Navigation – Plan du site
Lectures

Bertrand BERGIER (2016), Sans « mobile » apparent. Un quotidien « sans portable », « sans smartphone »

Lyon, Chronique sociale
Akila Nedjar-Guerre
Référence(s) :

Bertrand BERGIER (2016), Sans « mobile » apparent. Un quotidien « sans portable », « sans smartphone », Lyon, Chronique sociale

Texte intégral

1Dans son ouvrage, Bertrand Bergier part à la rencontre des « sans portable » pour comprendre les raisons qui animent la non-possession par les particuliers, souvent considérés dans les recherches précédentes comme une « non-catégorie ».

2Ce livre est intéressant à plusieurs titres. D’une part, il permet grâce à un corpus de 527 questionnaires et 270 récits (sur les 527 enquêtés ne possédant pas de portable) de décrire la force des choix de ces non-usagers et la richesse des argumentations, montrant ainsi la complexité des non-usages non considérés comme l’inverse des usages. D’autre part, la richesse des informations tirées de cette enquête est souvent mise en relation avec un socle théorique solide permettant de comprendre les choix à la lumière des concepts théoriques que des auteurs précédents ont pu développer. Par ailleurs, la concision et la clarté des propos invitent à une lecture fluide et facilement compréhensible par tout étudiant ou chercheur s’intéressant à cette problématique ; la conclusion de chaque chapitre témoigne de la synthèse voulue par l’auteur.

3Ce livre se décompose en 10 chapitres déclinant pour chacun d’entre eux les raisons qui animent la non-possession, au nombre de 5 catégories selon l’auteur : l’argumentation identitaire, l’argumentation contextuelle, l’argumentation historique, l’argumentation technique et matérielle ainsi que l’argumentation impliquant un tiers. La moitié de l’ouvrage est consacré à la première argumentation, qui semble la plus importante dans les discours des « sans-mobile ».

4Pour Bergier, l’argumentation identitaire donne autant à voir, si ce n’est plus, sur l’individu que sur sa relation avec l’objet technique en lui-même : les valeurs qu’il défend, la perception qu’il a de lui-même ainsi que ses dispositions à proclamer ce qui est essentiel et ce qui ne l’est pas. Dans ce registre identitaire, l’auteur décrit quatre types de liberté que revendiquent les non-usagers : celle silencieuse d’une solitude choisie, celle paradoxale d’une délimitation des espaces de joignabilité, celle rebelle d’une indisponibilité revendiquée ou encore celle clandestine d’un quotidien buissonnier.

5De même, dans cette argumentation identitaire, l’auteur relève d’autres sous-catégories, dont celles qui renvoient, d’une part, à la critique du système consumériste par un certain nombre d’interviewés qui se veulent être le contre-modèle de cette surconsommation numérique et, d’autre part, à la critique de l’interactivité incessante avec le système informationnel. Parmi les « sans-mobile » de cette dernière sous-catégorie, il y a une volonté de donner une autre orientation au temps : 

[…] certains s’opposent à l’idéologie du court-termisme. Ils font valoir les lendemains. Cette inclinaison à la projection apparaît subversive à une époque où, en Occident tout du moins, les religions et les grandes idéologies (communisme, libéralisme…) ne fournissent plus au débat public, sa grammaire et un sens transcendant qui existeraient au-delà du présent immédiat (p. 66).

6Le chapitre 5 entame la présentation des arguments historiques et contextuels expliquant le non-équipement lié à la place que le téléphone prenait dans les socialisations précédentes des individus. Le passé est en quelque sorte une preuve de la disposition à se passer du mobile et des « compétences » à faire autrement. Ces expériences informationnelles et communicationnelles tendent à « installer ces dispositions dans une cohérence au long cours » (p. 79).

7Outre la justification historique, les arguments déployés, selon l’auteur, peuvent être de nature contextuelle, à savoir selon la situation familiale (célibataire ou famille avec enfants), la situation professionnelle, le mode de transport, la sédentarisation du mode de vie ainsi que le dépaysement voulu, qu’il soit temporaire ou durable. Bergier souligne bien que ces dispositions ne sont pas figées et peuvent évoluer selon les données d’un contexte nouveau.

8Le chapitre suivant fait place dans un premier temps aux arguments matériels et techniques où l’auteur précise la nécessité de bien distinguer technique et technologie, renvoyant aux théories précédentes entre autres de Jacques Ellul, de Lucien Sfez, puis de Pierre Musso : « […] la technique est un objet sans horizon, un objet sans objectif […]. La technologie habille l’objet, produit un discours qui le (re) présente et l’établit dans une culture » (p. 87). Toutes les propriétés attribuées à l’objet en lui-même concernant son coût, ses caractéristiques physiques, esthétiques, électromagnétiques sont relevées et intégrées par l’auteur dans cette catégorie d’argumentation. Celle-ci se divise de nouveau en d’autres catégories liées aux raisons pour lesquelles les sans-mobiles ne souhaitent pas s’équiper : les principales sont la nocivité de l’objet d’un point de vue sanitaire et environnemental, les caractéristiques techniques inadaptées, l’offre inflationniste d’applications rendant les mobinautes « suractifs » dans un contexte de concurrence.

9Dans un deuxième temps et dans ce même chapitre, l’auteur évoque les arguments introduisant la figure d’un tiers : celui-ci peut être considéré comme un tiers prêteur (généralement très proche du sans-mobile) justifiant le non-équipement, comme un tiers anti-modèle (référence qui le dissuade à ne pas l’imiter) et, enfin, comme un tiers s’opposant à l’équipement (parent, époux, etc.).

10Après avoir développé les différents types d’arguments dans les six premiers chapitres, l’auteur met en avant, dans le chapitre 7, la fréquence de ces arguments dans l’ensemble des discours ainsi que les liens de cooccurrences entre eux. S’il souligne le fait que les arguments ne peuvent être contrastés selon l’âge, le niveau socioculturel et le genre, il indique toutefois la présence, même peu prononcée, de quelques arguments selon le genre ou l’âge dans certaines circonstances.

11Dans le cadre de cette enquête de 527 questionnaires, une démarche quantitative est nécessaire sur un plus grand nombre et permettrait de contraster davantage les résultats selon des données socioéconomiques des individus. Toutefois, l’auteur fait ressortir de cet ouvrage une prédominance d’un point de vue quantitatif des arguments identitaires, contextuels et technologiques dans les discours analysés.

12Dans les trois derniers chapitres, l’auteur interroge le lien entre la résistance à la possession d’un mobile et l’appartenance à un collectif qui porterait un discours normé. Cette résistance ne s’accompagne pas d’un discours contre-normatif. Bergier insiste bien sur le continuum qui existe entre les équipés et les non-équipés, en analysant tant la disjonction que la conjonction entre ces deux catégories. Dans son livre, l’auteur fait bien la distinction entre équipé et usager, et cette approche paradoxale séparant et fusionnant les niveaux constitue toute la force de l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akila Nedjar-Guerre, « Bertrand BERGIER (2016), Sans « mobile » apparent. Un quotidien « sans portable », « sans smartphone » », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7045

Haut de page

Auteur

Akila Nedjar-Guerre

Akila Nedjar-Guerre est maître de conférence en sciences de l’information et de la communication, Université de Cergy-Pontoise. Courriel : anedjarg@u-cergy.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org