Skip to navigation – Site map
Lectures

Jean-Yves MOLLIER (2015), Une autre histoire de l’édition

Paris, La Fabrique éditions
Fanny Mazzone
Bibliographical reference

Jean-Yves MOLLIER (2015), Une autre histoire de l’édition, Paris, La Fabrique éditions

Full text

1Résumé de trente ans de recherches sur le livre conduites par Jean-Yves Mollier depuis la parution de L’argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition (1988), Une autre histoire de l’édition invite à considérer « le lien que l’on peut établir entre l’édition et la prise de risque lorsqu’il s’agit de porter à la connaissance du public des textes, qui indisposent les censeurs, les inquisiteurs, les dictateurs et tous ceux qui aspirent à imposer aux autres leur vision totalitaire de l’humanité » (p. 11). La démarche qui consiste à aborder le livre comme un objet ambigu, à la fois ferment et marchandise, à la suite de Lucien Febvre, explore les manifestations de cette duplicité en déroulant une histoire de l’essor et du contrôle de l’édition depuis l’invention de l’imprimerie. Ces ressorts intellectuels et économiques qui animent une profession proche des forces politiques et économiques, se manifestent tout autant lorsque l’indignation pointe un déséquilibre entre ces deux forces. L’édition, née avec les Lumières européennes à la fin du XVIIIe siècle et la publication de l’Encyclopédie, ne pouvait que déployer par la suite toutes les dimensions de ses conditions d’existence. Achevant la rupture avec les représentations de l’écrivain en génie inspiré, l’éditeur naît de l’émancipation de l’auteur pour s’affirmer à son tour comme un acteur autonome de la vie culturelle. La fonction éditoriale telle qu’on peut encore la saisir consiste à mettre en livre le texte de l’écrivain, l’éditeur se faisant « le complice ou l’interprète de l’auteur et son médiateur auprès du public » (p. 8). S’il est impossible de restituer toute la concision de l’ouvrage, nous nous efforçons ici d’en souligner quelques aspects.

2Les effets de l’imprimerie sur la marchandisation, la circulation et l’usage de l’imprimé font du livre l’objet de l’attention de la part des pouvoirs religieux et politique, à plus forte raison dans la période de mutation des sensibilités marquée par la Réforme et l’humanisme. S’« il est difficile d’emprisonner la pensée et d’empêcher l’esprit de pénétrer partout où il le souhaite » (p. 75), l’imprimé a la capacité d’en ouvrir la voie, comme le montre l’analyse de l’éphémère à des fins de propagande et de contre-propagande dans les « guerres des pamphlets » déclarées à deux reprises au cours du XVIIe siècle. C’est avec l’assouplissement du numerus clausus touchant les ateliers d’imprimerie autorisés sur le territoire pour contrecarrer l’introduction d’une concurrence déloyale composée d’ouvrages contrefaits, que la production trouve une nouvelle occasion de se développer. Cette réponse à la forte demande de lecture par la diversification de l’offre contribue au décollage du commerce du livre. D’une autre manière, la création de « l’œuvre des Bons livres » (1820), réaction cléricale à la mise en contact des livres et des lecteurs dans les cabinets de lecture, encourage la propagation d’une littérature édifiante de loisir adressée à la jeunesse, même si un éditeur comme Jules Hetzel la considère comme de la « tisane » littéraire. C’est donc aux aguets des potentialités économiques et dans le sillage des tendances idéologiques que les éditeurs s’introduisent et démontrent leurs dispositions à s’inscrire dans une dynamique de l’offre en créant des marchés, de façon à conquérir un lectorat, voire à en anticiper les goûts.

3À la fin de l’Ancien Régime, le « processus lent et entrecoupé d’avancées et de reculs » qui aboutit à la consécration de l’homme de lettres libéré des entraves par la reconnaissance de sa propriété matérielle et morale sur son travail, permet à l’auteur de vivre de sa plume. Corollairement, cette évolution entraîne une modification durable de la conception de l’édition exercée par la nouvelle génération d’éditeurs dans le respect des intentions de l’auteur. Homme d’affaires et de culture, capable de proposer une offre de lecture large mais également soumis au pouvoir politique, l’éditeur né avec les Lumières rassemble les traits caractéristiques d’un acteur complexe. Charles-Joseph Panckoucke en représente l’archétype. Porté par la révolution politique et les investissements industriels, animé par la curiosité de découvrir des auteurs et d’enrichir son catalogue, il investit dans la diffusion large de l’Encyclopédie. Comme l’observe Jean-Yves Mollier à l’échelle d’un secteur éditorial, le livre scolaire est représentatif de ces constats. Ce marché s’est développé avec le projet révolutionnaire, au rythme des réformes de l’instruction publique. S’adressant à un lectorat en plein essor, l’édition de livres scolaires a suscité des investissements que seuls quelques éditeurs ont pu mobiliser : L’alphabet et 1er livre de lecture courante (1831) est commandé à Louis Hachette, qui y voit une occasion d’affaires et se place dans une politique de l’offre. Il confie le Dictionnaire de la langue française (1841-1863) à Émile Littré, bientôt concurrencé par le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle (1863-1864) de Pierre Larousse, qui souhaite éditer des livres ludiques, capables d’éveiller la curiosité.

4L’ascension de segment de la population tout au long du XIXe siècle propulse l’éditeur au sommet de la chaîne du livre dans la période industrielle. Réunie en Cercle de la librairie autour de la propriété littéraire (à partir de 1829), puis en syndicat de l’édition (1891), la profession, désignée comme telle dans le contexte de surveillance instauré par le décret du 5 février 1810, ne pouvait que prédisposer l’habitus de servilité qui accompagne son ascension sociale.

5La croissance de l’industrie du livre, portée par les familles issues de l’Ancien Régime, poursuit la recomposition des métiers. Le mouvement qui conduit l’éditeur au sommet de la chaîne du livre au XIXe siècle s’organise sur les plans politique et économique. Les grands investissements, dans la finance (Charles-Alexandre Delatouche), dans la typographie (Firmin-Didot), ont pour conséquence d’éloigner les propriétaires de moulins à papier de l’édition et de resserrer les liens avec les imprimeurs. La librairie se tourne vers le commerce de livre et vers l’édition moderne, c’est-à-dire inféodée aux idéologies politiques dominantes, comme celles d’Henri Plon (éditeur des œuvres de Napoléon) et de ses confrères sensibles à la transition légitimiste, catholique et contre-révolutionnaire. Qu’elle accepte les alliances stratégiques avec la noblesse (Panckoucke, Hachette) ou qu’elle s’en tienne à l’écart (Firmin-Didot, Calmann-Lévy), une bourgeoisie d’affaires née de la Révolution poursuit son ascension en s’adossant aux forces conservatrices. Le poids économique et politique ainsi que l’influence sur la vie locale reviennent à une fraction de la profession constituée des grandes fortunes orientées à droite de l’échiquier politique, à la recherche d’ordre et de stabilité. Les alliances matrimoniales hissent les Panckoucke-Dalloz à la tête d’un secteur qui s’installe « dans le terreau des bourgeoisies conquérantes » (p. 233), ce qu’illustre l’ascension des professions médicales et juridiques assurant la réussite des Baillière ou des Dalloz pour les codes juridiques.

6Les développements concomittants de l’opinion, de la presse et de l’instruction élargit le lectorat auquel s’adressent les éditeurs. Le modèle économique du livre à bas prix de Gervais Charpentier, « livre de poche » d’avant la marque, encourage la dynamique concurrentielle consistant, d’une part, à produire des collections plus petites et moins chères les unes que les autres et, d’autre part, à assurer une riposte ingénieuse à la contrefaçon. Le livre à bas prix fait reculer la location en cabinet de lecture, comme le colportage (commerce ambulant) recule devant l’installation de librairies dans les gares et les villes desservies par les chemins de fer. À côté de la souscription, la vente à crédit est suffisamment convaincante pour qu’on acquière des dictionnaires — le Littré chez Hachette, ceux de Pierre Larousse ou de Maurice Lachâtre —, produits d’une nécessaire mise à jour des savoirs issus des progrès de la science.

7L’ascension de l’entreprise Hachette est représentative de l’évolution de l’édition du XXe siècle, qui s’ouvre avec le renforcement des postures commerciales chez les éditeurs à la recherche du succès populaire. L’appât du gain qui conduit la profession à la course aux prix et à recherche de la propriété littéraire suscite une réaction élitiste du côté des producteurs de poésie ainsi que chez les écrivains indignés d’être vendus en gares.

8La distribution est au centre des préoccupations avec le développement des Messageries de la presse (1933), grâce auxquelles Hachette se place, auprès des éditeurs, en meilleure position que sa concurrente, la Maison du livre français. Sous l’Occupation, ces deux organes de distribution se partagent les marchés sous la protection du Comité d’organisation des professions du livre (1941). L’outil de Hachette, convoité par la propagande pour son efficacité, donne lieu à des négociations ouvertes en 1940 et dont la suspension en 1943 préserve l’entreprise des compromissions tout en étant parvenue à poursuivre ses réunions.

9Après l’épuration, l’édition retrouve ses objectifs industriels. Une nouvelle concurrence s’ouvre avec la tentative de nationaliser la distribution voulue par le Conseil national de la Résistance pour éviter le monopole d’un seul acteur privé. Hachette mobilise ses capitaux, sa finesse professionnelle et sa force de frappe politique pour conserver son rang et obtenir 49 % des Nouvelles Messageries de la presse parisienne (NMPP) face à une majorité de coopératives divisées. Durant le mouvement de concentration des entreprises, Hachette bâtit un empire de presse, accroît les performances des NMPP et développe le « Livre de Poche », dont le succès fait des émules. Cette recomposition du secteur aboutit, à la fin des années 1960, à une situation où Hachette domine le livre.

10L’installation de dirigeants au profil commercial et l’arrivée d’acteurs financiers entraînent des changements dans les stratégies des entreprises. L’actionnariat se substitue au modèle de la dynastie avec le contrôle du groupe Lagardère sur Hachette, puis la perte d’indépendance des grandes entreprises familiales, désormais intégrées dans de grands groupes. Des secteurs entiers sont dominés par des conglomérats comme l’édition scolaire, dont les éditeurs au long cours sont devenus des filiales. La production des petites structures indépendantes du livre pour la jeunesse, émancipé des prescripteurs et des censeurs, connaît un rayonnement très limité.

11Si les stratégies commerciales attribuent au livre son statut de marchandise, l’indignation des éditeurs claquant la porte des entreprises dont ils ont constitué le fonds sonne l’alerte d’une profession qui n’est pas prête à admettre le déséquilibre entre la part intellectuelle et la part économique du métier. Ces éditeurs rappellent l’indépendance nécessaire à la constitution d’un catalogue dont la qualité se mesure à sa rentabilité sur le long terme et à sa composition comptant des écrivains dérangeants. Les répercussions du numérique sur la vente, la médiation et les usages du livre sont indéniables. Le secteur de la librairie se trouve fortement concurrencé par la position dominante d’Amazon sur un territoire pourtant dense en points de ventes, mais où les librairies indépendantes réalisent seulement 17 % du chiffre d’affaires de la profession.

12Une autre histoire de l’édition discerne les logiques qui infléchissent les orientations d’un secteur culturel, il en livre les clés structurelles. Sans réduire l’objet à une seule de ses dimensions, l’auteur situe cette activité économique dans le système des rapports de forces politiques et idéologiques, et repère le poids des mentalités et des sensibilités. En faisant intervenir le facteur humain, celui des trajectoires individuelles et familiales, où l’on aperçoit la présence circonstanciée des femmes du livre, l’auteur donne à comprendre, par une écriture qui en restitue la geste, le processus qui conduit à l’ascension d’un acteur du livre.

Top of page

References

Electronic reference

Fanny Mazzone, « Jean-Yves MOLLIER (2015), Une autre histoire de l’édition », Communication [Online], vol. 34/2 | 2017, Online since 06 July 2017, connection on 23 November 2017. URL : http://communication.revues.org/7152

Top of page

About the author

Fanny Mazzone

Fanny Mazzone est membre du Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales, Toulouse. Courriel : fanny.mazzone@gmail.com

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org