Navigation – Plan du site
Lectures

Annette BÉGUIN-VERBRUGGE et Susan KOVACS (dir.) (2011), Le cahier et l’écran. Culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires

Paris, Hermès, Coll. « Systèmes d’information et organisation documentaires »
Pascale Gossin
Référence(s) :

Annette BÉGUIN-VERBRUGGE et Susan KOVACS (dir.) (2011), Le cahier et l’écran. Culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires, Paris, Hermès, Coll. « Systèmes d’information et organisation documentaires »

Texte intégral

1Le ministère de l’Éducation nationale français a publié en 2016 de nouveaux programmes destinés à l’école primaire et au collège. Le socle commun y est redéfini. Il s’articule en cinq domaines, dont « Les langages pour penser et communiquer » et « Les méthodes et outils pour apprendre ». La place qu’occupent le numérique et la littératie dans ces textes est de plus en plus affirmée. Dans ce contexte, les résultats de l’étude conduite par Annette Béguin-Verbrugge et Susan Kovacs trouvent une réelle pertinence. Ces dernières coordonnent les résultats d’une longue enquête ayant pour objectif d’étudier la façon dont la culture informationnelle est enseignée à l’école primaire : de l’entrée en maternelle à l’entrée au collège. Une équipe de six chercheurs issus de deux laboratoires lillois (GERRICO et CERIES) a souhaité observer, mesurer et interroger la façon dont la population scolaire du premier degré était mise en relation avec l’écrit, l’écran et la recherche d’informations. Les auteurs définissent la culture informationnelle comme un « ensemble de connaissances et de savoir-faire partagés dans une communauté qui permet de situer, de repérer, de qualifier, de traiter et de communiquer des informations de manière pertinente » (p. 21). Pour valider leurs travaux, les chercheurs se sont accordés sur la nécessité de prendre en considération deux types de supports : le numérique et le papier. Ils analysent les gestes qui relèvent de l’ordre technique, social et symbolique à une période de la scolarité où la culture informationnelle n’est pas encore clairement incluse dans les programmes d’enseignement. « Est-ce à dire que parce qu’il n’est pas question dans l’école d’un savoir structuré en explicite concernant l’information et la documentation, les enfants n’acquièrent pas de connaissances dans ce domaine ? » (p. 23). Les auteurs s’appliquent à montrer qu’il n’en est rien et que les élèves, tant à l’école qu’à la maison, se construisent et parfois s’auto-construisent de réelles compétences. Pour valider leur hypothèse, ils mettent en place un lourd, précis et long dispositif. Celui-ci s’appuie sur des postulats pédagogiques qu’André Giordan et Gérard de Vecchi (1987) ont établis à propos des sciences expérimentales. Il repose sur une observation des usages et des pratiques au sens sociologique des termes. La démarche de recherche s’inscrit dans une approche ethnologique (Geertz, 1973), et les entretiens et observations ont été privilégiés. L’équipe s’est immergée dans l’école, s’est déplacée dans les familles afin de mettre en œuvre une approche la plus exhaustive possible.

2Pour garder des traces des observations, les chercheurs ont filmé les séances scolaires, à l’insu des élèves. Les auteurs énoncent les enjeux des apprentissages info-documentaires. Il s’agit, pour eux, d’une « conquête » (p. 24) de l’entrée dans l’écrit, qui reste à leur sens trop centrée, dans les apprentissages scolaires, sur la langue et le littéraire. Ils se sont donc appliqués à observer autre chose. Ils ont cherché à analyser ce qui à l’école et à la maison relève de la recherche d’informations. Ils montrent que cet apprentissage conduit à des capacités à entrer dans l’abstraction, à se décentrer. Le statut du document, son traitement bibliothéconomique et éditorial ainsi que les effets que celui-ci induit sur l’élève sont mesurés à travers deux focales : celle de l’élève et celle de l’enseignant. En ce qui a trait à l’élève, les chercheurs analysent la façon dont celui-ci construit des stratégies de lecture documentaire. En ce qui concerne les enseignants qui gèrent le fonds documentaire et créent des supports pédagogiques, les chercheurs observent la façon dont ils animent des activités visant à accompagner les élèves dans la lecture.

  • 1 Il s’agit d’une salle commune à l’école, qui regroupe un fonds documentaire.

3L’étude repose aussi sur les rapports sociaux, « les relations de pouvoir et d’entraide qui s’instaurent entre les enseignants, les élèves et même les familles, autour des documents » (p. 27). Le contexte dans lequel l’élève est placé, lorsqu’il cherche de l’information, à savoir la salle de classe, la Bibliothèque Centre Documentaire1 (BCD) et la salle informatique sont décrits afin de brosser une image de l’espace dévolu au livre et à l’écran.

4Dans le chapitre 1, Marie Desprès-Lonnet et Annette Béguin-Verbrugge décrivent les lieux dans lesquels les élèves se forgent une culture documentaire : bibliothèques, BCD. Elles s’intéressent à la façon dont les enseignants du groupe scolaire retenu appréhendent le rapport à l’information. Au chapitre 2, Laurence Le Douarin porte un regard de sociologue sur la façon dont l’école, à travers le cursus scolaire, initie les élèves au monde de l’écrit. Au chapitre 3, Susan Kovacs étudie la façon dont les enseignants construisent et utilisent, en omettant de les décoder, les documents qu’ils soumettent à leurs élèves. Annette Béguin-Verbrugge, dans le chapitre 4, se concentre sur les concepts documentaires qu’utilisent les professeurs pour enseigner : dictionnaire, encyclopédie, cote, sommaire, glossaire. Elle souligne la nécessité de former les élèves à cette terminologie. Dans le chapitre 5, Laure Bolka-Tabary s’intéresse à la place réservée aux images documentaires. Elle pointe le faible recours à ce type de document et la très faible utilisation des potentialités offertes par le numérique. Ce support est étudié par Louis-François Claros (chapitre 6). Le chercheur relève les fortes difficultés rencontrées par les élèves qui jonglent entre le support papier et le support numérique. Les transferts cognitifs que l’utilisation de ces deux supports suggère soulèvent de nombreuses difficultés. Le chapitre 7, rédigé par Marie Desprès-Lonnet, est l’occasion d’apporter une réponse à la question fondamentale sous-jacente à cet ouvrage : qu’est-ce que se documenter à l’école primaire ? Si le geste est fréquent, il est rare qu’il soit défini en tant que tel.

5Le chapitre 8 fait place à l’espace familial. Il y est analysé ce qui se vit à l’extérieur de l’école. Laurence Le Douarin, qui est entrée dans les foyers, décrit les bibliothèques personnelles dont disposent certains enfants. Chaque situation s’avère atypique. La chercheure dégage néanmoins une typologie de ces espaces en trois axes. Elle s’est également intéressée à la place et aux fonctions attribuées aux outils informatiques. Là aussi, elle établit une typologie des attitudes parentales en en dégageant trois types. Dans le dernier chapitre (9), Annette Béguin-Verbrugge dépouille une vingtaine d’entretiens conduits auprès d’enfants de tous niveaux. Elle souhaite décrypter la façon dont ils perçoivent la BCD. Elle s’intéresse également à leurs usages du numérique. Elle montre que les élèves se construisent des compétences hétérogènes, entre autres en dehors du cursus scolaire.

6Si la volonté d’observer la façon dont les enseignants du primaire pratiquent les recherches documentaires s’avère être le cœur de l’enquête, l’étude dépasse cet objectif. Elle montre à quel point l’enfant dispose de la capacité de se forger des stratégies et des compétences qu’il se construit dans l’école et en dehors.

Haut de page

Bibliographie

GEERTZ, Clifford (1973), « Thick description: Toward an interpretive theory of culture » dans The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic Books, p. 3-30.

GIORDAN, André et Gérard de VECCHI (1987), Les origines du savoir : ces conceptions des apprenants aux concepts scientifiques, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une salle commune à l’école, qui regroupe un fonds documentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Gossin, « Annette BÉGUIN-VERBRUGGE et Susan KOVACS (dir.) (2011), Le cahier et l’écran. Culture informationnelle et premiers apprentissages documentaires  », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7039

Haut de page

Auteur

Pascale Gossin

Pascale Gossin est rattachée au Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC). Courriel : pascale.gossin@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org