Navigation – Plan du site
Lectures

Thierry PAQUOT (2015/2009), L’espace public

Paris, La Découverte, Coll. « Repères »
Ruud van der Helm
Référence(s) :

Thierry PAQUOT (2015/2009), L’espace public, Paris, La Découverte, Coll. « Repères »

Texte intégral

1Depuis la première édition en 2009 de cet ouvrage synthétique sur le concept polyvalent et problématique de l’espace public, nombre de notes de lecture sont parues pour le saluer et en faire un résumé ou une critique favorable1. En effet, Thierry Paquot, urbaniste et philosophe, défriche avec une facilité et une érudition remarquables ce que l’on entend par l’espace public, en articulant historicité et actualité, auteurs phares, poètes urbains et concepts-clés. Cette nouvelle édition repose toujours sur le même constat de départ : « L’espace public est un singulier dont le pluriel — les espaces publics — ne lui correspond pas » (p. 4). Rapprocher l’espace public des espaces publics problématise la façon dont l’opinion publique (l’espace public en singulier), symbolique et a-territorialisé, s’articule avec les espaces publics (en pluriel), territorialisés et physiques. Paquot trouve cette articulation dans l’idée que l’espace public et les espaces publics traitent de la communication, parce que l’espace public est à la fois espace de circulation et espace de communication.

2La nouvelle édition de L’espace public reprend évidemment les bases philosophiques et bibliographiques de l’édition de 2009, et son sujet est toujours d’actualité. Par « souci pédagogique » (p. 9), l’auteur aborde son sujet en faisant la séparation entre trois volets : l’espace public comme lieu symbolique de formation de l’opinion, les espaces publics comme lieux physiques de vie commune, notamment dans un espace urbain, et la cohabitation du domaine public et du domaine privé. Par une approche kaléidoscopique, l’auteur passe en revue un grand nombre d’auteurs et d’idées phares, avec une place principale pour L’espace public de Jürgen Habermas (1968) comme pierre de voûte. Ainsi, le lecteur apprend au fur et à mesure que l’espace public, au lieu de devenir plus maniable et compréhensible, devient un concept multiforme, changeant et problématique, dont un ouvrage d’une centaine de pages ne peut qu’esquisser les contours et stimuler l’appétit chez ses lecteurs pour puiser des ressources bibliographiques. Il convient de faire référence aux notes de lecture (notes en bas de page) pour des résumés tout à fait convenables.

3À part une excellente introduction au sujet de l’espace public, le défi que Paquot cherche à relever est de mieux comprendre que « ce qui unit l’espace public communicationnel relève de la rencontre et de l’échange visibles et lisibles, appréciables et contestables, appropriables ou non » (p. 9), donc d’apprécier « en quoi [l’espace public et les espaces publics] sont désormais indissociables » (p. 9). D’emblée, il faut constater que le choix pédagogique de séparer l’espace public des espaces publics entrave en quelque sorte la possibilité de les ramener ensemble dans une lecture réellement intégrée. C’est au sein des quelques pages de la conclusion que l’auteur s’attelle réellement à cette tâche, avance un certain nombre d’idées, mais le défi reste entier lorsqu’on arrive au bout de l’ouvrage.

4Pour ce fait, il serait recommandable (pour une troisième édition ?) d’y ajouter deux chapitres pour réellement compléter la démarche. Un premier chapitre pourrait approfondir la question qui porte sur cette étroite relation entre l’espace public et les espaces publics dans le monde d’aujourd’hui. Parce que là où les deux se rencontrent, l’espace symbolique et l’espace physique, il se passe quelque chose, comme le montre bien Paquot en remontant les lignes fortes de l’histoire de l’espace public. Comme dans les cafés de Habermas d’antan, l’opinion publique d’aujourd’hui cherche toujours, et malgré l’essor des nouvelles technologies, à se matérialiser dans les espaces physiques. À juste titre, l’auteur fait référence au street art et notamment à son côté politique (guerrilla), mais ne le développe pas assez pour en faire comprendre les ramifications. Pourtant, à titre de simple exemple, l’apparition récente clandestine du street artist britannique Banksy dans la « jungle de Calais » (cité de fortune érigée par les migrants qui cherchent à atteindre l’Angleterre depuis la France) a donné une tout autre dimension au débat politique. Citons également le mouvement Occupy qui se présente comme espace public dans les espaces publics ; l’occupation cible à la fois l’opinion publique et les lieux physiques. Sur un plan plus conceptuel, il convient également de mentionner les réflexions des philosophes allemands Peter Sloterdijk et Gesa Mueller von der Hagen sur le parlement gonflable (2005), une invitation à réfléchir le parachutage de la démocratie représentative dans l’approche de l’Occident au cours de la pacification du monde des années 1990 et 2000. Le parlement gonflable représente par excellence la confrontation entre l’espace symbolique et l’espace physique, son côté fondamental et incontournable face à son côté éphémère et fragile.

5Un deuxième chapitre serait souhaitable pour approfondir les conséquences de l’avènement et de la prolifération des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’espace public et dans les espaces publics. La question que Paquot se pose à juste titre est à quel point les nouvelles technologies rendront l’espace public « flottant », « suspendu », « hors sol ». Il constate que le public (en tant qu’acteur politique et en tant qu’espace commun) deviendra spectateur qui ne participera que « dans l’anonymat le plus délicieux et intime qui soit » (p. 108). Mais il est à la fois spectateur et acteur. Outils de communication à la base, les nouvelles TIC créent à la fois un nouveau rapport entre l’individu et l’espace public (la démocratie directe ou participative se confronte de plus en plus à la démocratie représentative, en même temps qu’on interroge la profondeur de l’engagement réel du citoyen-internaute), et entre l’individu et les espaces publics (un rapport qui passe par l’intermédiaire d’un logiciel de navigation ou par l’envoi instantané d’un selfie n’importe quand n’importe où). Et lorsque les médias traditionnels se servent de plus en plus des contributions des internautes-témoins qui, avec leurs téléphones intelligents, arrivent à capter les nouvelles dans tous les coins du monde, ce n’est pas seulement la presse écrite qui fait face à une concurrence sur la Toile ; il s’agit surtout d’une révolution dans la façon dont les individus peuvent (in)former l’opinion publique (donc animer l’espace public) par leur omniprésence dans les espaces publics.

6Avec une telle lecture supplémentaire, pour laquelle, nul n’en doute, Paquot sera l’un des meilleurs, espérons qu’on arrive à appréhender pleinement cette indissociabilité de l’espace public des espaces publics, et vice-versa. Justement à l’heure où l’espace public risque de devenir flottant dans l’espace et dans le temps, un ancrage dans la façon dont on organise et aménage les espaces publics de demain sera plus que le bienvenu.

Haut de page

Bibliographie

HABERMAS, Jürgen (1968), L’espace public, Paris, Payot.

SLOTERDIJK, Peter et Gesa MUELLER VON DER HAGEN (2005), « Instant democracy: The pneumatic parliament » dans Bruno LATOUR et Peter WEIBEL (dir.), Making Things Public, Boston, MIT Press, p. 952-957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruud van der Helm, « Thierry PAQUOT (2015/2009), L’espace public », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://communication.revues.org/7164

Haut de page

Auteur

Ruud van der Helm

Ruud van der Helm est conseiller senior au ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas. Courriel : ruudvanderhelm@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • Revues.org