Skip to navigation – Site map
Lectures

Gérard DERÈZE, Jean-François DIANA et Olivier STANDAERT (2015), Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques

Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com »
Faïza Naït-Bouda
Bibliographical reference

Gérard DERÈZE, Jean-François DIANA et Olivier STANDAERT (2015), Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques, Bruxelles, De Boeck, Coll. « Info Com »

Full text

1Le journalisme sportif a longtemps été le parent pauvre de la recherche en sciences humaines et sociales. L’ouvrage collectif de Gérard Derèze, Jean-François Diana et Olivier Standaert confirme sa progression en tant que « sujet sérieux d’étude » (p. 11) et alimente utilement une littérature scientifique désormais prolifique, mais aussi polymorphe. La largesse et la multiplicité des champs de recherche relatifs au journalisme sportif sont prégnantes dans ce livre délibérément et réellement conçu comme un outil de soutien à la recherche.

2Le manuel réunit les contributions de 11 spécialistes du journalisme sportif en sciences de l’information et de la communication. Cette inscription interdisciplinaire rend fidèlement compte de la variété des approches épistémologiques et méthodologiques du sous-champ du journalisme sportif. L’ouvrage est subdivisé en 12 chapitres, lesquels pourraient être découpés en 3 parties sans que celles-ci soient le reflet d’une structuration chronologique du manuel, les chapitres étant indépendants les uns des autres.

3La première partie comprend les chapitres 1, 2 et 11. Elle consiste en un cadrage épistémologique, historique et contextuel qui permettra aux non-spécialistes de s’approprier efficacement l’objet d’étude, notamment à l’aide d’encadrés donnant lieu à des compléments d’information ou à des illustrations concrètes. Les deux premiers chapitres (Jean-François Diana et Fabien Wille) retracent la progression du sport en tant que sujet d’étude à partir d’une approche sociohistorique. Le chapitre 11 (Philippe Tétart) complète cette approche en proposant des sources et des méthodes utiles à l’historien pour l’analyse de la presse et du journalisme sportifs. L’un des intérêts majeurs de ces trois chapitres réside dans la mise en garde quant aux écueils auxquels s’expose le chercheur désireux de s’aventurer sur un terrain qui a longtemps constitué une « terra incognita » (p. 196). Les auteurs sensibilisent à bon escient l’observateur à la spécificité de ce terrain et traitent à la fois de la multitude des entrées possibles du champ (la dualité journalisme / sport par exemple), de la diversité des acteurs en présence et de leurs stratégies de légitimation individuelles et collectives (liées au type de sport, au support ou aux discours, etc.), mais également des fortes contraintes pragmatiques que le terrain pose, plus particulièrement sur le plan économique (degré d’autonomie des acteurs par exemple).

4La deuxième et plus importante partie réunit six textes centrés sur la mise en œuvre d’une démarche empirique à partir de différents espaces et supports de production médiatique, qu’il s’agisse des programmes de plateau télévisé, de l’affiche ou d’Internet. Le chapitre 3 (Guy Lochard) propose un cadre d’interprétation et d’analyse relativement complet des dispositifs liés aux magazines d’information sportive. Le chapitre 4 (Fabien Wille) guide le chercheur dans les quatre étapes fondant la démarche d’étude de directs de sport en tant que « modèle idéal de communication » (constitution de corpus, définition du cadre communicationnel au regard des enjeux, analyse des processus de récit et analyse des commentaires), cela à l’aide de conseils précis et d’illustrations concrètes puisées dans l’histoire de l’événement sportif en France et en Belgique. Les chapitres 5, 6, 8 et 9 présentent des outils méthodologiques pour une observation portée respectivement sur les flux d’information, le journal télévisé notamment (Ludovic Birot et Damien Féménias), les contenus radiophoniques (Valérie Bonnet), les contenus issus d’Internet (Françoise Papa) et les affiches (Christophe Pécout). Ces quatre chapitres sont particulièrement riches en pistes d’analyse (en allant jusqu’à proposer des sources pertinentes pour la constitution du corpus) et en exemples tenant compte de la diversité et des particularismes des divers dispositifs et supports exploités.

5La troisième et dernière partie de l’ouvrage, constituée des chapitres 7, 10 et 12, complète l’ouvrage par trois approches distinctes. Le chapitre 7 (Olivier Standaert) traite de la pratique d’entretiens avec des journalistes sportifs selon une perspective nécessairement interactionniste au regard des contraintes relatées dans la première partie de l’ouvrage. Le chapitre 10 (Françoise Papa) s’appuie sur l’exemple des Jeux olympiques de Vancouver de 2010 pour proposer une méthode de constitution d’un corpus pertinent à l’heure où le Web multiplie les sources de contenu informationnel autant qu’il les brouille. Le chapitre 12 (Benoît Melançon) clôt l’ouvrage par une analyse du traitement accordé à la mort d’une figure du hockey québécois, Maurice Richard, par les médias francophones et anglophones. L’auteur y révèle les dissonances des discours journalistiques sportifs, mais surtout les enjeux et l’instrumentalisation politiques que le sport suscite.

6L’ouvrage donne de nombreuses clés pour analyser le journalisme sportif dans ses formes diversifiées, de la plus traditionnelle à la plus contemporaine, a fortiori en consacrant une place importante au traitement du sport sur le Web. Si les approches, les méthodes et les outils varient en fonction de la production médiatico-sportive ou du corpus choisi, le fil conducteur de l’ouvrage est lié aux problématiques de fond relatives aux enjeux globaux dans lesquels le journalisme sportif s’inscrit : politique, économique et socioculturel.

7Complet et dense d’un point de vue méthodologique, l’ouvrage aurait toutefois gagné à s’extraire de l’objet sport dans la première partie pour creuser la description de ces enjeux à partir d’exemples historiques, de manière à permettre aux étudiants et aux chercheurs novices de saisir les facteurs exogènes conditionnant les positionnements des acteurs en présence, par exemple. Il aurait également été judicieux d’intégrer un état de l’art de la recherche sur ce sous-champ pour mieux saisir les trajectoires et les perspectives de travail à venir. Pour autant, chaque chapitre ne fait pas l’économie d’un rappel de l’effort de contextualisation nécessaire préalable à toute analyse de ce sous-champ. Aussi ce manuel constitue-t-il une étape qui demande à être dépassée par un élargissement plus important du prisme au journalisme sportif international. Le cadre empirique demeure essentiellement francophone et occulte ainsi le caractère transnational du fait sportif et du traitement que les journalistes pourraient lui accorder.

8Sans néanmoins négliger les références théoriques utiles, l’ouvrage propose un abord pragmatique et opérationnel du terrain du journalisme sportif, ce qui en constitue sa force. Les chercheurs et les étudiants non expérimentés sur ce terrain trouveront dans cet ouvrage une boîte à outils empiriques précieuse. Ceux qui connaissent déjà le domaine apprécieront l’actualisation des méthodes appliquées au Web et aux nouvelles formes de médiatisation et de valorisation du spectacle sportif. La structuration de chaque chapitre facilite une prise en main rapide ; les deux encadrés concluant chacun des chapitres et proposant respectivement un résumé du chapitre et une liste de références bibliographiques pour aller plus loin permettent le repérage de thèmes majeurs. Enfin, d’une portée réellement pédagogique, cet ouvrage dépasse les contours des sciences de l’information et de la communication pour valoriser une approche réellement transversale.

Top of page

References

Electronic reference

Faïza Naït-Bouda, « Gérard DERÈZE, Jean-François DIANA et Olivier STANDAERT (2015), Journalisme sportif. Méthodes d’analyse des productions médiatiques », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/7073

Top of page

About the author

Faïza Naït-Bouda

Faïza Naït-Bouda est chercheure non permanente du Groupe de recherche sur les enjeux de la communication (GRESEC), Université Grenoble Alpes. Courriel : nb_faiza@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org