Navigation – Plan du site
Lectures

Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie

Paris, L’Harmattan
Anne-Hélène Le Cornec Ubertini
Référence(s) :

Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1« Au fond, c’est l’ensemble de la doxa communicationnelle européenne qu’il faut abandonner » (p. 252). Voilà le projet ambitieux que s’est fixé Éric Dacheux dans cet ouvrage qui décrypte les erreurs de communication publique des institutions européennes et propose des solutions pour construire une Europe citoyenne. Deux décennies de travaux empiriques sur la politique de communication des institutions européennes amènent l’auteur à analyser précisément les choix stratégiques opérés depuis 1957. Il met en lumière l’écart entre l’Europe technocratique actuelle et ce que devrait être une Europe démocratique. Il ne s’agit pas d’une analyse de la crise de la représentation politique dont l’auteur soutient qu’elle est inévitable au sens où toute représentation suppose une difficulté à répondre en même temps aux attentes de citoyens dont les points de vue divergent. La représentation est nécessairement en crise permanente, ce qui ne la disqualifie pas pour autant. L’auteur en veut pour preuve que les citoyens ne remettent pas en cause le principe de la représentation mais la manière dont les représentants exercent leur mandat. Pour l’auteur, au-delà de la crise, le conflit, l’altérité radicale et le dissensus sont les ferments indispensables à la démocratie qu’il définit classiquement comme « […] un pari insensé : celui du gouvernement des citoyens par les citoyens » (p. 206), tout en ajoutant : « Idée autrefois incarnée par le tirage au sort des dirigeants parmi les citoyens de la Cité » (p. 206).

2Pour ceux qui travaillent sur la démocratie, ce renvoi aux racines grecques est riche d’implicites, il indique que le caractère insensé du pari ne justifie en rien qu’il ne soit pas relevé et que l’égalité de droits entre les citoyens n’est pas négociable. Les élus ne sont pas l’élite à raison d’une forme de supériorité intellectuelle, et les citoyens restent les acteurs politiques majeurs, seuls à même de trouver ensemble des solutions pour ce qui les concerne tous. Pas question donc de vider la démocratie de son sens sous prétexte de la complexité du monde, de la multitude de formes de démocraties possibles, notamment la démocratie représentative qui ne serait plus un pis-aller mais un système parfaitement démocratique en soi. Si l’auteur déconstruit les idées reçues, les fausses définitions, en matière de communication, il ne le fait pas pour la démocratie, car en traitant les unes, il aborde l’autre : « Communication et démocratie partagent […] une même quête : nouer des liens sociaux qui ne soient pas des liens de domination mais des liens égalitaires » (p. 99). La communication politique est conçue comme « l’un des ventricules de la démocratie » (p. 185) et suppose que les citoyens en soient pleinement acteurs et pas seulement destinataires.

3Dacheux rappelle qu’il revient aux citoyens de décider de ce que doit être l’Europe qui n’est pas condamnée à une seule voie possible, comme le prétendent les discours libéraux univoques qui séparent artificiellement l’économique du politique comme si nous étions à la fin de l’histoire économique. La production et la répartition des richesses sont des questions politiques puisqu’elles concernent l’intérêt général. Pour faire adhérer les citoyens à ce nouveau one best way libéral et austère, la solution préconisée actuellement par les institutions européennes est de « rapprocher l’Europe de ses citoyens », comme si l’Europe était une entité détachée de ses citoyens, c’est-à-dire comme si un système démocratique pouvait exister à l’écart de ses acteurs principaux. La défiance envers l’Europe et son rejet par les citoyens n’auraient pas de raison d’être objectifs, mais viendraient plutôt d’un déficit d’information et de communication sur ce que fait l’Europe. Même si le choix du libéralisme économique n’a pas tenu ses promesses de réduire le chômage et la pauvreté, bien au contraire, le cap devrait être maintenu avec simplement plus de pédagogie. La tâche est ainsi confiée à des communicants professionnels non élus qui mélangent communication marketing et communication persuasive ou manipulatoire. Le citoyen n’est plus un acteur politique, mais la cible d’une forme de discours publicitaire qui cumule les idées reçues et fusionne espace public et espace économique. Résultat : les citoyens se détournent plus encore de l’Europe et le risque de repli identitaire s’accroît.

4Dacheux décortique les concepts de communication (marketing, persuasive, manipulatoire, publique, politique, démocratique, performative), d’information, de médias, d’espace public, de délibération, de citoyenneté, et synthétise régulièrement son propos sous la forme de tableaux. Cela donne un ouvrage à la fois très pointu sur les questions européennes et très utile pour tous les étudiants et les enseignants chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sciences politiques. Grâce au refus de la communication marketing appliqué à lui-même, Dacheux peut élaborer des solutions nouvelles susceptibles de redonner aux citoyens le goût de l’Europe. Les citoyens ne manquent pas d’informations, nous dit l’auteur, mais d’une culture civique commune nécessaire à la création d’un véritable espace public. Les médias audiovisuels, seuls, ne constituent pas l’espace public manquant, ils sont utiles pour sensibiliser la population à l’Union européenne et rassembler les citoyens autour de sujets européens qu’ils peuvent vulgariser. Parmi les ingrédients indispensables, il faut une nouvelle utopie pour l’Europe, pour contribuer « à vivifier et à dynamiser un espace public démocratique sans cesse menacé par la fermeture idéologique ou la dissolution dans un ordre transcendant » (p. 199). Et puis il faut du conflit et de la passion. Si les conflits font toujours courir le risque de la rupture, ils n’en sont pas moins nécessaires à la co-construction de règles communes. Le lecteur retrouve ici un ancrage dans l’épistémologie de la complexité d’Edgar Morin (2014), à laquelle Dacheux se réfère dans l’introduction générale de son ouvrage. Toutefois, le propos de l’auteur ne relève pas de l’analyse systémique structuraliste induite par cet univers théorique où le jeu des acteurs est déterminé par leur place dans le système. Loin de ce relativisme classique qui efface la responsabilité des éléments d’un système, Dacheux affirme que les citoyens sont responsables au sens où ils ont un pouvoir politique et sont aptes à trouver les solutions les plus pertinentes. De la même manière, l’auteur ne réduit pas les solutions à un mi-chemin entre deux idées opposées, chacun ayant à moitié tort et à moitié raison. Une telle perspective rendrait peu utile le débat citoyen et le rapprocherait plus de la négociation, destinée à préserver des intérêts particuliers, que de la délibération dont la quête est l’intérêt général.

5« Nous proposons de promouvoir une nouvelle approche de la communication politique que nous avons appelée, suite aux travaux de Patrick Viveret : la construction des désaccords » (p. 186). C’est en confrontant des arguments sur des sujets qui font dissensus qu’un projet européen se dessinera, à condition de ne jamais oublier que chaque homme égale une voix. Les sujets de débat à même de susciter l’intérêt des citoyens européens ne manquent pas : d’abord la politique économique de l’Union européenne par exemple. Un conflit « intégrateur » entre citoyens permettrait de régler au mieux les questions vives qui les concernent. Si Dacheux traite de la communication publique de l’Europe, son propos est aisément transposable à l’échelle nationale. « Ce livre parle donc des problèmes de communication démocratique à l’échelle européenne car c’est là qu’ils sont les plus visibles, les plus perceptibles, mais il concerne aussi la communication publique de proximité » (p. 15).

6Enfin, l’auteur éclaire d’une façon nouvelle la réception des communications dès lors que le récepteur actuel est submergé de communication marketing. En se protégeant des tentatives répétées de persuasion et de manipulation, le récepteur se coupe de son environnement, il est « asphyxié », ce qui l’éloigne de son rôle de citoyen exerçant son esprit critique pour faire évoluer le débat public. Toutefois, loin du fatalisme habituel qu’il dénonce sur les questions politiques, Dacheux ouvre des pistes et contribue à donner au lecteur l’envie de se réapproprier le pouvoir qui est le sien.

Haut de page

Bibliographie

MORIN, Edgar (2014), La méthode. 6. Éthique, Paris, Seuil.

VIVERET, Patrick (2003), Reconsidérer la richesse, La Tour d’Aigues, Éditions de l’aube.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini, « Éric DACHEUX (2016), Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7068

Haut de page

Auteur

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini

Anne-Hélène Le Cornec Ubertini est maître de conférences à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Courriel : ubertini@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org