Navigation – Plan du site
Lectures

Jim A. KUYPERS (2015), Partisan Journalism. A History of Media Bias in the United States

Lanham, Rowman & Littlefield
Christine Leteinturier
Référence(s) :

Jim A. KUYPERS (2015), Partisan Journalism. A History of Media Bias in the United States, Lanham, Rowman & Littlefield

Texte intégral

1Professeur associé de communication à Virginia Tech et membre du comité de lecture de la revue American Communication Journal, Jim Kuypers propose ici une histoire des médias étatsuniens depuis la guerre civile au prisme d’une recherche sur les biais qui les traverseraient et feraient qu’ils ne seraient plus objectifs, mais très largement assujettis à l’idéologie d’une gauche libérale étatsunienne à laquelle les journalistes et les éditorialistes adhéreraient. Il poursuit ici une réflexion entamée en 2002 avec Press Bias and Politics, dans lequel il mettait déjà en évidence les écarts tendancieux entre la réalité des propos tenus par les hommes politiques étatsuniens et la façon dont les médias les transmettaient. Il cherche ici à montrer comment les journalistes, les chroniqueurs et les éditeurs de journaux ont progressivement abandonné la recherche de l’objectivité et de l’impartialité au profit d’une interprétation biaisée de la réalité de faits, évoluant ainsi vers une forte subjectivité sinon un véritable engagement politique.

2Dès ses débuts, la presse étatsunienne est une presse d’opinion, engagée en particulier dans le combat pour l’indépendance. Les partis politiques s’affrontent à travers les titres qui les soutiennent les uns ou les autres tout au long du XIXe siècle. Toutefois, les choses évoluent vers les années 1850 quand certains patrons de presse estiment qu’il serait plus rentable de répondre aux attentes des lecteurs par une information plus factuelle, plus dégagée des affrontements politiques ; la concurrence entre les titres, le marché donc, doit conduire à libérer la presse du poids des idéologies politiques. Le mouvement pour la primauté du fait sur son interprétation politique est en marche, car il apparaît comme indispensable aux patrons de presse qui réfléchissent, eux, en fonction du profit. La guerre civile va contribuer à valoriser ce courant favorable à l’objectivité de la presse et à l’impartialité de la production journalistique, courant qui traverse aussi la profession à travers l’exemple des « fouille-merde ». Ceux-ci prônent la nécessité de la vérité du fait dans leurs enquêtes approfondies qui aboutissent à la dénonciation de multiples scandales économiques ou politiques. Cette recherche de l’objectivité va devenir aussi un standard de la formation des journalistes et le fondement de leur professionnalisme grâce à la rédaction d’un code d’éthique dans les années 1920 : l’impartialité passe par le nécessaire recours à des sources variées, sinon contradictoires, toutes énoncées ainsi que par la recherche exclusive de la vérité.

3Cette situation va évoluer selon Kuypers de 1930 à 1950 en fonction de la nécessité d’une part de lutter contre les propagandes des régimes fascistes montants en Europe et d’autre part de préserver les démocraties du communisme et de l’expansionnisme soviétique. Il fait ainsi de Walter Lippman, qui a publié en 1922 un ouvrage célèbre sur l’opinion publique, la personnalité qui va transformer le journalisme étatsunien. Pour Lippman, le public doit être « éclairé » par les médias pour pouvoir réagir en tant que citoyen aux menaces que font peser les idéologies extrêmes sur les régimes démocratiques : Kuypers y voit l’émergence d’une presse de « plaidoyer » qui va progressivement s’éloigner de l’idéal éthique proclamé en 1920. Toutefois, ce journalisme éthique va selon lui résister jusqu’aux années 1970, l’effet de bascule étant provoqué par la guerre du Vietnam et la couverture, largement dénonciatrice, que vont en faire les journalistes.

4À partir de là, le tournant libéral des médias étatsuniens, dénoncé par Kuypers, est acquis grâce à la conjonction de plusieurs facteurs. Le premier est la constitution progressive dans la période antérieure d’une élite journalistique qui s’éloigne de plus en plus de sa mission « populaire » au profit d’une vision de plus en plus autocentrée d’elle-même, défendant ses libertés et ses privilèges. Le tournant libéral qui advient est celui en quelque sorte de la prise de pouvoir des journalistes sur les contenus journalistiques : ils s’arrogent non seulement le choix des nouvelles, mais aussi celui de leur traitement au prisme de leur vérité, une idéologie libérale progressiste qui les éloigne, même s’ils s’en réclament, des principes posés en 1920.

5C’est donc, pour Kuypers, à partir de la présidence de Nixon que l’ensemble des médias étatsuniens basculent dans le parti pris des journalistes qui, finalement, s’attachent davantage à leur vision de la réalité qu’à la réalité elle-même. L’affaire du Watergate va contribuer à idéaliser l’activité journalistique et la puissance des journalistes, mais pour lui, l’autre victime du Watergate après Nixon est l’intégrité journalistique. Kuypers analyse alors la façon dont médias et journalistes traitent l’actualité tout au long du XXe siècle, pointant la façon, selon lui, ils biaiseraient l’information, tromperaient l’opinion publique en ne respectant plus la règle de la neutralité des faits. Se greffent à cette posture journalistique la montée en puissance de l’industrie des sondages et son rôle croissant dans la vie politique et l’action des gouvernants, ce qui va conduire à la collusion entre ces professionnels des enquêtes d’opinion et les journalistes, tout particulièrement sous la présidence de Clinton. Kuypers consacre ainsi deux chapitres à montrer comment les journalistes auraient trompé l’opinion publique, par exemple sur les raisons de l’intervention en Irak, comment les journalistes ont nié l’existence d’armes de destruction massive ou comment Bill Clinton aurait manipulé les médias. Cela lui permet d’illustrer surtout la forte collusion entre la « caste dominante » des journalistes étatsuniens et le Parti démocrate.

6Toutefois, le renouveau de la radio — en particulier grâce à Rush Limbaugh, journaliste à la radio de Sacramento, et à d’autres nouveaux venus — et l’émergence d’internet vont constituer progressivement des solutions de rechange aux grands médias libéraux en permettant de faire place à la parole du courant conservateur, ce qui conduira à l’élection de George W. Bush junior. Après avoir rapidement analysé la façon dont le président Barack Obama a bénéficié du soutien de ces journalistes libéraux de gauche, Kuypers analyse le contexte de l’élection de 2012 ainsi que la façon dont les nouveaux médias, et internet en particulier, favorisent la montée en puissance du courant conservateur.

7Cet ouvrage est intéressant, car il propose une vision très critique du journalisme étatsunien qui peut donner à réfléchir en Europe, où l’on véhicule toujours l’idée selon laquelle le journalisme étatsunien serait le parangon de l’impartialité et de la neutralité des faits. Si chaque chapitre est enrichi de nombreuses notes bibliographiques, on ne peut que déplorer l’absence complète d’un exposé méthodologique expliquant le choix des médias, la sélection des articles, la grille d’analyse de contenu utilisée, mais aussi le ton volontiers polémique et peu démonstratif. Faut-il conclure que les journalistes ne sont pas seuls à être de parti pris ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Leteinturier, « Jim A. KUYPERS (2015), Partisan Journalism. A History of Media Bias in the United States », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://communication.revues.org/7133

Haut de page

Auteur

Christine Leteinturier

Christine Leteinturier est maître de conférences honoraire à l’Institut français de presse/Université Panthéon-Assas. Courriel : christine.leteinturier@u-paris2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org