Skip to navigation – Site map
Lectures

Jean-Paul FOURMENTRAUX (dir.) (2015), Identités numériques. Expressions et traçabilité

Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »
Marta Severo
Bibliographical reference

Jean-Paul FOURMENTRAUX (dir.) (2015), Identités numériques. Expressions et traçabilité, Paris, CNRS Éditions, Coll. « Les Essentiels d’Hermès »

Full text

1Les questions liées à l’identité numérique sont aujourd’hui centrales non seulement dans le contexte scientifique, mais aussi de manière plus vaste dans le débat social. D’un côté, le législateur a vu la nécessité de définir et de protéger ce nouvel objet sur les plans national et international. À titre d’exemple, on peut mentionner la récente discussion engagée en France dans le cadre du projet de loi pour une République numérique1. D’un autre côté, la gestion de l’identité numérique est devenue aujourd’hui une priorité pour la plupart des citoyens. Identités numériques. Expressions et traçabilité rassemble les principaux travaux publiés à ce sujet dans la revue Hermès entre 2009 et 2011. Les articles sont tirés du numéro 53 de 2009, « Réseaux et traçabilité », et du numéro 59 de 2011, « Ces réseaux numériques dits sociaux ». L’auteur intègre dans la récolte un texte introductif sur les identités numériques du point de vue des artistes du Net. Enfin, il inclut un entretien avec Milad Douheili réalisé en 2014, qui fait le point sur des questions plus récentes autour du thème, notamment le droit à l’oubli. Le mérite de ce texte est principalement de donner un aperçu des premières approches qui se sont développées dans le contexte universitaire français à propos de concepts tels que l’identité numérique et la trace numérique. Comme le dit l’auteur, « [l]’enjeu de ce volume est moins de rechercher et trouver une définition qui serait consensuelle, que d’éclairer au contraire la pluralité des formes d’activités et de relations que ce vocable et cette idée d’identité numérique rendent possible sur les réseaux socionumériques » (p. 17).

2Les contributions colligées dans cet ouvrage convergent autour de deux thématiques principales. Certains auteurs (Alexandre Coutant, Dominique Cardon, Sonia Livingstone et al.) concentrent leur attention sur les dynamiques de création de l’identité numérique en plaçant l’accent sur la dimension stratégique déclenchée par le passage de la sphère privée à la sphère publique. En particulier, Marc Parmentier approfondit les mécanismes liés aux sites de rencontres, tandis qu’Oriane Deseilligny, interviewée par Frank Beau, décrit le fonctionnement de l’identité dans les jeux vidéo, notamment son rapport avec l’avatar. D’autres articles sont principalement consacrés aux menaces à la vie privée nées du contrôle rendu possible par le numérique. Ces contributions soulèvent des questions-clés comme celles de la création et de la gestion de traces (Louise Merzeau, Olivier Ertzscheid), de la surveillance (Michel Arnaud, Emmanuel Kessous et Bénédicte Rey) ou plus spécifiquement de la géolocalisation (Jacques Perriault).

3La présente note de lecture offre l’occasion de relire ces idées initiales autour de l’identité numérique à la lumière des nombreuses réflexions qui ont fleuri dans les années suivantes. En effet, l’identité numérique est un objet théorique en redéfinition continue pour deux types de raisons. En premier lieu, les dispositifs sociotechniques qui contribuent à sa création et à sa transformation sont eux-mêmes des objets en transformation continue, tant du point de vue technologique que de celui des pratiques et usages qu’ils peuvent générer. C’est le cas des plateformes socionumériques (notamment Facebook) qui, d’outils privés principalement destinés à l’expression intime, sont devenues des espaces publics-privés, destinés à l’expression « extime » (Tisseron, 2001) ou, comme Dominique Cardon l’a défini ailleurs (2008), en clair-obscur. En deuxième lieu, cet objet théorique est en transformation continue dans la mesure où de plus en plus de chercheurs ont travaillé à son interprétation. Ayant d’abord attiré l’attention des chercheurs en sciences de la communication et en sociologie de nouveaux médias, l’identité numérique intéresse aujourd’hui les savants de nombreuses disciplines (philosophie, psychologie, sciences de l’éducation, histoire, économie, etc.) qui voient la nécessité de redéfinir ce concept dans le cadre des paradigmes usuels de leur terrain d’étude.

  • 2 Dans certains textes, on voit déjà émerger la capacité de l’humain à prendre conscience de ces préo (...)

4De manière générale, on peut repérer un changement fondamental entre les positions exprimées dans l’ouvrage dirigé par Jean-Paul Fourmentraux et les études plus récentes. La majorité des articles de l’ouvrage qualifient l’identité numérique comme une nouvelle identité qui doit être différenciée de l’identité humaine déjà existante hors ligne. L’attention des auteurs se focalise en particulier sur la place de l’être humain vu comme une entité séparée par rapport à l’identité numérique, et sur les différents types de préoccupations (notamment celles qui sont liées à la protection de la vie privée) soulevées par cette nouvelle rencontre entre humain et numérique2. En effet, aujourd’hui, le besoin de détourner le dispositif sociotechnique pour reprendre le contrôle sur sa propre identité est devenu un phénomène élargi qui touche la majorité des internautes.

5Dans le débat actuel, la vision du rapport entre l’humain et son identité en ligne a profondément changé. Thème central il y a cinq ans, il perd aujourd’hui de son importance et fait place à l’idée d’identité numérique en tant que profil résultant d’une recombinaison en ligne d’éléments hétérogènes qui ne correspondent nécessairement pas à une seule entité humaine précise. L’approfondissement de ce point de vue est sûrement lié, entre autres, au succès des big data : dans le présent contexte d’explosion d’Internet, des données et des algorithmes, les identités numériques sont devenues des objets marchands sur lesquels sont construits les politiques de marketing et les produits mêmes. Finalement, l’analyste de données ne se pose pas la question de la correspondance entre l’humain et le profil automatiquement créé par l’algorithme à partir des traces laissées en ligne.

6Cela nous conduit à souligner une dernière question transversale dans cet ouvrage : celle de la trace numérique. L’article de Louise Merzeau se concentre sur la définition de ce concept en signalant le fait que la trace « ne désigne pas un nouveau type d’objet, mais un mode inédit de présence et d’efficacité, lié aux caractéristiques techniques et sociales des réseaux » (p. 134). Aujourd’hui, on ne peut pas donner une définition consensuelle de la trace numérique ; on peut seulement souligner l’intérêt que ce concept a suscité. La discussion sur la trace numérique (notamment de manière différentielle quant au document et à la donnée) a fait reculer la discussion sur l’identité. Bien sûr, la question n’a pas disparu, mais elle émerge seulement a posteriori. Si l’on prend en considération les travaux de Fanny Georges (2009), on voit comment l’attention se déplace maintenant du rapport entre en ligne et hors ligne (ou selon la définition de Georges, de l’« identité déclarative ») à la narration créée par les traits disponibles sur Internet, ce que l’auteure appelle l’« identité calculée ».

Top of page

Bibliography

CARDON, Dominique (2009), « Le design de la visibilité », Réseaux, 6 : 93-137.

FOURMENTRAUX, Jean-Paul (2013), L’œuvre virale. Net art et culture hacker, Bruxelles, La Lettre volée.

GEORGES, Fanny (2009), « Représentation de soi et identité numérique », Réseaux, 2 : 165-193.

TISSERON, Serge (2001), L’intimité surexposée, Paris, Ramsay.

Top of page

Notes

1 [En ligne]. http://www.assemblee-nationale.fr/14/projets/pl3318.asp. Page consultée le 6 juillet 2017.

2 Dans certains textes, on voit déjà émerger la capacité de l’humain à prendre conscience de ces préoccupations et parfois à mettre en place des stratégies actives de détournement, par exemple dans le texte de Fourmentraux qui, comme dans d’autres ouvrages (Fourmentraux, 2013), place l’accent sur l’esprit précurseur des artistes du Net.

Top of page

References

Electronic reference

Marta Severo, « Jean-Paul FOURMENTRAUX (dir.) (2015), Identités numériques. Expressions et traçabilité », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7100

Top of page

About the author

Marta Severo

Marta Severo est membre du Laboratoire Groupe d’études et de recherche interdisciplinaire en information et communication (Geriico), Université de Lille 3. Courriel : marta.severo@univ-lille3.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org