Navigation – Plan du site
Lectures

Daniel JACOBI (2016), Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition

Dijon, OCIM
Pierre Gosselin
Référence(s) :

Daniel JACOBI (2016), Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition, Dijon, OCIM

Texte intégral

La présence des textes dans les expositions est primordiale. Certes les expositions sont faites pour faire découvrir des œuvres, des collections, des idées ou mieux des concepts. […] Les textes affichés, parce qu’ils prennent appui sur notre plus performant outil de communication et d’échange — notre langue —, constituent depuis toujours la première des aides à l’interprétation (p. 7).

1Ainsi débute cet ouvrage qui, en moins de 100 pages, constitue un manuel clair et précis d’aide à la réalisation de textes d’exposition. Il est constitué de cinq grands chapitres que nous allons parcourir.

2L’inventaire des textes d’exposition. L’auteur distingue trois grands types de textes : les endotextes (intégrés au discours de l’exposition), les exotextes (par exemple les dépliants, les guides) et les textes électroniques, qui sont à la fois des endotextes et des exotextes.

3Les étapes de la production de l’écrit. À l’étape de la rédaction proprement dite, le rédacteur doit tenir compte du fait que les visiteurs d’une exposition ne lisent pas tous de la même façon : certains consultent simplement un titre, alors que d’autres lisent l’intégralité de l’étiquette. La dernière étape de production de l’écrit est de réviser les textes, pour vérifier aussi bien l’orthographe que la « cohésion des textes en lissant les contenus et en réglant la question du point de vue de chaque auteur » (p. 31).

4La lisibilité des textes d’exposition. À cette étape, on tient compte à la fois de l’emplacement des textes, du choix de la titraille (on souligne que « titrer un texte long et le munir d’intertitres renforcent sa lisibilité », p. 34), de la quantité d’informations offertes et, surtout, de l’ordre des informations. Ainsi, « on recommande de placer l’idée essentielle à la fin du texte » (p. 39). Le rédacteur devra également tenir compte de ce « qu’on appelle les parcours de lecture » (p. 41), sachant que chaque visiteur a sa propre façon d’appréhender les textes.

5L’édition et la mise en place des textes d’exposition. Cette étape commence par l’établissement de la charte graphique (choix de la typo, couleur de texte, etc.) qui impose une cohésion à l’ensemble de l’écrit. C’est ici qu’intervient le travail du graphiste, qui a « pour but de hiérarchiser l’information et d’orienter ou guider le travail du lecteur » (p. 55). Ensuite, il convient de placer correctement les textes. L’auteur propose de nombreuses illustrations montrant à la fois les contraintes matérielles et physiques de la lisibilité. Il conclut son chapitre par un résumé des recommandations.

6La lecture et les lecteurs des textes d’exposition. À la question « Avez-vous lu les textes de l’exposition ? », seul un petit nombre de personnes interrogées répond par l’affirmative (de 10 à 20 %), ce qui pourrait laisser penser que ces textes ne sont pas très utiles. Or, Daniel Jacobi montre que si l’on formule la question ainsi : « […] avez-vous jeté de temps en temps un coup d’œil aux textes affichés […] ? » (p. 78), on obtient presque 90 % de réponses positives. Il poursuit ainsi : « […] la lecture est une activité cognitive automatisée, il est impossible à un visiteur déjà lecteur de ne pas lire une ligne écrite placée dans la ligne de son regard » (p. 79). D’où l’intérêt de la méthodologie développée ici et étayée par des travaux de recherche — notamment au départ ceux menés par Paulette McManus — qui ont conduit à la construction d’une compétence qui permet de réaliser une « évaluation experte préalable. Expertise qui conduit à repérer a priori les qualités et les limites de textes en cours de production » (p. 81).

7L’auteur conclut son ouvrage en s’interrogeant sur l’informatisation des textes : « […] il est grand temps que l’écrit d’écran soit à son tour investi par des graphistes professionnels de talent, tant ces écrans ne sont parfois que d’affreux bidouillages » (p. 84). En annexe, on trouvera un glossaire qui facilite la compréhension du texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Gosselin, « Daniel JACOBI (2016), Textexpo. Produire, éditer et afficher des textes d’exposition », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7129

Haut de page

Auteur

Pierre Gosselin

Pierre Gosselin est ancien directeur de la maîtrise Infocom de l’UCO, Angers. Courriel : pierre.gosselin83@bbox.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org