Navigation – Plan du site
Lectures

Jean ALBRESPIT, Noémie FRANÇOIS et Dolores THION SORIANO-MOLLA (dir.) (2016), Fabriques de vérité(s). 1. Communication et imaginaires

Paris, L’Harmattan
Aurélie Blot
Référence(s) :

Jean ALBRESPIT, Noémie FRANÇOIS et Dolores THION SORIANO-MOLLA (dir.) (2016), Fabriques de vérité(s). 1. Communication et imaginaires, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1Divisé en quatre grands chapitres, l’ouvrage collectif aborde les stratégies et les outils de la reproduction et de la représentation du faire vrai. Le concept de vérité ainsi que les rapports entre vérité, certitude, réel, vraisemblance et vérisimilitude sont interrogés au cœur de thématiques diverses telles que l’art contemporain, la photographie, l’adaptation filmique, mais aussi le discours et l’argumentation.

2La force et l’intérêt de cet ouvrage sur les fabriques de vérité(s) résident dans sa perspective pluridisciplinaire alors que les articles des chercheurs en linguistique côtoient les écrits des spécialistes juridiques ou les analyses filmiques de professeurs en études cinématographiques. Cette pluridisciplinarité est affirmée par les trois directeurs de l’ouvrage dont les spécialités sont diverses (linguistique, littérature française et littérature espagnole). Par ailleurs, cet ouvrage propose une dimension internationale, avec des articles écrits en français et en espagnol. Cependant, alors que la présence des deux langues peut s’avérer un atout, elle peut aussi être un obstacle à la compréhension des articles. C’est le cas notamment du chapitre 2 sur les « Discours, la communication et la construction de la vérité », dont les articles extrêmement intéressants et pertinents sont écrits exclusivement dans la langue de Cervantès. Le lecteur dont les bases en espagnol sont limitées peut se sentir frustré de ne pas avoir accès à ces réflexions sur la manipulation de la vérité par les médias (article de Juan Manuel Aragués), sur l’exploration des rapports entre vérité et pouvoir au travers de l’étude d’Œdipe roi de Sophocle (article de Gloria Seoane), sur la construction et la déconstruction de la vérité au Siècle des lumières (article de Manuel Menéndez Alzamora), ou encore sur la manipulation de la vérité quant à l’image des immigrants illégaux en Espagne par les acteurs politiques (article de Géraldine Galeote). On déplore alors qu’aucun des articles constituant ce chapitre, qui nous paraît être l’un des piliers de l’ouvrage, ne soit écrit en français, ce qui aurait permis aux lecteurs uniquement francophones d’avoir un regard sur ces pistes de réflexion éclairantes.

3Cependant, cette faiblesse de l’ouvrage sera nettement compensée par les trois autres chapitres qui sont d’une extrême richesse, sur le plan de la diversité des points de vue, des disciplines et des sujets traités. Ainsi s’aperçoit-on que la construction ou la fabrique de vérité est une notion que l’on peut appliquer à de multiples domaines de recherche.

4En ce sens, le chapitre 1 aborde la thématique de la « Construction et déconstruction dans l’art » dans quatre articles où sont examinés les rapports entre art et vérité ainsi que l’idée du faire vrai et de la vraisemblance dans la photographie et la peinture. Sarah Ihler-Meyer propose une réflexion sur la notion de vérité pour distinguer l’art contemporain de l’art classique et de la modernité artistique. Sophie Limare, quant à elle, explore le faire vrai en étudiant les œuvres de Feloce Varini et Alfredo Jarr et examine leur place intermédiaire entre réel et virtuel. Pour sa part, Chiara Palermo s’attarde sur la notion de voyance et de faire voir en peinture et en philosophie. C’est en reprenant la définition de Maurice Merleau-Ponty qu’elle nous propose une analyse détaillée de trois portraits de Chaïm Soutine pour nous montrer que l’artiste n’imite pas son modèle, mais qu’il transmet une essence du visible. Enfin, l’article de Sandrine Ferret fait état de la photographie et de son rapport au réel, entre témoignage du réel et posture artistique. La chercheure nous propose une étude extrêmement pertinente et riche en s’intéressant tout particulièrement aux œuvres de Bruno Serralongue.

5Le chapitre 3 nous éveille à la fabrique de vérité dans le « Discours et l’argumentation ». Ce chapitre, divisé en six articles, nous donne des pistes de réflexion sur les notions de vérité, de mensonge et de réalité au cœur du discours et de l’argumentation. Ainsi Gilles Gauthier propose-t-il une démonstration sur la justification morale en partant du postulat que l’argumentation n’est pas soumise à un strict régime de vérité. Raffaëlle Gouttefangeas, quant à elle, nous invite à une analyse passionnante d’un corpus de textes traitant du sida. Elle nous éclaire ainsi sur les stratégies discursives employées pour présenter et représenter la maladie, dans le but d’examiner la façon dont la réalité de la maladie se donne à lire dans une perspective linguistique, diachronique et sociologique. Dans un tout autre registre, Robert Butler s’intéresse aux réactions de Nick Clegg, dirigeant des Liberal Democrats, lors du refus de David Cameron de supprimer les droits de scolarité dans les universités britanniques. En étudiant les signes verbaux et non verbaux de son discours, Butler nous éclaire sur ce que nos mots et nos gestes reflètent (acceptation forcée de la réalité, aveu, déconvenue). Enfin, Blandine Pennec, Graham Ranger et Jean Albrespit proposent une analyse de la question de vérité en linguistique à partir de diverses locutions, notamment in fact. Ce chapitre, aux études extrêmement diverses, permet au lecteur novice ou aguerri de prendre connaissance de pistes de réflexion sur des thématiques plurielles en piochant ici et là ce qui serait à même de l’intéresser quant à la notion de fabrique de vérité.

6Le chapitre 4, qui conclut ce premier volume sur les Fabriques de vérité(s). Communication et imaginaires, s’attarde précisément aux notions de vérité et d’imaginaires en incluant des travaux sur les rapports entre la littérature et la vérité (l’article de Luis Beltran Almeria propose une approche théorique de la littérature et de la vérité) ; entre la peinture et la notion de réalisme (José Antonio Escrig Aparicio nous livre en ce sens une étude captivante sur les artistes peintres au service de la cour et les conséquences de leur situation professionnelle sur l’esthétique de leurs toiles) ; entre philosophie et vérité (Denis Vigneron s’intéresse au concept de logarithme de réalité d’Ortega y Gasset pour démontrer que la réalité n’est ni une rupture totale ni une continuité) ; entre littérature et peinture (Borja Rodriguez Gutiérrez nous offre une approche comparative des gravures de Gustave Doré et des fables de Jean de La Fontaine. Les deux siècles qui séparent ces deux artistes permettent un nouveau regard des fables assez subjectif et romantique) ; mais aussi entre littérature, peinture, réalité et fiction (Sylvie Juillac s’attarde sur la fabrique du paysage dans la littérature à partir des œuvres d’Azorin. Il s’agit d’un paysage dont la description relève à la fois de la réalité par son attachement à décrire la nature et de la fiction par le point de vue, qui est celui d’un observateur subjectif).

7Ce chapitre s’intéresse également aux liens entre cinéma et réalité, notamment par l’étude de Cong Minh Vu qui étudie le film Redacted de Brian de Palma et plus précisément les images retransmises de la guerre en Irak et ce qu’elles communiquent comme vérité. Noémie François, quant à elle, propose un travail sur la notion de vraisemblance dans l’adaptation filmique d’une œuvre littéraire telle que Las Hogueras de Concha Alos. Elle nous incite à nous interroger sur les différentes techniques utilisées pour rendre la version filmique crédible, vraisemblable, soit une illusion de réalité.

8Enfin, l’article d’Eneko Lorente clôt cet ouvrage en étudiant les rapports entre le dire, les images et la réalité au cœur du cinéma moderne. Pour ce faire, l’auteur s’attarde sur la notion de documentaires sur la ville en transformation et met en évidence une démarche participative du spectateur, qui est amené à réagir aux transformations de la réalité que l’image met en question.

9Ce premier volume destiné à nous éclairer sur les Fabriques de vérité(s), notamment dans le milieu de la communication et des imaginaires, nous offre bien plus que tout ce dont nous pouvons rendre compte ici. Par sa dimension internationale et sa pluridisciplinarité, il s’adresse à bon nombre de lecteurs curieux de connaître divers procédés de fabrique de vérité, de vraisemblance, de faire vrai. Je déplore seulement l’absence d’études télévisuelles, notamment sur les séries télévisées contemporaines qui sont en recherche constante de vraisemblance et de construction de réalité par le biais de l’image mais aussi du discours. Ce nouvel axe d’étude pourrait être le sujet d’un troisième volume. Cependant, cette lacune n’enlève rien à la pertinence et à la richesse de cet ouvrage, que je conseille vivement à tout lecteur curieux des stratégies et outils de la reproduction et de la représentation de la vraisemblance dans le domaine de la communication et dans le processus de construction d’imaginaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Blot, « Jean ALBRESPIT, Noémie FRANÇOIS et Dolores THION SORIANO-MOLLA (dir.) (2016), Fabriques de vérité(s). 1. Communication et imaginaires  », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7025

Haut de page

Auteur

Aurélie Blot

Aurélie Blot est enseignante-chercheure en études anglophones et audiovisuelles, au Département des sciences de l’information et de la communication, Institut universitaire de technologie Bordeaux Montaigne. Courriel : aurelieblot83@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org