Navigation – Plan du site
Lectures

Nathalie HEINICH (2017), Des valeurs. Une approche sociologique

Paris, Gallimard
Bertrand Labasse
Référence(s) :

Nathalie HEINICH (2017), Des valeurs. Une approche sociologique, Paris, Gallimard

Texte intégral

1Les valeurs sont un peu aux sciences sociales ce que la matière noire est aux sciences de l’univers. On subodore qu’elles sont partout. On en a besoin pour expliquer les positions et les dynamiques que révèlent les observations. Mais les tentatives en vue d’en percer la nature n’ont jamais permis de les caractériser d’une façon réellement généralisable.

2C’est dire que, dans un domaine éditorial assez avare d’« évènements littéraires », l’ouvrage de Nathalie Heinich est sans doute ce qui s’y apparente le plus. Cet imposant défi, en effet, la sociologue est particulièrement bien placée pour le relever. Outre que les recherches qu’elle a consacrées depuis un quart de siècle à la sociologie de l’art et de la culture n’ont cessé de l’y confronter — « la plupart, résume judicieusement la quatrième de couverture, traitent directement ou indirectement de la question des valeurs » —, ses réflexions sur la neutralité des sciences sociales ou l’ambivalence des luttes identitaires l’ont familiarisée avec d’autres faces du problème, tant par leur objet que par les déterminants de leur propre réception. Ainsi, et surtout depuis l’article programmatique où elle soulignait, il y a 10 ans déjà, la fragmentation du thème des valeurs et la « pauvreté de ses conceptualisations » (avant d’en esquisser un plan d’attaque sociologique), l’affrontement final entre Heinich et le problème des valeurs était attendu avec appétit. Non seulement pour le beau spectacle qu’annonçait l’affiche, mais aussi en raison de ses enjeux analytiques dans de nombreux domaines, en particulier dans le champ de la communication où les considérations axiologiques saturent tous les phénomènes (et souvent leur interprétation), depuis les explosions d’indignation des réseaux sociaux jusqu’à la structuration et à la réception des discours politiques ou managériaux, en passant par les débats sur la déontologie journalistique, les normes publicitaires ou la juste appréciation des produits culturels.

  • 1 Dans le débat sans indulgence qui oppose les tenants de la sociologie « compréhensive » et ceux de (...)

3Introduite justement dans cette perspective — « Notre actualité quotidienne regorge de controverses, d’opinions qui s’affrontent, de débats récurrents » (p. 11) —, la démarche annoncée est déterminée et explicite. Résumant très sommairement les difficultés révélées par les entreprises antérieures, Heinich entend esquiver à la fois l’essentialisme qui réifie les valeurs en les ramenant à des propriétés intrinsèques, le moralisme qui les hiérarchise en soupesant leurs vertus respectives, le pyrrhonisme qui les invalide sur la base de leur relativité culturelle ou contextuelle, et le conflictualisme qui les réduit à des instruments de domination symbolique : « […] c’est en s’intéressant à ce que sont les valeurs “pour soi”, autrement dit pour les acteurs, que la sociologie peut nous éclairer. Cet ouvrage parlera donc de la relation que les acteurs entretiennent avec les valeurs et de l’usage qu’ils font de leurs évaluations » (p. 16). S’il bride nécessairement ainsi sa capacité à interpréter1, le projet dépasse nettement celui d’un inventaire empirique : il s’agit sur cette base de ne construire rien de moins qu’une « grammaire » des valeurs en explicitant non seulement leurs catégories et leurs emboîtements, mais aussi les règles combinatoires que suppose l’expression d’un jugement de valeur socialement recevable.

  • 2 Certains, comme au Luxembourg ou au Québec, prescrivent tout au plus de distinguer faits et comment (...)

4La perplexité que provoque la première partie du livre est à la hauteur des attentes qu’il suscitait. Ainsi une distinction initiale sépare-t-elle sur une base purement formelle les expressions de valeur qui recourent à une mesure (prix, étoiles…), à « des mots » ou à des signes comportementaux (expressions, ton de la voix…) : « Ces trois catégories de marqueurs ou, si l’on préfère, de formes d’attribution de la valeur sont donc respectivement des mesures, des jugements et des attachements » (p. 26). On comprend le souci d’éviter le piège des prénotions en examinant les appréciations telles qu’elles se manifestent, mais l’impression n’en demeure pas moins celle que laisserait un bibliothécaire ou un biologiste classant livres ou plantes en fonction de leurs couleurs. De même, l’équivalence établie entre opinion et jugement, excluant sans la discuter la possibilité d’une gradation assertive (voire l’existence d’autres nuances pertinentes), est un peu inattendue. Mais moins — toujours par exemple — que l’assertion selon laquelle « [u]ne première catégorie de professionnels astreints au silence sur leur opinion est celle des journalistes : leur déontologie leur impose un souci d’objectivité qui est à l’opposé de l’opinion, foncièrement subjective » (p. 55). Outre que l’emprise réelle d’une telle astreinte semble assez difficile à confirmer empiriquement, elle est inconnue des chartes et des codes qui formalisent la déontologie en question2.

  • 3 On essayera aussi de s’en abstenir par la suite, mais est-il par exemple possible de soutenir que « (...)

5Si perplexité il y a, et profonde, c’est que l’auteure peut très difficilement être soupçonnée de naïveté ou de légèreté sur de tels points : plus l’on est tenté d’en soulever, et il n’en manque pas, plus se creuse le sentiment de mécomprendre le projet de cette longue approche. De fait, elle se donne mieux à lire, ou à parcourir, comme une patiente acculturation au thème, menée avec la simplification résolue d’une institutrice bienveillante. Considérer par exemple les quatre « fonctions » attribuées à la prise d’opinion (« normalisation », « socialisation », « distinction » et « fonction identitaire ») comme un jalon heuristique plutôt que comme une hypothèse scientifiquement construite les soustrait au jugement et permet ainsi de poursuivre sans plus couper les cheveux en quatre3. On peut certes regretter que l’ouvrage, compte tenu de son ambition, n’ait pas plutôt débuté par l’examen systématique des propositions déjà disponibles sur le marché des idées — ce qui aurait pu être tout aussi didactique —, mais du moins était-on (plus ou moins) prévenu : « Ce n’est pas en s’engageant dans les controverses que le sociologue peut en éclairer les tenants et les aboutissants, mais, au contraire, en se détachant de tout jugement de valeur personnel, pour s’intéresser aux jugements de valeur des acteurs qu’il étudie » (p. 17).

6Le livre proprement dit commence, au terme de ces 130 pages de prolégomènes, par la décantation des trois sens principaux attribués au mot « valeur ». Le troisième, la « valeur-principe » en vertu de laquelle des entités se voient attribuer de la valeur (sens 1) ou, à l’instar de la famille ou du travail, sont intrinsèquement créditées d’une appréciation positive (sens 2), est, en amont des deux autres, la cible principale de l’analyse : quels sont donc ces principes supérieurs, qui organisent les évaluations axiologiques opérées par les acteurs mais qui « ne se réduisent nullement à la dimension morale » (p. 197) ? Outre que ces valeurs sont créditées d’une étendue dans le temps et l’espace qui les rend « à peu près communes aux participants d’une même culture » (p. 201) et ne relèvent pas de décisions, elles ne réclament pas de justifications au-delà d’elles-mêmes (on discutera de la beauté ou non d’une œuvre, voire de la pertinence de ce critère dans tel ou tel contexte, mais pas de la valeur intrinsèque de la beauté). Soulignant la multiplicité et la variabilité contextuelle de telles valeurs (authenticité, originalité...), Heinich distingue par ailleurs leur caractère « privé » ou « public » (indicible ou revendicable), somme toute assez voisin du couple illégitime/légitime de la sociologie positionnelle, mais aussi leur ambivalence, qui veut qu’un même principe puisse selon les cas être mobilisé de façon appréciative ou dépréciative (minutieux/laborieux, intègre/rigide), et enfin leur différence de portée — certaines étant facilement invoquées dans des contextes variés, d’autres l’étant dans un spectre de situations plus restreint. Elle distingue sur cette base des « valeurs fondamentales » et « contextuelles », en les appuyant toutefois sur une propriété moins fluctuante : les premières, contrairement aux secondes, sont toujours positives dans un même contexte. Ainsi l’authenticité en matière patrimoniale ne peut-elle être qu’appréciée, alors que la rareté ou l’originalité ne le seront pas forcément (atypicité, bizarrerie...).

7Bien qu’elles soient alimentées par des connaissances de terrain indiscutables et structurées de façon assez séduisante (sans être invulnérables au pinaillage), ces observations ne sont pas exactement des révélations. Mais un tel défrichage conceptuel permet dès lors de s’attaquer au défi principal : reconstituer la pyramide des étapes selon lesquelles se déploie un acte évaluatif, en partant des propriétés concrètes de l’objet, qui sont en grand nombre, pour aller vers les différentes catégories d’outils cognitifs commandant l’évaluation, de plus en plus abstraits et de moins en moins nombreux (p. 225).

8Cette reconstitution remonte successivement des « prises » (les signes de valeur perceptibles par exemple dans une œuvre ou un bâtiment) aux « critères » ou « qualités », caractéristiques appréciatives plus générales et communicables (telles que la justesse du ton ou des proportions), puis des critères aux « valeurs », familles de qualités généralement implicites mais mobilisables en cas de controverse (par exemple l’authenticité, la significativité...). En somme, on perçoit les « prises » qu’offre l’objet, on expose les « critères » de son jugement, lesquels mettent en jeu des « valeurs » supposées évidentes et néanmoins explicitables. Cependant, l’abondante moisson des valeurs recueillies sur les terrains de l’art et du patrimoine ne prétend pas à l’exhaustivité, et ce, d’autant moins que des domaines différents — on pense évidemment à celui des médias — en apporteraient sans doute d’autres. En revanche, les apparentements de beaucoup de ces valeurs permettent de les regrouper dans des catégories plus abstraites, les « registres de valeurs ». Cette reconstruction conduit Heinich à proposer 16 catégories englobant chacune un nombre indéfini mais non illimité de valeurs : pureté, authenticité, propreté, intégrité, sincérité se rejoignent ainsi dans le registre du « pur », utilité ou commodité dans celui du « fonctionnel », de même que sécurité (mais pas protection, affectée pour sa part au registre « domestique »). Reste une poignée de valeurs, et non des moindres, qui refusent de se laisser assigner à un registre ordinaire. Certaines, comme la rationalité (ou cohérence) et la justice (ou équité) présentent la particularité d’être mobilisables dans tous les contextes et d’être toujours univoques, ce qui leur vaut une position autonome et surplombante dans la typologie des registres. D’autres, comme l’originalité et la rareté sont également ubiquitaires, mais elles sont ambivalentes selon les contextes et ne suffisent pas à conférer de la valeur aux objets : transversales, elles seront considérées comme des valeurs modulatrices qui renforcent ou atténuent les autres en fonction du régime de qualification (singularité ou universalisme) dans lequel elles s’appliquent.

9Comment la nomenclature que l’on vient de présenter sommairement manifeste-t-elle sa propre valeur ou, comme le pose plus simplement l’auteure, « [à] quoi peut bien servir notre grammaire axiologique ? » (p. 276). Elle sollicite d’abord ce que l’on reconnaîtra facilement comme le « registre épistémique » (valeurs constitutives : vérité, connaissance, savoir…) : « La première réponse est qu’elle sert à savoir. Et pour peu que l’on considère que le savoir est une valeur en soi, la réponse peut s’arrêter là : notre entreprise est justifiée. » On ne saurait imaginer de meilleure raison, mais elle tire l’attention sur la force contraignante de la preuve : dans quelle mesure et comment « sait-on » dorénavant ce qu’il en est des valeurs ?

  • 4 En atteste un propos rapporté dans Heinich (1998, p. 209).
  • 5 Que dire de la liberté, qui ne trouve en fin de compte nulle part où se poser ? Ou du couple détach (...)

10Il est à cet égard heureux que la chercheure ait souligné toutes les deux pages la nature strictement sociologique de sa démarche, car le lecteur distrait, ou remarquant au contraire son recours à la quasi-totalité des sources les plus classiques de l’abstraction scientifique (intuitives, spéculatives, introspectives, fictionnelles, anecdotiques...), aurait pu ne pas s’en aviser. On soupçonne que cette insistance identitaire est en partie à usage interne, la revendication du soi et la disqualification du non-soi étant une figure traditionnelle de la légitimation sociologique, d’autant plus requise que l’on s’éloigne plus de l’observation de terrain. Mais la posture n’est pas pour autant une imposture. Outre la culture disciplinaire qui l’imprègne, le modèle présenté couronne comme on le sait plus de 20 ans de recherches empiriques, dont il tire la plus grande partie de ses hypothèses et de ses exemples. Dont il hérite, aussi, sa démarche épistémologique : remonter des discours des acteurs à la reconnaissance d’entités axiologiques communes. Pour autant, l’approche dont il tire sa force dessine aussi ses limites : celles de la possibilité effective d’induire directement des jugements recueillis une nomenclature générale des valeurs (le prétendre, pour le coup, aurait tourné à l’imposture). Heinich en est bien consciente, qui admet que, pour regrouper les valeurs exprimées en registres, « le sociologue ne peut que reconstituer inductivement et intuitivement » (p. 246). Mais même en amont de cette opération assez philosophique, et même en acceptant de définir les valeurs comme ce qu’expriment les acteurs (« l’intelligence, c’est ce que mesure mon test », selon le mot prêté à Binet), leur recueil implique plus qu’une extraction passive. On peut par exemple s’interroger sur ces « valeurs privées » dont la caractéristique principale résiderait justement dans le fait d’être tues. Ou sur la disparition d’un candidat à la valeur telle que l’intérêt : n’aurait-il jamais été rencontré dans les jugements (il l’a bel et bien été4), ou « le sociologue » aurait-il décidé de lui dénier ce statut (ce qui serait justifiable, mais pas sans menacer par analogie d’autres valeurs inventoriées) ? Des interrogations de ce genre5 n’invalident pas la portée de la nomenclature proposée. Elles appellent toutefois des compléments — précisions ou ajustements — que l’ampleur du chantier rendait sans doute inévitables à ce stade, mais qui sont peut-être inépuisables dans l’absolu.

  • 6 « Une réflexion commune, appuyée à la fois sur notre expérience et sur nos lectures, nous a permis (...)

11Bref, on ne « sait » toujours pas ce que sont les valeurs, si l’on prend ce verbe dans son acception scientiste, mais du moins le sait-on certainement plus qu’avant, et sous un angle, sinon définitif, du moins éclairant, ce qui est déjà considérable. De ce point de vue, le fait qu’Heinich n’a pas hésité à enrichir son inventaire par de multiples modalités d’accès au réel et à le structurer grâce à un important travail réflexif de clarification ou d’interprétation est bien à porter au crédit de l’ouvrage (en tout cas dans un champ interdisciplinaire). De même, s’aviser que bien des registres définis ici ressemblent furieusement aux valeurs de l’art antérieurement arrêtées dans le cadre d’une réflexion collective par Heinich et plusieurs de ses collègues6 compromet un peu (dans le registre de la « pureté ») l’image d’une nomenclature exsudée du terrain, mais renforce en contrepartie la crédibilité de celle-ci en révélant le long processus de mûrissement conceptuel duquel elle est parallèlement issue.

12Le second ordre d’évaluation sollicité par l’auteure relève dans une certaine mesure du registre « fonctionnel » : l’approche exposée « donne des outils pour élucider les moments de crise évaluative » (p. 276). Non moins judicieux que le premier, il dirige cette fois l’attention sur la puissance analytique de l’instrument proposé. Si, en effet, cette nomenclature est plus qu’une terminologie raisonnée, elle se doit de le montrer en offrant plus qu’une paraphrase normalisée des jugements ordinaires : analyser par exemple les éruptions d’indignation que rencontrent de plus en plus fréquemment les humoristes comme des oppositions entre le « registre éthique » (valeurs : charité, sollicitude, décence, respect…) et « le registre ludique » (valeurs : humour, distanciation…) n’offrirait pas un gain d’intelligibilité spectaculaire par rapport au sens commun.

  • 7 C’est par exemple le cas du cinéma, dont l’ambivalence entre industrie et création est bien connue, (...)

13Appliquant donc son appareil à divers matériaux susceptibles de le mettre en valeur, la chercheure obtient des résultats appréciables plutôt que renversants. La démonstration établit surtout l’intérêt descriptif d’une nomenclature de ce type : permettant d’aborder avec une même grille de référence des situations assez variées, elle aide notamment à remarquer des analogies sous-jacentes ou, au contraire, à noter qu’un registre de valeurs qui aurait semblé pertinent n’a pas été invoqué, ou encore à s’aviser que certains registres se combinent plus facilement que d’autres dans une argumentation. Cette approche relève en outre des pistes stimulantes, par exemple l’idée selon laquelle un objet est d’autant plus susceptible de susciter un conflit d’appréciations qu’il se situe à l’intersection de plusieurs domaines présentant des prévalences axiologiques différentes7 ou la proposition, cohérente avec la « montée en généralité » relevée sous un autre angle par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), que le passage des désaccords portant sur les critères ou les valeurs aux désaccords mettant en jeu les registres de valeurs correspond à une gradation de la gravité des dissensions.

14Tout cela suffit en soi à rendre cette cartographie axiologique hautement recommandable à tous ces étudiants de second ou troisième cycle que leur problématique amène à s’égarer imprudemment dans le labyrinthe des valeurs. Signalons-leur incidemment une valeur non répertoriée mais cruciale dans leur cas : la citabilité élevée de cet ouvrage, dans laquelle le registre « réputationnel » (renom, réputation, visibilité…) pèse aussi son poids.

15Pour autant, sa fonctionnalité analytique ne peut, en l’état, dépasser les limites inscrites dans sa construction empirique et compréhensive. Ayant — en principe — rejeté les catégorisations ou les interprétations préalables au profit de ce que les acteurs veulent bien livrer, il se trouve peu à même d’expliquer les rouages de ce qu’il expose, si ce n’est par l’intervention du « contexte », opérateur ubiquitaire (il est mentionné plus de 100 fois) mais indistinct. S’interdisant de soupeser les motivations, conscientes ou non, qui peuvent orienter les appréciations, cette approche des valeurs contraste sur ce point avec nombre d’autres. En particulier, ostensiblement, avec le système positionnel de Pierre Bourdieu, dont l’hégémonie conceptuelle a été justement réévaluée, mais dont le principe de distinction (même remodelé au vu de l’hybridation contemporaine des préférences culturelles) est loin d’avoir perdu toute fonctionnalité explicative.

16Au bout du compte, il s’agit bien d’une grammaire des valeurs — au sens descriptif du terme — ou du moins des fondations d’une grammaire (si l’on considère que les « règles » combinatoires de l’énonciation axiologique n’y sont encore qu’esquissées), mais non d’une rhétorique des valeurs, qui n’était pas promise et ne sera pas livrée.

  • 8 Pour un exemple parmi d’autres, voir la polémique suscitée par l’« aveu » du critique Dan Kois (201 (...)

17Si l’on souhaite aborder la complexité multifactorielle des phénomènes communicationnels, cette nomenclature peut être précieuse. Elle présente cependant un risque — négligeable sans doute du point de vue sociologique mais considérable au-delà —, celui d’aplatir sous sa perspective les catégories qu’elle a tirées des jugements exprimés. Quitte par exemple à glisser finalement que, dans bien des cas, « l’éthique apparaît comme hiérarchiquement supérieure à l’esthétique » (p. 322), quoiqu’ils siègent côte à côte dans le tableau des registres de valeurs. Se pourrait-il donc qu’ils ne soient pas commensurables ? La question tend dangereusement vers cette philosophie, à laquelle la sociologue entend justement arracher les valeurs. D’où, peut-être aussi, l’enrôlement forcé de l’« aesthésique » (plaisir, gourmandise, sensualité...) parmi les registres de valeurs, lequel tourne le dos à la vieille mais utile distinction entre jugement d’agrément et jugement de valeur. L’ennui, c’est qu’en réduisant l’hédonisme au rang banal de famille de valeurs sur la seule base de sa mention par des acteurs — probablement rare s’il s’agit d’experts en art contemporain et de conservateurs du patrimoine —, cette classification rend aveugle, par exemple, à la nature de la tension, largement attestée empiriquement8, que connaît la critique cinématographique entre le plaisir (critique de consommation) et la valeur artistique en général (critique axiologique). Ou encore aux bouleversements qu’entraîne la collision, sur les sites en ligne, des jugements d’agrément — jusqu’alors privés et non disputables — et des jugements de valeur. Et, plus généralement, à la désagrégation des préférences et des hiérarchies culturelles, dont témoignent les enquêtes sur les pratiques et dont la dialectique de la pertinence cognitive ainsi que des valeurs symboliques pourrait être un moteur fondamental. Toutefois, la question du statut et de la nature de l’appréciation hédonique tend moins vers la philosophie que vers une perspective épistémologique beaucoup plus malséante, celle de la psychologie. Il est donc compréhensible que cette « approche sociologique des valeurs » n’en veuille rien savoir. Comme il est, selon la même logique, légitime qu’un bilan des recherches expérimentales sur la psychologie de l’intérêt (Silvia, 2006) mentionne simplement parmi les déterminants de celui-ci les « dispositions personnelles » (comprendre : les valeurs), aux côtés de facteurs tels que le suspense : lorsque les angles de vue disciplinaires changent, change aussi ce que leur perspective écrase avec désinvolture.

18Mais dans un champ interdisciplinaire censé être moins concerné par les revendications territoriales que par l’intelligibilité des objets auxquels il se consacre, Des valeurs n’apportera que ce qu’il peut apporter : beaucoup, mais pas assez.

Haut de page

Bibliographie

BOLTANSKI, Luc et Laurent THÉVENOT (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

HEINICH, Nathalie (1998), Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit.

HEINICH, Nathalie, Jean-Marie SCHAEFFER et Carole TALON-HUGON (2014), Par-delà le beau et le laid. Enquêtes sur les valeurs de l’art, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

KOIS, Dan (2011), « Reaching for culture that remains stubbornly above my grasp », New York Times, 1er mai, p. MM52.

LAHIRE, Bernard (2001), « Les limbes du constructivisme », Contretemps, 1 : 101-112.

SILVIA, Paul J. (2006), Exploring the Psychology of Interest, New York, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Dans le débat sans indulgence qui oppose les tenants de la sociologie « compréhensive » et ceux de la sociologie « critique », cette approche a été flétrie comme une démission : « […] il s’agit de se contenter de répéter, de commenter dans le même registre de vocabulaire, les propos tenus par les acteurs sur leurs pratiques en mettant en œuvre une sorte d’herméneutique du sens commun » (Lahire, 2001 : 102).

2 Certains, comme au Luxembourg ou au Québec, prescrivent tout au plus de distinguer faits et commentaires, mais d’autres, comme en France, ignorent purement et simplement la question, tandis que la charte européenne de Munich assigne même aux journalistes le devoir de « défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique ».

3 On essayera aussi de s’en abstenir par la suite, mais est-il par exemple possible de soutenir que « le mot même d’“axiologie” reste quasi inconnu, sauf de quelques spécialistes » (p. 174), alors que tout étudiant de premier cycle a entendu parler de la neutralité axiologique wébérienne, d’ailleurs vaillamment défendue par l’auteure ?

4 En atteste un propos rapporté dans Heinich (1998, p. 209).

5 Que dire de la liberté, qui ne trouve en fin de compte nulle part où se poser ? Ou du couple détachement/implication, etc. ?

6 « Une réflexion commune, appuyée à la fois sur notre expérience et sur nos lectures, nous a permis de dégager une liste de ces valeurs qui reviennent de façon récurrente dans l’expérience de l’art : outre la beauté, nous avons identifié l’authenticité, l’autonomie, la célébrité, la cherté […], la moralité, l’originalité, la pérennité, le plaisir, la rareté, la responsabilité, la significativité, le travail, l’universalité, la virtuosité » (Heinich, Schaeffer et Talon-Hugon, 2014 : 7).

7 C’est par exemple le cas du cinéma, dont l’ambivalence entre industrie et création est bien connue, mais dont le statut d’« objet frontière » n’avait pas été généralisé comme le permet ce niveau d’abstraction.

8 Pour un exemple parmi d’autres, voir la polémique suscitée par l’« aveu » du critique Dan Kois (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Labasse, « Nathalie HEINICH (2017), Des valeurs. Une approche sociologique », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 19 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7127

Haut de page

Auteur

Bertrand Labasse

Bertrand Labasse est professeur aux Départements de français et de communication, Université d’Ottawa. Courriel : labasse.b@pressetech.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org