflexion efficace pour qui s’intéresse à cette problématique, au-delà du public des chercheuses et chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Delias, « Cecilia VON FEILITZEN et Johanna STENESEN (dir.) (2014), Young People, Media and Health. Risks and Rights », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 07 juin 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://communication.revues.org/6998

Haut de page

Auteur

Lucie Delias

Lucie Delias est doctorante au laboratoire Communication, information, médias (CIM), Université Sorbonne Nouvelle. Courriel : luciedelias@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org