Skip to navigation – Site map
Lectures

Julie DUFORT et Olivier LAWRENCE (dir.) (2016), Humour et politique. De la connivence à la désillusion

Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Monde culturel »
Isabelle Lacroix
Bibliographical reference

Julie DUFORT et Olivier LAWRENCE (dir.) (2016), Humour et politique. De la connivence à la désillusion, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Monde culturel »

Full text

1L’humour est-il objet de science ? L’humour est-il véritablement politique ? Les sciences sociales s’intéressent-elles à l’humour comme un objet de politique ou de changement social ? Par ailleurs, doivent-elles s’y intéresser ? Répondre à ces questions est le mandat que se donne l’ouvrage collectif dirigé par Julie Dufort et Olivier Lawrence, Humour et politique. De la connivence à la désillusion, publié aux Presses de l’Université Laval en 2016. Notons, comme cela est d’ailleurs mentionné sur la couverture du livre, que ce collectif fait suite à un colloque tenu à l’Université du Québec à Montréal en 2012 (« L’humour comme la continuation de la politique par d’autres moyens ») et qui avait lancé la réflexion de ce groupe de chercheurs engagés.

2Si le défi de produire tout ouvrage collectif est d’assurer au travers la production de textes multiples, rédigés par des auteurs nombreux, une unité de sens qui permet au lecteur de s’y retrouver, le pari était ici particulièrement grand, car la thématique présentée était très large. À la lecture de l’introduction, on sent même la démarche exploratoire assumée compte tenu de l’espace accordé à la justification de traiter d’un objet de recherche en émergence au Québec. Ce constat posé de belle façon, le lecteur est invité à participer à cette réflexion qu’il peut littéralement voir se construire sous ses yeux au fil des chapitres.

3Ainsi, en introduction, Julie Dufort dresse un portrait convaincant et nuancé des études en science politique traitant de l’humour, mais aussi des autres disciplines et créneaux de recherche s’y étant intéressés au cours des dernières années, notamment dans le cadre des cultural studies ou des humor studies. L’auteure y aborde l’ensemble des composantes essentielles — les publications, les experts reconnus, les programmes et cours spécialisés dans le monde universitaire —, et ce, selon une perspective historique récente qui ajoute à la compréhension du lecteur. L’objectif de l’ouvrage y est donc présenté comme une évidence à laquelle adhère le lecteur : « […] disséquer l’humour et ses entrailles politiques » (p. 27).

4Deux parties composent l’ouvrage. La première — « Les paradoxes de l’humour : de la distraction au pouvoir politique » — offre une orientation plus empirique quant aux productions humoristiques au Québec et aux États-Unis, alors que la seconde — « L’humour comme objet et sujet politique » — repose sur une orientation plus réflexive quant à l’objet lui-même et à ses différentes conceptions.

5Au chapitre 1, « L’humour : entre actes politiques et intérêts communs », Emmanuel Choquette propose d’aborder l’humour à partir d’une approche sociologique des phénomènes politiques cherchant à révéler les « repères identitaires » (p. 51) partagés au sein du discours humoristique de l’industrie québécoise. Pour l’auteur, si le contenu politique est incontournable dans l’étude de l’humour, notamment quant à sa dimension réductrice de tensions sociales, l’intentionnalité de l’acteur humoriste est plus difficile à cerner et à démontrer. Au chapitre 2, « L’industrie québécoise de l’humour comme champ du politique : groupes d’intérêt et quête de légitimité », Christelle Paré et Christian Poirier surprennent par une orientation peu commune. Les deux auteurs abordent « le couple humour-politique à partir des acteurs constitutifs de l’écosystème de l’humour au Québec » (p. 7). Ils s’intéressent à la nécessaire légitimité culturelle que les acteurs, les groupes et les institutions de l’industrie de l’humour au Québec tentent de construire, au-delà de leur popularité auprès d’un public de consommateurs. Ils en concluent, notamment, que les acteurs au cœur de cette industrie sont paradoxalement assez éloignés du monde politique. Au chapitre 3, « L’humour au service de l’effort de guerre : les Fridolinades (1938-1945) », Robert Aird livre une analyse pertinente, selon une proposition plus classique, du contenu politique dans le discours humoristique. Au moyen d’une analyse de contenu de textes choisis, l’auteur montre que, même s’ils sont critiques, ces textes des Fridolinades offrent un espace de rassemblement, de défoulement et un exécutoire qui contribuent d’une certaine façon à l’effort de guerre. Au chapitre 4, « Le médium de la satire politique télévisuelle comme surveillance démocratique : une pratique citoyenne idiote », Marc-Olivier Castagner et David Grondin cherchent à montrer que la satire peut porter en elle une certaine responsabilité démocratique. Selon ces auteurs, cette responsabilité serait double : celle de surveiller les autorités politiques au nom d’une population tenue à l’écart du pouvoir et celle de surveiller ceux qui surveillent les autorités politiques, c’est-à-dire les médias. L’infotainer, dans ce cas-ci Jon Stewart et son Daily Show, devient littéralement un chien de garde démocratique. Au chapitre 5, « “Je suis les États-Unis d’Amérique” : la satire parodique et la définition de l’identité américaine selon Stephen Colbert », Julie Dufort présente une autre fonction de la satire politique, à partir du cas de Stephen Colbert et de son personnage conservateur dans The Colbert Report. Dans ce cas, l’infotainment proposé chercherait, selon l’auteure, à remettre en question l’identité américaine dans une intention correctrice.

6La seconde partie débute, au chapitre 6, « Humour et politique : jeux de langage et procédés rhétoriques », avec une réflexion de Lawrence Olivier où il affirme d’entrée de jeu que l’humour n’est pas politique et que « l’humour politique n’est possible que dans l’impossibilité de son existence » (p. 218). Au chapitre 7, « L’humour : un mauvais sujet politique », Martin Roy prétend de son côté que l’humour est politique, dans la mesure où le langage est toujours politique (p. 244). L’humour serait selon l’auteur un mauvais sujet politique, car il s’oppose au pouvoir, il le refuse. Au chapitre 8, « L’humour chez Lyotard : du paganisme à la justice », Jérôme Cotte s’interroge sur la contribution éventuelle d’un humour qui conteste certaines légitimités, voire qui se veut porteur d’une certaine idée de justice. L’auteur utilise pour ce faire des textes choisis de Jean-François Lyotard. Finalement, l’ouvrage se termine avec la conclusion de Lawrence Olivier qui invite le lecteur à réfléchir l’humour comme une réalité omniprésente dans nos sociétés et qui doit, donc, être réfléchie. De façon assez provocatrice, il affirme d’ailleurs en fin de texte que « le politique n’est plus qu’humour » (p. 297).

7Si ce livre nous convainc particulièrement bien de la pertinence de traiter d’humour sous un angle politique, la facture de l’ouvrage peut être momentanément déstabilisante pour le lecteur. La rupture entre la première et la seconde partie est marquée et elle est assurément révélatrice d’une volonté de joindre deux publics distincts, mais elle confirme du même souffle le vaste besoin d’études à l’égard d’un objet de préoccupations de recherche en émergence. Le fait d’aborder l’humour politique sous un angle plus historique, plus sociologique et plus philosophique est aussi l’un des grands intérêts de ce collectif. Axé principalement sur les formats scéniques et télévisuels de l’action humoristique, l’ouvrage dirigé par Dufort et Olivier relève de la véritable discussion académique alors que les questions soulevées par les auteurs sont variées et leurs positionnements respectifs tout aussi diversifiés. Ce que l’ouvrage perd en unité de sens au travers ses nombreuses orientations analytiques, il le gagne dans la richesse des questionnements et dans l’étendue des possibilités de recherche nécessaires.

Top of page

References

Electronic reference

Isabelle Lacroix, « Julie DUFORT et Olivier LAWRENCE (dir.) (2016), Humour et politique. De la connivence à la désillusion », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/7083

Top of page

About the author

Isabelle Lacroix

Isabelle Lacroix est professeure adjointe à l’École de politique appliquée, Université de Sherbrooke. Courriel : Isabelle.lacroix@USherbrooke.ca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org