Skip to navigation – Site map
Lectures

Éric GEORGE (dir.), Anne-Marie BRUNELLE et Renaud CARBASSE (coll.) (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information

Québec, Presses de l’Université Laval
Aïssa Merah
Bibliographical reference

Éric GEORGE (dir.), Anne-Marie BRUNELLE et Renaud CARBASSE (coll.) (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information, Québec, Presses de l’Université Laval

Full text

1Voici un ouvrage dont le titre est déjà provocateur pour avoir réuni trois concepts et pas les moindres : concentration, changements et diversité. La table des matières détaillée et suggestive invite surtout le lecteur initié à revisiter toute une littérature accumulée et stabilisée en revenant sur les notions et les approches traditionnelles et en découvrant leur évolution ainsi que les perspectives actuelles. Interroger cette thématique qualifiée de « surannée » et de « renouvelée » de concentration des médias intervient dans un contexte médiatique reconfiguré. L’ampleur de la reconfiguration de la filière informationnelle a légitimé l’invitation insistante de revisiter une question traditionnelle : qu’entend-on par le pluralisme de l’information ?

2Dans 15 contributions, les auteurs ont rapporté surtout des résultats des enquêtes empiriques menées dans plusieurs pays et paysages médiatiques et informationnels. Partant du principe de l’accumulation des résultats des travaux sur les liens de causalité en sciences humaines et sociales, les contributeurs se refusent « de conclure de manière systématique à l’existence de liens, du moins directs, entre concentration de la propriété, d’une part, et appauvrissement de la diversité des contenus, d’autre part » (p.13).

3En cette ère de généralisation des technologies de l’information et de la communication, de consolidation de la logique marchande dans les économies des médias et de reconfiguration de l’information conquise par la communication, la question du pluralisme de l’information s’impose. L’ouvrage intervient pour mettre en exergue l’apport de cette question, déjà posée à partir de la fameuse typologie des quatre régimes de presse et actuellement rappelée, et qui s’avère être l’une des conditions de la cohésion pour l’évolution de toute société : coexistence harmonieuse, action collective et citoyenneté participative. L’interrogation se justifie par l’importance des enjeux de l’information plurielle dans la garantie de la diversité dans les médias, dans la garantie d’une présence et d’une visibilité suffisantes aux différentes communautés ainsi qu’à leurs idées et à leur culture. 

4D’emblée, le coordonnateur, à titre d’avertissement, souligne que le concept de pluralisme de l’information doit être envisagé au pluriel, car « il n’a pas une seule façon, mais bien plusieurs, d’aborder ce thème » (p. XIII). D’ailleurs, dans cette vision globale du pluralisme, les textes traitent de terrains contextualisés différents et interrogent de nombreux aspects liés au sujet. Le retour chronologique détaillé sur le début des recherches au Centre de recherche interuniversitaire sur la communication, l’information et la société à l’Université du Québec à Montréal et leur mûrissement permet aussi de se renseigner sur les difficultés méthodologiques rencontrées, notamment en ce qui a trait à la légitimation du projet auprès des institutions de financement de la recherche et à l’accès au terrain des groupes médiatiques. 

5Dans sa longue mais pertinente introduction, le coordonnateur de l’ouvrage revient sur plusieurs principes directeurs de la liberté d’expression et de l’exercice démocratique fondés sur « l’importance d’être bien informé » (p.XIII). Le mérite principal de la publication est d’avoir insisté sur le caractère scientifique des résultats de la recherche consacrée aux liens entre la concentration de la propriété des médias, les changements technologiques et le pluralisme de l’information, à l’origine de ce collectif. En effet, 

[l]es recherches ont été basées, d’une part, sur des données qualitatives, reposant sur la réalisation d’études de cas, de monographies couvrant les liens entre concentration de la propriété médiatique et l’organisation du travail journalistique. […] D’autre part, il s’est agi de faire un travail plus quantitatif autour de la notion de redondance de l’information qui a été rendu possible par la création d’un outil de récolte automatisée des contenus d’actualité (p. 12).

6Dans cette logique empirique, les auteurs, essentiellement ceux du Centre de Recherche Interuniversitaire sur la Communication, l’Information et la Société (CRICIS) qui capitalisent pas moins de 12 ans de recherche collaborative et coordonnée, ont toujours explicité leur démarche méthodologique et leurs positionnements épistémologique et théorique. Cette posture scientifique constitue une rupture avec les évidences spéculatives prônées par les approches critiques et positivistes ayant marqué la question du pluralisme de l’information. Privilégiant le constructivisme, les auteurs mettent l’accent sur les épreuves de la construction de la réalité sociale et de l’accès au réel qui déterminent le processus de production de l’infromation à la fois chez les journalistes et chez les acteurs publics concernés.

7Par souci de ne pas répéter les éléments discutés dans l’introduction du coordonnateur ou de les réinterroger, je n’envisage pas de revenir sur chacun des textes. Je retiens surtout l’effort de problématisation, de distanciation et d’objectivation explicité et motivé par les contributeurs. Cette posture méthodologique fondée sur la spécification de l’objet, sur la délimitation spatio-temporelle ainsi que sur la précision des concepts et des échantillons fournit des garanties devant toute précipitation dans les conclusions et les généralisations.

8Conscients de la complexité des éléments contextuels pour l’analyse des cas de concentration et de la difficulté de vérification des corrélations entre les facteurs en connexion mobilisés, bien qu’ils aient adopté des démarches méthodologiques rigoureuses et mixtes, les auteurs sont restés fidèles à leur logique de départ en se refusant la précipitation et la généralisation, et en se montrant hésitants dans leurs conclusions. Les résultats, ou plutôt les enseignements comme préfèrent les désigner les auteurs, sont d’un grand apport pour comprendre les logiques actuelles de fonctionnement des entreprises médiatiques, leurs processus de production, leurs formats reconfigurés et surtout le jeu de pouvoir entre les acteurs propriétaires et les acteurs éditoriaux. Ces enseignements mettent en évidence le poids des changements technologiques qui ont accéléré la professionnalisation des métiers des médias en matière de compétences et restructuré les organisations en aboutissant sur de nombreuses modalités et formes de concentration. Ici, la logique marchande imposée par les changements techniques est mise en avant comme l’aboutissement naturel de la technisation et de la numérisation de la production et de la diffusion. Une piste se creuse : la concentration des propriétés doit aussi être envisagée dans sa logique de professionnalisation et de rentabilisation. D’ailleurs, le contre-modèle économique de la concentration désigné par l’émiettement de la propriété a démontré ses limites devant les logiques des « contrats » entre les petites entreprises médiatiques et les établissements annonceurs.

9S’agit-il d’une hésitation à amplifier les préoccupations portant sur les contenus : pluralisme informationnel ? Certains auteurs insistent sur la posture active des publics usagers en mesure d’imposer le pluralisme à travers la mise en exercice des notions de contrat de lecture et d’interactivité médias-public. D’autres avancent le rôle déterminant des institutions de régulation, des organisations professionnelles et syndicales et de la société civile dans la prise en considération des principes de la responsabilité sociétale des médias et de la diversité médiatique. Il est aussi question d’observer le glissement dans la perception de la concentration d’une menace sociale à une stratégie économique nationaliste et identitaire. Les dilemmes éternels de l’indépendance et de l’intégrité des journalistes devant leur quête de la pluralité et de la diversité informationnelles vérifiées sont aussi aggravés par l’accentuation des contraintes organisationnelles et commerciales. Mais les entretiens de recherche avec des journalistes et d’autres acteurs au sujet du rouleau compresseur de la concentration nuancent clairement les liens directs avec la concentration des propriétés des médias et le manque de pluralité. Les problèmes sont surtout liés aux conditions de production caractérisées par la précarité de l’emploi et la méconnaissance des principes de déontologie régissant le métier.

10Sans vouloir conclure, cette publication permet une maîtrise des aspects inhérents à la concentration des médias : formes de propriété, d’investissement et d’organisation. Elle fournit aussi des retours sur les processus de concentration à partir de cas concrets et situés. En interrogeant le sujet, les contributeurs tiennent à l’état des lieux de la réalité du phénomène et insistent sur une démarche méthodologique toujours hypothético-inductive. Malgré ces remparts scientifiques en observation objectivée de la concentration comme conséquence des changements technologiques dans le fonctionnement des médias et l’exercice du métier, ils demeurent modestes dans leurs résultats, qu’ils soumettent à leur tour directement à l’interrogation.

11Cependant, la question de la régulation des médias légèrement évoquée dans l’ouvrage aurait mérité davantage d’intérêt et d’analyse. La présentation des dispositifs juridiques organisant la filière de l’information et le métier du journaliste serait d’un grand apport pour comprendre leur évolution et la soumettre à l’analyse. Cette piste peu creusée aurait permis de pénétrer et d’expliquer les cas présentés en fonction des différents niveaux de régulation liés à la concentration des médias, aux changements techniques et à la diversité informationnelle : l’exercice du droit à la liberté d’expression pour le journaliste et le droit à l’information, l’exploitation des dispositifs techniques, le mode de gouvernance en économie des médias ainsi que le fonctionnement des institutions de la régulation.

Top of page

References

Electronic reference

Aïssa Merah, « Éric GEORGE (dir.), Anne-Marie BRUNELLE et Renaud CARBASSE (coll.) (2015), Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l’information », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7110

Top of page

About the author

Aïssa Merah

Aïssa Merah est maître de conférences, Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Béjaïa (Algérie). Courriel : merah_aissa@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org