Skip to navigation – Site map
Lectures

Brice Arsène MANKOU et Thomas ESSONO (dir.) (2016), L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun

Paris, L’Harmattan
Thomas Atenga
Bibliographical reference

Brice Arsène MANKOU et Thomas ESSONO (dir.) (2016), L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun, Paris, L’Harmattan

Full text

1Fruit d’un colloque tenu à l’École supérieure des sciences et techniques de l’information et de la communication de Yaoundé (ESSTIC), le livre de Brice Arsène Mankou et de Thomas Essono est une sélection des meilleures communications de cette rencontre. Ses deux parties reprennent les travaux présentés selon les quatre axes qui ont composé l’appel : les mobilités matrimoniales des femmes, les questions statutaires engendrées par les migrations féminines, Internet et les projets migratoires des femmes africaines ainsi que l’identité des femmes migrantes.

2Alors que pendant longtemps la littérature sur les migrations s’est davantage intéressée au « désir d’ailleurs » des hommes, la mondialisation et l’hégémonie d’Internet, qui en est l’un des leviers, sont venues ouvrir d’autres horizons. La cybermigration maritale féminine explore ces espaces déterritorialisés et constitue un véritable phénomène de société. La cybermigration se saisit dans ce livre comme « une forme de mobilité contemporaine, intercontinentale qui s’appuie sur internet avec comme finalité l’émigration et le mariage avec un conjoint blanc » (p. 154).

3Même si la question est plus complexe que l’approche qui fait du Web une grande agence matrimoniale, c’est l’accent mis sur le rôle d’Internet dans les nouvelles dynamiques migratoires féminines qui donne à cet ouvrage toute sa dimension info-communicationnelle. La cybermigration maritale en Afrique centrale participe des usages détournés des technologies de l’information et de la communication (TIC) (p. 25). Par usages détournés, il faut entendre « les pratiques quotidiennes des femmes vis-à-vis d’internet pour rechercher et trouver un conjoint » (p. 31).

4Ces détournements d’usage sont des processus où l’actrice sociale qu’est la femme construit son projet de mobilité en réponse à la défaillance des États qui rend l’environnement économique difficile, ce qui la contraint à la quête de nouveaux statuts comme le mariage avec le « Blanc », gage d’élévation du standard de vie, et donc de sortie de la pauvreté. Pour qu’on puisse parler de cybermigration maritale, il faut qu’il y ait « articulation entre mobilité et usage d’internet » (p. 43). « Chercher le Blanc sur internet est une manière de chercher à sortir de la galère » (p. 45). Au Cameroun, où d’après les auteurs il s’agit d’un phénomène en expansion, cet usage utilitariste du Web à des fins maritales est un travail et constitue toute une économie.

5Cette économie a d’importants effets sur la construction et l’amélioration des infrastructures de base dans le pays d’origine des cybermigrantes. Avec les flux de plus en plus importants de ce que Mankou et Essono nomment les « migra devises », « le rôle joué par les cybermigrantes maritales est déterminant dans la réalisation d’un certain nombre de projets dans le développement local de leur pays d’origine » (p. 149). À partir de 15 entretiens avec des entrepreneures migrantes et à la suite d’observations faites dans la région du Nord-Pas-de-Calais, en France, les deux auteurs portent une attention particulière à la communauté des cybermigrantes camerounaises en couple mixte. Ils en dressent des profils et font ressortir des figures typifiantes.

6Les cybermigrantes maritales seraient en majorité des trentenaires (30-35 ans), tranche d’âge qui serait « la plus motivée par l’émigration » (p. 157). Plusieurs raisons seraient à l’origine de ce désir d’ailleurs : « […] le souhait d’acquérir son autonomie, la quête d’un statut qui passe par le mariage et l’envie de changer les conditions socio-économiques dans lesquelles on vit » (p. 158).

7Le livre de Mankou et Essono se lit comme une sociologie économique des nouvelles expériences maritales que les univers numériques rendent possibles, y compris de manière transnationale. Ce transnationalisme est la source de nouveaux hybridismes qui placent la cybermigrante maritale au cœur d’activités économiques dans son pays d’origine et dans son pays d’accueil.

8C’est dans cette lecture par trop économiciste que se trouvent à la fois la valeur ajoutée de ce livre et son approche réductionniste du phénomène. Les communications sélectionnées pour le composer ne rendent pas compte de toutes les rencontres véritablement amoureuses qui se construisent aussi par la médiation du Web entre les femmes africaines et les Blancs. L’accent mis sur les flux des « migra devises » ainsi que sur l’appui au développement local des pays d’origine passe sous silence les expériences malheureuses, sordides et parfois tragiques de ces relations cybermédiées.

9De même, le livre ne rend pas compte des stratégies de positionnement (ton des messages, mise en scène de soi lexicographique ou iconique, etc.) que les cybermigrantes maritales ainsi que les Blancs mobilisent pour se rendre attrayants sur le Web marital. Si, dans ce livre, Internet est présenté comme un outil relationnel, les communications retenues ne mettent pas l’accent sur les sites et les autres plateformes qui favorisent les rencontres.

10Enfin, au sujet de ce marché de la rencontre sexuelle ou sentimentale très concurrentiel et lucratif que constitue aujourd’hui Internet, les auteurs ne mettent pas suffisamment en perspective le taux de dissémination toujours faible et la cybermigration maritale qu’ils qualifient de phénomène croissant.

11Comment les cybermigrantes maritales encore en Afrique tentent-elles de faire évoluer les pratiques d’aguichage face à la médiatisation, à la dénonciation de ces cybermariages ? Comment la quête de ces unions métamorphose-t-elle les identités virtuelle et sociale de ces femmes ? Autant de questions que le livre de Mankou et Essono éludent. Ces omissions n’enlèvent rien au courage qui a été le leur : s’attaquer à ce sujet dans un continent où morale, religion, opinion politique et action militante se croisent pour le transformer en question controversée.

Top of page

References

Electronic reference

Thomas Atenga, « Brice Arsène MANKOU et Thomas ESSONO (dir.) (2016), L’impact des TIC dans les processus migratoires féminins en Afrique centrale. Cas des cybermigrantes maritales du Cameroun », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 17 October 2017. URL : http://communication.revues.org/7141

Top of page

About the author

Thomas Atenga

Thomas Atenga est Professeur au Département de communication, Université de Douala. Courriel : thomas.atenga@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org