Navigation – Plan du site
Lectures

Benjamin FERRON, Nicolas HARVEY et Olivier TRÉDAN (dir.) (2015), Des amateurs dans les médias. Légitimités, autonomie, attachements

Paris, Presses des Mines, Coll. « Sciences sociales »
Anne-France Kogan
Référence(s) :

Benjamin FERRON, Nicolas HARVEY et Olivier TRÉDAN (dir.) (2015), Des amateurs dans les médias. Légitimités, autonomie, attachements, Paris, Presses des Mines, Coll. « Sciences sociales »

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des recherches qui revisitent le rôle de l’amateur. La crise des institutions et l’émergence d’un nouvel espace public numérique ont redonné une légitimité, non seulement à ces pratiques sociales, mais également à celles-ci comme objet scientifique à étudier. Ce retour en grâce de l’amateur remet en question la simple dichotomie entre amateur et professionnel et apporte son lot de complexité et de diversité que les auteurs de ce collectif nous invitent à mieux comprendre à partir d’un secteur spécifique, le journalisme élargi à la médiatisation culturelle.

2L’ouvrage est introduit par une revue de la littérature conséquente des différents travaux qui se sont intéressés aux pratiques amateurs. Cette revue commence par un tour d’horizon de la littérature scientifique et du traitement médiatique du « journalisme amateur ». Deux perceptions dominent : la première figure du « journaliste amateur » renvoie à celui d’un témoin d’événements qui participe à leur médiatisation; une seconde approche renvoie à des groupes organisés qui produisent intentionnellement des discours, des contenus, des informations destinés à être médiatisés.

3Les auteurs dénoncent cependant deux biais analytiques souvent présents dans les travaux scientifiques. Le premier est la montée en généralité visant à saisir le « journaliste amateur » comme une figure idéal-typique à qui l’on prête certaines compétences (ou incompétences), certains traits de personnalité et intentions, au risque de gommer non seulement l’extrême diversité des pratiques et des acteurs que ce terme recouvre, mais aussi les conditions sociales de leurs pratiques. Le second biais consiste à penser les relations entre les amateurs et les professionnels sur un mode normatif, soit en reprenant les craintes des professionnels à l’égard des menaces que ferait peser l’accès aux profanes à l’univers professionnel, soit en prônant à l’inverse une démarche visant à saisir « l’amateur » dans sa singularité, indépendamment des représentations que les professionnels se font de lui.

4Pour éviter ces deux biais et devant la difficulté à définir l’amateur, les auteurs proposent de l’étudier successivement selon deux axes sémantiques : celui du rapport à l’espace professionnel et celui du positionnement psychologique. Ce choix permet alors de ne pas imposer un statut a priori, mais de reconnaître, d’une part, les motifs d’un engagement respectif des professionnels et des amateurs de médias et, d’autre part, de déplacer le regard sur le rapport entre le pratiquant et l’objet pratiqué, pour caractériser l’amateur par ce qu’il fait.

5Les différents cas présentés ensuite mobiliseront ce cadre et l’interrogeront en retour.

6La première partie composée de trois chapitres étudie les luttes de légitimité journalistique et les processus d’autonomisation de la production amateur d’information. Simon Smith étudie les productions amateurs de petites publications indépendantes et à succès, les samizdats, dans la Tchécoslovaquie communiste des années 1980. Benjamin Ferron s’appuie sur l’exemple d’un réseau de « médias alternatifs » à Mexico, alors que Samuel Bouron a pu observer la socialisation et le processus de professionnalisation de deux catégories de journalistes précaires, les correspondants locaux et les stagiaires dans la presse quotidienne régionale.

7La deuxième partie analyse l’articulation journaliste/amateur selon une double perspective contradictoire : une dynamique d’expansion au fur et à mesure que de nouveaux espaces de « niches » émergent et une logique de clôture de l’espace professionnel par la mise à distance de la figure de l’amateur. Cette contradiction apparente peut constituer une piste de réflexion pour interroger l’évolution du système médiatique à ses marges. À partir du principe selon lequel les dispositifs sociotechniques orientent les amateurs comme ils orientent les professionnels, leur attribuent des pouvoirs et des savoir-faire, l’approche consistant à observer les relations entre les passionnés et l’objet de leur passion permet de mieux cerner leur logique de fonctionnement.

8Cette analyse est mobilisée dans les quatre chapitres suivants. Philippe Ross étudie le processus par lequel s’affrontent différents types de légitimités de l’expertise dans une entreprise de logiciels éducatifs. Jérôme Gastambide analyse en détail comment les pratiques individuelles issues de groupes de pairs passionnés de musique en viennent à se construire en activités « sérieuses », non seulement pour les producteurs de commentaires musicaux qui y cherchent une forme de légitimation, mais également pour une partie des professionnels de l’industrie musicale. Manuel Dupuis-Salle, en étudiant les blogues de cinéma, s’intéresse également aux liens entre amateurs et professionnels, où les rapports de force ne sont pas unidirectionnels. Enfin, Olivier Trédan s’intéresse à l’éclosion des blogues de bandes dessinées, un univers qui s’est développé au-delà des frontières d’Internet.

9Cet ouvrage est d’un véritable apport, autant sur le plan de la théorie qu’au niveau des connaissances sur ces pratiques amateurs dans les médias. Le degré de finesse des études sociologiques proposées permet, en effet, de démontrer la nécessité de s’affranchir des cadres traditionnels de la sociologie. En revanche, il est peut-être, à ce stade , ambitieux de considérer cette diversité des pratiques amateurs dans les médias comme la signification d’un même changement social à l’œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-France Kogan, « Benjamin FERRON, Nicolas HARVEY et Olivier TRÉDAN (dir.) (2015), Des amateurs dans les médias. Légitimités, autonomie, attachements », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7096

Haut de page

Auteur

Anne-France Kogan

Anne-France Kogan est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’Université Rennes 2 et chercheure au PREFics (Plurilinguismes, Représentations, Expressions Francophones, Interculturel, Communication, Sociolinguistique). Courriel : anne-france.kogan@univ-rennes2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org