Skip to navigation – Site map
Lectures

Romain BADOUARD et Clément MABI (dir.) (2016), « Controverses et communication »

Hermès, no 73
Lylette Lacôte-Gabrysiak
Bibliographical reference

Romain BADOUARD et Clément MABI (dir.) (2016), « Controverses et communication », Hermès, no 73

Full text

1Le numéro 73 de la revue Hermès coordonné par Romain Badouard et Clément Mabi, supervisé par Cécile Méadel, s’intéresse au rôle, souvent prépondérant, mais généralement négligé dans les travaux scientifiques, que tient la communication au sein des controverses contemporaines. Ce nouveau point de vue ne peut que permettre une approche renouvelée et nécessaire à une époque où les acteurs-clés des grandes controverses scientifiques s’appuient de plus en plus sur les technologies de la communication pour faire valoir leur point de vue au sein des démocraties. Afin de mettre en lumière cette approche, les collaborateurs ont sollicité de nombreux auteurs, d’origines professionnelles différentes : membres d’associations militantes, journalistes, lanceurs d’alerte, chercheurs, etc., qui offrent des textes complémentaires. Ainsi, même si les auteurs classiques de la controverse sont discutés dans les interventions de ce numéro, c’est l’apport des études sur la communication à l’examen des controverses qui en fait l’originalité. À une époque où la communication est de plus en plus présente dans les débats publics, quelle qu’en soit la nature, un tel travail peut être considéré comme effectivement indispensable.

2L’étude des controverses s’inscrit dans ce que l’on nomme la sociologie des controverses, sujet fondateur souvent évoqué dans ce numéro d’Hermès. Comme la « théorie de l’acteur réseau », il s’agit d’un domaine d’étude ouvert il y a quelques décennies principalement par Bruno Latour et Michel Callon (1991). Lié à la sociologie des sciences, ce type d’études vise à analyser la manière dont les savoirs scientifiques se construisent au fil d’échanges et de négociations entre différents acteurs plutôt que de découler simplement de découvertes scientifiques indubitables. Au fil des années, ce type d’études s’est étendu d’abord à la technique, puis s’est élargi à d’autres domaines plus sociaux et politiques (Callon, Lascoumes et Barthes, 2001). Les controverses deviennent alors des moments d’observation particuliers permettant d’étudier les enjeux et les alliances entre acteurs qu’elles désinvisibilisent. La communication dans ses aspects discursif, médiatique et stratégique est évidemment un élément-clé dans ce type d’études.

3Le dossier s’articule autour de quatre thèmes : la « mise en public » des controverses, les rapports entre communication et pouvoir, la pratique scientifique en situation de controverse ainsi que le rôle des technologies de l’information et de la communication. Au-delà de ce découpage, quatre lignes de force parcourent l’ensemble des contributions : la prise en compte des discours dans leur dimension incarnée ou l’impact de la forme sur le message, le poids de cette forme sur les rationalités des acteurs, la mise en récit des controverses à travers leurs ancrages culturels et idéologiques aussi bien que des mots choisis pour les alimenter, la dimension sensible de celles-ci qui apparaît même au cœur des communications les plus professionnelles et, enfin, le rôle de la matérialité des arènes et de leur poids dans le développement des controverses avec, notamment, l’étude des échanges numériques dans les controverses actuelles.

4La première partie, intitulée « La mise en public des controverses », commence par un article de Jean-Baptise Fressoz abordant la controverse liée à l’inoculation de la petite vérole au XVIIIe siècle. À l’époque, c’est au public noble et cultivé que doit revenir la décision d’inoculer ou non. Passant notamment par des revues littéraires, une controverse aux arguments médicaux, mais aussi moraux se développe. Cet article est suivi d’un texte de Jean-Baptiste Comby sur la controverse et la disqualification médiatique des « climato-sceptiques » en France qui replace « les disputes autour de la science dans leurs historicités, leurs ancrages sociaux et leurs contextes structurels ». Mathieu Quet traite ensuite de l’art narratif dans les controverses globales et remet en cause les méthodes d’analyse actuelles des controverses face à la globalisation de celles-ci ; il interroge ainsi la position du chercheur et sa narration. Cécile Méadel considère pour sa part les controverses en tant qu’outil d’apprentissage dans les écoles d’ingénieurs. Dans un encadré, Romain Badouard traite quant à lui de ce même apprentissage en école de journalisme. Sylvestre Huet répond à un entretien sur le journalisme scientifique à l’épreuve des controverses en mettant en avant à la fois les mauvaises connaissances scientifiques du grand public et la baisse du nombre de journalistes spécialisés en la matière, face à l’avancée de plus en plus rapide et complexe des innovations et au manque de volonté politique d’envisager les changements pour l’ensemble de la société. Brice Laurent nous parle de la représentation des nanotechnologies en Europe à travers les musées des sciences comme lieux politiques en décrivant la mise en œuvre d’un projet de présentation des nanotechnologies dans les musées scientifiques européens par la Commission européenne afin d’impliquer le public et de pouvoir surveiller en continu l’opinion publique. Cela montre la volonté d’instaurer une « démocratie technique » grâce à une politique de communication visant à toucher le « vrai grand public européen » et à instaurer un dialogue direct pour devancer la controverse, notamment en éloignant les acteurs habituels (associations écologistes, Greenpeace...). Cette volonté se traduit également par le financement de programmes de recherche qui se doivent d’intégrer ces aspects.

5La deuxième partie, intitulée « Communication et rapports de pouvoir dans les controverses », s’ouvre sur un article de Caroline Ollivier-Yaniv sur la communication publique sanitaire à l’épreuve des controverses. L’auteure montre que face aux controverses dans le domaine sanitaire, les services de l’État peinent à mettre en place une communication de crise efficace sur les réseaux sociaux, car celle-ci s’avère complexe entre validations sanitaires et politiques. Cet article est suivi par un encadré de Benjamin Sourice sur le lobbying européen et le manque d’encadrement de cette pratique ; l’encadré s’intitule « Lobbying et corruption, les deux faces de la capture du pouvoir ». Guillaume Gourges traite ensuite de la mise en place de dispositifs participatifs, notamment en ce qui a trait aux grands équipements. Ceux-ci sont de plus en plus courants et de plus en plus professionnalisés. Si ces dispositifs doivent permettre d’éviter la violence, dans un fonctionnement démocratique, on doit aussi pouvoir refuser d’y participer. Ainsi Sara Angeli Aguiton traite-t-elle de la mise en place d’un dispositif participatif de « démocratie technique » autour de la biologie de synthèse et de son échec dû à l’intervention musclée de militants refusant d’y participer. Le problème est lié au fait qu’il n’existait pas d’instance de décision, de pouvoir réel en dehors du dispositif. Face à cet échec, ce dispositif a été remplacé par un plan de communication. Dans un encadré, Morgan Meyer se pose la question du confinement des controverses comme objet d’étude. Il propose d’élargir le point de vue dans les études des controverses pour voir à l’œuvre les logiques de confinement et distinguer ainsi les sujets potentiellement controversés aujourd’hui invisibles. Romain Huët et Olivier Sarrouy remettent en cause la sociologie des controverses dans la vision limitée qu’elle provoque. Pour ces auteurs, face à un monde complexe et de plus en plus illisible, la sociologie des controverses propose un filtre d’analyse circonscrit et rassurant. Or, en limitant les acteurs à une volonté stratégique définie, elle obère d’autres aspects pourtant fondamentaux. Par exemple, au-delà de l’opposition à la mise en place d’un équipement, les occupants des zones à défendre (ZAD) expérimentent aussi une nouvelle forme de vivre ensemble, un aspect écarté dans les études classiques des controverses.

6La troisième partie, intitulée « La pratique scientifique à l’épreuve des controverses », commence par un article de Joëlle Le Marec et Igor Babou qui aborde la dimension communicationnelle des controverses. Les auteurs veulent apporter un éclairage novateur sur celles-ci en les considérant comme des phénomènes de communication. David Demortain s’interroge sur la manière de faire preuve en régime de controverse, à partir ici de l’exemple de l’évaluation des OGM. C’est la remise en cause des protocoles de tests eux-mêmes qui est ici interrogée à travers le cas spécifique des OGM. Lionel Scotto D’Apollonia s’interroge sur ce que veut dire « parler des controverses climatiques ». Il analyse « les conséquences pratiques de régulation de l’expertise climatique dans un contexte où il est impossible de mobiliser les notions de vérité ou de certitude » (p. 130). Jean Caune examine l’origine et l’évolution de la controverse autour des nanotechnologies à travers les discours d’acteurs et les débats dans un positionnement particulièrement intéressant et original, car il se situe à la fois comme vice-président de la communauté d’agglomération grenobloise délégué au développement universitaire et aux nouvelles technologies, comme « militant engagé dans le débat public sur les questions sociétales et la démocratie technique » (p. 137). et, enfin, comme enseignant-chercheur. Suivant cet article, un entretien avec Irène Frachon revient sur sa position de lanceur d’alerte concernant les effets secondaires du Mediator. Thierry Libaert traite du cas de la controverse autour de l’obsolescence programmée, sujet pour lequel il a été désigné comme rapporteur d’un avis en 2013 en tant que membre du Comité économique et social européen (il est le rédacteur du premier texte européen sur ce sujet). Laurence Allard traite ensuite de l’engagement du chercheur à l’heure de la fabrication numérique personnelle à travers la « question-programme : dans quel monde voulons-nous être connectés ? » (p. 159). Un encart de Laura Maxim et Gérald Arnold pose la question de la place des chercheurs au cœur de l’expertise.

7La quatrième partie, intitulée « Les technologies de communication comme terrain et objet de controverses », traite des nouvelles technologies non seulement parce que le Web et les réseaux sociaux sont des supports dont la nature même peut faire évoluer les controverses, mais aussi parce que ces technologies font elles-mêmes l’objet de nouvelles controverses. Cette partie s’ouvre sur un texte de Juliette De Maeyer et de Sylvain Malcorps. Les auteurs se proposent d’étudier à travers un corpus sur le Web rassemblant des acteurs disparates un discours métajournalistique considéré comme un réseau d’enjeux sur des controverses sociotechniques. Baptiste Campion, Laurent Tessier et Michaël Bourgatte s’intéressent à l’implication des internautes ordinaires à propos de la controverse autour du réchauffement climatique, notamment à travers les accès rendus possibles par le Web. Virginie Julliard traite des apports de la techno-sémiotique à l’analyse des controverses sur Twitter. Guillaume Sire, dans un article intitulé « Cinq questions auxquelles Google n’aura jamais fini de répondre », traite de cinq controverses sur le moteur de recherche concernant sa manière de traiter l’information. L’auteur considère celles-ci comme consubstantielles du moteur, issues de sa nature et contribuant à en faire de qu’il est. Francesca Musiani revient sur Edward Snowden qui a ouvert une controverse sur le sujet de la surveillance généralisée et de la vie privée dans le contexte actuel des réseaux. Un encadré de Valérie Schafer revient sur les anciennes controverses autour d’Internet et du Web en France montrant que certaines durent depuis presque vingt ans. Ces controverses anciennes sont parfois remises en perspective par les évolutions du Web, à l’inverse, elles permettent également d’apporter des éléments de compréhension aux études sur l’internet d’aujourd’hui.

8Fabien Granjon montre comment la constitution de groupements sur Internet peut se faire non en fonction d’une fin, mais d’un moyen. C’est l’objet technique lui-même qui conduit à ces rassemblements sans stratégie ou plan prédéfini, et la fin succède aux moyens. C’est par exemple le cas de Wikipédia ou du Parti Pirate.

9Enfin, ce numéro se clôt sur un article des deux coordonnateurs : Badouard et Mabi reviennent sur les perspectives de recherche évoquées dans les articles précédents. De nombreuses pistes sont ouvertes, tendant à aller au-delà des règles habituellement respectées dans l’étude des controverses afin de mieux prendre en compte les éléments suivants : la traduction nécessaire des arguments, notamment lors des changements d’arènes, les stratégies des acteurs tendant à contourner le débat, à le saboter, voire à l’instrumentaliser, la dimension plus vaste de beaucoup de controverses allant, au-delà des discussions sur un sujet spécifique, vers la confrontation de systèmes de valeurs, de visions différenciées du monde, l’expérience sensible qui peut s’y rattacher, la revendication de l’autonomie de la décision des individus devenus méfiants envers les acteurs institutionnels, rejetant les normes imposées en quête de démocraties réellement participatives. Enfin, l’émergence des outils en ligne brouille le jeu permettant à des acteurs ayant un faible pouvoir institutionnel d’accéder à des positions dominantes dans ces nouvelles arènes dont ils connaissent mieux que d’autres les règles, le débat passe d’un média à l’autre, d’une arène à l’autre, phénomène médiatique étudié depuis longtemps par les sciences de la communication.

10Ce numéro est dense et riche. Il constitue une source indispensable pour toutes les personnes qui s’intéressent à la sociologie des controverses, fortement présente et discutée dans cette livraison. Le seul petit regret que l’on peut éventuellement éprouver est de ne pas y avoir trouvé davantage d’études de cas traitant de la professionnalisation de la communication dans ce cadre et de ses conséquences.

Top of page

Bibliography

CALLON, Michel et Bruno LATOUR (dir.) (1991), La science telle qu’elle se fait, Paris, La Découverte.

CALLON, Michel, Pierre LASCOUMES et Yannick BARTHE (2001), Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil.

Top of page

References

Electronic reference

Lylette Lacôte-Gabrysiak, « Romain BADOUARD et Clément MABI (dir.) (2016), « Controverses et communication » », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7033

Top of page

About the author

Lylette Lacôte-Gabrysiak

Lylette Lacôte-Gabrysiak est maître de conférences à l’Institut Universitaire de Technologie l’IUT Nancy-Charlemagne, Université de Lorraine et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476). Courriel : lylette.lacote@univ-lorraine.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org