Navigation – Plan du site
Lectures

Yves JEANNERET (2014), Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir

Paris, Éditions Non Standard
Olivier Le Deuff
Référence(s) :

Yves JEANNERET (2014), Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Éditions Non Standard

Texte intégral

1Il est impossible de rendre hommage à un tel ouvrage dans un simple compte rendu. Il s’agit donc ici de présenter ce travail de façon très générale en montrant en quoi il peut être opportun de le lire ou de le posséder dans sa bibliothèque notamment pour un chercheur en sciences de l’information et de la communication. En effet, cet ouvrage d’Yves Jeanneret est marqué d’une volonté de proposer une série de pistes et de synthèses autour d’éléments qui concernent les sciences de l’information et de la communication dans leur ensemble.

2Ce travail n’est pas véritablement une théorie générale ou une méthode, mais davantage la réalisation d’une activité d’ampleur qui rassemble des décennies de recherche tant personnelles que collectives. Jeanneret fait part ici non seulement de ses différentes lectures, de ses rencontres avec divers chercheurs qui l’ont alimenté, mais aussi des rencontres avec toutes les personnes dont il a pu diriger les travaux.

3L’ouvrage est donc parsemé de nombreuses références à des travaux connexes. Même s’il n’est pas impossible de lire l’ouvrage in extenso du fait d’une mise en page et d’une typographie relativement conviviales — l’absence de justification des paragraphes sur la droite peut toutefois surprendre —, il se veut surtout un ouvrage de référence. Le travail est ainsi une œuvre individuelle d’ampleur, mais qui repose clairement sur des travaux collectifs que l’auteur a eu plaisir à découvrir tout au long de sa carrière.

4On le conseillera donc à toute personne voulant comprendre des éléments d’analyse et de réflexion sur les questions communicationnelles et médiatiques. Pour mieux appréhender l’ouvrage, il faut prendre le temps de bien lire et comprendre les parties introductives, notamment le lexique qui explique l’ensemble des concepts mobilisés par Jeanneret dans ce livre ainsi que dans ses écrits antérieurs.

5L’ouvrage constitue une suite des précédents travaux autour du concept de trivialité, notamment l’ouvrage de 2008, et il s’agit donc pour l’auteur d’étudier comment des processus de communication permettent aux savoirs et aux valeurs de la culture de gagner divers espaces sociaux, ce qu’il nomme la trivialité des êtres culturels, le mot trivialité ici ne reposant sur aucun caractère négatif. L’auteur cherche au contraire à puiser dans l’étymologie du mot trivialité pour envisager un carrefour. Dans ce volume, Jeanneret signale dans son introduction que l’objectif spécifique qui sera poursuivi est de comprendre comment divers acteurs sociaux s’emparent des processus communicationnels et médiatiques pour produire du pouvoir et de la valeur. Il faut comprendre ici le concept de valeur bien au-delà de sa seule valeur économique. À cet effet, plusieurs exemples sont examinés avec un travail d’illustration et d’iconographie fort appréciable.

6La trivialité permet de dépasser l’examen binaire de la communication au travers de l’émetteur et du récepteur et s’avère opportune pour appréhender les nouveaux médias, ce qui explique son intérêt actuel, même si la trivialité permet d’examiner les formes communicationnelles et médiatiques les plus anciennes en interrogeant les différentes formes et méthodes de réappropriation, de réinterprétation et de consommation. Cette trivialité repose aussi sur un vécu. Jeanneret fait ici la preuve qu’il est lui-même un être trivial, un carrefour des sciences de l’information et de la communication, qui sait faire avancer la recherche et les réflexions en diffusant ses idées, mais aussi en se montrant capable d’impulser des dynamiques de recherche, de faire connaître et d’utiliser les travaux des autres. Dans l’analyse des réseaux, Jeanneret serait un hub-clé dans la configuration actuelle des sciences de l’information et de la communication.

7L’ouvrage met également en avant le concept de médiation, qui apparaît de plus en plus essentiel non seulement dans les sciences de l’information et de la communication, mais aussi dans l’ensemble des milieux professionnels qui manipulent des dispositifs médiatiques, informationnels et communicationnels. Car la communication n’est pas un jeu, mais bien un enjeu, un enjeu sérieux qui mérite un examen rationnel et objectif. Jeanneret le rappelle à dessein dans sa conclusion.

8L’ouvrage se découpe en quatre parties principales. La première partie, « Des prises à l’emprise », repart d’éléments précédemment exposés dans le premier volume consacré à la trivialité. Pour Jeanneret, il s’agit de montrer ce qui donne prise au pouvoir et à la valeur dans la trivialité. La deuxième partie, intitulée « La rencontre de prétentions » et sous-titrée « Arts et métiers de la trivialité », étudie les processus mobilisés par les professionnels et leur prétention communicationnelle s’appuyant sur des représentations du dispositif communicationnel qu’ils mobilisent. Jeanneret cherche justement à ne pas se contenter d’examiner les intentions des communicants pour mieux prendre en compte la complexité à l’œuvre dans la trivialité qui nous rappelle qu’il est impossible de maîtriser et de dominer totalement l’ensemble du processus communicationnel. La troisième partie porte sur une nouvelle économie scripturaire et mobilise les travaux de Michel de Certeau, de Michel Foucault et de Louis Marin pour mettre en avant les processus de résistance et d’acceptation qui existent dans les dispositifs communicationnels. Jeanneret met en garde ici contre une lecture réduite des travaux de Certeau. Beaucoup de productions négligent en effet le cadre conceptuel global réalisé par ce dernier, ce qui finalement empêche de se saisir pleinement de ce qui serait opportun de conserver dans un projet de renouveau de l’économie scripturaire actuelle.

9La quatrième partie, qui porte sur le capitalisme médiatique, interroge la place des industries culturelles, leur renouveau et leur positionnement sur la question de la valeur. Jeanneret admet rencontrer des difficultés d’analyse, notamment dans les processus d’informationnalisation et de délégation d’écriture, passage où il en appelle à un travail collectif.

10La partie conclusive montre que ce carrefour de la trivialité est aussi le parcours d’un chemin de sagesse qui requiert l’acceptation de ne pas tout maîtriser sans pour autant renoncer à l’analyse critique. Jeanneret fait quelques critiques sur les réseaux sociaux et sur les effets viraux qui ne sont pas garants d’une qualité culturelle réelle. Toutefois, sans sombrer dans un pessimisme d’arrière-garde, il nous incite à être attentifs aux diverses formes de domination dont nous sommes parfois les victimes aussi bien que les réalisateurs. Cet examen repose sur une idée-clé de l’ouvrage, à savoir que les disciplines de l’informatique sont devenues également des disciplines de l’archive et qu’elles ne sont pas que des disciplines du calcul et des données, mais également de la conservation et de la manifestation de pouvoirs dont il est urgent de prendre conscience.

11S’il fallait émettre quelques reproches à l’égard de ce projet ambitieux, on pourrait regretter l’absence d’index. Un index des concepts, et même des auteurs, aurait permis de mieux naviguer dans l’ensemble. Sans doute qu’une version numérique annotable permettrait de résoudre ce problème. On pourrait aussi regretter que les travaux en sciences de l’information soient quelque peu sous-représentés, notamment les plus récents en ce qui concerne des aspects liés à l’information et à la documentation.

12Enfin, il semble que ce travail d’ampleur constitue le corpus d’une nouvelle étape qui serait une synthèse plus théorique autour de la trivialité comme théorie générale ou méthode des sciences de l’information et de la communication. Nous sommes donc déjà en attente de la prochaine publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Le Deuff, « Yves JEANNERET (2014), Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7131

Haut de page

Auteur

Olivier Le Deuff

Olivier Le Deuff est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication et rattaché au Laboratoire Médiation, information, communication, art (Mica), Université Bordeaux Montaigne. Courriel : oledeuff@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org