Navigation – Plan du site
Lectures

Gloria AWAD (2016), La pratique professionnelle de communication : organisation et parole vive

Paris, L’Harmattan
Béatrice Donzelle
Référence(s) :

Gloria AWAD (2016), La pratique professionnelle de communication : organisation et parole vive, Paris, L’Harmattan

Texte intégral

1La pratique professionnelle de communication désigne, selon l’auteure, « la codification de la communication dans des modèles et des cadres de parole dans le contexte de l’action organisée » (p. 7). Cette communication est située, nous dit Gloria Awad, et génératrice d’un savoir réutilisable. Se référant à Gaston Bachelard, Awad définit l’« organisation » comme ce qui possède « la marque de l’activité humaine dans ses dimensions réfléchie, industrieuse et programmatrice » (p. 8).

2Cet ouvrage, qui s’adresse aux étudiants, se donne pour ambition de leur permettre de se familiariser avec les pratiques de communication interpersonnelle en contexte professionnel, au sein des organisations. Enseignante-chercheure en sciences de l’information et de la communication, Awad consacre ses recherches au journalisme en tant que médiation, à l’événement journalistique en tant que « forme obstinée », aux interrelations entre objets communicationnels et techniques de communication et, enfin, aux pratiques professionnelles et organisationnelles de communication. C’est dans ce dernier axe que s’inscrit la publication présentée ici.

3Après une brève introduction, l’ouvrage se structure en deux grandes parties. La première est consacrée au monde professionnel de la communication et se subdivise en trois chapitres. Selon une logique en entonnoir, Awad mobilise des outils conceptualisés par les sciences sociales et humaines (sociologie, histoire, anthropologie, sciences du langage, science politique, sémiotique), puis les met en corrélation avec les modèles communicationnels, pour enfin appliquer son raisonnement à la sociologie des organisations et à la communication des organisations. Dans un premier chapitre, intitulé « Pratique et institution : la construction sociale de la réalité », elle mobilise les concepts sociologiques de forme, de technique, d’externalisation, d’objectivation et d’internalisation, pour démontrer que l’homme « est à la fois un produit et un constructeur social » (p. 16). Dans le deuxième chapitre, titré « Communication et organisation : ordre, groupes, réseaux », elle appuie à nouveau son argumentation sur des prémisses empruntées à des historiens (A. Chandler), anthropologues (G. Balandier, J. Barnes, M. Douglas), sociologues (R. Bales, C.H. Cooley, N. Elias, E. Goffman, M. Granovetter, J. March et H. Simon, T Parsons, G. Simmel, G. de Tersac), philosophes (G. Bachelard, G.H. Mead), sémioticiens (A.J. Greimas), sociopsychologues (C. Flament, K. Lewin, J.L. Moreno, C. Rogers) et économistes (C. Barnard), pour démontrer qu’au sein des organisations, les réseaux de communication peuvent être formels et véhiculer des informations liées à l’activité professionnelle, ou être informels et avoir pour fonction de satisfaire les besoins sociaux des individus. Dans le chapitre suivant, consacré à la communication professionnelle comme pragmatique de la parole, elle définit celle-ci comme une technique de communication, codifiée au sein des organisations, et qui n’est pas nécessairement verbale. « Le matériau de base » de la communication professionnelle « est la communication interpersonnelle dans ses différentes dimensions conversationnelle et publique », conclut-elle (p. 78).

4La seconde partie synthétise les approches sémiotique, psychosociologique et mathématique de la communication, offrant ainsi aux étudiants intéressés par la communication en contexte professionnel et organisationnel les outils théoriques nécessaires à l’observation, à la compréhension et à l’analyse de ces pratiques.

5La convocation croisée, tout au long de sa démonstration, de concepts issus des diverses sciences sociales et humaines permet à l’auteure de proposer une analyse originale et argumentée des pratiques communicationnelles en contexte professionnel. « La communication de marque et d’institution est une ingénierie de la représentation », écrit-elle par exemple (p. 29). Si, dans l’ensemble de l’ouvrage, le propos est clair, bien structuré, synthétique, il est parfois trop dense en concepts et références théoriques pour être aisément assimilé par un lectorat étudiant spécialisé dans l’une des grandes disciplines des sciences humaines et sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Donzelle, « Gloria AWAD (2016), La pratique professionnelle de communication : organisation et parole vive », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7120

Haut de page

Auteur

Béatrice Donzelle

Béatrice Donzelle est rattachée au Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques, de l’Institut universitaire de technologie de Mulhouse, Université de Haute-Alsace. Courriel : beadonzelle@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org