Navigation – Plan du site
Lectures

Éric MAIGRET (2015), Sociologie de la communication et des médias

3e édition, Paris, Armand Colin
Ulric Deschênes
Référence(s) :

Éric MAIGRET (2015), Sociologie de la communication et des médias, 3e édition, Paris, Armand Colin

Texte intégral

1Ouvrage souvent recommandé aux étudiants et utilisé comme appui pédagogique, cette introduction désormais classique à l’histoire des théories en communication reconstitue de manière assez exhaustive et accessible le développement parfois chaotique de notre discipline, de part et d’autre de l’Atlantique. Le contenu de la troisième édition demeure pratiquement inchangé par rapport à la précédente, hormis quelques retouches mineures.

2Les deux premiers chapitres sont destinés aux lecteurs néophytes et initiés, respectivement. L’un apporte les bases nécessaires à l’étude des médias contemporains, alors que l’autre retrace les fondements d’une science sociale de la communication chez les pères fondateurs de la sociologie, en Europe et aux États-Unis. Selon Éric Maigret, la recherche en communication a connu un « printemps précoce » au tournant du XXe siècle avant de connaître un « hiver long et rigoureux » en se repliant sur la problématique des effets (p. 5). Les médias se sont retrouvés inextricablement liés à la communication dès cette époque, en cumulant les espoirs et les craintes engendrés par les bouleversements sociopolitiques alors en cours.

3Maigret explique la difficulté de définir scientifiquement la communication par la tension originelle entre la raison et la technique, qui fait voir cet objet tantôt sous l’angle de l’émancipation, tantôt sous celui de la manipulation. Il propose de dépasser la dichotomie susdite en présentant la communication comme « un phénomène naturel, culturel et créatif, par ordre croissant d’importance » (p. 7). Ces dimensions « correspondent aux niveaux d’implication de l’homme dans l’univers des objets, des relations interindividuelles et des ordres sociopolitiques » (ibid.). Selon Maigret, tout modèle théorique faisant abstraction de l’une ou l’autre des dimensions constitutives de la communication expose la recherche à un « retour du refoulé » (p. 8).

4Les explications précédentes permettent de dégager le fil conducteur de l’ouvrage, qui se divise en trois parties. La première recouvre les travaux que Maigret associe à la dimension « naturelle » de la communication, soit les théories sur les effets directs (chapitre 3) et les effets limités (chapitre 5), l’école de Francfort en tant que contrepoids à la recherche empirique étatsunienne (chapitre 4), la cybernétique et l’école de Palo Alto (chapitre 6), Marshall McLuhan et le déterminisme technologique (chapitre 7). L’ensemble de ces travaux, qui oscillent entre l’optimisme et le pessimisme, auraient conduit à une impasse, que Maigret appelle à dénouer par la « dénaturalisation » de la communication.

5La deuxième partie de l’ouvrage s’attache à la dimension « culturelle » de la communication. L’auteur traite plus précisément de la réception et de la production des contenus médiatiques. Il aborde la sémiologie et la pragmatique (chapitre 8), la sociologie des pratiques culturelles (chapitre 9), les cultural studies (chapitre 10), la sociologie du journalisme (chapitre 11) et les travaux sur les industries créatives (chapitre 12). Maigret voit également une forme d’impasse dans cette deuxième dimension de la communication car, en opposant une logique de construction sociale à une logique de transmission, elle risque de substituer « un sociologisme à un naturalisme » (p. 201).

6La troisième partie porte sur la dimension « créative » de la communication, selon un qualificatif emprunté à John Dewey. Le texte aborde successivement les théories politiques de l’opinion publique (chapitre 13) et celles sur l’espace public (chapitre 14), avant de tracer les contours d’une « nouvelle sociologie des médias » (chapitre 15). Maigret s’engage à « pluraliser » la communication en abordant les travaux antérieurs selon une perspective englobante, un peu à la manière d’une synthèse dialectique. La démarche se déploie en circonvolutions. Il s’agit de reconnaître le caractère construit de la communication sans sombrer dans l’écueil de la postmodernité. L’ouvrage se termine avec un survol des discours sur Internet et des recherches sur les nouvelles technologies de l’information (chapitre 16). Cette section pourrait être remaniée, sinon déplacée, ses liens avec les sections précédentes apparaissant ténus.

7L’ouvrage de Maigret recèle une ambivalence susceptible de confondre les lecteurs néophytes. Les deux premières parties peuvent se lire comme une introduction classique à la recherche sur la communication et les médias. Le texte présente des qualités didactiques qui justifient sa large diffusion. Maigret expose toutefois les théories en fonction de sa démarche sociologique particulière, qui consiste à « dénaturaliser, culturaliser, pluraliser » (p. 238). Certains disputeront le regroupement de théories disparates sous trois grandes étiquettes. D’autres s’étonneront des jugements souvent tranchés sur les théories. Maigret accentue les limites de celles-ci afin de préparer le terrain pour la troisième dimension constitutive de la communication. Sa « nouvelle sociologie des médias » s’impose alors pour réchapper la recherche en communication dans un contexte de « remise en cause des sciences sociales, menacées par leur propre objet » (p. 237).

8La contribution originale de l’auteur, tracée à grands traits au début de l’ouvrage, réside dans la troisième partie. Maigret passe ici du registre didactique à une proposition théorique rattachée au concept d’espace public. Celui-ci viendrait contrecarrer le sociologisme, soit le renfermement des actions sociales sur elles-mêmes, en inscrivant la communication médiatique « dans l’ensemble plus large des relations sociales conflictuelles, au sein d’un processus continu de démocratisation » (p. 201). Maigret oppose du même coup au constructivisme social un constructivisme associatif qui « rompt avec tout relativisme » (p. 253). Il laisse cependant au lecteur la tâche de comprendre comment une telle position serait épistémologiquement défendable.

9Les lecteurs avisés remarqueront que la troisième partie de l’ouvrage se confronte à des enjeux traités dans les travaux de Jürgen Habermas postérieurs à sa thèse sur l’espace public bourgeois. Or, Maigret rapporte la critique féministe de cette thèse comme si les conceptions habermassiennes s’étaient figées dans le temps. Il se limite à une brève évocation de la Théorie de l’agir communicationnel et du modèle de la démocratie délibérative. À défaut de références substantielles à ces contributions de Habermas devenues incontournables, la proposition théorique de Maigret apparaît quelque peu en décalage par rapport aux débats actuels sur l’espace public dans les sociétés pluralistes contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulric Deschênes, « Éric MAIGRET (2015), Sociologie de la communication et des médias », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7139

Haut de page

Auteur

Ulric Deschênes

Ulric Deschênes est chargé de cours au Département d’information et de communication, Université Laval. Courriel : Ulric.Deschenes@com.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org