Navigation – Plan du site
Lectures

Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND et Richard FISCH (1975/1974), Changements – Paradoxes et psychothérapie

Paris, Seuil, Coll. « Point »
Denis Benoit
Référence(s) :

Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND et Richard FISCH (1975/1974), Changements – Paradoxes et psychothérapie, Paris, Seuil, Coll. « Point »

Texte intégral

Le bon sens et la « logique » conduisent souvent à l’échec [...] tandis qu’un comportement « illogique » et « déraisonnable » [...] produit le changement recherché (p. 11) ;

bien que la logique et le bon sens puissent, le cas échéant, présenter d’excellentes solutions [...] de temps à autre, nous constatons un changement « illogique » et surprenant, qui débloque une situation sans issue (p. 11).

1Si, depuis toujours, « le changement est au cœur des préoccupations [...] de la société en général », à ce jour « le discours des dirigeants d’entreprise et les programmes des hommes politiques usent abondement [et explicitement] du mot “changement” pour signifier à la fois les notions de projets, de progrès et d’innovations ». Telle est la déclaration que l’on découvre sur la page de présentation du site de la chaire ESSEC Recherches pour penser et réussir le changement, lancée à Paris (Université de Paris-Est) en 20111 ; déclaration qui se poursuit ainsi : « Le concept de changement est aisé à comprendre par son objectif de transformation. Par contre, les mécanismes et les processus qui permettent des changements réussis sont plus difficiles à appréhender. »

2Pour aborder leurs objets d’étude, les sciences de l’information et de la communication privilégient une approche interdisciplinaire qui, pour bâtir son indubitable spécificité, repense (à sa façon propre) concepts et méthodes issus de nombreux champs de compétence (sciences de gestion, sociologie, psychologie...). Dans le cadre de nos sciences de l’information et de la communication, la problématique-clé du changement — la résolution des problèmes, de quelque ordre qu’ils puissent être, l’implique — est ainsi (souvent) envisagée dans l’optique systémique et constructiviste — et, par suite, « transdisciplinaire » pourrait-on dire — qui caractérise l’ensemble des travaux des chercheurs que l’on a pu rassembler sous l’étiquette commode d’école de Palo Alto (et leur emprunt s’y montre, de fait, monnaie courante).

  • 2 Titre original : Change: Principles of Problem Formation and Problem Resolution.

3Largement négligé sinon oublié aujourd’hui — les références à cet ouvrage précurseur2 apparaissent quasi inexistantes dans la littérature, tous domaines confondus —, Changements (1975) constitue pourtant sans aucun doute l’œuvre capitale de ce courant singulier de recherche dans la mesure où, synthétisant l’optique « communicationnelle » (plutôt) abstraite et théorique des phénomènes de changement appréhendés dans le célèbre (et, quant à lui, abondamment cité) Une logique de la communication (1967), il propose une méthode d’action très concrète et pratique, encore innovante à plus d’un titre 40 ans après sa première publication, et utilisable quel que soit le champ d’exercice (des rapports interpersonnels aux relations internationales).

4Nous suggérons ici fortement son utile redécouverte.

La permanence et le changement

5Extrapolées à la problématique de la permanence et du changement en matière humaine, deux théories (« compatibles » et « complémentaires », p. 30) appartenant à la logique mathématique — la théorie des groupes et la théorie des types logiques — permettent de clarifier les conclusions des auteurs de l’ouvrage sur ces questions.

6Selon la théorie des groupes, un groupe est un ensemble comportant au moins quatre propriétés (lois) clés.

7La première propriété. Un groupe est formé d’éléments qui ont tous une propriété commune et le résultat de chaque composition de deux ou plusieurs de ces éléments est lui-même un élément du groupe. Il existe donc une invariance : s’il existe, pour les différents éléments du groupe, une multiplicité de changements possibles à l’intérieur du groupe, il est impossible pour les éléments de se placer hors du groupe. Toute composition d’éléments d’un groupe donne un élément qui fait lui-même partie du groupe et se situe « à l’intérieur du système et non pas au dehors ». Par exemple, un pays dont la Constitution prévoit que le temps des débats au Parlement est illimité (p. 33) : si l’on souhaite changer cette règle constitutionnelle inadaptée (car elle permet de bloquer toutes innovations), ce changement doit provenir de l’extérieur, car il peut être bloqué de l’intérieur par un temps de débat infini (la nouvelle proposition de loi que l’on souhaite faire voter est soumise, comme les autres, à la règle interne du débat ininterrompu).

8La deuxième propriété. Quelles que soient les séquences de composition des éléments d’un groupe, pour une même loi de composition interne, on obtient toujours le même composé : « Par exemple, si a, b et c sont des éléments d’un groupe et si la loi de composition interne du groupe est représentée par le symbole o, alors (aob) o c = a o (boc) = b o (aoc), et ainsi de suite pour les six compositions possibles » (p. 22, note 1).

9La troisième propriété. Tout groupe contient un élément neutre, tel que sa composition avec tout autre élément produit cet autre élément. Exemples de la loi de composition interne : l’addition, l’élément neutre est 0 (5 + 0 = 5) ; la multiplication, l’élément neutre est 1 (5 x 1 = 5). « […] autrement dit, un élément peut agir sans affecter les autres » (p. 23).

10La quatrième propriété. Dans tout groupe, pour chaque élément, existe un autre élément symétrique ou inverse tel que la composition de l’élément et de son symétrique donne l’élément neutre. Par exemple, dans un groupe dont la loi de composition est l’addition : 5 + (-5) = 0. Si a priori il est « difficile d’imaginer un changement plus profond et plus radical que le remplacement de quelque chose par son contraire » (cf. énantiodromie, p. 38), il apparaît pourtant que « chaque aspect de la réalité tire sa substance et son caractère concret de l’existence de son opposé » (le clair et l’obscur, la figure et le fond, le bien et le mal, le beau et le laid, etc.) et, « quoi qu’on dise sur leurs natures apparemment incompatibles et s’excluant mutuellement », les deux aspects sont interdépendants et complémentaires dans un seul, un même « cadre de référence » (p. 36). Ainsi, « la composition d’un élément du groupe avec son inverse préserve l’identité du groupe » (p. 30), et s’il y a bien un changement interne, le « modèle général » n’est pas transformé, « l’identité du système » est préservée (p. 40) et, sur ce plan, on obtient un « changement [1] nul » (p. 56). Par exemple L’archipel du Goulag d’Alexandre Soljenitsyne (1973), qui montre que la révolution communiste, qui visait à établir en Russie soviétique une « humanité nouvelle délivrée de toute aliénation bourgeoise », s’est (peu ou prou) transformée en régime concentrationnaire quasi équivalent (sinon pire) à ce qui existait de par le passé.

11Dès lors, la théorie fournit le cadre approprié pour examiner un type de changement (le « changement 1 ») qui se produit à l’intérieur d’un système qui lui-même reste inchangé, « pour examiner cette curieuse interdépendance entre permanence et changement que nous remarquons dans les nombreuses situations concrètes où “plus ça change, plus c’est la même chose” » (p. 23-24).

12La théorie des types logiques permet, au contraire de la théorie des groupes, d’envisager les types de changements (« changement 2 ») « qui transcendent un système donné ou un cadre de référence » (p. 24). Elle permet d’examiner la relation entre un membre et sa classe — certains objets ou « membres » peuvent être rassemblés en « collection » ou « classe » —, ainsi que la transformation particulière que constitue le passage d’un niveau logique au niveau supérieur (« hiérarchie des niveaux logiques ») (p. 25). La théorie des types logiques ne s’occupe pas de ce qui se passe à l’intérieur d’une classe, c’est-à-dire entre ses membres, mais fournit un modèle pour examiner la transformation constituée par le passage d’une classe à une autre, soit le passage d’un niveau logique à un niveau logique supérieur.

13Deux conclusions fondamentales ont pu être tirées de cette théorie :

  • Premièrement, on doit, si l’on ne veut pas tomber dans le paradoxe et la confusion, séparer rigoureusement les niveaux logiques : ce qui comprend tous les membres de la collection ne peut être membre de la collection, par exemple l’humanité — collection, classe d’individus — n’est pas elle-même un individu (objet, membre de la classe) : « […] une classe ne peut être membre d’elle-même » (p. 25) (voir aussi Watzlawick, Helmick Beavin et Jackson, 1979 : 191-192) ;

  • Secondement, le passage du niveau inférieur « au niveau supérieur (c’est-à-dire de membre à classe) comporte une mutation, un saut, une discontinuité ou une transformation — en un mot un changement » (p. 28) permettant de sortir du système. Par exemple, sur une automobile, l’acte d’accélérer et celui de changer de vitesse ne sont pas des comportements qui se situent au même niveau logique (dans la même classe de comportement) : pour chaque vitesse de la voiture (première, deuxième, troisième, etc.), autrement dit dans le « cadre » de chacune de ces « classes de comportement » possibles, l’on peut accélérer ou décélérer, c’est-à-dire opérer un changement « interne » (changement 1) ; toutefois, pour obtenir une autre forme de modification sur le comportement de la voiture, il convient de changer de vitesse, changement qui constitue un « changement de registre », « de classe », « de système », soit un changement de type 2, qui appartient « à un type logique plus élevé que l’acte d’accélérer » (p. 27). Les changements que constituent accélération et décélération (changement 1) sont effectués dans des cadres englobants distincts, soit les différentes plages de vitesse utilisées (changement 2). Autre exemple : le rêveur qui cauchemarde (p. 29) : les actions effectuées dans le cadre du rêve constituent un ou des changements de type 1 (fuir, lutter, se cacher, etc.) ; se réveiller (changement de registre, de classe, de cadre) constitue un changement de type 2.

14Pour résumer :

La théorie des groupes nous fournit un modèle pour penser le type de changement se produisant à l’intérieur d’un système qui lui-même reste invariant ; la théorie des types logiques ne s’occupe pas de ce qui se passe à l’intérieur d’une classe [d’un système], c’est-à-dire entre ses membres, mais nous fournit un modèle pour examiner la relation entre un membre et sa classe, ainsi que la transformation particulière que constitue le passage d’un niveau logique au niveau supérieur [...] nous en déduisons l’existence de deux sortes de changements : l’un [changement 1] prend place à l’intérieur d’un système donné qui, lui, reste inchangé, l’autre [changement 2] modifie le système lui-même (p. 28).

Un système qui passe par tous ses changements internes possibles (quel que soit leur nombre) sans effectuer de changement systémique, c’est-à-dire de changement 2, est décrit [en tout cas lorsqu’il aspire au changement] comme prisonnier d’un jeu sans fin. Il ne peut pas engendrer de l’intérieur les conditions de son propre changement ; il ne peut pas produire les règles qui permettraient de changer les règles (p. 40-41).

15Dans les « jeux sans fin », le terme (la fin du jeu) ne fait pas partie du jeu, il n’est pas un élément du groupe, « il se situe en position méta par rapport au jeu, et appartient à un type logique différent de celui de toute action (tout changement 1) à l’intérieur du jeu » (p. 41).

16À noter particulièrement : les propriétés qui régissent les groupes ne constituent pas des « membres du groupe », mais ont avec lui une relation méta. Idem pour les lois de composition interne valables pour un groupe donné. Changer ces règles engendre un changement de type 2 (p. 29) : « Le changement 2 apparaît comme un changement de la loi de composition interne qui gouverne le système » (p. 42). Par exemple le problème des neuf points : relier les neuf points d’un carré par quatre lignes droites (en gardant toujours le crayon sur le papier). Une hypothèse est (le plus souvent) posée qui rend la solution impossible (les points forment un carré, et la solution doit s’inscrire dans ce carré), et c’est cette hypothèse, cette solution choisie (utiliser un type de changement 1 en explorant toutes les possibilités à l’intérieur du carré) qui rend impossible la tâche. La solution consiste à introduire un changement 2, soit abandonner la prémisse, la règle qui a été posée pour une autre : c’est en sortant du champ du carré qu’on réussit à relier les points.

Illustration 1. Le problème des neuf points

Illustration 1. Le problème des neuf points

La genèse des problèmes

17Dans une multitude de situations, corriger une difficulté et effectuer un changement peut s’accomplir par une action de bon sens (simple et logique) ; action qui constitue alors une solution tout à fait valable et satisfaisante. Par exemple, si la température baisse — et que l’on considère cela comme une difficulté, un problème —, il faut augmenter le chauffage, et si elle baisse davantage, il faut chauffer davantage (action permettant de résoudre la difficulté). Autrement dit, une action s’impose pour rétablir la norme voulue (homéostasie) de fonctionnement du système (une température acceptable), et on obtient le changement (souhaité : la température désirée) en appliquant le contraire — « en accord avec la quatrième propriété des groupes » (p. 49), « il existe une multitude de situations pour lesquelles on peut corriger une déviation [difficulté] en lui appliquant son contraire » (p. 56) — de ce qui a produit la déviation (ici, la chaleur par rapport au froid). Bref, on obtient un changement dans le système en faisant logiquement plus de la même chose. En l’occurrence, le système maintient son équilibre par un processus d’homéostasie mettant en œuvre (changement 1) une rétroaction (feedback) négative (soit l’opposé de la déviation qui s’applique ; ici, le froid).

18Toutefois, il est d’autres cas où ce type d’action, de solution et de changement non seulement ne suffit pas, mais, en plus, se révèle contreproductif.

19C’est ainsi que Watzlawick et ses collègues donnent l’exemple suivant (p. 50) (autres exemples, p. 50-53, dont celui de l’insomniaque) :

L’alcoolisme est [considéré comme] un grave problème social. La consommation d’alcool doit donc être réglementée. Lorsque cette restriction s’avère insuffisante, on la renforce jusqu’au maximum, c’est-à-dire qu’on instaure la prohibition. Mais il se trouve que la prohibition, en tant que remède, est pire que le mal : l’alcoolisme augmente, une industrie clandestine s’installe et vend des produits dont la mauvaise qualité accroît les dangers de l’alcool, un corps de police se spécialise dans la chasse aux distributeurs clandestins et, dans cette activité, se corrompt de plus en plus, etc. Le problème empirant ainsi, on est conduit à rendre la prohibition encore plus stricte, mais voici qu’en faisant plus de la même chose, on s’étonne que, loin de parvenir au but souhaité, la« solution » aggrave le problème, et, de fait, devient le pire des deux maux (car on constate qu’à un taux élevé et inchangé d’alcoolisme, viennent s’ajouter de nouveaux alcooliques, ainsi qu’une expansion de la contrebande, de la corruption et de la guerre des gangs) (p. 50, souligné dans le texte original)

20Ainsi, « la situation reste structurellement semblable ou identique [le problème reste inchangé,] [mais en l’occurrence] l’intensité du problème et de la souffrance qu’il entraîne s’accroît » (p. 50) et « [les] problèmes humains [...] sont portés à empirer — contrairement aux éléments abstraits et stables des groupes mathématiques, logiques, physiques, etc. — tant qu’ils ne sont pas résolus » (p. 65).

21Dans ce type de cas, dans lequel l’on se trouve face à une difficulté (soit l’alcoolisme considéré comme mal social) que l’on souhaite résoudre — donc, obtenir un changement —, l’action, la solution choisie (la restriction, puis la prohibition) constitue un changement de type 1 (l’on fait « logiquement » plus de la même chose), ici manifestement contreproductif : « […] ou bien la tentative d’opérer un changement 1 aggrave considérablement le problème qu’elle est censée résoudre, ou bien elle constitue en fait ce problème » (p. 56).

22Pour résoudre une difficulté d’un tel type — avant de la transformer en « problème » (voir ci-après) et à condition évidemment que cela soit possible —, d’autres solutions que l’augmentation de la répression (jusqu’à une prohibition de plus en plus stricte : « plus de la même chose ») auraient pu être tentées.

23Par exemple — cette solution n’est pas proposée dans l’ouvrage —, il aurait pu être tenté en lieu et place de la seule répression (et de son renforcement continu) de mettre en œuvre de façon complémentaire — à l’instar de ce que propose Michel Le Net (1988 : 17-28, 92-106) dans un ouvrage dédié à la communication sociale — la contrainte répressive, la communication-persuasion et le contrôle.

Schéma 1. La communication sociale

Schéma 1. La communication sociale

Ko représente le seuil de départ (généralement non nul puisqu’il concerne les comportements naturels des individus qui sont déjà conformes à ceux recherchés : par exemple un certain nombre de personnes sont déjà sobres). Kp est la courbe de comportement par effet de communication-persuasion, qui atteint un seuil maximal de modification des comportements par persuasion P (fonction du sujet abordé et des moyens affectés à la communication). Kr constitue la courbe de comportement par effet de réglementation après persuasion. Elle atteint le seuil maximal de modification des comportements par réglementation R. Kc est la courbe de comportement par effet du contrôle. Kl représente le « niveau limite suffisant » de la modification des comportements (l’on doit considérer un seuil qu’il est impossible de dépasser quelque soit les moyens mis en œuvre ; par exemple, dans le cas de l’alcoolisme, considérant l’existence, à un moment donné, de la difficulté inaltérable d’un certain pourcentage d’alcooliques incurables dans la population, on doit tenir pour acquis qu’il existe un « niveau suffisant », un seuil au-delà duquel on ne pourra pas descendre).

24En fait, distinction cruciale, les auteurs de l’ouvrage parlent de « problème » — et non de « difficulté », soit des « conditions gênantes que l’on surmonte [si possible] par quelque action de bon sens (généralement du type changement 1 [...]) » (p. 56) — pour « désigner des impasses [...] que l’on a créées et fait durer en aggravant des difficultés » par l’application d’une « tentative de solution » que l’on pérennise et intensifie (p. 57). Et pour eux, « il y a trois façons fondamentales » de provoquer de telles impasses et leurs aggravations, de provoquer des « problèmes » (p. 57).

25Premièrement : une intervention qui s’impose n’est pas faite : « les terribles simplifications » (p. 58) ; « Une des manières de ne pas résoudre un problème est de faire comme s’il n’existait pas » (p. 65) ; « […] reconnaître le problème, et à plus forte raison essayer de le résoudre, provoque l’accusation de folie ou de malignité » (p. 58) ; « […] le déni des problèmes et les attaques contre ceux qui les exposent ou qui tentent de les affronter » (p. 65).

26Deuxièmement : on intervient quand on ne le devrait pas : « le syndrome d’utopie » (p. 66) ; voir une solution là où il n’y en a pas, chercher à atteindre un « idéal irréel » (p. 72) ; pouvoir trouver « la solution définitive, totale » (p. 67). Trois formes sont possibles :

  1. L’on se fixe un but inaccessible, et « l’inaccessibilité du but ne sera pas imputée à sa nature utopique, mais plutôt à l’impuissance du sujet ». Par exemple chercher à atteindre « une intégration totale de l’esprit, de l’émotion et du corps, ce qui constitue l’état naturel de l’homme » (p. 66) ;

  2. L’« on s’attend [...] à ce que “l’acte d’arriver” [...] se passe absolument sans ennui », que le fait d’atteindre le but fixé conduise à la parfaite béatitude. Par exemple « la retraite décrite à la fois comme sereine réalisation de soi et création de nouvelles possibilités ; l’enchantement supposé de l’arrivée dans une ville lointaine » (p. 70). Or, il n’existe probablement pas d’« événements dénués de tout désagrément et absolument délicieux » (p. 70), et il est sans aucun doute dangereux de chercher de telles réalisations ;

  3. Être convaincu d’avoir trouvé « la Vérité », conviction accompagnée à la fois par le « missionnarisme » qui en découle à l’égard de ceux qui, obligatoirement de mauvaise foi, ne veulent pas « se convertir » (p. 70), et la propension à accuser « les autres », « le système », « la nature » de rendre impossible le changement.

27Toutefois, outre ces cas où l’on vise un « idéal irréel », où « la tentative de changement [complique] une difficulté inébranlable pour en faire un problème » (p. 72), certains considèrent que l’absence de difficulté est « un problème nécessitant une action corrective ». Dans ce cas, « les choses vont d’autant plus mal qu’elles semblent aller mieux — aussi doit-on les rendre plus difficiles ». Par exemple le puritain dont la prémisse fondamentale « est que la vie est dure, quelle exige des sacrifices constants [...] Dans le cadre de cette hypothèse, l’irruption [...] d’une quelconque aubaine, est censée signifier que quelque chose n’est pas normal » (p. 73), et qu’il faut donc changer.

28« Tous les aspects du syndrome d’utopie ont ceci de commun : les prémisses sur lesquelles le syndrome se fonde sont considérées comme plus réelles que la réalité » (p. 74). Autrement dit, lorsque quelqu’un possédant ce syndrome ne réussit pas à ordonner le monde en fonction de sa prémisse, il ne réexamine pas celle-ci, mais « accuse l’extérieur (par exemple la société) ou sa propre incapacité » (p. 74) ; « celui qui poursuit ainsi un sens remet en question tout dans l’univers, sauf sa quête elle-même, c’est-à-dire, sauf la supposition incontestée qu’un tel sens existe » (p. 75). Une telle attitude diffère (ô combien) de celle du roi dans Alice au pays des merveilles qui conclut relativement au poème absurde du lapin blanc : « Si ça n’a pas de sens, ça nous évite toutes sortes d’ennuis, voyez-vous, puisque nous ne sommes plus obligés d’en trouver un » (p. 75). En bref, une solution peut elle-même être le problème qu’elle est censée résoudre :

[…] à la base des manifestations protéiformes du syndrome d’utopie, on trouve une brisure [...] entre ce que les choses sont en réalité et ce qu’elles devraient être d’après une certaine prémisse. [...] En somme, ce n’est pas la manière dont les choses sont réellement qui constitue le problème et qui doit être changée, mais la prémisse selon laquelle les choses devraient être d’une certaine façon (p. 80-81).

29Troisièmement : L’intervention « a lieu au mauvais niveau » (p. 82). On peut commettre de deux façons possibles (p. 57) une erreur de type logique créant ainsi un « jeu sans fin » :

  • Soit en essayant de provoquer un changement 1 dans une situation qui nécessite un changement 2. Par exemple un insomniaque qui « se force » à dormir (de nombreuses façons, en faisant plus de la même chose), alors que le sommeil est (sans doute) un phénomène quasi exclusivement spontané, et que pour y réussir il conviendrait (peut-être) de (justement) se forcer à ne pas dormir (autrement dit, de changer les « règles du jeu » de ce qui était devenu, par la mise en place de règles inappropriées, un « jeu sans fin ») ;

  • Soit en tentant d’effectuer un changement 2 dans une situation où suffirait un changement 1. Par exemple lorsqu’on exige une transformation dans l’attitude profonde de quelqu’un et qu’on ne se contente pas d’un changement de conduite de comportement. C’est le cas lorsqu’un enfant n’aime pas aller apprendre à l’école et qu’on ne se contente pas de le lui imposer pour l’obliger à aimer « spontanément » le faire.

La résolution des problèmes

30Comment introduire (lorsque c’est utile ou nécessaire) un changement de type 2, soit un changement modifiant les règles du système établi aux fins de résoudre une « difficulté » mais qui, en fait, a été transformée en un « problème » par les tentatives de solution mises en œuvre ?

31Pour les auteurs, il s’agit — par suite de l’utilisation de cette définition — d’agir sur l’essai de solution (ce qui est accompli pour régler la difficulté, mais qui la transforme de fait en problème) (p. 102). Ils proposent quatre exemples de changement 2 (p. 99-101), dont celui de l’agoraphobique qui, pour ne plus ressentir d’angoisse, diminue progressivement l’espace dans lequel il évolue (la ville, son appartement, sa chambre, son lit...), mais qui, pourtant, constate que ses angoisses, loin de disparaître malgré la solution mise en œuvre (restreindre les dimensions de ses lieux de vie), s’accentuent. Il prend alors la décision de se suicider en prenant sa voiture et en roulant sans discontinuer (action qui, selon lui, devrait rapidement le tuer par crise cardiaque ou autre). Or, ce faisant, non seulement ce n’est pas le cas, mais ses angoisses ont fortement tendance à diminuer (changement 2 : il est sorti du jeu sans fin que sa « solution » avait instauré).

32Généralisant leurs explications sur la base de ces exemples, les auteurs considèrent que :

  1. L’action introduisant le changement 2 agit sur la « solution » utilisée : elle modifie les règles du système et ainsi le système lui-même mis en place pour supprimer la « difficulté » (mais qui, en fait, la transforment en « problème ») ; par exemple, pour réussir à ce qu’un insomniaque trouve le sommeil, l’action ne porte pas tant sur la difficulté « je ne réussis pas à dormir » — convertie en problème par l’application d’une tentative de solution du type « je vais me forcer à dormir » (grâce à l’utilisation de divers moyens)... et si cela ne marche pas je vais faire plus de la même chose — que sur la tentative de résoudre la difficulté elle-même, en cherchant à en empêcher la mise en œuvre : l’insomniaque, « comment peut-on l’empêcher de vouloir s’endormir ? » ; 

  2. Pour introduire un changement 2, il ne s’agit pas de se demander quelles sont les — et, pour la personne en souffrance, de « prendre conscience » (p. 106-107) des — « causes » (le « pourquoi ? ») de la situation, dans le sens où, concernant par exemple le cas de l’agoraphobique, il ne s’agit pas de rechercher (par anamnèse, par reconstitution biographique) les origines historiques (notamment psychologiques), la genèse, de sa souffrance (du type, un rapport spécifique avec ses parents dans son enfance qui fait qu’aujourd’hui il présente un tel comportement) — et de lui en faire prendre conscience —, mais de se poser la question suivante : « Qu’est-ce qui, dans ce qui se passe actuellement, fait persister le problème, et que peut-on faire ici-maintenant pour provoquer un changement ? » (p. 107) ; l’hypothèse étant que le système « n’est plus capable de provoquer un changement par lui-même, mais se trouve pris dans un jeu sans fin » (p. 107), et que pour en sortir il faut changer les règles (du jeu) actuellement en vigueur ;

  3. Les actions entraînant un changement 2 (ainsi que celui-ci) paraissent le plus souvent bizarres, inattendues, énigmatiques, paradoxales, l’inverse même de celles suscitant un changement 1 qui, quant à lui, semble toujours reposer sur le bon sens (par exemple je fais, logiquement, « avec bon sens », plus de la même chose pour obtenir ce à quoi je veux arriver) ;

  4. Le changement 2 peut (souvent) s’obtenir grâce à un « recadrage » de la situation vécue (qui la « dégage [...] du piège générateur de paradoxes que crée la réflexivité de la tentative de solution », p. 103).

Le recadrage comme changement 2 ou technique de changement 2

33Le recadrage peut être considéré à la fois comme le résultat d’une action (d’un changement) et l’action elle-même (une opération menant à un changement), à savoir :

  • Comme le fait même de considérer le réel d’une manière différente de sa conception initiale ;

  • Comme une technique de communication persuasive qui consiste à proposer (et à faire entériner) une définition originale — par rapport à celle qu’a retenue le candidat au changement — d’un même objet ou des mêmes circonstances d’une certaine « réalité » (p. 131) ; bref, à chercher à modifier — utilement, lorsque l’action est réussie... — une « réalité de second ordre », soit la signification, la valeur, le rôle qui sont dévolus aux « aspects accessibles à un consensus de perception et en particulier à une preuve (ou une réfutation) expérimentale, répétable, et vérifiable [réalité dite de premier ordre] » (p. 137-138) (Watzlawick, 1978). Pour deux exemples particulièrement éclairants de recadrage, voir « Tom Sawyer » (p. 113-114) et « L’officier de police » (p. 131).

34Autrement dit, le recadrage peut être défini comme la modification ou la tentative de modification de l’opinion, du point de vue, du sens conféré par un sujet à un objet ou à une situation. Ou encore, dans les termes de la théorie des types logiques, comme l’action qui permet de « faire porter l’attention sur une autre appartenance de classe, tout aussi pertinente, d’un même objet, ou surtout introduire cette nouvelle appartenance de classe dans le système conceptuel des personnes concernées » (p. 119-120).

35Ainsi, « Un cube de bois rouge peut être considéré comme membre de la classe de tous les objets rouges, de la classe des cubes, de la classe des objets de bois, de la classe des jouets d’enfants, etc. » (p. 119), et le recadrage (réussi) consiste à modifier, dans l’esprit du client du changement, l’appartenance de classe en fonction du résultat visé ; modification qui va induire un changement dans le fonctionnement de la situation-système.

36À noter que l’induction d’un recadrage (pour pouvoir s’effectuer et réussir) doit tenir compte des « modes de pensée » de la cible, de sa manière de « classifier le réel » (p. 124), en un mot « du cadre conceptuel de ceux dont on doit modifier les problèmes. Prenez ce que vous apporte le patient [...] le recadrage présuppose que le thérapeute apprenne le langage du patient » (p. 125-126, 137-138, 149-150).

37Employé dans le but de faire survenir un changement 2 — ou constituant lui-même ce type de changement —, le recadrage sert in fine à enseigner, à établir « un nouveau jeu qui rend l’ancien caduc » (p. 126). En d’autres termes, le recadrage peut parvenir, en modifiant la conception que l’on se fait des divers éléments de la « réalité » d’une situation, à introduire de nouvelles « règles du jeu » dans cette situation, et donc de la changer du tout au tout.

38À noter que le recadrage peut servir à « prescrire le symptôme ». En suggérant d’effectuer un « virage à 180° » — l’inverse de ce qui est fait (Benoit et Perez-Benoit, 2006) —, l’on conseille des actions et comportements dont on est sûr qu’ils n’iront pas dans le même sens que ce qui a déjà été tenté. Par exemple proposer à l’insomniaque — qui, en s’obligeant à dormir, se délivre à lui-même une injonction paradoxale du type « sois spontané », car le sommeil apparaît comme un comportement naturel qui survient sans que l’on puisse s’y contraindre volontairement et, aussi vrai qu’il est impossible et absurde de « se forcer à être spontané », il est à la fois chimérique et antinomique de « s’obliger spontanément » à dormir —, proposer à l’insomniaque, donc, de se contraindre à ne pas dormir. En l’occurrence, pour engager l’insomniaque à se forcer à demeurer éveillé, l’on peut tenter de recadrer le sommeil comme du « temps perdu » par rapport à la veille ou, à tout le moins, la veille comme un temps utile relativement au sommeil.

39Comment le recadrage peut-il entraîner un changement 2 ?

40Il permet de considérer la situation différemment, sous un nouvel angle, et dès lors, pour les participants au système, de (éventuellement) faire « autre chose », ce qui change la donne (et le système) ; par exemple :

  • Le vendeur qui bégaye (p. 115-116) : un vendeur, affligé d’un bégaiement sérieux, est sommé de continuer à bégayer (plutôt que de tenter de l’éviter) : recadrage du bégaiement d’inconvénient en avantage (on fait souvent un effort devant des gens qui ont un handicap, en l’occurrence l’on s’astreindra à écouter le discours du vendeur) : il se sent plus à l’aise et donc, au lieu de lutter contre le bégaiement (changement 1), il l’accepte (d’une certaine façon)... et bégaye moins : il ne fait plus la même chose mais autre chose, son système est modifié, changement 2 ;

  • L’étudiant qui ne se met pas au travail (p. 174) : l’on pose la question « À quelle heure comptez-vous avoir terminé le travail (concerné) ? » et, à la suite de la réponse, l’on exige la promesse de ne plus travailler après l’heure dite : l’on recadre ainsi (d’une certaine manière) le temps de loisir en punition et le temps de travail en récompense : en lieu et place de ratiociner, de procrastiner (en faisant plus de la même chose), à savoir se forcer à travailler sans y réussir (changement 1), l’étudiant sera porté à finir son travail à l’heure : changement 2 ;

  • L’officier qui doit tirer sur la « canaille », mais qui ne veut pas se livrer à une tuerie (p. 101-102) : il recadre la situation en s’adressant ainsi à la foule hostile et immobile sur laquelle il a reçu l’ordre d’ouvrir le feu : « J’ai reçu l’ordre de tirer sur la canaille. Mais comme je vois devant moi beaucoup de citoyens honnêtes et respectables, je leur demande de partir pour que je puisse faire tirer sans risque sur la canaille » : la place se vide, changement 2 (un changement 1 aurait été de répondre à l’hostilité de la foule par l’hostilité des armes).

41Le changement 2 peut-il être obtenu sans recadrage ?

42Oui, par la simple injonction comportementale (acceptée et appliquée par le candidat au changement) : « Faites différemment ou même l’inverse de ce que vous faites » : faire autre chose, c’est, par définition, ne plus perpétuer la situation (et le système) par le même essai de résolution de la difficulté (essai qui, de fait, engendre le « problème »).

43Quelle est la différence entre changement 2 et recadrage ?

44Le changement 2 concerne un changement de solution apportée à une difficulté (convertie en « problème » par l’application permanente de cette solution) ; ce changement de solution (désagrégeant par suite ledit « problème ») transforme le système, qui soit se réorganise en un autre système, soit périt. Or, un recadrage peut être effectué relativement à autre chose qu’un « problème » (ainsi défini). Toutefois, tout changement 2 peut (d’une certaine façon) être envisagé comme recadrage, car ce changement entraîne une mutation de la situation... ainsi mise de facto dans un nouveau cadre. 

La pratique du changement 2

45Le changement 2 concerne donc des situations dans lesquelles une « difficulté » a été convertie en « problème » par une ou des tentatives de solution inadéquates et répétées-renforcées : le système apparaît comme bloqué dans un fonctionnement, incommodant pour ceux qui en font partie. L’on sait d’autre part qu’opérer ce type de changement passe souvent par un « recadrage » permettant de modifier les règles régissant le système jusqu’à le faire muter, le transformer.

46Pour obtenir ce changement 2 — un changement de système, donc —, les auteurs proposent une démarche en quatre temps applicable quel que soit le contexte (psychothérapeutique ou non, voir p.181-184) ; méthode très proche de celle mise en œuvre en « thérapie brève de Palo Alto » par les membres de l’Institut Gregory Bateson de Liège (Belgique), représentant officiel pour l’Europe francophone du Mental Research Institut de Palo Alto (États-Unis)3.

  1. Définir clairement le problème en termes concrets. Il s’agit là d’abord de distinguer entre problème (tel que défini) et pseudo-problème : aussi vrai qu’il existe des difficultés qui ne possèdent pas de solution connue (par exemple subir les conséquences d’un accident), un « pseudo-problème » (autrement dit, une « difficulté ») ne saurait être résolu par la méthode. Ensuite, de traduire la plainte du candidat au changement en termes concrets et interactionnels : qu’est-ce qui, en pratique, l’incommode ici et maintenant, autrement dit (souvent) qui fait quoi à qui et comment ? Ainsi, le problème devra être considéré : du point de vue du demandeur (tel que ce dernier le vit, quand bien même il en attribuerait la responsabilité à autrui) ; concrètement (de façon à éviter une éventuelle mauvaise interprétation de « l’étiquette » habituellement collée sur le problème : « Vous dites que votre subordonné à “mauvais caractère”, soit, mais comment celui-ci se traduit-il dans les faits ? »…) ; tel qu’il se manifeste dans le présent (par exemple comment s’exprime pratiquement et actuellement ce que le demandeur, notamment, peut considérer comme la conséquence d’une expérience passée traumatisante ?).

  2. Examiner les « tentatives de solution ». Dans la mesure où le problème a été défini, on s’attache à repérer tout ce qui a été essayé (d’une façon « logique » et « justifiée » dans l’optique du demandeur) et qui n’a pas donné de résultat satisfaisant — sinon le demandeur ne serait pas là — mais qui, de plus, cristallise ce qui n’était peut-être au départ qu’une simple « difficulté » en un « problème », insoluble dans le contexte. Répétons que l’hypothèse est que ce sont des tentatives de solution parfaitement vaines qui entretiennent, voire créent le problème (d’où l’aphorisme « le problème, c’est la solution »). On s’attache alors à dégager le « thème des tentatives de solution » — par exemple l’organisation, l’ordre : « Je veux (ou mon subordonné doit) être plus ordonné : je vais l’exiger en “mettant de plus en plus la pression” de manières différentes et variées… » — pour en déduire le « thème thérapeutique » : on suggérera d’effectuer un « virage à 180° » (sont conseillés des actions et comportements dont on est sûr qu’ils n’iront pas dans le même sens que ce qui a déjà été tenté).

  3. Définir clairement le changement auquel l’on veut aboutir. Il est utile, surtout quand le problème est vaste, que le client détermine quelque chose de minime, mais de significatif, qui, de son point de vue, sera le signe d’une amélioration, d’un premier pas vers la résolution de son problème. Cela permet d’éviter les demandes utopiques, tout en étant vecteur d’optimisme thérapeutique.

  4. Formuler et mettre en œuvre un projet pour effectuer, atteindre ce changement. Ce projet devra être fondé sur les trois principes généraux suivants (nous répétons) : la cible du changement constitue la ou les tentatives de solution ; « la tactique arrêtée doit être traduite dans le “langage” propre du sujet, c’est-à-dire, doit lui être présentée d’une manière qui utilise sa propre façon de concevoir le “réel” » ; le paradoxe, qui joue un rôle important dans la genèse des problèmes (cf., notamment, le fameux « sois spontané »), joue un rôle également important dans leur résolution (avec la « prescription du symptôme ») (p. 135-136).

47Et, sur la base de ces quatre principes, les auteurs proposent un certain nombre d’illustrations, d’applications, d’exemples pratiques de leurs interventions.

Haut de page

Bibliographie

BENOIT, Denis et PEREZ-BENOIT, Frédérique (2006), « L’intervention systémique brève : pour une application, hors champ thérapeutique, du modèle de résolution de problèmes développé en thérapie brève » dans Christian BOURION et Alex MUCCHIELLI (dir.), Psychosociologie et systémique des relations dans les organisations, Paris, Eska, p. 97-142.

LE NET, Michel (1988), La communication sociale, Paris, La Documentation française.

WATZLAWICK, Paul (1978), La réalité de la réalité, Paris, Seuil.

WATZLAWICK, Paul, Janet HELMICK BEAVIN et Don D. JACKSON (1979), Une logique de la communication, Paris, Seuil, Coll. « Point ».

Haut de page

Notes

1 [En ligne]. http://chaire-changement.essec.edu/. Page consultée le 17 avril 2016.

2 Titre original : Change: Principles of Problem Formation and Problem Resolution.

3 [En ligne]. http://www.igb-mri.com/. Page consultée le 17 avril 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Le problème des neuf points
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7002/img-1.png
Fichier image/png, 53k
Titre Schéma 1. La communication sociale
Légende Ko représente le seuil de départ (généralement non nul puisqu’il concerne les comportements naturels des individus qui sont déjà conformes à ceux recherchés : par exemple un certain nombre de personnes sont déjà sobres). Kp est la courbe de comportement par effet de communication-persuasion, qui atteint un seuil maximal de modification des comportements par persuasion P (fonction du sujet abordé et des moyens affectés à la communication). Kr constitue la courbe de comportement par effet de réglementation après persuasion. Elle atteint le seuil maximal de modification des comportements par réglementation R. Kc est la courbe de comportement par effet du contrôle. Kl représente le « niveau limite suffisant » de la modification des comportements (l’on doit considérer un seuil qu’il est impossible de dépasser quelque soit les moyens mis en œuvre ; par exemple, dans le cas de l’alcoolisme, considérant l’existence, à un moment donné, de la difficulté inaltérable d’un certain pourcentage d’alcooliques incurables dans la population, on doit tenir pour acquis qu’il existe un « niveau suffisant », un seuil au-delà duquel on ne pourra pas descendre).
URL http://communication.revues.org/docannexe/image/7002/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Benoit, « Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND et Richard FISCH (1975/1974), Changements – Paradoxes et psychothérapie », Communication [En ligne], vol. 34/1 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://communication.revues.org/7002

Haut de page

Auteur

Denis Benoit

Denis Benoit est professeur des sciences de l’information et de la communication, Université Montpellier 3. Courriel : denis.benoit.univ@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org