Skip to navigation – Site map
Lectures

Pascal LARDELLIER (2016), Génération 3.0. Enfants et ados à l’ère des cultures numérisées

Comelles-le-Royal, Éditions EMS
Gilles Pronovost
Bibliographical reference

Pascal LARDELLIER (2016), Génération 3.0. Enfants et ados à l’ère des cultures numérisées Comelles-le-Royal, Éditions EMS

Full text

1Pascal Lardellier n’est pas un nouveau venu dans les études sur le numérique et les adolescents. On connaît notamment de lui Le pouce et la souris paru chez Fayard en 2006, avec en sous-titre « Enquête sur la culture numérique chez les ados ». Alors quoi de neuf chez cet auteur, d’autant plus que le territoire a été largement ratissé ? Revenant à quelques reprises sur cet ouvrage de 2006 qui a connu une certaine popularité, semblant s’adresser surtout aux parents et aux éducateurs, voulant proposer « un essai, un manifeste, un livre engagé » (p. 20), Lardellier pose d’emblée ses prémisses : « […] les jeunes d’aujourd’hui n’ont aucune prédisposition a priori à se cultiver sur Internet » (p. 12) ; « Internet, formidable “machine à mettre en contact avec la culture”, va peut-être produire une génération — demain adulte — qui sera sinon inculte du moins largement amnésique » (p. 22). Il en résulte selon lui « une crise de la culture », « dans ses formes de transmissions » (p. 23).

2Opérant une distinction entre « la culture numérique », renvoyant aux pratiques adolescentes, et les « cultures numérisées », renvoyant à la culture au sens large, ainsi qu’aux liens sociaux, dématérialisés, virtualisés, ce qui se veut le propos principal de cet ouvrage, l’auteur met l’accent sur les questions de transmission, en pointant directement le rôle des parents et des éducateurs, bref de la « génération adulte », et il plaide pour une « dialectique numérique » dont il a pris soin de définir les contours dans le petit lexique en fin d’ouvrage.

3Qu’est-ce à dire ? Assez proche de la notion de « compétences numériques » à développer non seulement chez les jeunes, mais également dans la population adulte, ce qui a été largement mis en relief dans la littérature anglo-saxonne (que l’auteur semble sinon ignorer, du moins passer sous silence), la dialectique numérique dont il est question ici insiste sur l’importance d’apprendre à utiliser les technologies numériques à des fins éducatives et culturelles, à trier, à séparer l’essentiel du superflu, à développer des stratégies de recherche, d’intégration et de compréhension intégrée. Le rappel d’un tel discours, finalement assez classique, plus répandu que l’on ne le croit, débute par une brève description des pratiques numériques des jeunes. Un chapitre entier y est consacré : les jeunes sont hyper-connectés, pratiquent la communication à outrance, très souvent en solitaires. Mais l’accent est souvent mis sur le versant disons pervers du numérique, maintes fois rappelé, très tôt dans les premières pages et abondamment tout au long de l’ouvrage : « érosion des savoirs fondamentaux », « capital culturel en baisse » (p. 89), recherches superficielles sur Internet, stratégie du copier-coller, déroutes pédagogiques des enseignants, heurs et malheurs des encyclopédies en ligne. On a nettement l’impression que l’auteur oscille entre un certain discours passéiste (comme en témoignent quelques citations ici rapportées) et une sincère reconnaissance des avancées liées au numérique : « […] nous avons la chance de vivre une époque révolutionnaire, en partie grâce à ces TIC », écrit-il en fin d’ouvrage (p. 141).

4Le dernier chapitre propose moins des solutions qu’une stratégie générale à l’intention des médiateurs dont il fait l’éloge. Tous adultes confondus, parents, grands-parents, bibliothécaires, animateurs culturels, enseignants, doivent exercer pleinement leur rôle de passeurs pour amener les jeunes à exercer leur sens critique, pour leur apprendre à utiliser le numérique à des fins d’apprentissage et d’intégration des savoirs.

5Il s’agit donc d’un ouvrage essentiellement pédagogique. Serait-ce une sorte de testament que veut livrer l’auteur ? Certaines affirmations par trop lapidaires et peu nuancées ne passeront pas à l’histoire. Il est possible même que certains propos soient déjà nettement dépassés, au vu des multiples expériences pédagogiques réalisées ou en cours, des avancées certaines, voire de la plus grande sensibilité témoignée à l’égard des conséquences positives et négatives des usages sociaux d’Internet.

Top of page

References

Electronic reference

Gilles Pronovost, « Pascal LARDELLIER (2016), Génération 3.0. Enfants et ados à l’ère des cultures numérisées », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7135

Top of page

About the author

Gilles Pronovost

Gilles Pronovost est professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Courriel : gilles.pronovost@uqtr.ca

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org