Skip to navigation – Site map
Lectures

Pierre BENOIST (2016), Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT)

Paris, Classiques Garnier, Coll. « Histoire des techniques », no 6
Jean-Pierre Chamoux
Bibliographical reference

Pierre BENOIST (2016), Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT), Paris, Classiques Garnier, Coll. « Histoire des techniques », no 6

Full text

1Les ouvrages spécifiquement consacrés jusqu’ici aux instituts universitaires à vocation professionnelle et technologique sont rares : des monographies régionales (Montluçon, Montbéliard), quelques témoignages ex-post de certains acteurs engagés dans la création des IUT et trois thèses (1977, 1980 et 1994) sur ces institutions créées en 1966. Le sujet qu’aborde Pierre Benoist est donc loin d’être rebattu. Ce n’est pas son moindre mérite.

2Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), l’auteur est associé au Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) ; c’est dans ce cadre qu’il a conduit la recherche dont cet ouvrage synthétise les principaux résultats. La période étudiée couvre le demi-siècle au cours duquel les IUT sont nés un peu partout en France, se sont développés et ont fini par prendre, dans l’enseignement supérieur français, la place qu’ils occupent aujourd’hui.

3Bien que la plupart des personnalités engagées dans la naissance de ces nouveaux instituts d’enseignement supérieur aient aujourd’hui disparu, il s’agit ici d’histoire contemporaine : les archives ne sont pas nécessairement accessibles ni même divulguées. L’historien doit, par conséquent, s’appuyer sur ce dont il dispose, et en particulier : sur la documentation administrative (du ministère, de la Cour des comptes, des organismes de contrôle), le témoignage des acteurs encore vivants, les récits de seconde main et des pièces diverses que d’anciens responsables politiques ou leurs proches ont bien voulu mettre à sa disposition (notes personnelles, comptes rendus, correspondances, documents de travail, circulaires, etc.).

4Malgré ces difficultés, Benoist maintient un bon équilibre entre la « petite histoire politique » des années fondatrices (de 1964 à 1967), le récit de la croissance et de la consolidation des IUT partout en France (de 1966 à 2008) et l’analyse du fonctionnement opérationnel des IUT. Il passe en revue les questions soulevées au sein de l’éducation nationale par ces instituts, par leurs communautés éducatives et par les relations qu’ils ont établies avec le milieu professionnel, relations enviées par certains et reniées par d’autres.

5Le livre comprend trois parties, consacrées à l’invention des IUT (1965-1967), à la montée en puissance de ces instituts et aux remarques pas toujours amènes que cette institution a soulevées dans et au dehors de l’alma mater (de 1966 à ce jour), et à une réflexion argumentée sur le bilan de ce long et (parfois) périlleux demi-siècle.

  • 1 Christian Fouchet mais aussi Michel Debré, chargé alors de l’économie et des finances qui a facilit (...)

6La première partie est très instructive pour qui s’intéresse à la fois au processus de la réforme en France et à la sociologie administrative et politique. Benoist restitue les débats qui se sont déroulés tandis que le projet IUT prenait forme. Il en cite les principales clés politiques : la prévention du général de Gaulle au regard de l’éducation nationale et de profondes divergences de vues au sujet de l’université entre le premier ministre Georges Pompidou et plusieurs de ses ministres1. Ces clivages se sont manifestés au sein des comités d’experts réunis autour du ministre et au cœur même de l’administration de l’éducation nationale pendant toute la genèse du projet IUT ; le caractère des protagonistes est mis en valeur, sans que l’auteur insiste inutilement sur leurs visées respectives et sur leurs adhérences doctrinales.

  • 2 Jacques Narbonne (1964), De Gaulle et l’éducation, Paris, Dunod, fonds d’archives H. Domerg, beau-f (...)

7Cette partie du livre est intéressante et bien documentée. Elle ne soulève que quelques remarques : l’action concurrente de plusieurs conseillers du pouvoir politique, évidemment magnifiée par les mémoires hagiographiques de certains d’entre eux2, a-t-elle été suffisamment confrontée à d’autres sources ? La personnalité du ministre Christian Fouchet, sous-estimé semble-t-il par la chronique et par sa propre administration lors de sa prise de pouvoir, mériterait-elle d’être réévaluée à l’aune du succès post-mortem de ce projet qui lui a survécu au-delà de toute espérance ? Combien de ministres ont-ils laissé derrière eux un projet aussi stable, aussi bien implanté dans la durée et sur le territoire ? Enfin, la façon dont l’équipe mise en place par ce ministre autour d’un secrétaire général improbable, Pierre Laurent, conseiller d’État proche de Michel Debré, a mis en œuvre le projet IUT aurait mérité une plus ample analyse, car aucun des ministres qui se sont succédé rue de Grenelle n’a obtenu de résultat comparable depuis 1966 !

  • 3 Ce sont, dans le système éducatif français, des zones dans lesquelles sont situés des établissement (...)

8Consacrée au récit de la croissance et de la stabilisation des IUT dans le paysage universitaire et professionnel français, la deuxième partie du livre est essentiellement descriptive. C’est d’abord un état des faits qui marquèrent les premiers pas du projet (de 1966 à 1970, à peu près). L’auteur souligne que le projet IUT est emblématique des grands programmes colbertistes de la France contemporaine, car le projet éducatif (endossé par le ministre de l’Éducation nationale) se combine avec une politique industrielle, variante du « plan construction » conçu par les grands corps d’État après la Libération : celui d’une grande série tirant parti de la préfabrication industrialisée qui a envahi à cette époque toute la construction (HLM, hôpitaux, scolaire ZUP3, promotion immobilière, etc.). Il note que le localisme et des ambitions politiques ont contribué à implanter des IUT dans des villes ou des régions au sein desquelles l’université traditionnelle était absente (Montluçon, Montbéliard, Belfort, plus récemment Le Havre ou Laval, etc.). Il souligne aussi les hésitations, voire les divergences d’intérêts que les IUT ont pu créer au sein du personnel de l’éducation et de ses représentations syndicales qui ont neutralisé, notamment, l’opposition de l’enseignement technique à toute institution qui sortirait de ses propres cadres et de ses traditions. L’ouvrage montre enfin que l’intérêt collectif du personnel affecté aux IUT, le succès des formations offertes par ces instituts, leur faible taux d’échec et leur acceptation par le monde économique ont contribué à étouffer la doxa qui oppose depuis des lustres un refus catégorique à toute forme de sélection au seuil de l’enseignement supérieur. Il rappelle de même que la bureaucratie ministérielle a progressivement tenté de reprendre la main sur ce projet qui était né contre sa volonté — et qu’elle y est largement parvenue : normalisation administrative ex-post en 1971, velléité d’imposer un plan prévisionnel et une carte des priorités de création et d’extension, critiques de l’autonomie dont disposaient encore les directeurs d’IUT et du relatif classicisme pédagogique de ces instituts, etc. Il note la réaction paradoxale de la ministre Alice Saunié-Seïté, un temps directrice de l’IUT de Sceaux, dont les mesures restrictives lorsqu’elle fut ministre de l’éducation soulevèrent un tollé parmi les responsables d’IUT, qui la menacèrent d’une démission collective en 1976 !

9Après la relative reprise de confiance qui suivit le passage de Jean-Pierre Chevènement au ministère (de juillet 1984 à mars 1986), le climat s’est relativement détendu, considère Benoist : perspectives moins conflictuelles avec les sections de techniciens supérieurs de l’enseignement technique, création de nouveaux départements d’IUT, augmentation des effectifs (+122 % entre 1980 et 2000) et, pour couronner cette consécration, acceptation tardive du rôle des collectivités territoriales pour diversifier les équipements universitaires dont les IUT étaient déjà un exemple précurseur.

10La dernière partie du livre est titrée : « Une réussite globale mais des problèmes permanents ». Elle complète les évaluations évoquées au fil des cent pages précédentes et les rassemble autour des thèmes quasi permanents d’un débat qui dure depuis près d’un demi-siècle : sur la finalité de ces établissements, sur leurs relations avec le monde professionnel, avec les universités de plein exercice et avec leur tutelle ministérielle.

  • 4 Des institutions analogues à celles qui ont tant marqué les boursiers français envoyés aux États-Un (...)

11Abordée dans trois chapitres, la finalité des IUT aurait pu être mieux décantée. Certes, Benoist relève, à bon escient, l’ambiguïté entretenue en France sur la notion de technicien supérieur depuis les Trente Glorieuses (1945 à 1975). Il note, à plusieurs reprises, que l’enseignement technique et sa tutelle furent rétifs à l’établissement de formations techniques supérieures qui leur échappent; et que, pour les syndicats professionnels, ces formations devraient préparer à des emplois non cadres, immédiatement opérationnels, laissant ceux des employés qui entameraient ensuite une formation d’adultes libres d’accéder soit à des fonctions d’ingénieur reconnues par les conventions de branche (ex. : Conservatoire des Arts et Métiers ou spécialités professionnelles du secteur secondaire), soit à des fonctions d’encadrement tertiaire ouvertes par des diplômes professionnels (ex. : assurances, comptabilité, commerce, banque). Dès 1966, le ministre Fouchet et son directeur général Pierre Aigrain n’auraient pas voulu — ou pas pu ? — régler ce différend entre une formation qui délivre un diplôme universitaire et une autre qui prédispose à des carrières de maîtrise ; dilemme que des pays comme l’Allemagne fédérale, la Hollande ou la Suisse ont tranché en instituant des établissements de premier cycle (Technishe Hochschule ou Hautes écoles suisses) prolongés jusqu’au doctorat de spécialité par le cycle supérieur des universités technologiques comme les Technische Universität de Munich, Darmstadt, Delft4.

12L’auteur relève aussi les pratiques hétérodoxes qui marquent depuis longtemps les IUT : l’apprentissage et la formation en alternance, la mixité des recrutements (enseignants du second degré, du supérieur, chargés de cours et associés issus du monde professionnel), les efforts pour conserver un lien avec les anciens diplômés dont un nombre important enseigne ensuite ou encadre des travaux dirigés. Il cite enfin les nombreuses questions pratiques posées par la recherche au sein des IUT ; sans insister sur les multiples solutions qui ont pu répondre aux demandes locales, il rappelle les thèses en présence, tant au ministère que dans les établissements, et les contradictions qui résultent de la diversité des situations et des relations entre les universités et les IUT.

13Ce qui précède illustre des ambivalences persistantes sur la longue période balayée par Benoist. Reconnus comme utiles par le milieu professionnel, les IUT devraient-ils rester cantonnés au premier cycle pour lequel ils ont été conçus ? Les formations techniques offertes par les lycées professionnels ne comblant pas la demande de l’industrie, l’attrait des IUT entretient-il la tension entre deux formations que le milieu professionnel apprécie, mais entre lesquelles l’autorité ministérielle n’a jamais vraiment arbitré ? Au sein du personnel enseignant, les statuts multiples compliquent-ils les relations entre enseignants ? De nombreux IUT n’offrant pas les moyens d’une recherche ambitieuse, les enseignants-chercheurs sont-ils condamnés à être tiraillés entre l’établissement où ils enseignent et l’équipe universitaire à laquelle se rattache leur recherche ?

14Quant aux étudiants, l’auteur observe que leur stratégie personnelle tire parti de l’aubaine offerte par les passerelles entre le diplôme universitaire de technologie (DUT) et les écoles d’ingénieur ou de commerce, recrutements qui permettent, comme les licences professionnelles, de postuler les emplois de cadres sur lesquels le DUT ne débouche pas. Une situation que ne simplifient guère les réformes qui renforcent l’influence des universités sur des instituts accoutumés à une gestion autonome depuis leur création !

15En conclusion, le constat positif de Benoist est atténué par deux bémols : reprenant une antienne des services centraux, il souligne que les IUT n’ont pas absorbé le flux démographique qui a déstabilisé l’enseignement supérieur à la fin des années 1960 ; remarque juste mais, en l’occurrence, seulement incidente ! Il répète aussi que, contrairement à l’objectif original des IUT, les « véritables techniciens supérieurs viennent (toujours) des lycées techniques » (p. 187) et que les étudiants d’IUT, dans les faits, accèdent à l’enseignement supérieur par une voie imprévue.

16Il manque peut-être à cette conclusion l’étincelle critique qui aurait donné à cet ouvrage plus de relief : souligner le manque évident d’une filière technologique supérieure pour prolonger la formation en IUT, insister sur le conservatisme institutionnel qui empêche les milieux scolaires, administratifs, professionnels et syndicaux d’imaginer des formations professionnelles autrement qu’en extrapolant le passé, et s’inspirer des institutions étrangères qui ont contribué à la compétitivité de l’Europe du Nord (voir ci-dessus).

17L’ouvrage de Benoist constitue ainsi, à notre avis, une utile source de renseignements pour ceux qui travaillent à renforcer l’enseignement technologique en France. Il serait heureux que son constat, un peu timide, soit prolongé par des propositions suggérant, par exemple, que se multiplient des expériences tirant parti de la réussite des IUT et des rares universités technologiques dérogatoires qui ont défriché le terrain comme les universités de Compiègne ou de Troyes.

18Les experts réunis autour d’Aigrain en 1966 ne se préoccupaient pas vraiment de la formation des cadres moyens de l’économie française ; ils rêvaient surtout de former un « MIT français », ce que rappelle Benoist (p. 55). Cinquante ans plus tard et par d’autres moyens, ce rêve se réalise par une autre voie : par le rassemblement, au plateau de Saclay en banlieue sud de Paris, d’écoles d’ingénieurs qui unissent leurs forces dans un pôle crypto-universitaire qui pèsera sans doute à l’échelle internationale.

19L’enseignement professionnalisant, qu’il soit à vocation manufacturière, administrative, commerciale ou même sociale, a pour vocation de préparer à des emplois futurs dont nous ne pouvons pas dire grand-chose dans le détail, sinon qu’ils seront très liés à des services, qu’ils s’exerceront dans une économie ouverte, qu’ils exigeront une capacité continue d’adaptation et d’apprentissage et que les technologies de l’information y seront omniprésentes. De telles formations ne peuvent se limiter ni à un savoir technique ni à un cadre corporatif ; elles devront entraîner les étudiants à regarder le monde du travail d’un point de vue constructif mais critique. Pourra-t-on les inscrire dans notre grande tradition de liberté académique ?

20Souhaitons à Benoist qu’il prolonge sa recherche historique par une analyse prospective sur ce thème très actuel qui n’est, malheureusement, guère susceptible de passionner spontanément nos administrations de tutelle !

Top of page

Bibliography

AIGRAIN, Pierre (1983), Simples propos d’un homme de sciences, Paris, Hermann.

Top of page

Notes

1 Christian Fouchet mais aussi Michel Debré, chargé alors de l’économie et des finances qui a facilité, semble-t-il, les dotations budgétaires nécessaires au lancement des IUT.

2 Jacques Narbonne (1964), De Gaulle et l’éducation, Paris, Dunod, fonds d’archives H. Domerg, beau-frère du président G. Pompidou, déposé aux Archives nationales (AN 574 – AP 3 à AP 6) ; Jean Capelle (1974), Éducation et politique, Paris, Presses universitaires de France ; Michel-Yves Bernard (1970), Les instituts universitaires de technologie, préfacé par Pierre Aigrain, Paris, Dunod, tous ouvrages, archives et mémoires cités par l’auteur.

3 Ce sont, dans le système éducatif français, des zones dans lesquelles sont situés des établissements scolaires (écoles ou collèges) dotés de moyens supplémentaires et d'une plus grande autonomie pour favoriser la réussite scolaire du plus grand nombre.

4 Des institutions analogues à celles qui ont tant marqué les boursiers français envoyés aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, comme Aigrain lui-même dont les espoirs ont été déçus quand il quitta ses fonctions à la tête des enseignements supérieurs en 1967. Voir Aigrain (1983 : 64).

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Pierre Chamoux, « Pierre BENOIST (2016), Une histoire des instituts universitaires de technologie (IUT) », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7043

Top of page

About the author

Jean-Pierre Chamoux

Jean-Pierre Chamoux est professeur émérite, Institut universitaire de technologie (IUT) Paris Descartes. Courriel : jean-pierre.chamoux@univ-paris5.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org