Navigation – Plan du site
Lectures

Christine HÉBERT (2014), Les duggies et Internet. Étude d’une communauté virtuelle d’admirateurs

Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Autour de l’événement »
Arthur Renault
Référence(s) :

Christine HÉBERT (2014), Les duggies et Internet. Étude d’une communauté virtuelle d’admirateurs, Québec, Presses de l’Université Laval, Coll. « Autour de l’événement »

Texte intégral

1Les travaux empiriques ayant trait aux fans sont très développés dans les pays anglo-saxons ainsi que dans les pays francophones (Le Bart, 2004 ; Le Guern, 2009 ; Maigret, 2000 ; Pasquier, 2002 ; Segré, 2014 par exemple). Cependant, cette sociologie des fans ne s’est que très peu penchée sur le cas des communautés virtuelles d’admirateurs et plus particulièrement sur les pratiques et les interactions des membres de celles-ci. Christine Hébert propose dans Les duggies et Internet. Étude d’une communauté virtuelle d’admirateurs de décrypter ce phénomène par l’intermédiaire de l’étude du forum DugOnline (acronyme issu de la série Dans une galaxie près de chez vous) créé en 2004 et de ses utilisateurs, les duggies.

2Cet opuscule, issu d’un mémoire de maîtrise en ethnologie et patrimoine à l’Université Laval, se divise en trois chapitres. Le premier permet une contextualisation du phénomène duggies. Le deuxième se concentre sur le fonctionnement du forum, alors que le troisième s’attache à étudier les interactions sociales en ligne et hors ligne des duggies. Ces trois chapitres permettant ainsi de faire un tour d’horizon complet des répercussions que ce phénomène a eues sur la vie des membres de cette communauté et des conséquences sur l’agir de ces admirateurs.

3Hébert amorce sa réflexion en dressant les contours de son objet de recherche, à savoir le forum DugOnline. Pour cela, l’auteure a fait le choix d’ethnographier « l’univers des duggies » afin d’analyser le développement et la structuration de ce forum ainsi que les trajectoires biographiques et les pratiques des membres. Le terme duggies désigne les fans de Dans la galaxie près de chez vous. Il s’agit d’une série, puis de films parodiques de science-fiction qui connurent un grand succès au Québec dans les années 2000. L’auteure constate au cours de son analyse que les duggies forment une communauté soudée par des valeurs et des règles communes. En effet, la définition du duggie est un enjeu central de légitimation puisque celui-ci « aura écouté la série, […] aura réécouté la série en DVD, […] fera des liens entre la série et la vie de tous les jours, [et] essaiera de convaincre son entourage d’écouter la série » (p. 14), et ce, pour être considéré comme fan de la série et par conséquent membre légitime de la communauté. De plus, Hébert souligne qu’il existe plusieurs degrés de « duggisme » comme « le cosplay, l’écriture de fanfictions ou le placardage d’affiches dans sa chambre » (p. 15). Ainsi, le véritable duggie sera celui qui connaît, qui sait, car il aura vu et revu la série, contrairement au non-fan désigné par le nom de « Kiki », celui « qui qui ne sait pas ça » (p. 15).

4Dans le deuxième chapitre, l’auteure aborde le fonctionnement du forum et l’appropriation de celui-ci par les membres. Elle décrit cette appropriation comme une quête initiatique qui comporte plusieurs étapes. La première est la « découverte » du forum : celle-ci s’effectue le plus souvent au cours d’une navigation sur le Web à la recherche d’informations concernant la série ou les films. La deuxième étape est l’« inscription », qui peut prendre du temps. À titre d’exemple, une personne a mis « six mois avant de s’inscrire, puisqu’elle constatait que les gens du forum semblaient se connaître » (p. 26). Selon l’auteure, cette situation « [a] pu intimider plusieurs personnes lors de la découverte du forum » (p. 26). Enfin, la troisième étape est l’« intégration ». Hébert souligne à ce propos que « plus le forum existe depuis longtemps plus le temps d’intégration s’allonge pour le nouveau membre » (p. 27). Les membres ayant le plus d’ancienneté jouent alors le rôle d’intégrateur pour les nouveaux arrivants. Le nouveau membre doit ensuite « faire sa place sur le forum » (p. 28), et ce, de plusieurs manières, soit en prenant part à une discussion préexistante, soit en créant un nouveau topic. Par ailleurs, l’auteure insiste sur le fait que chez les nouveaux membres du forum, il y a une volonté clairement affichée de participer activement aux discussions ainsi que de s’engager pleinement dans les activités du forum, notamment en intégrant ou en créant des groupes selon les affinités des membres. Le forum se révèle donc être un lieu de sociabilité et de socialisation qui « peut aller au-delà de la série télévisée Dans une galaxie » (p. 29). Il peut « même être comparé à un laboratoire social, c’est-à-dire un lieu où les membres peuvent expérimenter des interactions sociales entre eux, tout en développant de nouvelles amitiés » (p. 30). Cette socialisation permet également la structuration d’un espace de création par l’intermédiaire de la rédaction de fanfictions. Elle permet aussi l’apparition de « cultes » et de « rites », comme la « Saint-Bernard-Legault en hommage aux auteurs de la série (Claude Legault et Pierre-Yves Bernard) » (p. 89) ou le « DOFOT » (Dug-o-film-o-thon) qui consiste en « l’écoute intensive de tous les épisodes de la série, suivie de celle des films » (p. 79).

5Dans le troisième et dernier chapitre, l’auteure s’intéresse aux interactions sociales des membres du forum aussi bien en ligne que hors ligne. Il s’agit plus précisément pour Hébert d’analyser la « microsociété » formée par DugOnline. En effet, malgré les années qui passent et le passage à l’âge adulte des duggies, le lien social persiste et donne parfois lieu à des rencontres in real life. L’auteure donne deux exemples : « le salon du livre de Québec » (p. 60) et l’organisation d’un shower duggie. Grâce à ces rencontres, « les membres du forum ne sont plus seulement liés par une série culte, ils sont aussi liés par les événements de la vie » (p. 76-77). Hébert souligne par ailleurs que les membres de DugOnline se rencontrent aussi de façon « informelle », mais toujours dans le « monde virtuel », notamment en utilisant « un logiciel de clavardage MSN Messenger » (p. 77).

6On pourrait conclure cette note de lecture en regrettant le fait que Christine Hébert ne s’est pas davantage appuyée sur la sociologie des communautés virtuelles. Cela aurait permis une mise en perspective théorique et analytique plus profonde. Par ailleurs, mais il s’agit peut-être d’un choix éditorial, l’organisation du troisième chapitre aurait gagné en pertinence et en cohérence si les éléments concernant les « cultes » et les « rituels » avaient été abordés dans le deuxième chapitre.

7Le grand mérite de cet ouvrage est de tordre le cou à de nombreux lieux communs tout en permettant au lecteur d’appréhender les usages et les pratiques des membres d’une communauté fondée dans un espace virtuel. Plus largement, l’auteure a réussi à décrypter les nuances et les subtilités des communautés virtuelles d’admirateurs en tant qu’objet d’étude afin d’en souligner la valeur heuristique. Hébert a également su envisager dans cet ouvrage le fan comme producteur ainsi que comme acteur. Cela a permis de mettre à distance la notion de culte pour replacer le fan dans une conception active de ses propres activités. Les duggies et Internet n’est donc en rien destiné à disparaître dans les méandres des bibliothèques universitaires. Bien au contraire, cet ouvrage apparaît comme une source de réflexions stimulantes à la fois pour les apprentis chercheurs ainsi que pour les chercheurs confirmés.

Haut de page

Bibliographie

LE BART, Christian (2004), « Stratégies identitaires de fans. L’optimum de différenciation », Revue française de sociologie, 45(2) : 283-306.

LE GUERN, Philippe (2009), « “No matter what they do, they can never let you down…”. Entre esthétique et politique : sociologie des fans, un bilan critique », Réseaux, 153 : 19-54.

MAIGRET, Éric (2000), « Religion diffuse ou dissolution du religieux : la question des “fans” des médias » dans Pierre BRECHON et Jean-Paul WILLAIME (dir.), Médias et religions en miroir, Paris, Presses universitaires de France, p. 217-228.

PASQUIER, Dominique (2002), « “Une nouvelle amie”. Le héros télévisuel comme promesse d’amour » dans Philippe LE GUERN (dir.), Les cultures médiatiques. Culture fan et œuvres cultes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 219-232.

SEGRÉ, Gabriel (2014), Fans de… Sociologie des nouveaux cultes contemporains, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Renault, « Christine HÉBERT (2014), Les duggies et Internet. Étude d’une communauté virtuelle d’admirateurs », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7121

Haut de page

Auteur

Arthur Renault

Arthur Renault est doctorant en science politique au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE-Arènes) et de l’Institut d’Études Politiques de Rennes (Sciences Po Rennes), Université de Rennes 1. Courriel : arthur.renault@ymail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org