Skip to navigation – Site map
Lectures

Éric GEORGE (dir.), (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information

Québec, Presses de l’Université Laval
Christian Pradié
Bibliographical reference

Éric GEORGE (dir.), (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information, Québec, Presses de l’Université Laval

Full text

1On peut trouver dans la réflexion en sciences de l’information et de la communication développée au Québec dans un laboratoire aussi renommé que le Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société (CRICIS), le double bénéfice d’une recherche tournée vers les réalités de pays francophones et se révélant de plus attentive aux enjeux théoriques et aux exigences de méthode mis en avant au sein des travaux en cours aux États-Unis. En présentant cet intérêt spécifique, l’ouvrage dirigé par Éric George s’intéresse de surcroît aux questions en pointe, pour les spécialistes de l’économie politique de la communication, du bilan à établir quant aux mouvements conjoints de la concentration des médias, des changements technologiques liés au numérique et du pluralisme de l’information.

2Une hypothèse forte est posée, celle de la nécessité d’une évaluation critique du rôle d’Internet, au regard de propos simplificateurs visant à établir que les « questions de pluralisme de l’information, ou bien de diversité culturelle, ne se poseraient plus, n’importe qui pouvant désormais publier de l’information vers un public — du moins potentiellement — de masse » (p. 13). Elle est de plus l’objet de la mise en œuvre de vérifications à l’aide de méthodologies variées, notamment par des entretiens auprès de professionnels et par la description statistique de l’offre d’information, au demeurant développée pour partie dans différents pays.

3Suivant le cadrage théorique proposé par Philippe Bouquillion, la question mérite d’autant plus d’être examinée que des traditions différentes d’analyse économique éclairent les enjeux de la concentration des industries de la communication par des conclusions opposées, les économistes de la culture retenant principalement que les offres des acteurs dominants demeurent constamment contestables, du fait de mécanismes comme la longue traîne rendant disponibles par Internet les productions culturelles avec une plus grande variété, alors que les théoriciens de l’économie politique de la communication englobent l’étude des « pouvoirs de marché face aux indépendants et face aux consommateurs » (p. 148) à la lumière du développement des phénomènes de financiarisation.

4C’est à cette seconde optique que semble vouloir donner raison Gaëtan Tremblay, en s’appuyant sur les faits survenus au Québec sur une relativement longue période. D’une part, sur le plan économique, en un processus constant

chaque innovation technologique importante qui se traduit par l’arrivée de nouveaux concurrents dans le paysage médiatique suscite de nouveaux espoirs, ébranle les positions des joueurs dominants et provoque une vague de consolidation, laquelle conduit immanquablement à une plus grande concentration de la propriété (p. 24).

5D’autre part, sur le plan politique, le même constat que le « taux de concentration a atteint des sommets inquiétants » occasionne la rédaction de rapports officiels, trois au Canada entre 1970 et 2003, dont aucun ne voit néanmoins ses recommandations mises en pratique.

6Dans un ordre qui aurait eu avantage à être plus méthodique, plusieurs catégories de chapitres se consacrent à la situation de la convergence technologique des groupes de communication à l’étranger, à l’examen détaillé de la question au Québec et à des considérations plus diverses sur la portée des transformations du journalisme.

7Pour le Brésil, Fabio Henrique Pereira retient que l’introduction des supports numériques a abouti à renforcer le fort processus de concentration. Dans le groupe de presse quotidienne et de journalisme économique au sein duquel il a enquêté, la justification avancée en faveur de la convergence vers la production de contenus en ligne insiste sur l’inévitabilité du processus, abordée comme une innovation économique instable. La situation examinée par Ndiaga Loum est différente : au Sénégal, la mutation des entreprises de presse en groupes multimédias s’effectue dans le contexte particulier d’une difficile mise en place de dispositifs législatifs et d’autorités de régulation, qui prennent encore imparfaitement en charge la presse en ligne, en dépit des promesses de tels services face à la cherté des importations de papier. La perspective d’une diversification de la relative multitude des titres de presse du Bénin, présentée par Henri Assogba, apparaît s’orienter vers la recherche de l’obtention de l’exploitation de fréquences de radio ou de télévision privées, renforcées par la demande soutenue d’information audiovisuelle accessible à des publics moins lettrés.

8Un bilan plus clair peut être établi au Québec, compte tenu de la maturité des phénomènes dus au « journalisme multiplateforme », et il se prête à la confrontation de plusieurs dispositifs méthodologiques, dont la valeur est de faire converger leurs résultats vers un constat homogène.

9Un premier aspect peut être dégagé de l’étude documentaire menée par Simon Claus sur la préservation d’un oligopole aux positions faiblement remises en cause par la nouveauté technologique. À l’inverse, l’arrivée des grands acteurs internationaux issus du numérique s’avère pouvoir susciter, face à l’ampleur de la menace des GAFA (les géants du Web que sont Google, Apple, Facebook et Amazon, …), une mobilisation des pouvoirs publics sous l’effet d’une « rhétorique qui s’appuie sur une forme de patriotisme économique » (p. 47). La recherche d’une certaine compétitivité passe, au sein d’un groupe comme Québecor, dont les journalistes ont été interrogés par Arnaud Anciaux, par la rationalisation d’une offre provenant d’un ensemble de supports finalement concentrée en un portail unique, suivant un processus de « centralisation progressive des pouvoirs et de l’organisation du journalisme » (p. 98). Au sein de ce même groupe, Renaud Carbasse, qui a mené des entretiens avec des journalistes et des membres de la direction, remarque ce en quoi l’évolution vers un journalisme développé en direction de sites Web est devenu « multitâche ». Cependant, l’exigence nouvelle de la réalisation de séquences vidéo et l’animation de séances de directs, à l’origine du déroulement de plusieurs conflits sociaux, au sein de Québecor ainsi que de même Gesca, n’a pas permis, en fin de compte, « d’augmenter le nombre de contenus originaux disponibles » (p. 71).

10Cette interrogation approfondie sur le dénombrement et la nature des articles d’information offerts en ligne suscite la mobilisation d’un autre groupe de méthodes dans le cadre de deux recherches, l’une menée par Marc-Olivier Goyette-Côté et Sylvain Rocheleau pour le Québec, suivant une démarche mise au point par Annelise Touboul et Franck Rebillard pour la France. Pour les premiers, l’analyse de près de 600 articles présents sur 300 sites révèle le « rôle structurant important » (p. 89) joué par les infomédiaires, bâtissant des « parcours » au sein de l’« écosystème de l’information journalistique », alors que la production émanant des acteurs indépendants semble se constituer de manière réactive par rapport aux contenus produits par les médias dominants. Pour les seconds, le traitement de plus de 37 000 articles publiés par environ 200 sites conduit à dégager le déséquilibre existant entre la catégorie des « méga-sujets » (p. 227) occupant l’essentiel de la surface médiatique « majoritairement traités de façon très normée et redondante par les médias en ligne et les infomédiaires » et celle des « sujets originaux dispersés au gré des blogues et des sites natifs d’Internet, donc peu visibles ». La conclusion qui en découle, cohérente au regard de la comparaison de la situation des deux pays, doit donc insister sur la nuance d’un « certain pluralisme offert en ligne » (p. 227), mais au caractère très « ambivalent » compte tenu de ces limites de taille.

11L’objectif peut apparaître donc avoir été atteint par Éric George, soucieux d’actualiser la réflexion à propos d’une activité sociale dont l’importance réside dans le fait qu’« être bien informé constitue un élément indispensable pour participer aux choix collectifs et au vivre-ensemble en société » (quatrième de couverture). La référence aurait pu, à ce titre, être mieux développée à l’égard des propositions de Jürgen Habermas insistant sur l’historicité de l’espace public, encore donc aussi profondément mouvante, et, plus encore, des enjeux de sa nécessaire normalisation, à l’heure où des discours hâtifs pourraient conférer aux espérances placées dans les bienfaits de la technologie une sorte de dispense quant au devoir collectif de surveillance des conditions de préservation de l’échange équilibré et pluraliste. Gaëtan Tremblay a raison, quant à cette préoccupation, de rappeler que la simple « étude attentive [des] expériences étrangères » (p. 30) — à laquelle la recherche aurait un concours utile à apporter — ne fait toujours pas partie des prérogatives d’organismes publics responsables de la régulation de ces secteurs. Pourtant, il est vrai que le contexte qui devrait aujourd’hui y inciter tient en la circonstance d’une géographie de la mondialisation, ajoutant aux problèmes de la liberté d’expression les tentatives d’un volontarisme financier fort en faveur de l’industrie culturelle nationale, et dans la circonstance historique d’un moment autorisant néanmoins de mieux en mieux ce bilan des révolutions numériques.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Pradié, « Éric GEORGE (dir.), (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 22 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7108

Top of page

About the author

Christian Pradié

Christian Pradié est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et membre du laboratoire Communication Information Médias (CIM), Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Courriel : cpradie@orange.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org