Navigation – Plan du site
Lectures

Martina DRESCHER (dir.) (2015), Médias et dynamique du français en Afrique subsaharienne

Francfort-sur-le-Main, Peter Lang
Manfred Peters
Référence(s) :

Martina DRESCHER (dir.) (2015), Médias et dynamique du français en Afrique subsaharienne, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang

Texte intégral

1À l’échelle européenne, la plupart des études consacrées à l’usage du français en Afrique subsaharienne émanent de la France et de la Belgique francophone. Beaucoup d’entre elles sont promues par l’Agence universitaire de la Francophonie. Cela vaut aussi pour les rares revues scientifiques spécialisées ; tel est le cas, par exemple, de la revue Synergies de l’Afrique des Grands Lacs créée en 2010 à l’initiative de deux professeurs belges, en collaboration avec un collègue de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, et dont le sixième numéro vient d’être mis en ligne.

2On est d’autant plus heureux de découvrir le présent ouvrage. Celui-ci rassemble des contributions présentées à l’occasion d’un colloque qui a eu lieu en novembre 2013 dans une institution allemande, plus précisément à l’Université de Bayreuth. À partir du constat que les paysages médiatiques de l’Afrique subsaharienne francophone connaissent de profonds changements et que les pratiques du français y sont également en forte mutation, l’objectif fut de stimuler des recherches sur une thématique située au carrefour de deux champs : celui des médias et celui du « marché linguistique », pour utiliser les concepts de Pierre Bourdieu.

3L’approche se veut résolument interdisciplinaire. Outre la dimension linguistique, les aspects culturels, sociaux, politiques et économiques sont pris en considération. Ayant recours à des approches théoriques et méthodologiques variées, les auteurs traitent des différentes manifestations, formes et pratiques du français, et plus particulièrement de leur rôle dans les médias tels que les affiches, le théâtre, la presse écrite, la radio, la télévision ou Internet. Les contributions couvrent un large éventail de pays africains : le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo. Assez curieusement, l’Afrique centrale, pourtant très productive, est absente.

4Les auteurs abordent les relations entre le champ médiatique et le champ linguistique sous des angles très divers : l’écologie du français dans des contextes plurilingues (une approche bien plus ancienne dans les pays germanophones que dans l’aire francophone), les contacts avec les langues africaines et le statut de ces langues, le processus d’appropriation d’une langue coloniale, la formation de normes régionales (partant de l’hypothèse que la langue française n’est que la somme des lectes qui la composent), l’instrumentalisation des langues par les médias, l’analyse des différents genres et l’empreinte culturelle des produits médiatiques. Cette liste n’est pas exhaustive.

5L’éditrice scientifique, Martina Drescher, était particulièrement bien placée pour assumer ce travail. En effet, elle occupe la chaire de linguistique romane et générale à l’Université de Bayreuth, en plus d’avoir une solide expérience africaine concrétisée notamment par une mission de professeure visiteuse à l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso) et un long séjour au Cameroun. Par ailleurs, elle a travaillé au Canada (Universités Laval, de Montréal et du Québec à Montréal) et en France (Université de Toulouse Le Mirail).

6Son chapitre introductif est de grande qualité. L’auteure clarifie d’abord le concept-clé polysémique de média, qui renvoie d’abord à la matérialité fondamentale de toute communication ayant besoin de s’appuyer sur un code sémiotique, alors que dans un sens plus spécifique, ce terme désigne les supports techniques de la communication. Dans une note en bas de page, Drescher mentionne également une troisième acception de la notion de média, qui renvoie à la distinction entre la réalisation matérielle d’un énoncé, d’un côté, et ses conditions de production, de l’autre.

7En ce qui concerne la réalité linguistique, on relève l’extraordinaire complexité du terrain. Dans les anciennes colonies françaises et belges, la connaissance du français n’est pas généralisée et varie énormément d’un pays à l’autre. Par ailleurs, en dehors de l’apprentissage guidé par l’école, l’acquisition non formelle s’oriente vers des formes plus locales du français. L’éditrice stipule que ces formes endogènes se limitent essentiellement au domaine de l’oral. Mais il ne faut pas sous-estimer leur influence sur l’écrit. Des romans mondialement connus tels que Les arbres en parlent encore de Calixthe Beyala (Cameroun) et Verre cassé d’Alain Mabanckou (République du Congo) en témoignent.

8Assez logiquement, les 16 contributions, toutes de très bon niveau, mettent l’accent sur différents sujets en fonction des médias traités, de la dimension linguistique analysée, des pays de référence ou des bases théoriques. Silke Jansen s’intéresse à la genèse du « petit nègre », ce langage qui fait partie de la représentation stéréotypée. Suivent deux contributions (Peter Blumenthal et Louis Martin Onguéné Essono) qui envisagent la presse écrite africaine comme lieu d’appropriation et de transformation du français. La situation professionnelle des journalistes sénégalais, parfois déficitaire, est traitée par Patrice Correa.

9La contribution de Jean-Benoît Tsofack s’intéresse à la dynamique du français dans le discours publicitaire au Cameroun, alors que Jürgen Müller met l’accent sur les réseaux intermédiatiques. Trois recherches (Henri Assogba, Caroline Lilian Ngawa Mbaho et Serge Théophile Balima) portent sur les usages du français à la radio. N’oublions pas que la radio représente un lieu d’observation idéal pour les pratiques orales qui relèvent d’un français africanisé. La télévision est prise en compte dans le texte du Camerounais Bernard Mulo Farenkia sur la politesse à l’écran.

10Oumarou Boukari aborde le pouvoir des médias dans la dynamique du français populaire ivoirien, une problématique pour laquelle Camille Roger Abolou propose un cadre théorique intégrateur avec son écologie des français populaires africains dans les médias. Les trois contributions suivantes (Charles Nouledo, Marie-Soleil Frère et Jean-Pierre Fewou Ngouloure) sont consacrées aux nouveaux médias et plus particulièrement à certains formats d’Internet. Enfin, l’article de Martin Luginbühl propose un cadre théorique plus général qui attire notre attention sur l’empreinte culturelle des textes médiatiques.

11Bref, les actes du colloque de Bayreuth méritent une large diffusion dans l’ensemble des pays francophones. L’Agence universitaire de la Francophonie pourrait y contribuer. Un petit regret : l’absence d’un index qui aurait facilité la lecture transversale de ce recueil passionnant. Par ailleurs, des notices biographiques des auteurs aurait permis de mieux comprendre leurs contributions. Le lecteur aimerait notamment connaître le lien entre l’auteur et la problématique abordée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manfred Peters, « Martina DRESCHER (dir.) (2015), Médias et dynamique du français en Afrique subsaharienne », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7081

Haut de page

Auteur

Manfred Peters

Manfred Peters est professeur à la Faculté de philosophie et lettres, Université de Namur. Courriel : Manfred.peters@unamur.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org